Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:07

Alors que les discussions entre Washington et Pyongyang doivent reprendre dans quelques jours, comme à chaque phase d'amélioration des relations bilatérales les médias  néo-conservateurs lancent une campagne pour bloquer tout dialogue avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Le dernier argument en date consiste à minimiser, voire à nier, le défi alimentaire auquel sont confrontées les populations coréennes de RPDC. Cette position, indécente, est non seulement incohérente avec les conséquences d'un hiver exceptionnellement rigoureux et d'inondations catastrophiques ayant touché toute la Corée, mais elle est aussi contredite par le consensus des experts ayant visité le pays. Parmi eux, Valerie Amos, chef des opérations humanitaires des Nations Unies, souligne les responsabilités des pays occidentaux n'honorant pas leurs engagements à verser l'aide alimentaire promise.

 

Valerie-Amos1-e1289212028994.jpgMême avec les "meilleures conditions climatiques", la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ne peut pas atteindre l'autosuffisance alimentaire. Tel est le constat dressé à Pékin, le 21 octobre 2011, par Valerie Amos, chef des opérations humanitaires de l'ONU, au retour d'une mission de quatre jours en RPD de Corée.

 

Valerie Amos lance ce cri d'alarme : "Il y a là-bas des besoins très réels, vous ne pouvez pas laisser la population souffrir". Soulignant les responsabilités des pays riches dont certains - mais pas la France - continuent de conditionner l'aide d'urgence à des critères politiques, elle observe que seulement 34 % de l'aide demandée au mois d'avril dernier a été versée, sur un montant attendu de 73 millions de dollars.

 

La chef des opérations humanitaires des Nations Unies observe que les enfants sont les premières victimes de l'indifférence des pays occidentaux : "De plus en plus d'enfants se rendent à l'hôpital avec des maladies de la peau ou souffrent de malnutrition, et alors que l'hiver approche, les maladies respiratoires vont devenir plus fréquentes".

 

La vie d'un enfant nord-coréen aurait-elle moins de valeur, pour les gouvernements occidentaux, que celle d'un enfant haïtien, éthiopien ou bangladais ?

 

Les critiques sur le prétendu détournement de l'aide alimentaire sont sans fondement : les organisations internationales reconnaissent avoir accès à la quasi-totalité des districts du pays (hors zones militaires), ce qui n'est pas le cas d'autres Etats, comme la Birmanie, pour lesquels cette objection n'est pas soulevée. Par ailleurs, si les militaires nord-coréens reçoivent effectivement une part de l'aide, comment pourrait-il en être autrement dans un pays où, selon les statistiques de la CIA, eux et leurs familles représenteraient un sixième de la population ? Enfin, alors que bon nombre des militaires sont des conscrits, est-il acceptable d'affirmer que ces derniers seraient les privilégiés de la RPD de Corée ? Au contraire, les témoignages montrent que la lutte pour l'autosuffisance alimentaire est conduite dans les rangs mêmes de l'Armée populaire de Corée.

 

L'autre objection majeure à une aide aux populations coréennes tient au rôle supposé du gouvernement de la RPD de Corée. Cet argument doit aussi se lire comme un prétexte, faisant fi non seulement des principes élémentaires du devoir d'aide humanitaire, mais aussi des données de base de l'agriculture en RPDC : les cinq sixièmes du territoire ne sont pas cultivables et les inondations depuis les années 1990 ont raviné les sols, réduisant d'autant la surface agricole utile. Loin de se désintéresser de la question alimentaire, les autorités nord-coréennes ont au contraire fait de l'autosuffisance alimentaire une des priorités de leur action, multipliant les expériences novatrices dans le domaine de l'agriculture et de la pisciculture.

 

Enfin, si le gouvernement nord-coréen cherchait, comme certains le prétendent, à constituer des réserves en vue de la célébration en avril 2012 du centième anniversaire de son fondateur, le Président Kim Il-sung, pourquoi achèterait-il aujourd'hui aux prix les plus élevés les rares céréales restant disponibles sur le marché ? Pour le moins, il procèderait à des achats différés sur les marchés à terme, pour économiser ses devises. L'accusation d'une exagération de la pénurie alimentaire pour constituer des réserves est, là encore, un mensonge utilisé pour justifier l'inaction dans l'aide aux populations de la RPD de Corée.

 

inondations coree nord 28 juillet 2011

 

Face à l'urgence alimentaire en RPD de Corée, aggravée cet été par des inondations dévastatrices (photo ci-dessus KCNA) dont les médias ont aussi montré les ravages au Sud, pourtant mieux protégé des caprices de la nature, l'Association d'amitié franco-coréenne appelle :

 

fondation_eugene_bell_ecolieres.JPG- les gouvernements occidentaux, à honorer leurs obligations vis-à-vis du Programme alimentaire mondial et des organisations internationales intervenant en RPD de Corée auprès des populations les plus fragiles ;

 

- le gouvernement français, à être exemplaire dans le respect de ses propres engagements, suite à l'ouverture récente d'un bureau de coopération à Pyongyang ;

 

- toutes et tous, à verser à l'AAFC des dons permettant de venir au secours des populations coréennes, dans la continuité de l'action déjà engagée ce printemps, les 3.250 euros alors recueillis et remis à la fondation Eugene Bell ayant permis l'achat, le transport et la distribution, en octobre, de 9 tonnes de céréales.

 

Plus que jamais, soyons solidaires du peuple coréen, en dénonçant les faux arguments qui veulent justifier une inaction coupable.

 

Sources : AAFC, Le Figaro.

Partager cet article
Repost0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 14:54

Alors que la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a été lourdement touchée par les inondations dès le début de l'été 2011 en ayant également souffert du passage du typhon 9 en août (photo ci-dessous), la Corée du Sud puis les Etats-Unis ont annoncé la fourniture d'une aide d'urgence aux populations nord-coréennes.

