Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 22:07

Du 16 octobre 2015 au 7 février 2016, le Musée Cernuschi organise une rétrospective exceptionnelle des artistes coréens en France, intitulée "Séoul - Paris - Séoul. Artistes coréens en France - figurations coréennes", qui montre le rôle constant joué par Paris dans la formation et l'expression d'artistes coréens, depuis l'entre-deux-guerres, jusqu'à des oeuvres parmi les plus récentes exceptionnellement mises en valeur.

Le tableau "Aube" de Bang Hae-ja, artiste abstraite coréenne vivant en France depuis 1961, illustre l'exposition du Musée Cernuschi

Le tableau "Aube" de Bang Hae-ja, artiste abstraite coréenne vivant en France depuis 1961, illustre l'exposition du Musée Cernuschi

Témoigner de la place de la scène parisienne dans la création artistique coréenne contemporaine est un défi qu'ont su relever avec brio les organisateurs des expositions du Musée Cernuschi et de la mairie du 8e arrondissement, en réunissant un vaste échantillon d'oeuvres conservées en France. Commissaire de l'exposition du Musée des Arts de l'Asie de la Ville de Paris, Mael Bellec, conservateur du Patrimoine davantage spécialiste de la Chine, a réalisé un travail de recherche et d'analyse considérable dont, plus que l'exposition elle-même, rend compte l'excellent catalogue de l'exposition, qui comble utilement une lacune dans les relations franco-coréennes. En effet, Paris a été de longue date une destination privilégiée des artistes coréens, mais sans que l'on dispose d'une vue d'ensemble présentant également les figures majeures de la scène artistique coréenne à Paris. Avec la levée en 1989 des autorisations préalables imposées jusqu'alors aux Sud-Coréens pour voyager, la capitale française accueille par ailleurs un nombre important d'étudiants sud-coréens dans les disciplines artistiques et littéraires, et tout d'abord en beaux-arts. Tout juste pourrait-on regretter une translittération aléatoire, et parfois clairement erronée, des noms des artistes coréens en France - même si un index final avec les noms en écriture coréenne permet de combler en partie cette lacune. Par ailleurs, si la scène artistique coréenne à Paris a été essentiellement progressiste, il n'eût pas été inutile de faire aussi ressortir les influences du réalisme américain, mises en avant dans la tradition figurative des artistes officiels encouragés par les régimes conservateurs autoritaires sud-coréens.

Bien que d'abord dédié aux arts chinois (auxquels sont intimement liés les arts coréens traditionnels), le Musée Cernuschi a également acquis des oeuvres d'artistes contemporains coréens, japonais et vietnamiens. Le Musée Cernuschi a en outre occupé une place privilégiée dans les échanges culturels franco-coréens : en 1964, avec le soutien de critiques d'art et d'artistes de l'Ecole de Paris (dont Pierre Soulages et Hans Hartung), Lee Ungno (1904-1989) a créé l'Académie de peinture orientale de Paris. C'est avec le soutien du directeur du Musée Cernuschi Vadime Elisseeff que Lee Ungno a donné des cours de l'Académie au Musée Cernuschi, de 1971 jusqu'à sa mort en 1989. Cette tradition d'enseignement dans les murs mêmes du musée a été reprise par l'épouse de Lee Ungno, l'artiste Park In-kyung (née en 1926), et leur fils Lee Young-sé (né en 1956), tandis que Lee Ungno et Park In-kyung ont procédé à des donations d'oeuvres, et été exposés au Musée en 1971 et 1989. Par ailleurs, une collaboration entre le Musée Lee Ungno de Daejeon et le Musée Cernuschi a permis de restaurer les oeuvres de l'artiste coréen présentées dans l'exposition.

