Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 00:01

Le président américain Barack Obama vient d'achever à Séoul une tournée asiatique qui l'avait conduit auparavant au Japon, à Singapour et en Chine. Dans une conférence de presse conjointe avec le président sud-coréen Lee Myung-bak qui s'est tenue le jeudi 19 décembre 2009, il a annoncé la venue à Pyongyang, le 8 décembre prochain, de Stephen Bosworth, ambassadeur américain sur la question nucléaire coréenne, tout en continuant à manier la carotte et le bâton.

A l'issue de sa tournée asiatique, la conférence de presse qu'a donnée à Séoul Barack Obama, conjointement avec son homologue sud-coréen Lee Myung-bak, ce jeudi 19 novembre 2009, a réitéré la position américaine sur deux des principaux dossiers asiatiques : le nucléaire iranien et le nucléaire nord-coréen. Si le président américain, qui a été chaleureusement accueilli par les Sud-Coréens, a réservé ses critiques les plus vives au gouvernement iranien, la position américaine vis-à-vis de Pyongyang reste ambiguë, en continuant à manier la carotte et le bâton.

La "carotte" a été la confirmation d'une nouvelle attendue : l'ambassadeur Stephen Bosworth, représentant américain aux pourparlers à six sur le nucléaire coréen, se rendra à Pyongyang le 8 décembre. Pour les Américains, ces discussions bilatérales directes ont pour objet la reprise des pourparlers à six. Une fois encore, Barack Obama a envisagé d'oeuvrer à une plus grande insertion de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) sur la scène internationale, mais sous la condition d'avancées sur le dossier nucléaire qui ne se limitent pas à une reprise des pourparlers à six :

"La porte est ouverte pour régler ces questions [la question nucléaire] de façon pacifique et de permettre à terme à la Corée du Nord de voir ses sanctions réduites et de mieux s'intégrer dans la communauté internationale. Mais cela ne se produira que si la Corée du Nord consent de sérieuses avancées sur la question nucléaire".

Le "bâton" est le jugement négatif porté sur les discussions passées avec la Corée du Nord, en n'envisageant pas d'allègement des sanctions et en ne formulant pas davantage de nouvelles propositions, qui seraient de nature à promouvoir un véritable plan de paix global en Asie du Nord-Est, où chacune des parties bénéficierait de réelles garanties de sécurité :

"Je veux souligner que le Président Lee et moi-même approuvons tous deux le besoin de casser l'habitude qui a existé par le passé selon laquelle la Corée du Nord se comportait de manière provocatrice, puis voulait retourner aux négociations, et alors négociait pendant un temps, puis quittait les discussions et recherchait de nouvelles concessions".

Il n'est pas sûr que cette mise en cause, ignorant les positions pour le moins sinueuses de l'administration George W. Bush, soit le plus sûr moyen de convaincre Pyongyang de retourner à la table des négociations, suivant l'objectif affiché par Washington. Les propos du président Barack Obama sont toutefois nettement plus mesurés que ceux de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, qui avaient déclenché en juillet
une escalade verbale entre Washington et Pyongyang. Plus fondamentalement, l'administration américaine avance prudemment vis-à-vis de la Corée du Nord, en privilégiant des canaux de dialogue diplomatiques discrets, alors que tant Washington que Pyongyang ont déployé une intense activité diplomatique depuis deux mois en direction des différents Etats parties aux pourparlers à six, ou d'autres Etats, comme la France, susceptibles de jouer un rôle positif pour lever les blocages actuels dans les discussions multilatérales.

Dans ce contexte, l'agence Chine nouvelle a annoncé le vendredi 20 novembre que Liang Guanglie, ministre de la Défense de la République populaire de Chine, allait visiter la RPDC, ainsi que le Japon et la Thaïlande, entre le 22 novembre et le 5 décembre.

Sources :
AFP, The New York Times. Photo Lee Yong-ho/Pool/Epa

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)