Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 10:16

Du 12 au 27 novembre 2010, Guangzhou accueillera les 16èmes Jeux asiatiques. Les Coréens, tant du Nord que du Sud de la péninsule, formeront une fois encore l'une des délégations les plus nombreuses. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) passe en revue les disciplines où sont inscrits les athlètes coréens, une histoire et une culture communes amenant les Coréens du Nord et du Sud à exceller le plus souvent dans les mêmes disciplines sportives. L'AAFC souhaite plein succès aux athlètes du Pays du matin calme.

 

La Corée est une : cette remarque s'observe tout particulièrement dans le domaine du sport, où les athlètes du Nord et du Sud de la péninsule ont connu des succès croisés. Le football (masculin) est l'un des exemples les plus connus : en 1966, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) avait défrayé l'histoire du football en devenant la première nation asiatique à accéder en phase finale d'une coupe du monde de football en battant l'Italie, avant qu'en 2002 la République de Corée (du Sud) ne parvienne aux demi finales de la compétition reine d'une des disciplines sportives les plus populaires en Asie ; en 2010, les deux équipes coréennes se sont qualifiées pour la première fois ensemble en phase finale d'une coupe du monde de football, décrochant deux des quatre billets réservés aux équipes asiatiques. Les attentes seront ainsi particulièrement fortes pour les 20 footballeurs nord-coréens et les 21 footballeurs sud-coréens inscrits aux Jeux asiatiques de Guangzhou, malgré une incertitude sur la présence, ou non, du Sud-Coréen Park Chu-young, dont le club de Monaco était peu désireux de se défaire le temps des Jeux. Pour Park Chu-young, l'enjeu d'une participation aux Jeux d'Asie dépasse d'ailleurs la seule compétition : en cas de médaille d'or, il serait dispensé du service militaire... un service militaire qui, s'il devait l'accomplir, interromprait un temps sa carrière de footballeur professionnel.

 

Le football féminin est l'une des autres disciplines dans laquelle les Coréens excellent au plus haut niveau. En septembre dernier, les Sud-Coréennes sont devenues les championnes du monde des moins de 17 ans à Trinité-et-Tobago, en battant le Japon à l'issue des tirs aux buts. Deux ans plus tôt, le titre de championnes du monde avait été décroché par les Nord-Coréennes en Nouvelle-Zélande, par une victoire de 2-1 sur les Américaines. Alors que la sélection senior nord-coréenne fait partie des sept meilleures équipes au monde, elle avait remporté la médaille d'or aux Jeux olympiques de Doha, le 13 décembre 2006, par une victoire sur le Japon aux tirs aux buts. Soixante-dix-sept joueurs de football coréens, tous sexes confondus (38 du Nord et 39 du Sud) seront parmi les favoris de leur discipline aux Jeux asiatiques de Guangzhou.

 

coree_sud_jeux_asie.jpgAu total, la République populaire démocratique de Corée alignera 199 athlètes (82 hommes et 117 femmes) aux 16èmes Jeux asiatiques, et la République de Corée 805 athlètes (471 hommes, 334 femmes), selon le site officiel des Jeux asiatiques de Guangzhou consulté le 8 novembre 2010. Avec plus de 1.000 athlètes, les Coréens constitueront 7 % des 14.000 athlètes présents à Doha - une proportion très supérieure à celle du poids démographique de la Corée en Asie, attestant du développement accordé au sport de haut niveau au Pays du matin calme. La Corée du Sud (photo KBS) s'est classée deuxième aux Jeux d'Asie depuis 1998, derrière le Japon en 1998 et 2002, mais devant le Japon et derrière la Chine en 2006. Une performance qu'elle entend rééditer cette année.

 

Yon Yong-bok, membre du comité olympique de la RPD de Corée, a souligné que les espoirs de médaille de la RPDC - 6 médailles d'or, 9 d'argent et 16 de bronze lors des précédents jeux à Doha en 2006 - étaient particulièrement élevés dans des disciplines comme le football, l'haltérophilie, la gymnastique et le tir sportif.


