Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 23:11

L'ancien lutteur japonais Kanji "Antonio" Inoki (qui a choisi le surnom Antonio en hommage à Antonino Rocca), aujourd'hui sénateur (membre de l'Association pour la restauration du Japon, droite nationaliste), est un interlocuteur bien connu des Nord-Coréens, s'étant rendu en République populaire démocratique de Corée à vingt-neuf reprises depuis 1974. Plaidant pour une amélioration des relations bilatérales, alors qu'un accord conclu fin mai ouvre des perspectives nouvelles de normalisation, Kanji Inoki est à l'origine d'un tournoi international qui réunit à Pyongyang, les 30 et 31 août 2014, des lutteurs originaires de Corée, du Japon, des Etats-Unis, de France, du Brésil et de la Chine. Comme l'explique Inoki, il s'agit de créer un environnement favorable à la paix et à l'essor des relations bilatérales nippo-nord-coréennes. L'ancien catcheur n'en est pas à son coup d'essai, tant en ce qui concerne la RPDC (en 1995, il avait été à l'origine d'un festival sportif et culturel pour la paix, qui avait réuni des lutteurs américains et japonais en Corée du Nord) que dans le reste du monde : par la diplomatie du sport, il avait obtenu en 1990, lors d'un tournoi en Irak, la libération de 41 otages japonais retenus pendant la guerre du Golfe.

Kanji Inoki, à droite, avec Kim Yong-il, secrétaire du Parti du travail de Corée en charge des relations internationales, à Pyongyang en janvier 2014

Kanji Inoki, à droite, avec Kim Yong-il, secrétaire du Parti du travail de Corée en charge des relations internationales, à Pyongyang en janvier 2014

Bob Sapp aux prises avec un adolescent nord-coréen

Bob Sapp aux prises avec un adolescent nord-coréen

Le 28 août 2014, une conférence de presse a été organisée à l'hôtel Koryo, à Pyongyang, pour présenter le tournoi international de lutte de Pyongyang (Pyongyang International Pro-Westling Contest) organisé dans la capitale nord-coréenne les 30 et 31 août. Ont participé à la conférence de presse les deux co-présidents du tournoi, l'ancien lutteur Kanji Inoki, en qualité de directeur de l'Association japonaise de la communauté sportive pour la paix, et Jang Ung, président du Comité international des jeux d'arts martiaux - et par ailleurs président de la Fédération internationale de Taekwon-Do, ainsi que des représentants des ambassades étrangères et de l'Association générale des résidents coréens au Japon (Chongryon).

Kanji Inoki a exprimé sa conviction que le sport et la culture sont un vecteur pour la paix mondiale, alors que des judokas et des lutteurs nord-coréens ont l'opportunité de se confronter à quelques-uns des plus grands noms mondiaux.

Parmi les 21 vedettes étrangères qui participent au tournoi figurent notamment l'Américain Bob "The Beast" Sapp - l'ancienne star du ring, spécialiste des rôles de méchant, devenu également acteur - et les Français Jérôme Le Banner et Heddi Karaoui (Heddi French).

 

Avocat de l'amélioration des relations bilérales entre son pays et la RPD de Corée, Kanji Inoki a exprimé son souhait que le Premier ministre japonais Shinzo Abe visite la RPDC, alors que la rumeur a couru sur l'éventualité prochaine d'un tel déplacement.

L'ancien lutteur Kanji Inoki organise un tournoi à Pyongyang
L'ancien lutteur Kanji Inoki organise un tournoi à Pyongyang
L'ancien lutteur Kanji Inoki organise un tournoi à Pyongyang

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Japon-Corée Sport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)