L'exposition du Musée Cernuschi est construite suivant un plan essentiellement chronologique, qui fait à la fois ressortir les influences traditionnelles est-asiatiques et les tendances occidentales des artistes coréens ayant vécu à Paris. Elle s'ouvre par une peinture de Bae Un-song (1900-1978), Une grande famille, réalisée dans les années 1930 : un des premiers artistes coréens exposé en Europe (à Paris et en Allemagne), il s'est installé à Paris entre 1937 et 1940, avant d'enseigner dans le Sud de la Corée, puis au Nord, où il a été l'un des peintres les plus renommés de la République populaire démocratique de Corée. L'oeuvre de Bae Un-song exposée au Musée Cernuschi est caractéristique du dialogue entre la peinture asiatique traditionnelle (qui, à partir de l'entre-deux-guerres et de la découverte des arts occidentaux à l'époque de la colonisation japonaise de la Corée, est désormais appelée en coréen tongyanghwa, ou peinture orientale) et la peinture occidentale (soyanghwa). Si la thématique (la famille, bourgeoise, en costume traditionnel) et un certain hiératisme des figures sont coréens, le choix de la peinture à l'huile (et non à l'encre de Chine) et le style réaliste traduisent les influences occidentales. 

"Une grande famille" (1930-1935), de Bae Un-song (Pai Unsung)

"Une grande famille" (1930-1935), de Bae Un-song (Pai Unsung)

Après la génération de l'entre-deux-guerres, d'autres artistes coréens viennent vivre et travailler, et parfois s'établir, en France, dans les années 1950 et 1960, opérant des choix artistiques, personnels (ils abandonnent parfois des situations sociales plutôt confortables) et parfois politiques - Lee Ungno a été une des victimes, multiples, de la répression par la junte militaire sud-coréenne, ayant été accusé injustement d'espionnage au profit de la Corée du Nord en 1967, emprisonné pendant deux ans (1967-1969) et interdit de séjour en Corée du Sud (à partir de 1977), ce qui l'a amené à opter pour la nationalité française en 1983, n'étant réhabilité par les autorités sud-coréennes qu'à la veille de sa mort, en 1989. Une deuxième figure majeure de cette génération, le peintre abstrait Han Mook (né en 1914) a développé une oeuvre marquée par les premiers pas de l'homme sur la Lune, et dont se dégage une puissante dimension cosmique. Les générations ultérieures (représentées par Yun Hyong-keun, Kim Chang-yeul, Park Seo-bo, Chung Sang-hwa, Lee Ufan, Kim Guiline, Bang Hae-ja...), ayant grandi dans une Corée libérée du joug de la colonisation japonaise mais marquée par les épreuves de la guerre de la Corée (1950-1953), de la division nationale et du régime autoritaire de la Corée du Sud (jusqu'en 1993), ont été formés ou exposés à Paris : ils s'inscrivent plus clairement encore dans un réseau d'échanges artistiques internationaux, épousant les tendances de l'art contemporain.

L'exposition du Musée Cernuschi - et son catalogue - abordent enfin la délicate question d'une identité coréenne, dans un examen subtil du choix des matériaux, des thèmes et des formes, traduisant une sensibilité spécifiquement coréenne (et notamment les permanences calligraphiques de la peinture coréenne) dans son rapport au monde - non seulement comme cosmogonie, mais aussi comme scène artistique dont Paris est l'un des lieux, par-delà les cheminements individuels et la formation d'une communauté artistique coréenne, dont l'Académie de peinture orientale de Paris a été l'un des creusets.
 

Lee Bae, sans titre (2015). Médium acrylique et charbon sur toile. Collection particulière, Paris.

Lee Bae, sans titre (2015). Médium acrylique et charbon sur toile. Collection particulière, Paris.

Sources principales : catalogue de l'exposition, et présentation de l'exposition au Musée Cernuschi

Lire aussi, sur le blog du comité régional Bourgogne de l'AAFC :

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:33

Agé de 57 ans, Jean-François Fitou succède à Emmanuel Rousseau comme directeur du bureau français de coopération en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). En l'absence de relations diplomatiques complètes entre la France et la RPD de Corée - ce que regrette par ailleurs l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), cette situation n'étant pas favorable aux intérêts de la France et contraire à la tradition diplomatique français de reconnaissance des Etats et non des régimes - le directeur du bureau français de coopération à Pyongyang est le plus haut représentant de la République française en RPD de Corée. L'AAFC souhaite plein succès à Jean-François Fitou dans l'exercice de ses fonctions.

