Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 22:27

La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a misé sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication pour accélérer son développement économique. Dans ce cadre, les autorités de RPD de Corée ont fait le choix des logiciels libres, et notamment de Linux, sur un marché aujourd'hui largement monopolisé par les firmes américaines à l'échelle mondiale. En 2009, les informaticiens nord-coréens ont ainsi lancé le premier système d'exploitation du pays, baptisé "Etoile rouge". Un étudiant russe de l'université de Kim Il-Sung, à Pyongyang, s'étant procuré une copie de ce système pour seulement 5 dollars, les médias occidentaux ont permis de mieux faire connaître Etoile rouge, dont la création témoigne des capacités informatiques souvent méconnues de la Corée du Nord, malgré le handicap d'un embargo technologique sévère. 

 red_star.jpg

"Vous devez créer un système d'exploitation typiquement nord-coréen basé sur le noyau Linux" : ces instructions de Kim Jong-il, figurant sur le fichier "lisez-moi" (readme.text) du système Etoile rouge, traduisent l'implication du dirigeant nord-coréen dans la création du premier système d'exploitation propre à la République populaire démocratique de Corée, mis en place en 2009 par North Korea Information Technology.

Comme le montre une version que s'est procuré un étudiant russe de l'Université Kim Il-sung, qui en a parlé sur le blog qu'il tient depuis l'ambassade de Russie à Pyongyang, si le système Etoile rouge s'inspire des distributions GNU/Linux existantes, il possède aussi des spécificités proprement nord-coréennes.

Deux versions sont disponibles : classique et Serveur. Il est possible d'acheter l'une ou l'autre version, pour la moitié du prix initial (seulement 5 dollars).

Basé sur l'environnement de bureau KDE, Etoile rouge s'installe en 15 minutes à partir d'un CD. Le bureau, classique, comporte une icône poste de travail, une corbeille et un lien vers la visite guidée du système. L’étoile rouge, en bas à gauche de l'écran, ouvre le menu système, permettant d'accéder au menu programmes à l’aide des icônes situés à sa droite.

Ce système embarque différents logiciels, comme le navigateur Naenara (découlant de Firefox), la suite bureautique OpenOffice, un gestionnaire de courriers électroniques, quatre jeux (Démineur, Solitaire, Jawbreaker et un jeu de logique où le joueur doit construire des formules chimiques correctes), et un émulateur Windows. Parmi les programmes de base figurent aussi plusieurs utilitaires, dont un pare-feu - pouvant aussi jouer le rôle de filtre - appelé "Forteresse de Pyongyang". Etoile rouge possède enfin des programmes développés par les informaticiens nord-coréens, notamment un antivirus.

Les caractéristiques techniques minimales de ce système - qui reste en cours de développement - sont un Pentium III à 800 MHz, 256 Mo de mémoire vive et 3 Go d'espace disque.

De nature à concurrencer Microsoft, tout au moins localement, Etoile rouge est une brèche ouverte - certes encore modeste - dans la domination des firmes américaines sur le marché informatique, alors que la Corée du Nord a fait le choix des logiciels libres comme un des outils de sa modernisation économique. La Corée du Nord possède déjà son propre réseau Internet, c'est-à-dire "un réseau national d’information indépendante de l’organisme américain de réglementation d’Internet", comme l'observe un blogueur,
Claude Picot.

Sources : Le Monde,
neteco.com (dont photo), Une distribution Linux Nord Coréenne : L’Étoile Rouge (article par Claude Picot)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Michael 12/03/2010 00:08


Très intéressante nouvelle.......... Et puis à 5 dollars, c'est abordable.. ;-) Je me demande s'il aura un avenir, hors de RPDC,  dans les ordinateurs des pays du Sud......notamment


Claude Picot 11/03/2010 21:04


Merci pour le lien.
Cordialement


Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)