 

typhon_9_Coree_Nord_aout_2011.jpg

 

Le 18 août 2011, le département d'Etat américain a annoncé la fourniture d'une aide d'urgence de 900.000 dollars pour venir en aide aux populations nord-coréennes victimes des récentes inondations, les plus lourdes qu'ait connues l'ensemble de la péninsule coréenne depuis la libération en 1945. Washington a affirmé que l'octroi de cette aide, qui serait acheminée par des organisations non gouvernementales (ONG), répondait à des considérations exclusivement humanitaires, après la fourniture d'une première aide d'urgence de 600.000 euros aux victimes nord-coréennes des inondations en septembre 2010. 

 

Cette décision, prise plus de deux mois après la visite d'une délégation américaine en Corée du Nord en mai dernier, intervient toutefois quelques semaines après une visite aux Etats-Unis de Kim Kye-gwan, premier vice-ministre des Affaires étrangères de la RPD de Corée. Des ONG, notamment américaines, avaient tiré la sonnette d'alarme sur la situation alimentaire en Corée du Nord dès février.

 

Le 7 août, un membre du gouvernement sud-coréen avait annoncé la fourniture d'une aide publique d'urgence aux victimes des inondations en Corée du Nord, via le Fonds de coopération intercoréenne, en précisant : « Nous enverrons les produits de secours dès que nous le pourrons (...) Nous allons engager bientôt les mesures administratives nécessaires et les premières aides devraient être livrées en septembre ». Peu auparavant, Séoul avait proposé une aide d'urgence de 4,7 millions de dollars, sous forme de médicaments et de produits de première nécessité, tout en refusant la demande nord-coréenne de livraison de produits alimentaires et de ciment.

 

Début juillet, l'Union européenne avait décidé la fourniture d'une aide d'urgence aux victimes nord-coréennes des inondations à hauteur de 10 millions d'euros.



sariwon_creche--2-.jpg

 

Alors que l'aide d'urgence sud-coréenne à la Corée du Nord provient aujourd'hui principalement d'organisations civiques, le 18 août le ministère sud-coréen de la Réunification s'est félicité de la coopération et de la souplesse de Pyongyang dans la surveillance et la distribution de l'aide sur le terrain : des vidéos ont ainsi été réalisées sur la fourniture de 1.000 tonnes de farine à Sariwon, à partir du 26 juillet dernier (photo ci-dessus, dans une crèche).

 

Sources : 20 minutes.fr, KCNA (dépêche du 11 août 2011, dont photo), Yonhap (dépêches du 7 août et du 18 août 2011, dont photo).

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 11:54

La Commission européenne doit annoncer, ce lundi 4 juillet 2011, une aide d'urgence à hauteur de 10 millions d'euros pour les populations nord-coréennes menacées par une grave pénurie alimentaire, suite aux catastrophes ayant affecté les récoltes. La décision a été prise après la visite en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), en juin, d'une équipe d'experts de l'Union européenne.

 

flood dprk 2010En février dernier, les autorités nord-coréennes tiraient la sonnette d'alarme après les inondations de l'été 2010 et  un hiver exceptionnellement rigoureux, alors que l'ensemble de la péninsule était également touchée par une épizootie de fièvre aphteuse. Si la production de céréales (en moyenne 4 à 4,5 millions de tonnes par an) est durement touchée, la production de pommes de terre (2 millions de tonnes par an en période normale) est également catastrophique. Une équipe d'ONG occidentales présentes en RPDC ont appelé dès février au versement d'une aide alimentaire d'urgence, la période critique de "soudure" - entre deux récoltes - commençant à partir du mois de juin. Fin mars, trois agences des Nations Unies (le Programme alimentaire mondial, la FAO et l'UNICEF) dressaient un constat similaire.

 

En juin, une équipe d'experts de l'Union européenne a visité la Corée du Nord et s'est alarmée de la situation alimentaire dans les provinces du Nord et de l'Est du pays, notamment pour les enfants. « Il faut agir maintenant si nous voulons sauver des vies », a déclaré Kristalina Georgieva, commissaire européenne en charge de l'humanitaire. Cette dernière s'inquiète d'une « dégradation spectaculaire de la situation alimentaire » ces derniers mois, conséquence des aléas climatiques successifs au cours de l'année écoulée.

 

Le montant de l'aide d'urgence de l'Union européenne aux populations nord-coréennes s'élèvera à 10 millions d'euros, permettant de nourrir 650.000 personnes. Sa distribution sera assurée par le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'ONG Save the children, déjà présente en Corée du Nord. Son montant est supérieur à celui du budget pluriannuel des actions de coopération que conduit par ailleurs la Commission européenne en RPD de Corée, et qui concernent des aides à projet.

 

La situation alimentaire en RPDC, structurellement handicapée par le manque de terres arables, a été aggravée par la fin des livraisons de céréales des Etats-Unis et de la Corée du Sud, notamment dans le cadre du PAM, depuis 2008. Ces deux pays conditionnent le versement d'une aide alimentaire aux progrès des discussions sur le nucléaire nord-coréen.

 

Fidèle à une tradition diplomatique refusant de conditionner l'aide aux populations à des critères politiques, la France a pour sa part décidé le versement d'une aide alimentaire d'urgence de 300.000 euros aux populations coréennes, qui s'ajoutent aux dotations annuelles à hauteur de 300.000 euros à deux ONG françaises présentes en RPD de Corée, Première Urgence et Triangle Génération Humanitaire.  

 

Face à l'urgence de la situation alimentaire, l'AAFC a aussi répondu à l'appel des autorités nord-coréennes, en collectant 3.250 euros remis en mai à une ONG implantée en RPD de Corée, la fondation Eugene Bell. L'AAFC continue de collecter les dons pour les populations coréennes (informations à l'adresse suivante).