Jean-François Fitou nouveau directeur du bureau français de coopération à Pyongyang

Si Jean-François Fitou est souvent désigné comme l'ancien mari de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin, par ailleurs d'origine coréenne, le co-auteur de Saint-Simon ou le système de la Cour avec Emmanuel Le Roy Ladurie (en 1997) est d'abord un fonctionnaire de la République, brièvement passé par les cabinets ministériels - en 2002-2003, il a été directeur adjoint de cabinet de Noëlle Lenoir, ministre déléguée aux Affaires européennes.

Diplômé de l'Institut d'études politiques (IEP) de Toulouse, Jean-François Fitou est agrégé d'histoire. Ancien élève de l'ENA, il a été sous-préfet de Langon, avant d'exercer de premières fonctions au ministère des Affaires étrangères en tant que conseiller en Grande-Bretagne, à partir de 1998.

A sa sortie du cabinet de Noëlle Lenoir en 2003, il est nommé délégué aux affaires européennes et internationales au ministère des Affaires sociales. Il revient au Quai d'Orsay en 2005 en tant que chef du service des moyens et du réseau à la direction générale de la coopération internationale et du développement

Il se spécialise alors sur le monde musulman, devenant premier conseiller de l'Ambassade de France en Afghanistan (de 2007 à 2009) puis ambassadeur au Kosovo (de 2009 à 2012).  

Si ses fonctions à Pyongyang seront les premières dans cette partie du monde, il a déjà l'expérience des régions marquées par les tensions et les crises internationales.

Principale source :

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 00:12

Après les attentats terroristes qui ont frappé Paris le 13 novembre 2015, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a reçu des messages de solidarité du monde entier. Si nous ne pouvons ici tous les citer, nous tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui ont nous exprimé leur compassion. Nos pensées vont tout particulièrement à nos homologues de l'Association d'amitié Corée-France (AACF) de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) : alors que l'AAFC était aux côtés du peuple coréen - de tout le peuple coréen - dans les tragédies qu'ont été au printemps 2014 le naufrage du "Sewol", au Sud, et l'effondrement d'un immeuble dans le quartier de Pyongchon à Pyongyang (au Nord), en adressant des messages de condoléances, nous sommes extrêmement touchés et émus en ces moments particulièrement douloureux. Nous reproduisons ci-après le message en français adressé le 19 novembre 2015 à Guy Dupré, président de l'AAFC, par son homologue de l'AACF, M. Kim Jin-bom.

A M. Guy Dupré,

Président de l’Association d’Amitié Franco-Coréenne


Cher M. le Président,

Nous avons été informés, il y a quelques jours, de l'attentat terroriste qui s'est produit en France et a fait de nombreuses victimes et nous exprimons toutes nos condoléances.

Veillez transmettre tous nos mots de sympathie aux familles des victimes, en mon nom et en celui des membres de notre Association.


Bien à vous,

Kim Jin Bom

Président de l'Association d'amitié Corée-France

Association d’Amitié Corée-France

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 22:50

Après les attentats terroristes qui ont fait au moins 129 victimes à Paris le 13 novembre 2015, les autorités des deux Etats coréens ont présenté leurs condoléances à leurs homologues français - réitérant les unes et les autres leur engagement constant dans la lutte contre le terrorisme - qui avait déjà été réaffirmé au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo, en janvier, ainsi qu'après le 11 septembre 2001.  

