Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 00:54

 

18082006_210.jpgDu 16 au 26 août 2011, les Etats-Unis et de Corée du Sud effectuent leurs manœuvres militaires conjointes annuelles Ulji Freedom Guardian sur la péninsule coréenne, mobilisant des dizaines de milliers de soldats sud-coréens et américains, auxquels il faut ajouter, selon l'agence sud-coréenne Yonhap, des bureaux gouvernementaux et des entreprises civiles de Corée du Sud. Le Commandement des forces combinées américano-sud-coréennes présente Ulji Freedom Guardian comme « un exercice défensif régulier destiné à améliorer la capacité de l’alliance [Corée du Sud-Etats-Unis] à défendre la République de Corée [du Sud] », et le Commandement des Nations-Unies en Corée, dirigé par les Etats-Unis, a informé la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) de l'organisation de ces manœuvres, par l'intermédiaire de la représentation de l'Armée populaire de Corée (APC) à Panmunjom, dans la zone démilitarisée séparant les deux Corée. Compte tenu de la situation tendue prévalant dans la péninsule coréenne, l'APC a répondu à cette annonce par une lettre ouverte adressée aux autorités américaines et sud-coréennes, leur demandant d'annuler les manœuvres militaires prévues afin de ne pas accroître le risque de guerre. L'APC lance aussi un appel à l'instauration d'un véritable mécanisme de paix dans la péninsule coréenne, en remplacement du simple cessez-le-feu en vigueur depuis 1953. Voici la traduction en français de la version anglaise de cette lettre diffusée par l'agence KCNA.

 

La paix est une aspiration ardente et une exigence invariable de l'armée et du peuple de la République populaire démocratique de Corée.

 

Cependant, la situation dans la péninsule coréenne est depuis longtemps critique après avoir dépassé le précaire état d’armistice.

 

Une telle évolution de la situation est imputable à la politique hostile mise en œuvre à l'égard de la République populaire démocratique de Corée par les Etats-Unis, lesquels ne mettent pas leurs actes en accord avec leurs paroles, et à la politique de confrontation suivie par les autorités sud-coréennes, qui leur obéissent. Il s'agit, en même temps, du produit direct de l'hystérie guerrière toujours plus évidente qui anime les milieux militaires bellicisites et qui en découle.

 

Ulji Freedom Guardian fait partie de cette hystérie pour une guerre d'agression contre le Nord.

 

Cela peut s'expliquer par le fait que la démonstration de force conjointe qui est prévue consiste en de dangereuses manœuvres de guerre organisées par les bellicistes des Etats-Unis et de Corée du Sud conformément à leurs scénarios récemment révisés et complétés pour une guerre avec le Nord. Cela est aussi mis en évidence par le fait que les exercices conjoints prévus seront des manœuvres pour une guerre nucléaire totale impliquant des armements modernes dont des moyens de frappes nucléaires améliorés, des forces d'agression pléthoriques et même des organes administratifs locaux et des entreprises non gouvernementales.

 

Il faut souligner que ce genre de démonstration de force risquée est organisée alors qu'il est bien connu que le ressentiment et la haine suscités parmi l'armée et le peuple de la République populaire démocratique de Corée sont à leur paroxysme, ainsi que leur détermination à se venger des hideuses provocations des militaires bellicistes de Corée du Sud.

 

Compte tenu de la grave situation qui prévaut actuellement, la représentation de l'Armée populaire de Corée à Panmunjom est fondée à formuler les exigences de principe suivantes aux autorités américaines et sud-coréennes :

 

1. Les autorités américaines et sud-coréennes doivent montrer à la République populaire démocratique de Corée leur volonté de dénucléarisation de la péninsule coréenne en prenant la décision politique courageuse de renoncer aux exercices militaires conjoints prévus.

 

Si elles organisent des actes de chantage, allant jusqu'à mobiliser le groupe d'un super porte-avions nucléaire et un corps aérien prévu pour une frappe nucléaire stratégique contre l'autre partie tout en la pressant de démontrer son attitude sincère quant à la dénucléarisation, cela revient à briser le principe d'action simultanée pour la dénucléarisation.

 

La dénucléarisation de la péninsule coréenne ne peut pas être réalisée en dénucléarisant un seul camp.

 

Ce doit être une dénucléarisation totale et équitable incluant l’élimination des menaces nucléaires pesant sur la République populaire démocratique de Corée.

 

L'armée et le peuple de la République populaire démocratique de Corée ne sont plus ce qu'ils ont été dans le passé. Ils ne cachent pas qu’ils disposent désormais d’une force de dissuasion nucléaire assez puissante pour se défendre eux-mêmes.

