Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Allocution d'André Aubry
président de l'Association d'amitié franco-coréenne
lors de la cérémonie de célébration du 40eme anniversaire de l'AAFC

Bagneux, le 26 octobre 2009



Excellence Monsieur l'Ambassadeur, Délégué général de la République populaire démocratique de Corée auprès de la République française et chef de la mission diplomatique de la RPDC auprès de l'UNESCO,

Chers amis coréens venus de Pyongyang célébrer avec nous le 40eme anniversaire de l'AAFC,

Cher amis,


La tragédie de la division arbitraire de la nation coréenne perpétrée par l'impérialisme américain dans le cadre de sa stratégie de domination, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que le peuple coréen venait, par les armes, de libérer son pays après 40 années d'une effroyable colonisation japonaise, suscita à l'époque un vaste mouvement d'indignation et de solidarité avec le peuple coréen.

Ce courant de sympathie s'était transformé en un vaste élan de solidarité dans le monde entier lors de la terrible guerre de Corée de 1950 à 1953, provoquée à l'instigation des Etats-Unis qui espéraient ainsi liquider la jeune république socialiste qui s'édifiait au nord de la péninsule et constituait un obstacle inacceptable pour les visées hégémoniques américaines.

Vous savez tous ici comment le peuple coréen, levé en masse à l'appel du Président Kim Il-sung, et au prix de sacrifices inouis, infligea une défaite cuisante aux Etats-Unis, réduisant ainsi à néant les prétentions de l'impérialisme le plus puissant du monde.

Malheureusement, dans le cadre de l'affrontement entre les grandes puissances dont elle avait été la victime, la Corée restait divisée pour le malheur de son peuple et la RPDC était l'objet d'une politique de discrimination, de blocus économique et de provocations incessantes visant à provoquer un nouveau conflit qui permettrait aux forces impérialistes d'assurer enfin la domination politique, économique et militaire sur toute la péninsule coréenne.

L'alignement total des gouvernement français de l'époque sur cette politique de force et d'hostilité des Etats-Unis contre la RPDC, puisqu'elle constituait le meilleur garant de l'indépendance et de la souveraineté à terme de toute la péninsule, était contesté par les forces progressistes de notre pays qui, très souvent, organisaient des actions de solidarité avec le peuple coréen.

Parmi ces forces, des personnalités de différentes sensibilités de milieux politique, social, économique et culturel affichaient leur sympathie avec le peuple coréen et militaient pour que la France agisse en faveur d'une solution du problème coréen, conforme à l'aspiration de son peuple et aux intérêts de la paix et de la sécurité mondiale.

De plus, nombre d'entre ces personnalités considéraient que l'ostracisme pratiqué par le gouvernement français à l'égard de la RPDC était à la fois contraire aux traditions diplomatiques de la France - reconnaissant les Etats et non les régimes, tel que l'avait pratiqué le général de Gaulle à l'égard de la République populaire de Chine - et à son prestige dans le monde, favorisant par des relations équilibrées entre les deux parties une politique de stabilité et de sécurité dans la région.

Ces personnalités décidèrent de se rencontrer pour échanger leurs points de vue, avec l'objectif de se rassembler par delà leurs différences pour agir en commun dans ce sens.

Cette idée se formalisa en août 1969 à Bagneux, dans cette ville même où nous sommes réunis ce soir, à l'initiative de journalistes politiques comme MM. Jean Kanapa et Raymond Lavigne, d'artistes comme Francis Lemarque, auteur, compositeur et interprète, Mme Claire Messager, M. Philippe Gérard, de députés et sénateurs, de maires de grandes villes comme MM. Léo Figuères, Roger Gauthier, Maurice Nilès, Jean Clavel, d'enseignants comme Jean-Noël Laporte et Michel Génot.

A l'issue de cette première rencontre, les participants décidaient de lancer un appel pour fonder une association intitulée "Paris-Pyongyang, Association d'amitié franco-coréenne". Ce titre manifestait clairement que la nouvelle association entendait privilégier ses relations et activités avec la RPD de Corée, c'est à dire le Nord, pour des raisons que j'ai évoquées précédemment.