Les deux athlètes nord-coréennes ayant remporté une médaille d'or aux JO de Pékin :

Pak Hyon-suk en haltérophilie, catégorie des moins de 63 kg, et Hong Un-jong, en gymnastique artistique, saut de cheval.

 

Parmi les autres disciplines que le football, les deux Corée présentent toutes les deux un grand nombre d'athlètes pour le tir au pistolet (44 Sud-Coréens, 19 Nord-Coréens), le handball (32 Sud-Coréens, 16 Nord-Coréens), l'aviron (16 Sud-Coréens, 14 Nord-Coréens), le basketball (27 Sud-Coréens et 12 Nord-Coréens), le volleyball (24 Sud-Coréens, 12 Nord-Coréens), la gymnastique artistique (12 Sud-Coréens, 11 Nord-Coréens), le tennis de table (10 Nord-Coréens, 10 Sud-Coréens), la lutte (18 Sud-Coréens, 9 Nord-Coréens), l'haltérophilie (15 Sud-Coréens, 9 Nord-Coréens), le judo (14 Sud-Coréens, 8 Nord-Coréens). Les Sud-Coréens sont plus présents en athlétisme (44 athlètes, contre 4 du Nord), et dans plusieurs sports collectifs : hockey, baseball et rugby (respectivement, 32, 25 et  25 Sud-Coréens), disciplines où les Nord-Coréens ne seront pas représentés à Guangzhou. En revanche, les Nord-Coréens sont mieux représentés en natation synchronisée (10 athlètes, contre 2 du Sud).

 

Principales sources : AAFC, le site officiel des Jeux asiatiques de Guangzhou, KBS, Xinhua.

(photo : Alain Noguès, prise lors du voyage de l'AAFC en Corée en septembre 2008)

Partager cet article
Repost0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 22:16

Au moment où s'achèvent les Jeux olympiques d'hiver 2010 à Vancouver, les athlètes coréens ont signé des performances exceptionnelles. Les Sud-Coréens ont décroché 14 médailles, dont 6 d'or, 6 d'argent et 2 de bronze. Si l'or de Kim Yu-na a frappé les esprits, les résultats des Nord-Coréens ont aussi montré le potentiel d'athlètes encore trop peu connus dans les disciplines des Jeux olympiques d'hiver, mais qu'il faudra suivre lors des prochaines éditions.

kim yu naEn remportant l'or sur le programme libre pour sa première participation aux Jeux olympiques, la Sud-Coréenne Kim Yu-na (photo à gauche, source Yonhap), déjà championne du monde 2009 et titulaire du grand prix ISU, a ébloui le monde entier en écrasant ses rivales (228,56 points, contre 205,50 points pour la Japonaise Mao Asada et 202,64 points pour la Canadienne Joannie Rochette). A seulement 19 ans, dans un programme libre sur un concerto de Gershwin, Kim Yu-na a réussi pas moins de six triples sauts dont une combinaison de deux triples et une autre en double axel-triple boucle piqué.

La performance de Kim Yu-na est à l'image de celle de ses compatriotes : les Sud-Coréens ont remporté 14 médailles, dont 6 d'or, 6 d'argent et 2 de bronze. Par son nombre de médailles, la République de Corée (du Sud) se classe septième, devancée seulement par les Etats-Unis, l'Allemagne, le Canada, la Norvège, l'Autriche et la Russie. Les Coréens sont premiers en Asie, devant la Chine. Ils devancent également la France en nombre de médailles. Au tableau des médailles (classant les pays d'abord par le nombre de médailles d'or, puis par le nombre de médailles d'argent et enfin par le nombre de médailles de bronze), la Corée du Sud est cinquième, après le Canade, l'Allemagne, les Etats-Unis et la Norvège.

Lee Sung-ju a décroché deux fois l'or en patinage de vitesse sur courte piste (1.000 m hommes et 1.500 m hommes). Lee Sung-ju fait également partie de l'équipe coréenne qui a obtenu l'argent en relais 5.000 m hommes. Les trois dernières médailles d'or sud-coréennes sont également en patinage de vitesse : Lee Seung-hoon (10.000 m hommes, également médaille d'argent du 5.000 m hommes), Lee Sang-hwa (500 m dames), Mo Tae-bum (500 m hommes, également médaille d'argent du 1.000 m hommes).

