Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 20:31

Poursuivant sa politique de coopération avec les pays du Sud, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) prévoit d'importer de l'huile de palme brute de Malaisie, principal producteur mondial, en échange de matières premières. En plus de ses utilisations culinaires, l'huile de palme peut servir de carburant, sans transformation préalable, dans les moteurs diesel. Une fois hydrogénée, elle permet de produire un biodiesel ne présentant pas les inconvénients de l'huile brute, tels que l'encrassement du moteur.


En décembre 2008, le ministère des Matières premières et des Plantations de la Malaisie a approuvé l'importation d'ingrédients nord-coréens pour la fabrication d'engrais en échange de la livraison d'huile de palme brute, pour une valeur de 20 millions de dollars. La Malaisie avait déjà conclu un tel accord avec la RPDC, pour une valeur de 60 millions de dollars.


Le 17 janvier 2009, le ministre, Datuk Peter Chin Fah Kui, a déclaré que, "outre avec la Corée du Nord, le ministère travaille sur des accords similaires avec le Maroc, la Jordanie, la Syrie et l'Iran."


De tels accords peuvent être signés en vertu des dispositions sur les crédits de paiement pour l'huile de palme (Palm Oil Credit Payment Arrangement, POCPA) qui permettent, depuis 1992, de financer les exportations d'huile de palme et, accessoirement, de promouvoir la recherche ou l'industrie en Malaisie. En effet, incapable d'absorber à elle seule de tels volumes, la Malaisie a été obligée de créer un marché pour les centaines de milliers, puis pour les millions de tonnes d'huile de palme produites annuellement. Ainsi, grâce à des arrangements financiers bilatéraux comme le POCPA, et à la qualité de sa production, la Malaisie a su attirer et fidéliser les clients des énormes marchés de proximité que sont le Pakistan, la Chine et l'Inde.

 

Le ministre malaisien des Matières premières et des Plantations a aussi souligné qu'il fallait "échapper" aux principaux fournisseurs que sont le Canada et la Russie si on voulait importer au meilleur prix des composants pour engrais, tels que l'azote, le potassium et le calcium.

 

Cette déclaration a été faite après une rencontre avec l'Association des propriétaires de Malaisie (Malaysian Estate Owners' Association, MEOA), où a été dénoncée l'existence d'un marché mondial à deux vitesses pour ce qui concerne la fixation des prix des engrais potassiques.

 

D'après la MEOA, les prix se situent entre 550 et 600 dollars par tonne dans le cas d'une livraison à la Chine et à l'Inde, tandis qu'ils se situent entre 1.000 et 1.100 dollars par tonne pour une livraison à la Malaisie, à l'Indonésie et au Brésil.

 

Afin d'obtenir le meilleur prix pour les ingrédients entrant dans la composition d'engrais, le ministère des Matières premières et des Plantations de Malaisie entend donc suivre une double stratégie : 1)  travailler avec l'Association de l'industrie des engrais de Malaisie pour obtenir le meilleur prix possible sur le marché mondial, 2) troquer ces matières premières indispensables contre de l'huile de palme.

 

Le ministère travaille avec la Banque centrale de Malaisie pour étudier dans quelle mesure de l'huile de palme pourrait être échangée avec les pays qui en ont besoin sans pour autant disposer des devises nécessaires.

 

"Nous pouvons mettre en place avec eux les conditions d'une fourniture des matières premières dont nous avons besoin", a déclaré le ministre Chin. "Nous avons déjà procédé à de tels échanges auparavant en important du minerai de fer d'autres pays."

 

Avec la RPDC, des négociations sont en cours pour décider si la Malaisie doit posséder ses propres mines en Corée du Nord ou seulement importer les matières premières nécessaires à la fabrication d'engrais. (sources : agence malaisienne de presse Bernama Wikipedia ; revue Oléagineux, Corps gras, Lipides)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)