Cette orientation était d'ailleurs clairement définie dans les premiers statuts de notre association qui furent mis au point et adoptés lors de plusieurs réunions et finalement officialisés il y a tout juste 40 ans, le 30 octobre 1969, dans le Journal officiel. Je cite :

"1)
Mieux faire connaître en France la civilisation traditionnelle et les réalisations contemporaines de la République populaire démocratique de Corée du Nord.
"2)
Travailler de façon permanente à la défense, au maintien et au renforcement des relations amicales entre les peuples français et de République populaire démocratique de Corée du Nord.
"3)
Favoriser et susciter les échanges intellectuels, culturels, artistiques et sportifs entre ces deux pays.
 "4)
Agir auprès des autorités françaises pour que celles-ci prennent sur la base des accords de Genève - dont la France est co-signataire - les initiatives nécessaires à la consolidation de la paix dans cette partie du monde, et soutenir les aspirations du peuple coréen à la réunification pacifique de son pays.
"5)
Tant que se prolongera la division de la Corée, agir pour faire disparaître toute discrimination entre les deux Etats, notamment par l'établissement de relations diplomatiques sur un pied de réciprocité entre la France et la République populaire démocratique de Corée du Nord."

Pendant près d'une dizaine d'années, c'est essentiellement sur ces bases que se développa l'activité de notre association, en tenant compte évidemment en permanence des évolutions de ce qu'il est convenu d'appeler "le problème coréen".

Nos premiers dirigeants furent Raymond Lavigne, brillant journaliste, assisté, comme premier vice-président, de Jean Kanapa, éminent dirigeant de la politique internationale du comité central du Parti communiste français, et, comme secrétaire général, de Michel Génot, professeur d'éducation physique à Bagneux.

Ils ont été les précurseurs d'une liste d'éminentes personnalités qui ont présidé à la vie de notre association en démontrant son caractère pluraliste et son indépendance, tout en affirmant la fermeté de ses orientations.

Permettez-moi de leur rendre hommage en citant, notamment :

les anciens ministres du général de Gaulle, Edmond Michelet et Louis Terrenoire,
l'ancien ministre Marcel Rigout,
le député Léo Figuères,
l'ancien secrétaire général du Conseil des ministres européen, Robert Oppetit,
le gaulliste de gauche Dominique Gallet,
le sénateur socialiste Philippe Machefer, conseiller du Président Mitterrand,
et bien sûr notre cher ami le professeur Jean Suret-Canale, disparu il y a maintenant deux ans, auquel j'ai eu l'honneur de succéder.

Je n'ai évidemment pas la prétention, dans cette brève allocution, de retracer le riche bilan des activités de solidarité de l'AAFC au cours de ces 40 années bien remplies pour l'amitié franco-coréenne et le soutien à la cause de la réunification indépendante de la Corée, qui ont été le fil rouge de cette belle histoire de solidarité internationale, mais je veux simplement souligner deux événements importants qui ont marqué cette activité.

En 1975, à l'initiative de plusieurs militants de l'AAFC, et notamment ceux impliqués dans les institutions parlementaires et les milieux politique et syndical, était créé une organisation à caractère plus politique, le Comité français de soutien à la réunification indépendante et pacifique de la Corée (COFRECO), afin de mener une action spécifique sur la question du soutien à la réunification, notamment en direction des forces politiques et gouvernementales, en relation étroite avec l'AAFC. Le COFRECO fut l'un des initiateurs, avec les organisations similaires de Belgique, d'Italie, d'Algérie, du Japon et des Etats-Unis, de la tenue à Bruxelles en février 1977 de la première conférence mondiale de soutien à la réunification indépendante et pacifique de la Corée.

Ce forum international connut un grand succès et il donna naissance au  CILRECO, comité international de liaison en faveur de cette grande cause, dont le siège fut placé à Paris en témoignage et reconnaissance du rôle des amis français dans ce combat de solidarité internationale.

Comme vous le savez, le CILRECO a joué, depuis sa fondation, un rôle essentiel pour développer le mouvement de solidarité avec la cause du peuple coréen à l'échelle internationale, et nous avons la fierté que ce soit l'un de nos militants, notre ami Guy Dupré, qui en assume la responsabilité depuis sa création - travail d'animation efficace apprécié dans le monde entier par toutes les forces progressistes.

En 1989, pour tenir compte des évolutions du problème coréen et de la nécessité de concentrer nos forces, le COFRECO fusionnera avec l'AAFC tout en conservant le nom initial de l'association, mais en supprimant la référence "Paris-Pyongyang" en conformité avec l'orientation définie lors d'un important congrès tenu à Bagneux où se trouve le siège de l'association.