Un examen attentif des performances des athlètes coréens doit aussi prendre en compte celles des deux Nord-Coréens ayant participé aux JO de Vancouver, faisant apparaître la République populaire démocratique de Corée (RPDC) comme une valeur montante des jeux d'hiver.

Quadruple champion national, Ri Song-chol, du club Pyongchol, a participé à l'épreuve de patinage artistique hommes, sur la musique Whistle Wind de I. T. Kim. Pour sa part, Ko Hyon-suk s'est classée 9ème au patinage de vitesse sur 500 m, et deuxième Coréenne sur les cinq qui ont participé à la compétition, remportée par Lee Sang-hwa. Ko Hyon-suk a terminé 13ème en patinage de vitesse sur 1.000 m, première des trois Coréennes en lice, ayant cette fois très nettement devancé sa compatriote Lee Sang-hwa (23ème). Les Nord-Coréens seront à surveiller de près lors des prochaines éditions des Jeux olympiques d'hiver.

Sources :
site officiel des JO 2010 de Vancouver, KBS World

Partager cet article
Repost0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 00:11

Les deux Corée sont représentées aux Jeux olympiques d'hiver de 2010, du 12 au 28 février à Vancouver, dans la province canadienne de Colombie-Britannique. Si les Sud-Coréens, qui participent aux Jeux d'hiver depuis 1948, comptent 46 athlètes (selon les statistiques du site officiel des JO de Vancouver à la date du 6 février 2010) et sont notamment les favoris en patinage de vitesse sur courte piste, les Nord-Coréens ont confirmé pour leur part la participation de 2 athlètes (même source) : la championne du monde Ko Hyon-suk en patinage de vitesse, et Ri Song-chol chez les hommes en patinage artistique.

300px-2010_Winter_Olympics_logo_svg.pngAvec 48 athlètes dont la participation était confirmée à la date du 6 février 2010, les deux Corée seront bien représentées aux XXIemes Jeux olympiques d'hiver qui se tiendront à Vancouver, du 12 au 28 février 2010. La ville canadienne avait été désignée à Prague, le 2 juillet 2003, en l'emportant au second tour d'une courte tête (56 voix) sur sa rivale sud-coréenne de PyeongChang (53 voix), malgré le soutien apporté à cette dernière par la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Les deux Corée ont défilé en commun lors, notamment, de la cérémonie d'ouverture des précédents Jeux d'olympiques (JO) d'hiver à Turin, en 2006.

Avec 46 athlètes (selon le site officiel des JO de Vancouver, consulté à la date du 6 février 2010), la République de Corée (du Sud) aligne un nombre de participants comparable à celui des précédents JO d'hiver, où elle avait remporté 11 médailles (6 d'or, 3 d'argent et 2 de bronze), se classant septième au tableau des médailles. Elle est la grande favorite des épreuves de patinage de vitesse sur courte piste, malgré l'absence de Ahn Hyun-Soo : le quadruple champion du monde, qui a remporté quatre médailles (dont trois d'or) aux Jeux olympiques de Turin en 2006, n'a pas pu se qualifier après une blessure début 2008. Dans cette discipline, Lee Ho-suk représente le meilleur espoir de médaille chez les hommes : le champion du monde 2009 avait remporté trois médailles à Turin en 2006, dont une d'or en relais sur 5000 m. Plusieurs athlètes représentent des espoirs sérieux de médaille en patinage de vitesse sur longue piste : chez les femmes, Lee Sang-hwa, et chez les hommes Lee Kang-seok et Lee Kyou-hyeok. En patinage artistique, les regards se porteront sur Kim Yu-na, championne du monde 2009, après avoir décroché la médaille de bronze aux championnats du monde 2007 et 2008.