 

Sources : AAFC, Le Figaro.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 00:24

Les populations de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ont été affectées par un hiver exceptionnellement rigoureux, qui a détruit la majeure partie des récoltes céréalières attendues ce printemps. Cette situation a encore aggravé l’insécurité alimentaire, dans un pays dont les terres arables ne représentent qu’un sixième du territoire et qui subit le plus vieil embargo au monde. Face à l’urgence alimentaire, l’AAFC a répondu une fois encore présente : en deux mois, ce sont 3.250 euros qui ont été collectés et remis à la Fondation Eugene Bell, présente en RPD de Corée, pour agir maintenant. L’AAFC remercie toutes celles et tous ceux qui ont contribué à notre effort de solidarité.

 

Entre mars et mai 2011, l’Association d’amitié franco-coréenne a répondu à l’appel des autorités nord-coréennes, relayées par les ONG présentes dans le pays et les agences des Nations Unies, pour apporter une aide alimentaire d’urgence aux populations coréennes. Au total, 3.250 euros ont été recueillis en deux mois, seulement par des appels à dons par courrier et sur Internet. Par comparaison, à l’automne 2007, l’AAFC avait recueilli plus de 9.000 euros pour la solidarité avec les populations coréennes sinistrées : mais les délais étaient cette fois-ci deux fois plus courts et il n’était matériellement pas possible d’organiser une soirée de solidarité comme en 2007. Par ailleurs, face aux graves conséquences de la pénurie alimentaire en ce moment même en RPD de Corée, il n’y avait pas, contrairement à 2007, d’images des médias nord-coréens qui auraient mobilisé l’opinion publique. Nous savons aussi que, pour beaucoup de nos adhérents, leur situation financière est plus critique qu’en 2007 et que beaucoup n’ont pas pu nous aider comme ils le souhaitaient. Mais malgré ces obstacles il était urgent d’agir et l’AAFC a répondu une fois encore présente.

 

fondation eugene bell ecolieresLe résultat obtenu doit beaucoup à l’aide généreuse du Comité internationaliste pour la solidarité de classe qui, par l’intermédiaire d’une adhérente de l’AAFC du Pas-de-Calais, a versé 1.000 euros. Il est aussi le fruit de la mobilisation des comités régionaux de l’AAFC : le comité régional Bourgogne a recueilli 425 euros, les adhérents du nouveau comité régional Bretagne 120 euros et la direction du comité régional Nord 50 euros, qui s’ajoutent aux dons individuels d’adhérents de l’AAFC dans le Nord - Pas-de-Calais et au don du CISC, fortement implanté dans cette région.

 

Dès le lancement de son appel à dons, l’AAFC a contacté sans tarder les ONG françaises présentes en Corée, ou avec lesquelles elle est en contact de longue date pour la solidarité avec les Coréens, comme le Secours populaire français. Ces ONG n’étant pas en mesure de répondre dans les conditions souhaitées, l’AAFC a pris contact avec d’autres ONG qui travaillent en Corée. Le président de la Fondation Eugene Bell, Stephen W. Linton, nous a apporté les garanties attendues que les dons recueillis seraient bien affectés à une aide alimentaire d’urgence, apportée aux populations coréennes dans les meilleurs délais. Le virement a été opéré le 19 mai et nous avons reçu un accusé de réception du président Stephen W. Linton dès le 20 mai.

 

eugene bell fondation 3Les sommes collectées par l’AAFC serviront à l’achat d’une tonne de compléments alimentaires concentrés riches en protéines, distribués dans les centres antituberculeux de la Fondation Eugene Bell situés dans les provinces du Nord et du Sud Pyongan, et dans les villes de Nampo et Pyongyang.

 

En remerciant une fois encore toutes celles et tous ceux qui ont répondu à son appel, l’AAFC les informera de l’utilisation de leurs dons, manifestant ainsi concrètement notre solidarité avec les populations coréennes.

 

Photos : Fondation Eugene Bell

Partager cet article
Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 21:07

Au lendemain d'un hiver extrêmement rigoureux qui a détruit plus de la moitié des récoltes de céréales attendues ce printemps, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) est confrontée à la plus grave situation d'insécurité d'alimentaire depuis les années 1990 : si rien n'est fait avant l'été, des femmes, des hommes et des enfants coréens vont mourir pendant la "soudure" des derniers mois de printemps. Face à l'urgence de la situation, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) en appelle à toutes et à tous : dans les semaines à venir, tous les dons recueillis, même modestes, seront envoyés à une ONG présente en RPDC pour l'achat de produits alimentaires. Dans ce contexte, l'AAFC remercie tout particulièrement le Comité internationaliste pour la solidarité de classe (CISC) qui, par l'intermédiaire d'une militante de l'AAFC, Madeleine Dupont, a versé un don de 1.000 euros : nous reproduisons ci-après la réponse au CISC d'André Aubry, président de l'AAFC. Dans la dernière ligne droite de la campagne de solidarité avec les populations coréennes, l'AAFC en appelle à chacune et chacun pour redoubler d'efforts.

 

comite_honecker.jpg(Lettre adressée à M. Désiré Marle, 11 rue Desrousseaux, 62320 Rouvroy)

 

"Monsieur le Président,

 

Nous tenons à vous remercier, et, à travers vous, tous les membres du Comité internationaliste pour la solidarité de classe, pour le geste généreux que vous avez accompli afin de venir en aide aux populations coréennes.

 

 Cette année, en République populaire démocratique de Corée, s'ajoutent à un embargo américain qui perdure des conditions climatiques particulièrement terribles, et vous savez combien il est difficile, face au traitement médiatique que subit ce pays, de recueillir des dons pour venir en aide aux populations.

 

Soyez certains que votre don - reversé à une ONG présente sur place - sera bien utilisé pour soutenir les Coréens et réduire les risques d'une nouvelle crise alimentaire.

 

En vous renouvelant nos remerciements, nous vous adressons, chers Amis, nos salutations les plus fraternelles.

 

André Aubry, Président de l'AAFC"

 

La Corée du Nord doit enfin accéder à la sécurité alimentaire !

Nous devons être solidaires avec le peuple coréen !


Vous pouvez contribuer, par vos dons financiers, à l’achat et à la livraison de produits alimentaires pour les populations nord-coréennes. Face à l'imminence de la soudure alimentaire, c’est maintenant qu’il faut agir !

