Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 03:19

Après avoir facilité les échanges entre le Cénacle de taekwondo Rémi Mollet et la Fédération Internationale de Taekwon-Do (ITF) (*), à laquelle sont affiliés les sportifs nord-coréens, l'AAFC a souhaité mieux faire connaître le Taekwon-Do originel de l'ITF, qui suit les règles élaborées par le fondateur du sport national de combat coréen,  le général Choi Hong-hi. L'AAFC a ainsi rencontré Pierre Sabbah (5ème degré ITF), ancien président de l'Union française de Taekwon-Do ITF, qui nous présente le Taekwon-Do ITF.


Monsieur Pierre Sabbah, bonjour. Vous pratiquez l’art martial national coréen, le Taekwon-Do, depuis plus de vingt ans jusqu’à atteindre le grade de 5ème degré. Ancien président de la première union d’association de clubs ITF en France (l’Union française de Taekwon-Do ITF), vous avez accompagné les équipes de France ITF lors des championnats d’Europe et du monde depuis 1995, et participé plusieurs fois en tant qu’arbitre lors de ces compétitions. Tout d’abord, pourquoi le choix du Taekwon-Do ? Et pourquoi le Taekwon-Do de la Fédération internationale de Taekwon-Do (ITF), à laquelle sont notamment affiliés les sportifs nord-coréens ?


J’ai débuté dans les arts martiaux comme beaucoup de jeunes par le judo, puis par hasard, en 1975, je suis tombé sur un reportage intitulé  "Taekwondo, le karaté volant". On y présentait Maître Lee Kwan-young, pionnier du Taekwon-Do en France et premier instructeur ITF dans l’hexagone. Très impressionné par les photos de ce maître, j’ai demandé à mon père de m’inscrire au club de Maître Lee, qui se situait à l’époque près du Luxembourg à Paris. J’ai débuté l’ITF originel bien après, puisque comme vous le savez, ce style n’était plus pratiqué depuis les années 1973/1974 en France. Dans mes premiers manuels de taekwondo (tous en anglais) se trouvaient les formes originales du Taekwon-Do, appelées à l’époque "Hyong", et était insérée la photo du fondateur, le général Choi. Ainsi, même si lorsque j’ai débuté ma pratique l’ITF avait disparu en France, j’ai toujours eu en mémoire toutes les images que j’avais vues du Taekwon-Do original. Vingt ans plus tard, en 1993, un concours de circonstances m’a fait rencontrer une ceinture noire ITF qui enseignait depuis deux ans à Paris. Lors de ma première rencontre en 1994 avec le général Choi, en présence de Grand Maître Ree Ki-ha, et Tom Mac Callum, ex-secrétaire général de l’ITF, j’ai appris que l’ITF ne connaissait officiellement que deux ceintures noires ITF en France, Norberto Fabrello et Thierry Meyour. En arrivant j’étais le troisième !


Vous avez souligné que le Taekwon-Do ITF est le Taekwon-Do originel du fondateur, le général Choi Hong-hi, décédé en 2002, et dont le corps repose au cimetière des patriotes martyrs, à Pyongyang. Vous avez rencontré plusieurs fois le général Choi Hong-hi [entouré, sur la photo, de Pierre Sabbah et Thierry Meyour]. Comment pourriez-vous décrire celui qui fut aussi un des défenseurs les plus ardents de la cause de la réunification de la Corée, mais que le gouvernement sud-coréen a fait disparaître de l’histoire du Taekwon-Do avant de ne pas accéder à la demande qu’il soit enterré au Sud ?

 

Etant né avant la séparation entre les deux Corée, pour le  général Choi comme pour beaucoup de Coréens, il n’y avait  pas de Corée du Nord et de Corée du Sud. Il n’y avait que la Corée ! Le général Choi, même s’il a combattu le Nord pendant la guerre de Corée, s’est affranchi pendant longtemps du discours des gouvernements successifs en Corée du Sud qui jusqu’à présent ne voulaient pas d’une Corée réunifiée et ont cherché à maintenir cette séparation en présentant la Corée du Nord comme un pays ennemi. Comme vous l’avez dit, le gouvernement sud-coréen a fait disparaître de l’histoire du Taekwon-Do son fondateur. Peu de pratiquants en France connaissent son nom  pour la simple raison que ce n’est pas enseigné, par ignorance, ou pour des raisons politiques. Beaucoup de pratiquants savent que le fondateur du judo est Jigoro Kano, celui du karaté, Gishin Funakoshi, etc.… Mais pour le Taekwon-Do personne ne sait ou, plutôt, certains ne veulent pas savoir. Si dans quelques années les deux Corées se réunissent, j’espère que le général Choi retrouvera sa véritable place en tant que fondateur et comme un des plus acharnés défenseurs de l’unification de la péninsule Coréenne.


Vous avez participé aux seconds Jeux internationaux d’Arts martiaux à Pyongyang, en 2006, comme arbitre. Comment s’est déroulée la compétition ?