En janvier 1989, les statuts sont aussi modifiés. Je cite :


 
"Tant que se prolongera la division de la Corée, que la Corée du Sud sera soumise à l'occupation étrangère et que le peuple de Corée du Sud aura à souffrir d'atteintes à la libre expression de sa volonté, organiser et développer la solidarité à l'égard des forces démocratiques de Corée du Sud et des victimes des atteintes aux droits de l'homme et de de la répressions"

Soutenir la lutte de la population sud-coréenne pour la démocratie politique et sociale, pour la souveraineté et la réunification du pays.

Dès ce moment, l'AAFC deviendra de plus en plus une association d'amitié et de solidarité avec tout le peuple coréen, au Nord comme au Sud, et elle renforcera  ses activités tant avec les forces politiques et sociales démocratiques sud-coréennes qu'avec les organisations de la RPDC et son gouvernement populaire.

Cette orientation prendra une dimension nouvelle avec l'accord historique du 15 juin 2000 entre le Nord et le Sud de la Corée, engageant un processus dynamique de réconciliation, de coopération et de réunification.

Lors du congrès de l'association de 2001, le soutien à cette déclaration commune Nord-Sud et à son application deviendra l'un des objectifs prioritaires de l'AAFC, avec le départ des troupes américaines et la cessation des ingérences des Etats-Unis dans les affaires du peuple coréen.

Comme vous le savez, démontrant la pertinence de notre action de solidarité avec la cause de la nation coréenne, les avancées réalisées pendant huit ans dans la voie de la réunification ont été considérables.

Malheureusement, tout cela a été brisé avec la venue au pouvoir de l'utra-conservateur Lee Myung-bak qui a mis en oeuvre au Sud une politique anti-réunification et anti-nationale conforme aux voeux de l'impérialisme américain.

Ce recul sérieux a bien sûr conduit notre AAFC à déployer avec vigueur une campagne pour dénoncer le reniement des nouvelles autorités sud-coréennes et pour exiger le respect des engagements pris concernant l'application de la déclaration historique Nord-Sud du 15 juin 2000 et de celle du 4 octobre 2007
qui la prolongeait très concrètement et conformément aux aspirations de la nation coréenne.

Dans cette dernière période, nous avons, notamment avec les parutions régulières sur notre blog, renforcé très sensiblement nos activités d'information, d'explication et de sensibilisation de l'opinion pour faire connaître l'histoire de la nation coréenne, la tragédie de sa division, ses causes et ses conséquences, ainsi que pour rétablir la vérité sur la situation en Corée, sur les réalités de la RPDC et sa politique, face aux falsifications, aux dénaturations et aux calomnies que ne cessent de déverser les médias de notre pays.

Devant la persistance de l'attitude négative des autorités françaises sur le problème coréen et de leur ostracisme à l'égard de la RPDC, nous avons multiplié nos initiatives pour la reconnaissance diplomatique de la RPDC et pour que la France adopte une politique positive favorisant la réunification dans l'arène internationale.

Ces objectifs ambitieux impliquent aujourd'hui, plus encore que par le passé, le renforcement des initiatives de solidarité de l'AAFC en faveur de la réunification indépendante et pacifique de la Corée, en particulier en direction des forces politiques et du gouvernement français, initiatives qui nécessitent la participation active de l'AAFC aux actions du mouvement international de solidarité et sa coordination avec les organisations européennes d'amitié et de solidarité, ainsi que son développement dans diverses régions de notre pays, comme c'est le cas avec la création récente à Lille de notre comité Nord.

Nous voulons également renforcer notre parrainage de l'Ecole secondaire n°1 de Moranbong, à Pyongyang, en lui apportant régulièrement une aide concrète répondant à ses besoins, favoriser la venue en France d'étudiants coréens, faciliter le voyage d'enseignants français en RPDC, les coopérations universitaires entre nos deux pays et continuer nos efforts de contacts avec les milieux économiques pour susciter des coopérations entre nos deux pays dans tous les domaines.

Chers amis,

C'est dans cet esprit que nous fêtons avec vous, qui nous avez fait l'honneur de venir de Pyongyang, le 40eme anniversaire de notre association.

En cette occasion mémorable, nous voulons vous assurer, chers amis coréens, de notre détermination à déployer tous nos efforts pour que, enfin, "la Corée soit une " dans l'indépendance et la paix, contribuant ainsi à l'émergence d'un monde pacifique et de progrès.

Cet engagement de notre AAFC, je vous prie de le transmettre à votre peuple et à son dirigeant éminent, le Président Kim Jong-il, en lui exprimant tous nos voeux de bonne santé et de longue vie.

Vive l'amitié indestructible entre les peuples français et coréen !

Partager cette page

Repost 0
Publié par

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Teads - Top des blogs - International

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)