 

Si une autre partie déclenche une guerre nucléaire, la République populaire démocratique de Corée est prête à répliquer avec ses armes nucléaires. Nous en faisons la déclaration solennelle.

 

Les autorités américaines et sud-coréennes feraient mieux de tenir compte de la situation en évolution et de bien comprendre qui est leur adversaire. Elles doivent montrer aux yeux du monde entier leur volonté de dénucléariser la péninsule coréenne en renonçant aux exercices prévus pour une guerre nucléaire.

 

2. En annulant ces exercices les autorités américaines et sud-coréennes doivent aussi prendre une décision pratique et courageuse afin de remplacer le système d’armistice par un mécanisme de sauvegarde de la paix dans la péninsule coréenne.

 

La guerre et la paix ne peuvent pas aller ensemble.

 

Il n'y a pas de ruse politique plus éhontée que d'user de la tactique hypocrite et mesquine consistant à préparer la guerre en coulisses tout en faisant semblant d'être pour la paix et le dialogue.

 

La répétition annuelle d'actes de provocation guerrière tels que « Ulji Freedom Guardian » ne fera qu'alimenter le cercle vicieux de la méfiance et de la confrontation et cela aboutira nécessairement à une guerre.

 

Les Etats-Unis et la Corée du Sud se trompent lourdement s'ils pensent qu'ils resteraient en sécurité en cas de guerre dans la péninsule coréenne.

 

Si une guerre éclate, la République populaire démocratique de Corée perdra la ligne de démarcation militaire et gagnera la réunification du pays, le vœu cher à la nation. La République populaire démocratique de Corée est pleine de confiance et d'optimisme à ce sujet.

 

Si les Etats-Unis ont vraiment l’intention de remplacer le système d'armistice par un mécanisme de sauvegarde de la paix, ils doivent montrer par la pratique chez eux et à l'étranger que telle est leur volonté en tant que grande puissance en renonçant au moins aux manœuvres militaires conjointes prévues cette année.

 

3. Les autorités américaines et sud-coréennes doivent exprimer officiellement leur volonté de normaliser les relations entre les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée et les relations inter-coréennes en renonçant aux exercices militaires conjoints prévus.

 

La normalisation doit commencer en mettant fin aux relations hostiles.

 

Appeler à la réconciliation, à la coopération et à l'amélioration des relations avant d'entreprendre des exercices de guerre pour nuire à l'autre camp serait le comble d'une tactique hypocrite.

 

Les Etats-Unis ont provoqué une immense rancune chez les Coréens et les autorités sud-coréennes ont ruiné l'ère du 15 Juin, causant une peine indicible au peuple. Mais l'armée et le peuple de la République populaire démocratique de Corée sont prêts à tout soumettre à la grande œuvre de la paix, de la réunification, de la réconciliation et de la coopération.

 

Les autorités américaines et sud-coréennes ne doivent plus commettre l'erreur politique de mal juger la volonté de la République populaire démocratique de Corée.

 

Le 15 août est supposé marquer un nouveau tournant pour l'amélioration des relations entre le Nord et le Sud. A la lumière de ce que le public attend à ce sujet, ce serait un rejet total de l'amélioration des relations que de lancer les exercices militaires conjoints contre la République populaire démocratique de Corée dès le 16 août.

 

A franchement parler, pour ce qui concerne la question de l’amélioration des relations entre la République populaire démocratique de Corée et les Etats-Unis et des relations inter-coréennes, les Etats-Unis et la Corée du Sud sont plus pressés par le temps que la RPDC.

 

La République populaire démocratique de Corée a suivi jusqu'ici suivi sa voie sans avoir normalisé ses relations avec les Etats-Unis et la Corée du Sud, et elle prospérera et vivra mieux dans le futur aussi.

 

Ils doivent officiellement rendre publique leur volonté d'annuler les exercices militaires dirigés conte l'armée et le peuple de la République populaire démocratique de Corée s'il veulent normaliser leurs relations avec la RPDC.

 

L'armée et le peuple de la République populaire démocratique de Corée gardent inchangées leur volonté et leur position face à ces exercices avec la plus grande fermeté.

 

Les autorités américaines et sud-coréennes doivent se comporter avec prudence, réfléchir et choisir une sage issue au croisement entre le dialogue ou la confrontation, la paix ou la guerre.

 

L'armée et le peuple de la République populaire démocratique de Corée espèrent qu’elles répondront positivement à leur juste appel.

 

 

La représentation de l’Armée populaire de Corée à Panmunjom, le 7 août 2011

 

 

Source : KCNA, 8 août 2011 (traduction : AAFC)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)