Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 22:03

Le mardi 17 novembre 2009, plus de 30.000 paysans ont manifesté au centre de Séoul contre la baisse des prix du riz. Ils ont condamné notamment le refus du gouvernement Lee Myung-bak de reprendre les fournitures de riz à la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) : après les excellentes récoltes 2009, l'augmentation des stocks sud-coréens a en effet entraîné une chute des cours, quand les Nord-Coréens sont au contraire confrontés à des risques accrus de pénurie alimentaire après les mauvaises récolte de cette année dues à la sécheresse.

La colère gronde dans les campagnes sud-coréennes : la manifestation de plus de 30.000 paysans coréens au centre de Séoul, le mardi 17 novembre 2009, était le point d'orgue d'un mouvement national de protestation des riziculteurs contre l'incapacité du gouvernement Lee Myung-bak à stabiliser le prix du riz. Si celui-ci a mis en place des mesures de soutien à l'industrie agro-alimentaire, celles-ci ne visent en effet pas directement les producteurs, et leurs effets sont plus qu'incertains, au moins à court terme. Les participants s'étaient réunis en une Convention nationale des paysans à l'appel de treize organisations paysannes, dont la Ligue des paysans de Corée. Des parlementaires d'opposition soutenaient cette initiative, dont Chung Sye-kyun, président du Parti démocratique, et Kang Ki-kap, président du Parti démocratique du travail.

La manifestation de mardi fait suite à une dégradation continue des conditions économiques des paysans coréens, suite notamment à la libéralisation des échanges de riz décidée il y a cinq ans
.

Un représentant de la Convention nationale des paysans, présidée par Han Doh-sook, a mis en cause "la décision gouvernmentale de suspendre l'aide en riz au Nord, ce qui a conduit à une augmentation spectaculaire des stocks de riz, entraînant une chute des prix". L'ancienne administration sud-coréenne de Roh Moo-hyun livrait chaque année jusqu'à 400.000 tonnes de riz au Nord, alors que le Sud dispose des plaines les plus fertiles de la péninsule coréenne, notamment dans la province de Jeolla, où les protestations ont été particulièrement fortes.

Les manifestants souhaitent également une couverture minimale des coûts de production en fixant des prix minimums d'achat de 210.000 won (environ 125 euros), alors que d'excellentes conditions climatiques ont conduit à une récolte de riz exceptionnelle de 4,9 millions de tonnes en 2009, selon le ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture, de la Forêt et de la Pêche. L'augmentation de l'offre, conjuguée à une baisse tendancielle de la consommation domestique, entraîne une hausse des stocks et une baisse des prix d'achat aux paysans.

Au plan intercoréen, le gouvernement Lee Myung-bak utilise les livraisons de céréales au Nord - où la récolte de 2009 a été, contrairement au Sud, particulièrement mauvaise - comme une
arme dans ses relations avec les autorités nord-coréennes. Au plan intérieur, il a choisi d'emblée une réponse policière à la manifestation du 17 novembre : quinze manifestants ont été arrêtés pour entrave à la circulation dans le quartier de Gwanghwamun.

Source principale :
Korea Times. Photo : Reuters

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)