La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) participera également aux Jeux de Vancouver, après avoir remporté deux médailles aux Jeux olympiques d'hiver depuis sa première participation en 1964 (une médaille d'argent à Innsbruck en 1964 en patinage de vitesse sur longue piste, une de bronze en patinage de vitesse sur courte piste à Albertville en 2002). La participation de deux athlètes a été confirmée le 6 février 2010 : chez les femmes, Ko Hyon-suk en patinage de vitesse (500 m, discipline dans laquelle elle est devenue 
championne du monde à Calgary le 30 octobre 2009, et 1000 m, Ko Hyon-suk étant actuellement vice-championne du monde) ; chez les hommes  Ri Song-chol en patinage artistique. L'athlète entraîné par Jeon Il-gyu a été quatre fois champion national de RPDC (en 2003, 2007, 2008 et 2009).

Principales sources :
site officiel des Jeux olympiques de Vancouver 2010, site du Manila Times dédié aux JO 2010 (notamment les pages consacrées à la Corée du Sud et à la Corée du Nord), wikipédia (article de la version française "Jeux olympiques d'hiver de 2010", articles de la version anglaise consacré à Ahn Hyun-soo et à Ri Song-chol, article en français sur Lee Ho-suk)

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 00:36

Elles sont deux étudiantes coréennes : une Coréenne vivant en France, Lee Kang-eun, et une Coréenne canadienne, Vanessa Lee. Une vidéo montrant, notamment, les deux équipes coréennes défiler en commun à l'ouverture des Jeux olympiques d'Athènes, en 2004, leur a permis de remporter un prix décerné par le Comité international olympique (CIO), illustrant ainsi les valeurs de paix et de solidarité qu'incarnent l'olympisme. Un symbole d'autant plus fort que, si les équipes coréennes du Nord et du Sud ont défilé ensemble lors des cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques de 2000, 2004 et 2006, la dégradation des relations intercoréennes après l'élection du président consevateur Lee Myung-bak à Séoul, en décembre 2007, n'a pas permis de rééditer cette démarche lors des Jeux de Pékin en 2008, où les athlètes coréens ont recueilli au total 37 médailles

Une étudiante coréenne en France, Lee Kang-eun, et une Coréenne canadienne, Vanessa Lee, ont remporté une compétition vidéo du Comité international olympique pour promouvoir les valeurs olympiques. Leur vidéo de trois minutes a gagné parmi 200 participants. 

Ce travail souligne comment le sport peut être un outil efficace pour réaliser la cohésion politique et sociale en montrant les athlètes nord et sud-coréens marcher ensemble dans le stade olympique durant la cérémonie d'ouverture des Jeux d'Athènes de 2004, ainsi que Usain Bolt effectuant le sprint qui l'a conduit au record du monde masculin du 100 m.

Lee Kang-eun, qui a été invitée au 13ème Congrès olympique à Copenhague, a déclaré : "J'ai décidé de devenir une diplomate du sport lorsque j'ai vu l'équipe olympique unifiée de la Corée quand j'étais jeune". Etudiante en deuxième année au département des études internationales de l'Université de Hanyang, elle étudie le marketing sportif dans le cadre d'un échange universitaire à l'Université de Rennes.

 


Article traduit de l'anglais du quotidien Chosun Ilbo. La publication de cet article par l'Association d'amitié franco-coréenne ne vaut pas approbation de la ligne éditoriale générale du Chosun Ilbo, quotidien dont les positions sont le plus souvent diamétralement opposées à celles de l'AAFC.

Partager cet article
Repost0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 11:54

En remportant 37 médailles aux Jeux olympiques de Pékin 2008, les athlètes coréens ont atteint les objectifs qu'ils s'étaient assignées. Si la Corée était un seul Etat, elle se classerait au sixième rang mondial.

Rarement les athlètes coréens avaient remporté autant de médailles aux Jeux olympiques d'été : au tableau de médailles, la Corée du Sud se classe septième (soit deux places plus haut qu'à Athènes en 2004), juste devant le Japon, en décrochant 13 médailles d'or, 10 d'argent et 8 de bronze. Les athlètes sud-coréens ont été accueillis en héros à Séoul par une foule de 20.000 personnes. En tête du groupe, Park Tae-hwan a remporté l'or en 400 m nage libre et l'argent en 200 m nage libre.