 

Merci de recopier ou découper le bulletin ci-dessous, à compléter et à joindre à votre règlement

à adresser à : AAFC - C/o AAFC Île-de-France – 14, avenue René Boylesve – 75016 Paris – France

 

 

Nom : …………………............................... Prénom : :..........................................................


Adresse postale : ................................................................................................................


Adresse électronique (facultatif) :…......................  Téléphone (facultatif) : ........................


Verse un don de ……...........


Ci-joint un chèque libellé à l'ordre de l'AAFC (préciser au dos « Solidarité Corée »)


 

Vous pouvez aussi effectuer un virement en utilisant les coordonnées suivantes :

 Numéro de compte :   30002 00555 0000005585S 18
IBAN :   FR19 3000 2005 5500 0000 5585 S18
Destinataire :   Association d'amitié franco-coréenne
Banque :   CL BAGNEUX PASTEUR 00555

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 16:55

WFP.gifDans un rapport commun rendu public le 24 mars 2011 à l'issue d'une enquête de terrain conduite en février-mars, trois agences des Nations Unies (le Programme alimentaire mondial, la FAO et l'UNICEF) soulignent l'urgence de la situation alimentaire en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) : après les graves conséquences d'un hiver exceptionnellement rigoureux, le système public de distribution ne sera plus en mesure d'alimenter la population à partir de la mi- juin. L'AAFC appelle toutes et tous à répondre à et à relayer son appel à dons pour lutter, ensemble, contre l'insécurité alimentaire. Tout doit être mis en oeuvre pour éviter que ne se reproduise le drame des années 1990 : des catastrophes climatiques (sécheresse, inondations) avaient alors détruit une grande partie des récoltes, entraînant la surmortalité de centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants.


L'épizootie de fièvre aphteuse, qui frappe toute la Corée, s'est ajoutée aux inondations de l'été 2010 et à un hiver exceptionnellement rigoureux ayant détruit la plus grand partie des récoltes des céréales de printemps : handicapée par un climat peu favorable (les terres arables ne représentent qu'un sixième de la superficie du pays) et soumise au plus vieil embargo au monde, la République populaire démocratique de Corée est aujourd'hui confrontée à son plus grave défi alimentaire depuis les catastrophes climatiques des années 1990, qui avait entraîné une surmortalité de centaines de milliers de Coréens et des conséquences irréversibles pour le développement de centaines de milliers d'enfants mal nourris.

 

 Dans un rapport rendu public le jeudi 24 mars, trois agences des Nations Unies (le Programme alimentaire mondial, la FAO et l'UNICEF) soulignent la grave insécurité alimentaire qui menace le pays dès l'épuisement des stocks, avant les récoltes de l'été : les trois organisations internationales ont eu accès à 40 comtés situés dans 9 des 11 provinces du pays, dressant un constat similaire à celui établi par 5 ONG américaines, un mois plus tôt : 6 millions de Nord-Coréens, soit un quart de la population, sont confrontés à une crise alimentaire imminente contre laquelle il faut agir maintenant. Si la France, dont l'aide humanitaire ne répond pas à des considérations politiques, a fourni 300.000 euros, tel n'est pas le choix actuellement opéré par les Etats-Unis ni par la Corée du Sud, qui ont suspendu leurs livraisons de céréales. Les experts des Nations Unies appellent à la reprise de l'aide.

 

Malgré ses ressources limitées et les propres difficultés auxquelles est ainsi soumise la RPD de Corée, le gouvernement nord-coréen n'en a pas moins choisi, pour sa part, de venir en aide aux victimes du séisme au Japon, un des derniers pays n'ayant pas de relations diplomatiques officielles avec la RPDC.

 

 Toujours solidaire des populations coréennes, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) souligne qu'il est encore plus urgent d'agir qu'en 2007, lorsqu'une campagne de solidarité avait permis de recueillir plus de 9.000 euros pour les victimes d'inondations. Cette année encore, l'intégralité des sommes recueillies seront reversées à des ONG présentes en Corée du Nord pour l'achat et l'envoi de produits alimentaires.

 

L'AAFC appelle chacune à chacun à s'engager, aux côtés du peuple coréen, pour l'aider à surmonter la crise alimentaire, en diffusant et relayant son appel à dons.

 

Merci de recopier ou découper le bulletin ci-dessous,

à compléter et à joindre à votre règlement à adresser à :

AAFC - C/o AAFC Île-de-France – 14, avenue René Boylesve – 75016 Paris – France

 

Nom : ............................................................ Prénom : .............................................

Adresse postale : .......................................................................................................

Adresse électronique (facultatif) : ..........................................................................

Téléphone (facultatif) : ..............................................................................................

verse un don de ……........... €

Ci-joint un chèque libellé à l'ordre de l'AAFC (préciser au dos « Solidarité Corée »)

 

Vous pouvez aussi effectuer un virement en utilisant les coordonnées suivantes :

Numéro de compte : 30002 00555 0000005585S 18

IBAN : FR19 3000 2005 5500 0000 5585 S18

Destinataire : Association d'amitié franco-coréenne

Banque : CL BAGNEUX PASTEUR 00555

Identification de la banque : BIC CRLYFRPP

 

 

Sources : AAFC, Associated Press

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 20:00

Comme en 2008 et en 2009, c'est une délégation commune de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) et de l'association d'amitié belgo-coréenne Korea-is-One (KIO) qui s'est rendue en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), à l'invitation des associations d'amitié Corée-France et Corée-Belgique du Comité coréen de solidarité avec les peuples du monde. La délégation 2010 est partie pour la RPD de Corée à l'occasion du 65ème anniversaire du Parti du travail de Corée, fondé le 10 octobre 1945. Les membres de la délégation ont quitté Paris le 4 octobre, avant un retour en Europe prévu le 21 octobre.