Ces jeux internationaux sont uniques puisqu’ils permettent d’assister à des compétitions et à des démonstrations de différentes disciplines telles que le Taekwon-Do bien évidemment, mais aussi karaté, tangsoodo, lutte… En tant qu’arbitre c’est très intéressant puisqu'on peut voir participer des compétiteurs chevronnés, y compris de niveau régional (les Coréens qui participent aux championnats du monde sont toujours des compétiteurs de haut niveau). Je me souviens d’avoir été très impressionné en particulier par un membre de l’équipe féminine de la République populaire démocratique de Corée, mademoiselle Jegal Un, qui s’est démarquée très largement des autres compétitrices en tul (formes) et combat. La Corée possède d’ailleurs un réservoir de compétiteurs de haut niveau impressionnant, ce qui est normal puisque c’est le pays du Taekwon-Do.

 

L’ITF s’est divisé à la mort du fondateur mais reste un des plus grands mouvements sportifs au monde… Où le Taekwon-Do ITF s’est-il le plus développé, hors de Corée ?


Le Taekwon-Do est très développé également au Canada, en Argentine, en Russie, en Tchéquie, en Grèce...


Où peut-on pratiquer le Taekwon-Do ITF en France ?


Du fait de son renouveau il y a tout juste 15 ans il y a peu de clubs en France, mais on peut pratiquer à Brest, en passant par Paris, Limoges, Bordeaux, Grenoble, Marseille, …Pour tous renseignements, les gens intéressés peuvent me contacter, et je leur donnerai les coordonnées des clubs les plus proches.


Comment résumeriez-vous les différences entre le taekwondo de la Fédération mondiale de taekwondo (WTF)  pratiqué notamment en Corée du Sud, et le Taekwon-Do de l’ITF ? Ou en sont les discussions entre les deux fédérations pour une réunification ?


C’est peut-être difficile à comprendre pour un néophyte et même pour un taekwondoiste en France, mais aujourd’hui le Taekwon-Do de la WTF et celui de l’ITF sont très différents techniquement. On ne pratique pas les mêmes formes (les poomse en WTF, les tul en ITF), les règles de combat sont différentes (semi-contact et  pieds/poings en ITF, full-contact avec presque exclusivement des techniques de pieds en WTF), l’exécution des techniques n’est pas la même… Le Taekwon-Do ITF tel qu’il a été développé par le général Choi et les maîtres coréens (tels que Nam Tae-hi, Park Jong-soo, Park Jung-tae et d’autres) est beaucoup plus scientifique, c'est-à-dire que de nombreuses recherches ont été menées pour parvenir à un art martial réaliste et efficace en tenant compte de toutes les potentialités humaines. Le général Choi d’ailleurs définissait le Taekwon-Do comme "l’utilisation scientifique du corps dans un propos de self-défense", notez bien la notion de "scientifique". Concernant une fusion entre l’ITF et la WTF, même si on en parle depuis  plusieurs années, on en n’est qu’au début. Depuis 2000 des entretiens ont été organisés entre les responsables des deux fédérations, Monsieur Ung Chang, président de l’ITF et membre nord-coréen du Comité international olympique, a rencontré l’ex-président de la WTF, Monsieur Kim Un-yong, dès 2003 en vue d’une coopération entre les deux groupes. Depuis, les échanges se sont poursuivis avec son successeur, Monsieur Choue Chong-won, ancien vice-président du Conseil des sports en Corée du Sud. Récemment? en mars 2008 à Pékin, une nouvelle rencontre a eu lieu  dans le cadre du "comité de coordination de l’intégration du Taekwon-Do", et des discussions plus abouties que précédemment ont débuté concernant l’unification des techniques. Un dernier mot, si vous le permettez : souhaitons qu’un compromis puisse être trouvé rapidement entre les deux fédérations, afin que le Taekwon-Do redevienne "un", comme la Corée un jour.


 Merci, Pierre Sabbah.


(*) Nous utilisons ici l'orthographe "Taekwon-Do" telle que déposée par son fondateur, le général Choi Hong-hi, et utilisée par l'ITF.

 
Articles sur le blog du comité régional Bourgogne de l'AAFC :

- Pratiquer le taekwondo et le hankido à Auxerre
- Reprise des cours de taekwondo à Dijon
- L'AAFC Bourgogne actualise la liste des clubs de Taekwon-Do en Bourgogne
- Bienvenue au blog du taekwondo club avallonnais
- Pratiquer le Hapkido en Bourgogne
- Des clubs de taekwondo en Bourgogne

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Taekwon-Do - Hapkido - Taekkyon
commenter cet article

commentaires

Vambairgue 13/08/2008 13:34

Bonjour,apres avoir lu votre article,  je voudrais savoir si vous pouvez me dire ou a Paris on peut pratiquer le Taekwondo ITF car je serai fortement interessé.merci par avance,cordialement

Association d'amitié franco-coréenne 14/08/2008 22:06


Il y a plusieurs clubs de Taewon-Do ITF en France.

Pour obtenir les coordonnées du club le plus proche de chez vous, nous vous invitons à contacter Pierre Sabbah, instructeur Taekwon-Do (5ème degré ITF).

L'adresse de son site est : taekwondoitf.tripod.com/pierresabbahitftaekwondo/id5.html


Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)