Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 17:36

Le 1er mars 2009 est le 90eme anniversaire du Soulèvement du Premier Mars, un événement historique commémoré dans toute la Corée car il marque un tournant décisif dans la lutte des Coréens pour leur indépendance face au pouvoir colonial japonais.

En 1910, après cinq ans de "protectorat" japonais, la Corée est annexée par l'Empire du Japon. Le Japon exerce alors une administration militaire qui se caractérise par un pillage économique et culturel de la Corée, accompagné d'une répression accrue. La colère et la rancoeur des Coréens ainsi colonisés finit par éclater le 1er mars 1919.

Le soulèvement populaire est préparé depuis la fin de 1918 par des religieux, chondoïstes, chrétiens, bouddhistes, par des intellectuels et par des étudiants. Le 1er mars 1919, à Pyongyang comme à Séoul, des centaines de milliers de citadins se réunissent pour écouter la lecture d'un Manifeste de l'indépendance et défiler au cri de "Vive l'indépendance de la Corée!" Malgré la répression, le soulèvement finit par gagner tout le pays et les communautés coréennes d'outre-mer, en Mandchourie, à Shanghai, dans l'Extrême-Orient russe, à Hawai, etc... D'abord pacifiques, les manifestations prennent progressivement l'allure de révoltes quand sont attaqués des établissements de l'administration japonaise. Les Japonais doivent même faire venir du Japon six bataillons d'infanterie en renfort pour mater l'insurrection.

Le soulèvement dure jusqu'à la fin de 1919, mobilisant des millions de Coréens. Sa répression par les forces japonaises donne lieu à un véritable carnage, à l'exemple du massacre de la commune de Jeam. Le 15 avril 1919, le lieutenant Arida, du 79eme régiment de la 20eme division de l'armée japonaise stationnée en Corée, arrive avec une dizaine de soldats dans la commune de Jeam, au sud de Séoul dans l'arrondissement de Suwon. Arida a pour mission de liquider la résistance antijaponaise particulièrement active autour de Suwon. Prétextant une annonce à leur faire, il enferme les habitants de la commune dans une église avant d'ordonner de tirer sur le bâtiment. Les gens qui essaient de s'échapper par les fenêtres sont achevés à coup de baïonettes. Les Japonais mettent ensuite le feu à l'édifice et aux maisons alentour. Le 15 avril 1919, plus de 300 Coréens, hommes, femmes et enfants, trouvent ainsi la mort à Jeam.

Selon des statistiques partielles, le nombre de Coréens tués au cours des trois premiers mois du Soulèvement du Premier Mars s'élève à 7.509, le nombre de blessés, à plus 15.000 et le nombre de prisonniers, à plus de 46.000. La plupart des blessés mourront et un grand nombre de détenus seront exécutés.

Malgré son échec apparent, le Soulèvement du Premier Mars marque une nouvelle étape dans le développement du mouvement de libération nationale en Corée, montrant la voie d'une lutte armée qui aura finalement raison de l'occupation japonaise le 15 août 1945. Il donne aussi naissance au "gouvernement provisoire de Shanghai" dont le dernier président, Kim Ku, un des acteurs du soulèvement, sera tué sur ordre de la police secrète sud-coréenne en 1949.
Enfin, ce soulèvement contraint les Japonais à substituer, pour la forme, une administration civile à leur administration militaire de la Corée. En 1919, le comte Hasegawa Yoshimichi, gouverneur-général de Corée, qui reconnaît avoir perdu le contrôle de la situation, est remplacé par le vicomte Saito Makoto, objet d'une tentative d'assassinat par l'anarchiste Kim Won-bong deux ans plus tard.

A propos du Soulèvement du Premier Mars, le Président Kim Il-sung a écrit :


"Par ce soulèvement, notre peuple a prouvé au monde entier que les Coréens sont fort attachés à leur indépendance, ne voudront jamais être des esclaves sous un joug étranger, qu'ils ne craignent aucun sacrifice pour libérer leur pays."

Kim Il-sung, A travers le siècle, Mémoires, t. 1,
 Editions en langues étrangères, Pyongyang, RPDC, 1992


Timbre édité en République populaire démocratique de Corée
pour le 90eme anniversaire du Soulèvement du Premier Mars

.


Sources :
- Wikipedia
- La Corée au 20eme siècle, Editions en langues étrangères, Pyongyang, RPDC, 2002
- Kim Chang-hwan, Kang Sok-hi, Histoire générale de la Corée, t. 2, Editions en langues étrangères, Pyongyang, RPDC, 1995

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Histoire de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)