 

09092008-040.JPGPeu après la conférence du Parti du travail de Corée qui s'est tenue le 28 septembre dernier, de nombreuses délégations étrangères seront présentes en République populaire démocratique de Corée à l'occasion du 65ème anniversaire de la fondation du Parti du travail de Corée, le 10 octobre 1945. Pour sa part, l'Association d'amitié franco-coréenne a constitué une délégation conjointe avec ses homologues belges de Korea-is-One. La délégation a quitté Paris pour Pékin le 4 octobre. Elle arrivera à Pyongyang le 7 octobre.

 

Le séjour en Corée, jusqu'au 19 octobre, avant un retour en Europe le 21 octobre, sera notamment l'occasion de resserrer les liens entre l'AAFC et l'école secondaire n°1 de Moranbong, à Pyongyang, avec laquelle elle est jumelée : 800 euros de dons ont d'ores et déjà été recueillis pour l'acquisition des vidéo-projecteurs demandés par la direction de l'école. L'AAFC appelle chacune et chacun à poursuivre l'effort de solidarité en envoyant un don à Mme Jacqueline Lucca, trésorière de l'AAFC - 5, Allée Frédéric Chopin - 91380 Chilly-Mazarin (indiquer au dos du chèque "Moranbong").

 

07092008-105.JPGPar ailleurs, la délégation se rendra à la ferme coopérative d'Ontchon,  sur la côte ouest de la Corée, avec laquelle est jumelée l'association belge Korea-is-One. Les sommes collectées par KIO depuis plusieurs années ont permis l'acquisition d'un tracteur.

 

Cette année marquant le 60ème anniversaire du début de la Guerre de Corée, le programme comprend également une visite du Musée de la Guerre de libération de la patrie (nom donné à la Guerre de Corée au Nord) et de la ville martyr de Sinchon où plus de 35.000 personnes ont été tuées entre octobre et décembre 1950 par les troupes américaines et leurs alliés sur place. Un déplacement est aussi prévu à Panmunjeom, dans la zone démilitarisée séparant le Nord et le Sud, symbole de la tragique division de la péninsule coréenne. Ce n'est là qu'une toute petite partie du programme.

 

Enfin, afin de contribuer au vaste effort engagé en faveur de l'agriculture en RPD de Corée, l'AAFC apportera 1 kg de semences de maïs et 1 kg de semences de colza, répondant ainsi à une demande de l'Association d'amitié Corée-France. Grâce à l'intervention d'un adhérent de l'AAFC, ces semences ont été données par un agriculteur de la Loire membre de l'Ardear Rhône-Alpes que nous tenons à remercier vivement et qui nous a demandé, en retour, de bien vouloir lui faire parvenir des variétés de céréales coréennes. 

 

Les précisions suivantes nous ont été apportées :


"Les semences de maïs comportent au minimum 12 variétés différentes de maïs ayant donc des précocités très différentes, ceci afin de créer sa propre variété locale après 5 à 6 ans de culture en prenant soin de sélectionner des épis murs en même temps. Les rendements sont de l'ordre de 50 à 60 quintaux par hectare, ces variétés sont très peu gourmandes en intrants (engrais produits phytosanitaires). Pour la culture on sème quand la température du sol est supérieure à 8°C et qu'il n'y a plus de risques de gelées. Pour la fertilisation il faut un peu de fumier, et si possible le sol doit être bien ameubli. On sème en lignes espacées de 0,75  à 0,8 m et sur des rangs espacés de 0,15 m. On utilise ce maïs pour l'alimentation animale et humaine en farine. Concernant le colza, il sert pour l'huile alimentaire et des tourteaux pour les animaux. On le sème en France fin août pour qu'il se développe bien avant l'hiver à raison de 7 kg par hectare."

 

De telles semences issues de l'agriculture biologique répondent à un besoin de l'agriculture nord-coréenne.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 15:31

Le 31 mars 2010, la radio américaine The Voice of America a annoncé que le gouvernement français allait verser une aide alimentaire d'une valeur de 300.000 euros à la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), via deux ONG françaises présentes sur place, Première Urgence et Triangle Génération Humanitaire. L'Association d'amitié franco-coréene, qui entretient des contacts avec les ONG françaises en Corée du Nord depuis 2006, soutient pleinement cette opération, représentative des actions que pourrait conduire prochainement le futur bureau français d'action culturelle et de coopération à Pyongyang.

 

300.000 euros : c'est la valeur de l'aide alimentaire que le gouvernement français va verser à la Corée du Nord, selon une information diffusée par The Voice of America le 31 mars 2010. Cette aide serait accordée à deux ONG françaises déjà présentes en Corée, Première Urgence (pour un montant de 200.000 euros) et Triangle Génération Humanitaire (à hauteur de 100.000 euros). En octobre 2008, Paris avait déjà versé une aide alimentaire de 300.000 euros à la population nord-coréenne, via Triangle. Le gouvernement français utilisera des sommes inscrites au budget de l’Agence française de développemen.

 

Barrage réhabilité à Pyongwon par Triangle GH (photo : Alain Noguès - AAFC, 2006)
 

L'aide française doit être versée après des récoltes céréalières 2009 inférieures à celles de 2008, et suite à la réévaluation du won nord-coréen en décembre 2009. De sources occidentales, cette réforme aurait entraîné une forte inflation et des difficultés d'approvisionnement sur les marchés privés. Le printemps, qui marque la "soudure" avant les récoltes de l'été, est la période la plus délicate pour l'approvisionnement en produits alimentaires des Nord-Coréens, qui luttent toujours pour l'autosuffisance alimentaire après avoir subi des catastrophes climatiques à répétition - sécheresses, inondations - dans un pays dont 85 % de la superficie est constituée de montagnes et de collines.

 

Responsable de la région Asie de Première Urgence, Senad Hasanbasic a affirmé : "On distribuera de la nourriture en échange de services." Après des actions, notamment, dans le domaine de la santé, les activités de Première Urgence en Corée du Nord consistent actuellement dans le soutien à sept fermes d'élevage de lapins depuis janvier 2009, dans le quartier Ryongsong de Pyongyang, à Yontan et Hwangju, dans la province du Hwanghae du Nord, ainsi qu’à Kwaksan et Unjon, dans la province du Pyongan du Nord.

