Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 22:43

Un an après le dramatique naufrage du Sewol en Corée du Sud, le 16 avril 2014, qui a causé 304 morts, la colère gronde : les familles des victimes, soutenues par l'opinion publique, exigent que toute la lumière soit faite sur ce tragique événement et que le Gouvernement assume pleinement ses responsabilités. Dans ce contexte, la visite en Amérique latine, au premier anniversaire de la tragédie, de la Présidente Park Geun-hye est perçue comme une provocation. C'est pourquoi des militants de Jeunes de gauche (Youth Left) ont décidé de lâcher des tracts devant l'Assemblée nationale et le centre commercial COEX, ainsi rédigés : "Avis de faillite au gouvernement de la République de Corée. Nous déclarons la faillite morale et politique de la République de Corée. Bon voyage en Amérique latine ! Vous n'avez pas besoin de revenir." La réaction policière ne s'est pas faite attendre : deux militants de Jeunes de gauche ont été arrêtés pour 48 heures. Partageant l'indignation légitime de Jeunes de gauche, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) appelle à la libération immédiate des militants arrêtés, à l'abandon des poursuites et au respect de la liberté d'expression qui, nous l'affirmons une nouvelle fois, ne saurait justifier un quelconque crime de lèse-majesté en Corée du Sud.

Libération des militants de Jeunes de gauche emprisonnés ! Liberté d'expression !
Libération des militants de Jeunes de gauche emprisonnés ! Liberté d'expression !

Dans un communiqué publié sur son site Internet, y compris en anglais, intitulée "Déclaration de faillite", Jeunes de gauche a dénoncé la "fuite" de la présidente sud-coréenne, la répression par le Gouvernement des manifestations organisées par les familles des victimes et la corruption ayant entouré la tragédie du Sewol :

La Présidente a fui. Elle est partie pour l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud un an après la tragédie du ferry "Sewol", laissant derrière elle la controverse concernant les lois spéciales sur le ferry "Sewol" et le scandale de la liste Sung Wan-jong. On ne peut pas s'empêcher de se rappeler le 19 mai dernier, lorsqu'elle a enfermé 200 civils qui exigeaient que les responsabilités politiques soient assumées concernant la tragédie du "Sewol" et qu'elle était partie vendre des centrales nucléaires aux Emirats Arabes Unis. Cela a pris plus d'un mois pour obtenir une confession relevant pourtant de l'évidence, à savoir que le commandant en chef de la nation est politiquement responsable de la tragédie du ferry "Sewol" dans laquelle plus de 300 personnes ont trouvé la mort. Le fait que plus de 300 personnes aient été jetées en prison alors qu'elles demandaient à la Présidente d'assumer ses responsabilités politiques, ce n'est que du bonus. Dans ses excuses la Présidente avait promis une législation spécifique suite au "Sewol", mais cette proposition est déjà en miettes du fait de l'obstruction du Gouvernement et du parti au pouvoir [...]

Il est donc plus que jamais urgent de participer et faire participer à la manifestation de solidarité qui sera organisée place du Trocadéro, ce samedi 18 avril 2015, à partir de 18h, pour que nous disions tous "Assez !"

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Naufrage du "Sewol" Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)