Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 23:07

Le 22 juillet 1982, l'Institut de recherche architecturale Paektusan était fondé à Pyongyang, sur l'initiative du dirigeant Kim Jong-il. Trente ans plus tard, il s'est affirmé comme le principal centre de création architecturale en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Lors de sa visite en Corée en avril 2012, la délégation de l'AAFC a rencontré Sin Dong-ho, directeur du département des relations extérieures de l'Institut, ainsi que deux architectes formés en France, Pak Chol et Pak Chol-min, qui ont expliqué l'histoire et l'organisation de l'Institut Paektusan. Occupant un vaste espace dans la capitale Pyongyang, abritant un hall d'exposition ainsi qu'une salle de ping-pong au cinquième étage, l'Institut est aujourd'hui très impliqué dans les grands projets d'aménagement urbain en RPD de Corée, au moment où un important effort est consacré à la construction et à l'architecture.

 

Coree2012-058.jpg

En l'espace de trente ans, les architectes et urbanistes de l'Institut Paektusan ont dessiné les plans de centaines de constructions monumentales, non seulement dans la péninsule coréenne mais également à l'étranger (en Angola, en Chine, en Egypte, en Ouganda, en Namibie...). Comme dans l'ensemble de la RPD de Corée, le traitement des questions architecturales et techniques est étroitement lié, comme en témoigne le regroupement au sein de l'Institut Paektusan d'un centre de design, d'une unité dédiée aux matériaux de construction et de deux centres spécialisés, respectivement, dans l'environnement architectural et les questions de climatisation et de ventilation.

 

L'histoire de l'Institut retrace celle de l'architecture en Corée du Nord. Alors que la guerre de Corée faisait encore rage, le Président Kim Il-sung avait appelé les architectes, dès l'année 1951, à définir les nouveaux plans de la ville de Pyongyang qui, pendant les trois ans du conflit, a reçu davantage de bombes (428.000) qu'elle ne comptait alors d'habitants (400.000), n'étant plus qu'un champ de ruines lors de l'armistice en 1953. Dans cette perspective, dès la période de la guerre des étudiants avaient été envoyés à l'étranger pour se former.

 

L'Institut Paektusan correspond non seulement à une agence d'architecture au sens occidental, mais également à un lieu d'échanges dans les domaines scientifique et technologique, ayant été présent à des conférences internationales, notamment en Autriche en 2010 et à Nuremberg en 2011. Il participe aux concours pour la définition des grands projets d'urbanisme en RPD de Corée, l'accent étant aussi porté actuellement sur les infrastructures de transport avec l'agrandissement en cours de l'aéroport international de Pyongyang, ainsi que les projets de rénovation de la gare de Pyongyang, construite en 1957, et d'extension du réseau métropolitain.

 

Après sa visite, la délégation de l'AAFC a fait parvenir de la documentation sur l'architecture des aéroports à l'Institut Paektusan. Elle a également entrepris des démarches pour renforcer les coopérations bilatérales avec les écoles d'architecture en France.

 

Coree2012-066.jpg

Photos AAFC.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Architecture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)