L'équipe masculine de baseball a remporté la première médaille d'or asiatique dans cette discipline en battant les Cubains, tandis que 4 médailles d'or ont été glanées en taekwondo : chez les femmes, Lim Su-jeong (catégorie des moins de 57 kg) et Hwang Kyung-seon (moins de 67 kg) ; chez les hommes, Cha Dong-min (plus de 80 kg) et Son Tae-jin (moins de 68 kg). Parmi les autres résultats les plus remarquables, le doublé pour l'or en tir à l'arc par équipes (hommes et femmes), alors que Park Sung-hyun, chez les femmes, et Park Kyung-mo, chez les hommes, ont été l'un et l'autre médaillés d'or par équipe et médaille d'argent à titre individuel. En tir, Jin Jong-ho a réussi le doublé or (50 m pistolet) et argent (10 m). Le site officiel des JO de Pékin donne la liste complète des médaillés.

Mais la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) n'a pas non plus démérité : alors que son objectif était de décrocher au moins une médaille d'or, elle en a remporté deux, avec Pak Hyon-suk en haltérophilie (femmes, 63 kg) et Hong Un-jong (gymnastique artistique, femmes, saut de cheval). S'ajoutent trois médailles en judo : chez les femmes, une d'argent pour An Kum-ae (catégorie 52 kg), et une en bronze pour Won Ok-im (63 kg) ; chez les hommes, Pak Chol-min a décroché le bronze (catégorie 66 kg), après avoir été battu en demi-finale par le Bourguignon Benjamin Darbelet. En revanche, Kim Jong-su, qui avait fini deuxième et troisième en tir au pistolet (respectivement 50 m et 10 m) a été déclassé. Si l'on tient compte du produit intérieur brut nord-coréen, la RPDC - 33ème au tableau des médailles - remporte la médaille d'or de l'efficacité.

Si la Corée constituait un seul Etat, elle serait sixième au tableau des médailles. Un résultat qui suffit à comprendre les réticences des grandes puissances, et en premier lieu des Etats-Unis, à encourager l'émergence d'une Corée unifiée, qui pourrait s'affirmer comme l'une des principales puissances d'un monde multipolaire. (Sources : The Seoul Times, site officiel des Jeux olympiques de Pékin)

Partager cet article
Repost0
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 14:30

En tenant compte du produit intérieur brut, la République populaire démocratique de Corée se situe en tête du classement des Jeux olympiques de Pékin. C'est ce que révèle une surprenante étude menée par un professeur d'économie australien.

William Mitchell est professeur d'économie à l'Université de Newcastle, en Australie, et il avoue ne pas aimer les Jeux olympiques. Il considère néanmoins que cette manifestation sportive fournit des informations intéressantes si on pondère le nombre de médailles obtenues par des indicateurs comme le produit intérieur brut (PIB), la population, le revenu par tête ou encore le nombre d'athlètes envoyés par chaque pays. Alors que le classement du tableau officiel des médailles reflète surtout la puissance économique, le classement obtenu par le professeur Mitchell en fonction de différents indicateurs socio-économiques offre une autre vision des performances des pays participants.

Ainsi, quand on pondère le nombre de médailles gagnées en fonction du PIB (*), le pays qui arrive en tête aux Jeux olympiques de Pékin est... la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) !

Les deux athlètes nord-coréennes ayant remporté une médaile d'or aux JO de Pékin :

Pak Hyon-suk en haltérophilie, catégorie des moins de 63 kg, et Hong Un-jong, en gymnastique artistique, saut de cheval.

(photo : Alain Noguès, septembre 2008)


La méthode suivie par le professeur Mitchell est la suivante : chaque pays se voit attribuer un point pour une médaille d'or, 0,66 point pour une médaille d'argent et 0,33 point pour une médaille de bronze. Le score total de chaque pays est ensuite rapporté à son PIB 2007 exprimé en millions de dollars, issu des Indicateurs sur le développement mondial publiés par la Banque mondiale ou, à défaut, du CIA World Factbook (*). Le résultat obtenu permet en quelque sorte de mesurer l'efficacité sportive d'un pays par rapport à la capacité de son économie. Plus ce résultat est faible, plus le pays est performant.