 

Chef de la mission de Triangle Génération Humanitaire (Triangle GH) en Corée du Nord, Alexandre Devort, a déclaré : "Nous allons préparer l’aide alimentaire en mai prochain et effectuerons les distributions dans les mois qui viennent", dans les régions de Shinheung et Younggwang, dans la province de Hangyong, où Triangle GH soutient déjà une ferme piscicole. Triangle GH participe actuellement à trois projets d’amélioration de l’environnement sanitaire et d’aide aux enfants nord-coréens.

 

Parallèlement à l'encouragement de l'apprentissage du français en Corée du Nord, ainsi qu'à la conduite d'actions de coopération dans les domaines éducatif et culturel, le soutien aux ONG françaises en Corée du Nord constituera l'une des mission du bureau français d'action culturelle et de coopération, dont l'ouverture à Pyongyang est attendue au cours du second semestre de l'année 2010. 

 

Pour sa part, l'AAFC est de longue date impliquée dans les actions de solidarité avec le peuple coréen, depuis l'appel à la solidarité internationale lancé par le gouvernement nord-coréen après les catastrophes climatiques des années 1990. En 2007, une soirée de solidarité avec le peuple coréen, dans les salons de Boffrand de la présidence du Sénat le 1er décembre 2007, avait permis de recueillir près de 10.000 euros de dons, remis au Secours populaire français (SPF), pour aider les populations coréennes victimes d'inondations à l'été 2007. L'AAFC était alors déjà en contact avec le SPF pour l'aide aux Nord-Coréens depuis plus de dix ans. Cet appel a été renouvelé depuis, compte tenu du déficit alimentaire structurel de la Corée du Nord. L'AAFC a aussi relayé les appels à la solidarité des organisations internationales.

 

Dans le domaine éducatif, des dons numéraires et en matériel, d'un montant total de 4.000 euros, ont été versés depuis 2005 à l'école n° 1 de Moranbong, à Pyongyang, avec laquelle est jumelée l'AAFC, pour l'acquisition de matériel pédagogique, notamment informatique, ainsi que pour l'apprentissage du français dans les universités nord-coréennes. Enfin, des ouvrages d'auteurs français ont été remis à des professeurs nord-coréens de langue française, en formation en France, en 2008 et 2009.

 

Dans ce cadre, l'AAFC est naturellement en contact avec le lecteur français présent à Pyongyang, ainsi que les représentants des ONG françaises et, plus largement francophones, rencontrés en Corée du Nord à l'occasion du voyage d'une délégation de l'AAFC en République populaire démocratique de Corée en août 2006. En janvier 2009, avec l'aimable autorisation de Triangle GH, l'AAFC a reproduit le témoignage d'Anne Barthes, chef de mission de Triangle GH en Corée du Nord, sur la vie quotidienne en RPDC. Des contacts ont également été pris à Paris en janvier 2009, au sein du bureau de l'AAFC, avec un responsable de Première Urgence, impliqué dans le programme d'élevage de lapins conduit par l'ONG française en Corée du Nord.

 

Sources :

- AAFC

- Yonhap, "Paris va envoyer une aide alimentaire de 300 000 euros en Corée du Nord", 31 mars 2010 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:32

Les équipes de Première Urgence, opérant dans le cadre de l'Union européenne, forment l'une des deux ONG françaises présentes en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Depuis 2009, elles ont mis en place un programme d'élevage et de reproduction de lapins comme une réponse durable à la crise alimentaire qui continue d'affecter les populations coréennes.

La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) lutte toujours pour retrouver le niveau d'autosuffisance alimentaire qui avait été atteint au début des années 1990, avant que des catastrophes climatiques exceptionnelles - sécheresses, inondations - n'affectent une agriculture handicapée par le manque de terres cultivables, lesquelles ne représentent que 15 % de la superficie du pays.

Dans ce contexte, la priorité a été donnée aux programmes de coopération qui, en améliorant les structures de production, apportent des réponses durables à l'objectif d'élever le niveau de production agricole, réaffirmé dans l'éditorial conjoint du 1er janvier 2009 des principaux journaux nord-coréens.

C'est ainsi que les équipes de Première Urgence, l'une des deux ONG humanitaires françaises présentes en Corée du Nord (avec Triangle GH) dans le cadre institutionnel de l'Union européenne, ont mis en place, depuis janvier 2009, un programme d'élevage et de reproduction de lapins. Cette action couvre 13.000 habitants relevant de 7 fermes et centres de reproduction, dans les provinces de Hwanghae du Nord et de Pyongan du Nord. Jusqu'à présent, les travailleurs humanitaires de Première Urgence avaient mis l'accent sur la réhabilitation du réseau hospitalier.

Le choix de la cuniculture apparaît particulièrement adapté à l'objectif d'augmentation et de diversification de la production alimentaire, alors que les ressources d'élevage et les apports nutritifs en protéines animales sont traditionnellement limités en République populaire démocratique de Corée. La pêche fournit certes des apports complémentaires mais la pénurie de fioul, depuis la fin de livraisons de pétrole dans le cadre d'accords de troc par l'Union Soviétique, a limité les quantités pêchées. S'agissant de l'élevage de lapins, comme l'observe Première Urgence, les avantages économiques sont multiples, y compris les possibilités d'un essor du commerce de fourrure : "viande riche en protéines, reproduction facile et rapide, des coûts d'infrastructures réduits et peu de suivi vétérinaire. De plus, sa fourrure peut faire l'objet d'un commerce et relancer ainsi l'économie de ces régions. Par ailleurs, cet animal est d'ores et déjà présent dans le pays et consommé sans réticence culturelle par les nord-coréens".

