Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 21:00

Alors qu'une délégation de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), conduite par son secrétaire général est actuellement présente en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), une grande parade militaire a été le point d'orgue des cérémonies commémorant, le 10 octobre 2015, le 70e anniversaire de la fondation du Parti du travail de Corée. Avec à ses côtés Liu Yunshan, membre du comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois, le Maréchal Kim Jong-un a prononcé à la tribune un discours de trente minutes dans lequel il a réaffirmé la capacité de la RPD de Corée à "faire face à toute guerre provoquée par les Etats-Unis" - une fermeté qui est le pendant de l'appel lancé par Pyongyang à Washington, quelques semaines plus tôt, en faveur d'un traité de paix dans la péninsule coréenne suivant une dialectique traditionnelle de la RPD de Corée (selon laquelle l'alternative est entre la guerre et la paix). L'AAFC se rallie pleinement à la proposition d'un traité de paix, qu'elle soutient de longue date, afin de mettre un terme à la guerre de Corée (1950-1953) et réduire les tensions diplomatiques et militaires qui, trop souvent, ont conduit à des affrontements meurtriers entre Coréens dans la péninsule.

Les médias étrangers avaient été largement invités pour couvrir les cérémonies fastueuses marquant le soixante-dixième anniversaire de la fondation du Parti du travail de Corée : côté français, Alain Barluet du Figaro et Philippe Pons du Monde étaient notamment présents s'agissant des deux plus grands quotidiens nationaux français, de même qu'une équipe de TF1.

De fait, le spectacle a été à la hauteur de l'événément : défilé des civils brandissant des panneaux reproduisant les symboles du Parti du travail de Corée (la faucille et le marteau traditionnels des partis communistes, auxquels s'ajoute le pinceau de l'intellectuel), grande parade militaire - d'une heure et demie - témoignant de la puissance de l'Armée populaire de Corée, et enfin vivats acclamant le dirigeant nord-coréen, le Maréchal Kim Jong-un.

Guerre ou paix - la RPDC célèbre le 70e anniversaire de la fondation du Parti du travail
Guerre ou paix - la RPDC célèbre le 70e anniversaire de la fondation du Parti du travail
Guerre ou paix - la RPDC célèbre le 70e anniversaire de la fondation du Parti du travail
Guerre ou paix - la RPDC célèbre le 70e anniversaire de la fondation du Parti du travail

Un des moments les plus attendus était le discours du Maréchal Kim Jong-un, le second en public depuis les cérémonies ayant marqué le centenaire de la naissance du Président Kim Il-sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée, le 15 avril 2012.

Tout en proclamant hautement l'unité du peuple, du parti et de l'armée, le Maréchal Kim Jong-un a mis en exergue que la RPD de Corée saurait s'unir pour faire face à toute provocation américaine tendant à une nouvelle guerre dans la péninsule :

Aujourd'hui, notre parti proclame avec détermination que nos forces armées révolutionnaires sont capables de faire face à toute guerre provoquée par les Etats-Unis, et nous sommes prêts à protéger notre peuple et le ciel bleu de notre patrie.

Guerre ou paix - la RPDC célèbre le 70e anniversaire de la fondation du Parti du travail

Ce discours doit s'interpréter comme une réaffirmation de la volonté de la RPD de Corée de résoudre par la voie pacifique les contentieux en suspens dans la péninsule, tout en se disant prête à toute éventualité - à savoir répondre militairement à une guerre provoquée par ses ennemis.

Quelques semaines plus tôt, les autorités nord-coréennes ont en effet à nouveau invité les Etats-Unis à des pourparlers bilatéraux directs - par conséquent distincts du cadre des pourparlers à six - les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon - sur la question nucléaire, que privilégie Washington, bien que les négociations suivant ce format soient bloquées depuis plus de six ans.

Comme l'avait rappelé Ri Su-yong, ministre des Affaires étrangères de la RPD de Corée cette année devant l'assemblée générale des Nations Unies, ces discussions auraient comme finalité la conclusion d'un traité de paix en lieu et place de l'accord d'armistice ayant clos les combats de la guerre de Corée, le 27 juillet 1953, afin de créer les conditions d'une paix durable et d'une sécurité collective en Asie du Nord-Est :

Si les Etats-Unis procèdent à des changements politiques courageux, une amélioration spectaculaire de l'environnement de sécurité de la péninsule coréenne se produira et elle répondra en fin de compte aux inquiétudes américaines sur la sécurité.

Cette proposition d'un traité de paix avait ensuite été réaffirmée dans une déclaration du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, citée par l'agence KCNA de la RPD de Corée, suivant une interpellation directe des Etats-Unis :

Nous espérons que les Etats-Unis finiront par renoncer à la politique anachronique en faveur du maintien de cet accord fragile, étudieront attentivement notre offre et y réagiront positivement

L'AAFC espère que ces appels à la paix seront entendus, et soutenue par les gouvernements européens, convaincue qu'il s'agit de la meilleure garantie pour apporter aux peuples d'Asie du Nord-Est la sécurité, la liberté et la prospérité auxquelles ils aspirent.

Sources (dont photos) :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique de la RPDC Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)