La RPDC a remporté deux médailles d'or, une médaille d'argent et trois médailles de bronze. En suivant la méthode du professeur Mitchell, elle se voit donc attribuer 3,65 points (2x1 + 1x0,66 + 3x0,33). En divisant par 3,65 le PIB du pays en 2007, évalué à 2,22 milliards de dollars dans le CIA World Factbook, on constate que chaque médaille nord-coréenne n'a "coûté" que 608 millions de dollars, ce qui place la RPDC en tête de l'efficacité économico-sportive des 87 pays ayant remporté au moins une médaille aux Jeux olympiques. Selon le même calcul, une médaille sud-coréenne revient à 43,6 milliards de dollars (43eme place) , une médaille française revient à 110,6 milliards de dollars (58eme place) et une médaille américaine revient à 189,3 milliards de dollars (72eme place).

Dans le classement officiel des Jeux olympiques de Pékin, la Corée du Nord, la Corée du Sud, la France et les Etats-Unis occupent, respectivement, la 33eme, la 7eme, la 10eme et la 2eme place.

En tenant compte du PIB (en dollars) par habitant, le professeur Mitchell obtient, selon le calcul décrit plus haut, le score pondéré de médailles du pays si chaque habitant produisait 1.000 dollars par an. Là encore, la RPDC arrive en tête avec un score de 39,3 qui correspondrait, par exemple, à vingt-cinq médailles d'or, douze médailles d'argent et dix-neuf médailles de bronze (25x1 + 12x0,66 + 19x0,33). Les Etats-Unis obtiennent un score pondéré de 1,6 (15eme place), la Corée du Sud obtient un score de 1,1 (22eme place), et la France n'obtient qu'un score de 0,6 (35eme place).

Devant de tels résultats, on ne peut que rêver à ce que ferait la République populaire démocratique de Corée si elle n'était pas "le pays le plus sanctionné du monde", pour reprendre les propres mots du président américain George W. Bush le 6 août dernier à Séoul. Quant à une Corée réunifiée, ce serait sûrement une des premières puissances sportives de la planète.

 

 

(*) Le produit intérieur brut (PIB) est un indicateur économique qui mesure le niveau de production d'un pays. Il est défini comme la valeur totale de la production de biens et services finaux, sans les biens de production intermédiaires, dans un pays au cours d'une année par les agents (ménages, entreprises, administrations publiques) résidant sur son territoire. Ce total est ensuite converti, au taux moyen annuel du marché, en dollars. Il est à noter que la Banque mondiale n'utilise pas cet indicateur pour classer les pays par niveau de richesse, car il est soumis à des facteurs tels que les fluctuations du taux de change ou les politiques menées.


Lien vers le "Bill Mitchell's Alternative Olympic Games Medal Tally - 2008"

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 12:33

Les Jeux Olympiques de Pékin constituent une opportunité pour les entreprises chinoises de renforcer leur notoriété internationale, en sponsorisant les équipes olympiques d'autres pays. La fabricant de vêtements de sport Erke a choisi, pour sa part, de sponsoriser les athlètes de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).

Sponsoriser l'équipe olympique nord-coréenne ? C'est le choix qu'a fait le fabricant chinois de vêtements de sport Erke, en fournissant les tenues et les chaussures des athlètes de la République populaire démocratique de Corée pour un montant estimé entre 2 et 3 millions de dollars.

Comme le souligne Chen Saifen, directeur du développement de la marque de Erke, "Nous avons commencé à soutenir l'équipe olympique nord-coréenne l'année dernière car la Corée du Nord est un vieil ami de la Chine." Erke a suivi en cela l'exemple du Groupe du Nouveau Yalu, une autre entreprise de vêtements chinoise qui sponsorise l'équipe nord-coréenne aux Jeux olympiques d'hiver.

Pour les entreprises chinoises, et pas seulement les groupes les plus connus, les Jeux olympiques constituent une opportunité pour renforcer leur notoriété internationale, notamment en soutenant les équipes de pays amis de la Chine et ayant une bonne image auprès du public chinois, lequel dissocie plus facilement la politique et les affaires que les Occidentaux.

