Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 22:45

Le 11 janvier 2015, les Etats-Unis ont rejeté la proposition faite par la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) de suspendre ses essais nucléaires si les Etats-Unis et leurs alliés (au premier rang desquels la République de Corée, Corée du Sud) renonçaient à leurs exercices militaires de grande ampleur autour de la RPDC, et dénoncés par Pyongyang comme des préparatifs de guerre. En fermant une nouvelle fois la porte du dialogue qu'avaient ouverte les Nord-Coréens, les Américains ont campé sur leur position de front de refus (ni dialogue, ni échanges et renforcement continu des sanctions - de nouvelles mesures ayant été prises au lendemain du piratage de Sony Pictures, dans lequel la RPD de Corée a pourtant nié toute implication et selon des accusations du FBI mises en doute par de nombreux experts occidentaux en sécurité informatique). Dans ce contexte, le rêve américain d'une coalition avec la République populaire de Chine sur la question nord-coréenne s'est avéré une nouvelle fois chimérique, un commentaire publié par l'agence de presse chinoise Xinhua, intitulé "La paix dans la péninsule coréenne requiert des actions réciproques" - dont nous reproduisons et commentons ci-après de larges extraits - montrant un élargissement du fossé entre Washington et Pékin, la Chine ayant soutenu de manière constante la résolution des différends dans la péninsule coréenne par la voie du dialogue.

Washington ferme la porte au dialogue avec Pyongyang : le refus américain est condamné par la Chine

Soulignant que l'offre de dialogue de Pyongyang avait non seulement été rejetée par Washington, mais dénoncée comme une "menace implicite", Xinhua regrette que le refus opposé au geste d'ouverture de Pyongyang ait éloigné la perspective d'une "solution pacifique" à la question coréenne, telle que la promeut la Chine dans le cadre, notamment, des pourparlers à six (les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) sur la question nucléaire, dont les sessions se sont tenues à Pékin jusqu'à 2008. Pour la Chine, une solution pacifique aux différends en suspens implique tout particulièrement de créer un climat de confiance entre les différentes parties, que ne contribue pas à instaurer le rejet catégorique opposé par les Etats-Unis.

"En fait, l'offre, que les Etats-Unis considèrent comme une 'menace implicite', est en quelque sorte un acte de bonne volonté publié par la République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour une solution pacifique à la crise qui perdue depuis dix ans sur la péninsule coréenne.

La proposition est le dernier des efforts déployés ces derniers mois par l'administration Kim Jong Un pour apaiser les tensions et établir un dialogue basé sur la confiance ou un climat détendu avec les États-Unis et la Corée du Sud.

Malheureusement, cette proposition n'a pas été accueillie à bras ouverts."

 

La mention par Xinhua du changement d'administration à Pyongyang ("l'administration Kim Jong Un"), à un moment dont on peut observer qu'il marque la fin du deuil officiel de trois ans après la disparition du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il, aurait pourtant dû favoriser un changement d'approche, selon l'agence de presse chinoise.

Soulignant implicitement (l'idée figure explicitement dans le titre de l'article) que des gestes doivent être accomplis de part et d'autre, le commentaire de Xinhua rappelle que la RPDC est "un pays isolé et sanctionné depuis des décennies" et que les préoccupations légitimes de Pyongyang quant à sa sécurité nationale conduisent logiquement à devoir lier la question nucléaire nord-coréenne et les exercices militaires américano-sud-coréens. Dissocier ces deux dossiers, comme veut le faire Washington, est un non-sens.  

"Les Etats-Unis n'ont pas remarqué, ou ont choisi d'ignorer, le changement positif potentiel à l'atmosphère intense entourant la péninsule coréenne qui pourrait être apporté si la proposition était mise en œuvre.

La sécurité nationale est la 'priorité des priorités' pour n'importe quel pays de la planète, et l'est encore plus pour une nation comme la RPDC qui est isolée et sanctionnée depuis des décennies.

Contrairement à ce qu'a dit Mme Psaki (porte-parole du département d'Etat américain), la possibilité d'essais nucléaires de Pyongyang et les exercices militaires américano-sud-coréens ne sont pas des dossiers distincts."

 

Soulignant que l' "arrogance aveugle" américaine n'a produit aucun résultat positif, ne faisant que renforcer l' "anxiété" et exacerber la "sensibilité" de la RPDC, le commentaire de Xinhua conclut en appelant les Etats-Unis à changer d'attitude et en soulignant que c'est à eux de prendre à présent les bonnes décisions, en répondant positivement aux "branches d'olivier" tendues par la Pyongyang : "la balle est maintenant dans le camp de Washington."

"Croyez-le ou non, la région et le monde en général ne bénéficiera en rien d'une RPDC acculée au mur et téméraire. L'arrogance aveugle et la négligence constante face aux branches d'olivier tendues par le pays pourraient s'avérer le coup de grâce pour la nation isolée.

Tout comme l'a exhorté la Chine à plusieurs reprises, un dialogue basé sur la confiance est la seule issue à l'impasse qui perdure depuis des décennies et pour la reprise des pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule, et cela a été approuvé par la communauté internationale.

Il est vivement souhaité que les Etats-Unis saisissent l'opportunité et répondent à la dernière offre par la positive. Après tout, la paix sur la péninsule et le rapprochement entre les ennemis de longue date nécessitent des actions réciproques. La balle est maintenant dans le camp de Washington."

 

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée Relations Chine-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)