Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 15:22

Le mardi 18 mars 2008, une délégation nord-coréenne, conduite par le président Kim Yong-nam, est partie pour une visite en Namibie, en République démocratique du Congo, en Ouganda et en Angola. Moins d'un an après le déplacement en Afrique et en Asie du numéro deux de la République populaire démocratique de Corée, cette nouvelle tournée africaine témoigne de la volonté de la RPDC d'approfondir ses liens avec les pays non-alignés, dont elle a été un des principaux soutiens dans les combats pour l'indépendance.

La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) resserre ses liens avec ses alliés traditionnels du Tiers-Monde : tel est le principal enseignement de la nouvelle tournée africaine de M. Kim Yong-nam, président du praesidium de l'Assemblée populaire suprême, et qui exerce à ce titre les fonctions de chef d'Etat. Généralement considéré comme le numéro deux nord-coréen, M. Kim Yong-nam a quitté la Corée, le mardi 18 mars 2008, pour la Namibie, la République démocratique du Congo, l'Ouganda et l'Angola, à la tête d'une délégation qui comprend notamment M. Pak Ui-chum, ministre des Affaires étrangères,  M. Ri Ryong-nam, ministre du Commerce extérieur, et M. Choe Chang-sik, ministre de la Santé publique. 

Ce déplacement fait suite à une précédente tournée internationale de M. Kim Yong-nam du 20 juillet au 2 août 2007, qui l'avait alors conduit en Mongolie, en Algérie, en Egypte, en Ethiopie et à Singapour. 

Kim_Yong-nam_Hosni_Moubarak-260707.jpg M. Kim Yong-nam avec le président égyptien M. Hosni Moubarak,
au Caire le 26 juillet 2007 (source : Korea is one)

Les pays visités sont des alliés traditionnels de Pyongyang, qui les a activement soutenus dans leurs combats pour l'indépendance ou au sein du mouvement des non-alignés. La RPDC a ainsi établi des relations diplomatiques avec l'Angola et la Namibie dès leur accession à l'indépendance, respectivement en 1976 et en 1990. Par ailleurs, les liens diplomatiques ont été rétablis entre la Corée du Nord et l'Ouganda en 1972.

Cette nouvelle offensive diplomatique de Pyongyang marque sa volonté de diversifier ses échanges internationaux dans tous les domaines, politique,  économique et militaire. Après avoir établi ou renoué des liens diplomatiques avec sept Etats en 2007 (dont la République dominicaine et la Birmanie), la RPDC a désormais des relations diplomatiques complètes avec 156 pays, parmi lesquels tous les Etats membres de l'Union européenne sauf la France et l'Estonie.

New_State_House_Namibia.jpg M. Kim Yong-nam arrivera en Namibie le 20 mars 2008, pour une visite d'Etat de quatre jours, à l'occasion du dix-huitième anniversaire de la proclamation de l'indépendance. En effet, comme le souligne le site du gouvernement namibien, "la République populaire démocratique de Corée a été l'un des solides soutiens de la SWAPO pendant les combats de la libération" contre le régime d'apartheid imposé par l'occupant sud-africain. Le 21 mars, M. Kim Yong-nam assistera à l'inauguration du nouveau palais présidentiel
, essentiellement construit par les Nord-Coréens, dans la capitale namibienne Windhoek

En visite en République démocratique du Congo les 26 et 27 mars, le Président Kim Yong-nam rencontrera notamment son homologue Joseph Kabila.

 

La délégation nord-coréenne se rendra ensuite en Ouganda pour une visite de trois jours, du 27 au 29 mars. Comme l'a précisé M. Henry Okello Oryem, ministre des Affaires étrangères de l'Ouganda, dans un entretien à l'agence Reuters, des accords commerciaux et de défense doivent être signés entre l'Ouganda et la RPDC. L'Ouganda ouvrirait son marché aux produits nord-coréens, notamment les champignons et la soie. Pour sa part, la RPDC, dont un ambassadeur est en poste à Kampala, a envoyé des spécialistes pour organiser la police ferroviaire ougandaise et l'équipe de sécurité présidentielle. La Corée du Nord est aussi un des principaux fournisseurs de l'Ouganda en matériel militaire.

L'Angola, dernière étape de la tournée africaine de M. Kim Yong-nam, est un des plus anciens alliés de la RPDC sur le continent africain. La guérilla angolaise a été fortement soutenue par la Corée du Nord dans les combats pour la libération de l'occupation portugaise, et la coopération militaire s'est poursuivie après l'accession à l'indépendance en 1976. Des étudiants angolais ont été accueillis et formés en RPDC. Des travailleurs nord-coréens sont aujourd'hui présents en Angola dans le secteur de la construction.

Les accords de coopération bilatéraux que doit signer la Corée du Nord avec la Namibie, la République démocratique du Congo, l'Ouganda et l'Angola ciblent ainsi des secteurs précis, sur le modèle des conventions déjà conclues lors de la tournée asiatique et africaine de M. Kim Yong-nam en juillet-août 2007 (par exemple, avec la Mongolie pour la production de viande et l'Ethiopie pour le développement de l'irrigation).  Ces accords "Sud-Sud", sans ingérence des pays industrialisés du Nord, représentent un mode original de coopération pour le développement du Tiers-Monde conforme aux principes d'autonomie et d'indépendance des idées du Juche.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Afrique-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)