Au demeurant, le choix du groupe Erke a d'ores et déjà été couronné de succès au regard des performances de la Corée du Nord, puisque deux athlètes nord-coréennes ont déjà remporté une médaille d'or : après Pak Hyon-suk en haltérophilie dans la catégorie des moins de 63 kg, Hong Un-jong a gravi la plus haute marche du podium en gymnastique artistique, en saut de cheval.(Source : USA Today)

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 11:51

Après des débuts plus que prometteurs lors des deux premiers jours de compétitions, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a remporté sa première médaille d'or aux Jeux Olympiques de Pékin, en haltérophilie, grâce à Pak Hyon-suk : l'athlète nord-coréenne a soulevé 241 kg dans la catégorie des 63 kilos.

Première médaille d'or nord-coréenne : alors que les athlètes de République populaire démocratique (RPD) de Corée  étaient restés à la deuxième marche du podium lors des deux précédentes olympiades, la RPDC est enfin parvenue à décrocher l'or aux JO de Pékin, et dès le troisième jour des Jeux, le mardi 12 août 2008.

Née le 4 août 1985, l'haltérophile Pak Hyon-suk est parvenue à soulever 241 kg dans la catégorie des 63 kg, devant la Kazakhe Irina Nekrassova, deuxième, et la Taïwanaise Lu Ying-chi, troisième.

Le suspense a pourtant été à son comble, quand la future championne olympique a frôlé l'élimination en échouant, à deux reprises, à 135 kg à l'épaulé-jeté. Mais le troisième et dernier essai devait être le bon, dans le parcours qui a finalement conduit Pak Hyon-suk à décrocher l'or, propulsant du même coup la RPD dans les dix premières places du tableau de médailles.

(Sources : AP, AAFC, photo Reuters).

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 00:21

Les premières journées de compétition aux Jeux olympiques de Pékin 2008 ont été remarquables pour les athlètes coréens : si la République de Corée (Corée du Sud) a obtenu de très bons débuts en se classant provisoirement deuxième au classement mondial, juste derrière la Chine, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) s'est également distinguée en décrochant d'ores et déjà quatre médailles le lundi 11 août 2008 au soir.  

Douze médailles coréennes en deux jours de compétition, le lundi 11 août au soir ! L'édition 2008 des Jeux olympiques, à Pékin, s'annonce comme un grand cru pour les athlètes coréens.

La répartition des premières médailles (huit pour le Sud, quatre pour le Nord) est conforme à la répartition démographique de la population dans la péninsule coréenne (deux tiers au Sud, un tiers au Nord).

Les résultats des athlètes sud-coréens sont particulièrement impressionnants, puisqu'ils ont hissé leur pays au deuxième rang mondial : la Corée du Sud a décroché quatre médailles d'or et autant de médailles d'argent, dont le doublé en tir à l'arc par équipes, avec une médaille d'or pour les hommes (Im Dong-hyun, Lee Chang-hwan et Park Kyung-mo) et une autre en or pour les femmes (Park Sung-hyun, Yun Ok-hee et Joo Hyung-jun). En judo, pour les hommes, Choi Min-ho a obtenu l'or et Wang Ki-chun l'argent, respectivement dans les catégories des moins de 60 kg et des moins de 73 kg. Toujours chez les hommes, en 400 m natation nage libre, Park Tae-hwan a décroché la médaille d'or, et Jin Jong-ho l'argent pour le tir (pistolet à air 10 m). Deux autres médailles d'argent chez les femmes complètent ce palmarès encore provisoire : Hyun Hee-nam pour l'escrime, en fleuret individuel, et Yoon Jin-hee en haltérophilie, dans la catégorie des moins de 53 kg.

En 400 m nage libre, Park Tae-hwan, champion du monde en titre, a réussi un chrono de 3 min 41 sec 86, devenant le deuxième performeur de tous les temps derrière l'Australien Ian Thorpe (3:40.08). Le Chinois Zhang Lin et l'Américain Larsen Jensen ont terminé aux deuxième et troisième places du podium.

