Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:05

Le 17 mars 2011, le gouvernement sud-coréen a rejeté l'offre nord-coréenne de reprise des pourparlers à six (entre les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) sur la dénucléarisation de la péninsule. La proposition de Pyongyang faisait suite à des discussions bilatérales entre la Chine, hôte des pourparlers à six, et la Russie, puis entre la Russie et la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). En posant de multiples conditions à une reprise des discussions multilatérales, le gouvernement de Lee Myung-bak apparaît comme le principal obstacle à l'ouverture d'un dialogue qui permettrait pourtant de créer les conditions d'un régime de sécurité collective en Asie du Nord-Est, et ainsi d'apaiser les tensions sur le dernier front de la guerre froide.

 

En déclarant ne mettre aucune condition préalable à la reprise des pourparlers à six, tout en se déclarant disposer à inclure son programme d'enrichissement à base d'uranium dans le champ des discussions, le gouvernement nord-coréen avait fait des concessions pour la réouverture du dialogue sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

 

Mais pas plus que les offres de Pyongyang pour la reprise du dialogue intercoréen, ces gestes d'ouverture de la RPDC n'ont pu assouplir l'intransigeance de Séoul. Kim Sung-hwan, ministre sud-coréen des Affaires étrangères, a déclaré que la bonne volonté nord-coréenne devait se manifester "en actions", et pas "en paroles" : les ultra-conservateurs au pouvoir à Séoul ne conçoivent ainsi de discussion avec Pyongyang que sur les conditions d'un renconcement de la RPDC à ses garanties sa sécurité. Une telle position est inacceptable, car ne posant pas les conditions d'un dialogue égal entre les différentes parties.

 

alexei-borodavkin.jpgLe chef de la diplomatie sud-coréenne a affirmé devant la presse que l'offre de Pyongyang est "insuffisante et ne correspond pas à la position des autres parties qu'il faut créer les justes conditions d'un dialogue". Mais cette affirmation péremptoire ignore les positions d'au moins deux des autres Etats parties aux pourparlers à six, puisque l'offre de dialogue de la RPDC est précisément le résultat des discussions russo-chinoises, puis des échanges entre les officiels nord-coréens et le représentant russe en visite à Pyongyang, le vice-ministre des Affaires étrangères Alexei Borodavkin.

 

L'AAFC dénonce le gouvernement sud-coréen comme le principal responsable de l'échec du dialogue en Asie du Nord-Est. Afin de mettre fin aux trop nombreux affrontements intercoréens qui ont endeuillé la péninsule, l'AAFC appelle chacune et chacun à signer et faire signer la pétition pour un traité de paix en Corée afin de terminer une guerre qui n'a jamais pris fin.

 

Sources :

AAFC

"S. Korea rejects North N-talks offer", AFP, 18 mars 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)