L'AAFC a soutenu de manière constante les réponses d'urgence aux populations coréennes, notamment après les très graves inondations de l'automne 2007, dans le cadre d'un partenariat avec le Secours populaire français. De même, elle a appelé l'attention du Président de la République et du ministère des affaires étrangères et européennes sur la nécessité d'une action humanitaire bilatérale en direction des populations coréennes, ses appels ayant manifestement fini par être entendus en 2008. Dans ce contexte, l'AAFC a rencontré un ingénieur agronome français avant son départ en Corée du Nord, en janvier 2009. Elle soutient pleinement les actions entreprises dans le domaine de l'élevage et de la reproduction de lapins, en les relayant auprès de ses adhérents et partenaires. (Sources : AAFC, Première Urgence sur reliefweb)

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 19:02

Basée à Lyon, Triangle Génération Humanitaire (Triangle GH) est l'une des deux ONG françaises présentes en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), dans le cadre institutionnel de l'Union européenne. C'est aussi Triangle GH qui a reçu une aide alimentaire apportée par la France à l'automne 2008 (300.000 euros), des mois après de graves inondations, suite notamment à l'appel lancé par l'AAFC aux autorités françaises. Après avoir rencontré sur place l'équipe de Triangle GH lors de son voyage en Corée en 2006, l'AAFC reproduit ci-après, avec l'aimable autorisation de Triangle GH, le témoignage d'Anne Barthes, chef de mission de Triangle GH en RPDC.  Publié fin 2008, ce témoignage apporte un regard impartial sur la vie quotidienne en Corée du Nord, loin des habituels clichés.

Barrage réhabilité à Pyongwon par Triangle GH (photo : Alain Noguès - AAFC, 2006)


 

Corée du Nord

par Anne Barthes, chef de mission Triangle GH en République populaire démocratique de Corée


Corée du Nord. Ces deux mots amènent à d’autres tels que dictature, famine, bombe atomique, essais nucléaires, camps de travail... Est-ce que ce pays de 22 millions de personnes peut seulement se résumer à cela ?

 

Il n’est pas aisé d’écrire sur un sujet tel que la Corée du Nord. La mauvaise utilisation d’un terme, le second degré, l’enthousiasme ou le rejet peuvent être alors interprétés comme point de vue pro ou contre régime. La neutralité semble quasiment impossible. Alors comment parler de ce pays si fermé, si empreint de mystère, si diabolisé, de façon "positive", sans être taxé de militant pour le régime en place ?


Exercice d’autant plus difficile que, un peu comme le conflit israélo-palestinien, tout le monde en a entendu parler, tout le monde a un avis sur le sujet, et cependant peu se sont réellement intéressés à la question et ont fait le tri des (maigres) informations relayées par les medias.

 

Des esprits bien pensants estiment que le simple fait d’être présent ici est une forme d’allégeance à la politique menée par Kim Jong-il, ce discours étant souvent destiné aux agences des Nations Unies et aux organisations non gouvernementales travaillant en RPDC, dont Triangle GH fait partie depuis 1998.

 

Nous sommes une poignée d’étrangers (environ 350 à l’heure actuelle, dont 100 chinois et 100 russes travaillant pour leurs ambassades respectives) à avoir l’opportunité de travailler et donc de vivre en Corée du Nord. Les motivations des uns et des autres sont multiples et variées, le point de convergence étant le désir de connaître et comprendre le peuple coréen.

 

Je ne souhaite parler ni politique, ni crise alimentaire, ni enjeux humanitaires, mais tenter du mieux possible, à travers mes yeux d’étrangère, de narrer quelques tranches de vie qui font partie de mon quotidien à Pyongyang.

 

Ce qui attire indéniablement l’œil les premiers jours est l’absence de feux de signalisation. Non pas qu’ils n’existent pas, ils sont bien là, à tous les carrefours de la ville, mais ils ne fonctionnent pas par souci d’économie, le pays faisant face depuis de nombreuses années à une pénurie d’énergie. Ils sont donc remplacés par des agents de signalisation, appelées plus communément par la communauté francophone "les fliquettes".

 

La "fliquette" donc, est une véritable institution dans la capitale, elle est le reflet du pays tout entier. Munie d’un bâton rouge et blanc, changeant de tenue au fil des saisons, c’est elle qui gère (le peu) de circulation du centre ville (ailleurs, et dans les autres villes, elles sont remplacées par des hommes.) Elle attire forcément le regard (elle est entre autre sélectionnée pour sa beauté), surtout celui de la gent masculine étrangère ; certains d’entre eux ont obtenu, à force de passage régulier, un sourire, un clin d’œil et/ou un penchement de tête. Deux fois par an, elle disparaît des intersections : quinze jours en août pendant les grosses chaleurs et quinze jours en hiver. Pendant cette période, tous les conducteurs sont perdus, ils la cherchent des yeux, ne font pas forcément attention aux feux de signalisation en marche et attendent avec impatience son retour.

 

Autre institution, plus récente, peut être moins typique, mais qui est comme une bouffée d’air frais pour la communauté expatriée : les marchés d’Etat. Ils ont été créés il y a quelques années et, suite à des visites impromptues et persuasives de certains étrangers, nous pouvons maintenant nous y rendre et acheter nos fruits et légumes sans aucun problème. Cela nous permet, entre autre, de voir ce qui est accessible sur place et d’avoir une idée des prix des denrées fraîches. Le plus gros marché de Pyongyang s’appelle Tongil. C’est un marché couvert d’une toiture bleue, très souvent grouillant d’acheteurs potentiels. On y trouve des fruits, des légumes, de la viande, du poisson, des fruits de mer, une quantité importante de kimchis variés (chou fermenté qui est le plat national et qui peut être comparé à notre pain en terme d’importance dans le repas), du soul (sorte de saké local), des vêtements, de la quincaillerie et beaucoup de chinoiseries (produits en tout genre de très mauvaise qualité !).


La Corée
du Nord est certes anti capitaliste, et donc contre le système marchand. Néanmoins, les chalands, principalement des femmes d’un certain âge, ont vite assimilé le concept de marchandage, surtout avec les étrangers. La barrière de la langue n’est pas un problème, c’est à coup de calculatrice que les transactions se font. Elles nous interpellent, comparent les prix avec la marchande d’à côté, sourient quand on commence à négocier et poussent des hauts cris quand on lance un prix trop bas. Et ça se bouscule, ça crie, ça rigole, bref un vrai marché comme on en trouve partout dans le monde, sinon que dans celui-ci, le chou est roi.