De son côté, la République populaire démocratique de Corée a obtenu deux médailles pour le judo : une en argent chez les femmes avec An Kum-ae (moins de 52 kg), une autre en bronze pour les hommes grâce à Pak Chol-min (moins de 66 kg). En haltérophilie, O Jong-ae a décroché le bronze chez les femmes (catégorie moins de 58 kg) et, pour les hommes, Kim Jong-su a obtenu le bronze pour le tir au pistolet à air à 10 m.

Si la judokate Xian Dong-mei a obtenu une victoire attendue en défendant son titre, la surprise est venue de la deuxième place de la nord-coréenne An Kum-ae, beaucoup moins connue malgré deux troisièmes places en championnat du monde, en 2007 à Rio de Janeiro et en 2005 au Caire. An Kum-ae avait également été sacrée championne d'Asie de judo, toujours dans la catégorie des moins de 52 kg, en 2005 à Tachkent. La Sud-Coréenne Kim Kyung-ok a terminé quatrième, après la Japonaise Nakamura Misato. (Principale source, y compris photos : site officiel des XXIXèmes Olympiades).

Sur le même sujet, lire aussi, sur le blog du comité régional de l'AAFC-Bourgogne :
- JO 2008, judo : Darbelet victorieux du duel bourguignon-coréen 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 15:55

Le 31 juillet 2008, une équipe de la télévision sud-coréenne SBS a pu filmer des extraits de la répétition pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, le 8 août prochain. Cette prouesse qui déçoit les organisateurs chinois a été réalisée par les Sud-Coréens avec une déconcertante facilité.

C'était un des secrets les mieux gardés des Jeux Olympiques de Pékin : depuis trois ans, Pékin prépare dans la plus grande discrétion les trois heures et demie de la cérémonie d'ouverture des Jeux, sous la conduite du célèbre réalisateur Zhang Yimou (Lion d'or au Festival de Venise en 1992 pour "Qiu Ju, une femme chinoise", Grand prix au Festival de cannes de 1994 pour Vivre! et Lion d'or au Festval de Vebise en 1999 pour Pas un de moins). Or le détail de la cérémonie d'ouverture restait gardé sous le sceau du secret : très peu d'informations filtraient, sinon qu'il s'agissait de retracer en deux-cent-dix minutes 5.000 ans d'histoire de la Chine et, plus largement, de la culture asiatique...

Or, le 31 juillet 2008, les membres d'une équipe de la télévision sud-coréenne SBS ont réussi à s'introduire dans le stade où était donnée une répétition, puis à filmer des extraits de la cérémonie, avec une déconcertante facilité après avoir montré leurs cartes d'identité...

Sun Weide, un représentant du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Pékin, chargé des relations avec les médias, a déclaré : "Nous sommes déçus qu'ils aient fait cela, mais les extraits ne peuvent pas donner au public une image complète de la cérémonie d'ouverture."

La vidéo de SBS montre une chorégraphie minutieusement réalisée, des colonnes blanches ondulantes figurant une chute d'eau alors qu'un point du stade est illuminé par un globe géant bleu et vert... Des jeux de cymbales reprennent la tradition des opéras de Pékin.

Le porte-parole de SBS, Park Jae-man, a déclaré qu'il s'agissait de "renforcer l'enthousiasme pour les Jeux de Pékin", et qu'il serait "regrettable" que les organisateurs se sentent "offensés". De fait, l'action des équipes de SBS les expose à des poursuites et à des retraits de leurs accréditations.

La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques a une symbolique politique forte : il est attendu la participation du président américain George W. Bush, du Premier ministre japonais Yasuo Fukuda et du président français Nicolas Sarkozy. La présence du dirigeant Kim Jong-il avait aussi été évoquée par certains médias occidentaux, alors que la délégation de 60 athlètes est la plus importante jamais constituée par la République populaire démocratique de Corée dans l'histoire des Jeux olympiques. D'autres détails de la cérémonie restent inconnus à ce jour, comme la façon dont le chaudron olympique sera allumé ou encore l'identité du porteur final de la flamme olympique. (Sources : Associated Press, China Daily d'après Xinhua. Photo : China Daily).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?