Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 15:34

Vingt-et-un films sont en compétition pour la Palme d'or à l'édition 2016 du Festival de Cannes : parmi eux, un long métrage sud-coréen, Mademoiselle (titre anglais Handmaiden, en coréen 아가씨) de Park Chan-wook, adapté du roman Du bout des doigts (Fingersmith) de la Galloise Sarah Waters - une histoire de crime à l'époque victorienne -  nous replonge dans la Corée sous occupation japonaise des années 1930.

"Mademoiselle", de Park Chan-wook

"Mademoiselle", de Park Chan-wook

C'est la troisième fois qu'un film de Park Chan-wook est sélectionné au Festival de Cannes : le réalisateur de Old Boy (Grand Prix à Cannes à 2004) et Thist, ceci est mon sang (prix du jury en 2009) a choisi cette fois, selon l'expression de Caroline Vié, de nous narrer un "conte sadique autour d’amours lesbiennes, de littérature coquine, d’arnaque et d’érotisme chaud comme un plat de kimchi" - à partir de l'histoire d'une jeune servante (jouée par Kim Tae-ri) embauchée par une riche héritière japonaise (Kim Min-hee), elle-même piégée par deux escrocs.

En abordant des thématiques féministes et en faisant le portrait d'une société de classes, resitué dans le contexte de la colonisation japonaise de la Corée, Park Chan-wook. explore des voies nouvelles. Né en 1963, le réalisateur dit avoir été marqué, pendant sa jeunesse, par les combats conduits par les étudiants pour la démocratisation de la Corée du Sud, auxquels il n'a pas lui-même participé, ce dont il a gardé un sentiment de culpabilité qu'il exprime dans ses films : 

 

Bon nombre de mes amis ont été emmenés par les autorités et beaucoup ont été torturés (...) Je les ai vus combattre activement la dictature, et ils en ont subi les conséquences. Je n'ai pas joué de rôle actif et je me sentais coupable (...) Ce sentiment de culpabilité, je l'ai mis dans mes films.

Deux autres films coréens sont à l'affiche à Cannes : le film d'horreur à bord du KTX (le train à grande vitesse sud-coréen, dont la technologie provient du TGV) Train to Busan de Yeon Sang-ho, projeté hors compétition avec ses zombies, et le film policier et fantastique The Wailing, de Na Hong-jin, qui figure dans la sélection "Un certain regard".

"Train to Busan", de Yeon Sang-ho

"Train to Busan", de Yeon Sang-ho

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)