 

Le chou donc, est récolté et distribué une fois par an - toute la Corée est réquisitionnée pour la distribution, camions, bus, tramways, charrettes, tout ce qui roule fait office de transport - puis transformé par l’ensemble de la population en kimchi. Chaque mère de famille a sa propre recette, secrète, il est donc rare de manger deux fois le même. Il est servi en tant qu’accompagnement à tous les repas (même le petit déjeuner). Les Coréens en raffolent et lui prêtent mille et une vertus dont la protection contre le cancer (!!!).


Fortement épicé, il doit donc être accompagné d’un verre, voire plus suivant l’humeur, de soul, un alcool de gland à l’origine, transparent et qui a finalement peu de goût mais qui ne fait pas moins de… degrés ! L’alcool tient une place prédominante dans la culture coréenne (en Corée du Sud aussi), pour les repas officiels, les apéritifs entre collègues, les rassemblements familiaux, etc... Il est très mal vu de se servir soi même, il faut attendre que quelqu’un prenne l’initiative de remplir votre verre.
Vous gagnerez le respect total si vous êtes capable de faire "Tchou", littéralement cul sec, plusieurs fois de suite, sans tomber par terre, surtout si vous êtes une femme.

 

Pour finir, il me semble important de parler de notre rapport avec les Nord-Coréens, autres que ceux qui travaillent avec nous. L’idée commune pour ceux qui ne sont jamais venus ici est que les Coréens détournent les yeux à notre vue, qu’ils leur est interdit d’établir le moindre contact avec les étrangers sous peine de sanctions. C’était certes le cas il y a quelques années (et maintenant encore dans certaines provinces) mais il suffit de se promener à pied ou à vélo dans Pyongyang pour se rendre compte que cette époque est révolue.


Nous ne sommes plus considérés comme des bêtes curieuses ou comme une menace potentielle. Il n’est pas rare qu’au détour d’un chemin dans un des parcs de la ville, le week end, nous soyons invités à partager un verre de soul et un morceau de viande avec une famille coréenne venue profiter du beau temps.


Dans la rue, on a souvent droit à des bonjours en anglais, la plupart du temps de la part d’étudiants. Les enfants, eux, nous font de grands sourires et nous saluent. On les intrigue avec nos looks bizarres, nos cheveux et nos yeux clairs. Nous sommes cependant aussi curieux d’eux qu’ils le sont de nous.

 

Il peut sembler absurde de s’attacher à ce genre de détails, mais ici, ces petits signes d’ouverture prennent une importance significative. Après 6 mois en Corée du Nord, je suis encore surprise tous les jours par des détails aperçus dans la rue, les magasins, au bureau avec notre équipe locale. Cela représente peut être 1% de la "vraie vie" du pays, mais c’est à travers notre curiosité et notre attachement à ces moments que nous pourrons continuer à faire notre travail de la meilleure façon possible, comme dans n’importe quel autre pays du monde.


 
  

Depuis janvier 2007, Triangle GH conduit avec le soutien de l’Union européenne (EuropeAid) et de l'Agence suédoise pour le développement et la coopération (SIDA), un programme de réhabilitation de polder* dans la province du sud Pyongan. Le but de ce projet est d’augmenter la surface des terres cultivables, permettant ainsi un accroissement de la production agricole, et par voie de conséquence le renforcement de la sécurité alimentaire, notamment des fermes avoisinant le polder.

 

A ce jour, la phase de travaux (réhabilitation de la digue extérieure, construction des digues intérieures) est achevée. Triangle GH travaille maintenant en étroite collaboration avec les deux fermes coopératives exploitant la zone du polder. Il s’agit de déterminer les cultures à mettre en place dès l’année prochaine, de lancer la construction d’aires d’abattage du riz et de silos de stockage, et de préparer les commandes de petits équipements à destination des fermes.

 

* Un polder est une étendue artificielle de terre dont le niveau est inférieur à celui de la mer. Les polders sont réalisés par drainage provoquant l'assèchement des zones littorales.

Photos : AAFC


En savoir plus sur l'action de Triangle Génération Humanitaire en Corée 



Note de l'AAFC


Selon les dernières estimations disponibles du Programme alimentaire mondial (PAM), la récolte de céréales se serait élevée en 2008 à 4,21 millions de tonnes, soit une nette amélioration par rapport à 2007, malgré de vives inquiétudes à l'été 2008 après de nouvelles pluies diluviennes. Compte tenu des besoins alimentaires (estimés à au moins 5,5 millions de tonnes par an), et des importations de céréales par la Corée du Nord (500.000 tonnes), le déficit alimentaire s'élève à encore 800.000 tonnes, alors que la Corée du Sud  a suspendu son aide bilatérale après l'arrivée au pouvoir du président Lee Myung-bak, et n'avait pas donné de réponse favorable à la demande d'aide alimentaire formulée par la PAM, au moment où nous publions ces lignes.

L'AAFC appelle ainsi toutes et tous à poursuivre l'effort de solidarité avec les populations coréennes. Les dons par chèque à l'ordre du Secours populaire français peuvent être adressés par courrier, à Mme Jacqueline Lucca, trésorière de l'AAFC (5 rue Frédéric Chopin - 91380 Chilly Mazarin), à l’adresse du Secours Populaire Français (BP 3303 – 75 123 Paris cedex 03, préciser "Catastrophes naturelles / Corée du Nord"), ou en ligne, par chèque ou carte bleue, sur le site
www.secourspopulaire.fr (indiquer l’affectation "Urgence et développement dans le monde", et préciser "Corée du Nord"). Les dons permettent de bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu égale à 75% des dons (dans la limite de 488 euros versés), et 66% au-delà dans la limite de 20% du revenu net imposable.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?