La République de Corée (Corée du Sud) a réagi le 14 novembre, dans un message de la chef d'Etat Mme Park Geun-hye publié sur le site Internet de la présidence, avant que cette dernière réaffirme son soutien à la lutte antiterroriste au plan international lors du sommet du G20 à Antalya, en Turquie, le 15 novembre :

Moi et mon peuple exprimons nos profondes condoléances (...) Nous souhaitons manifester notre grande solidarité à la France et au peuple français et espérons que la France surmontera rapidement le choc et la douleur provoqués par ces attentats sous le leadership de M. le Président (François Hollande) (...) Le gouvernement sud-coréen soutiendra les efforts antiterroristes de la France et coopérera activement avec la communauté internationale pour endiguer le terrorisme.

Selon l'agence nord-coréenne KCNA, dans une dépêche publiée le 17 novembre, S.E. M. Ri Su Yong, ministre des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a présenté ses condoléances à son homologue français Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du développement international, le 15 novembre, en soulignant le lourd bilan des attaques terroristes perpétrées sur le sol français. Selon l'agence de presse KCNA,

Traduisant sa position de principe contre toutes les formes de terrorisme, il a exprimé son espoir sincère que le peuple français soigne les séquelles de cette tragédie qui fend le cœur et recouvre la paix et la stabilité dès que possible.

Sources :

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 23:06

Alors que François Hollande a visité la République de Corée (Corée du Sud) en vantant l'engagement de Séoul dans la lutte contre le changement climatique à l'approche de la conférence Paris Climat 2015 (COP21), l'écart est réel entre le discours des autorités sud-coréennes et leur engagement réel. "Des objectifs en trompe-l'oeil" pour Lina Sankari dans L'Humanité, "un double langage" pour Simon Roger et Philippe Mesmer du Monde : si la Corée du Sud joue effectivement un rôle d'intermédiaire entre les pays industrialisés et les pays en développement dans les négociations internationales sur le climat (jusqu'à abriter le Fonds vert qui draine les flux financiers Nord-Sud dans la lutte contre le changement climatique), et si l'économiste sud-coréen Lee Hoesung a effectivement été élu le 6 octobre 2015 président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), en réalité la République de Corée - sous la pression des industriels - tente vaille que vaille de limiter sa contribution à la lutte contre le changement climatique, alors même que son niveau de développement est désormais comparable à celui des pays industrialisés d'Europe occidentale.  

La centrale nucléaire sud-coréenne de Shin Kori

La centrale nucléaire sud-coréenne de Shin Kori

Alors qu'un des objectifs de la "COP21", le 2 décembre 2015, est de parvenir à un accord pour limiter le réchauffement climatique à 2°C, la République de Corée peut difficilement apparaître comme un bon élève, prenant des engagements à la hauteur du haut niveau de développement industriel qu'elle a atteint : elle est le onzième consommateur mondial d’énergie, le septième émetteur de gaz carbonique et le quatrième importateur mondial de charbon (après la Chine, l’Inde et le Japon). Pis, après avoir été un des pays les plus engagés dans la production d'életricité nucléaire, elle fait désormais à nouveau le choix du charbon, très polluant : la consommation de charbon a augmenté de 54 % entre 2005 et 2014.

Face à ces données de départ peu flatteuses, quels efforts sont promis ? Sous la pression notamment des Etats-Unis, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a annoncé, en juin 2015, qu'elle entendait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37 % d’ici à 2030 en activités constantes. Mais un tiers de cet objectif serait atteint par l'achat de permis d'émission, et cela n'effacera pas la hausse massive enregistrée depuis 1990 (même si cette date doit être à relativiser pour le cas sud-coréen, puisque le pays enregistrait alors encore une très forte croissance) : selon Climate Action Tracker (CAT), la hausse des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030 serait de 81 % pour la Corée du Sud, selon les engagements pris en juin 2015.

En d'autres termes, face notamment au poids du lobby industriel des conglomérats (les chaebols) très influent sur les décisions politiques prises par la droite sud-coréenne au pouvoir à Séoul, la Corée du Sud n'est pas prête à tourner le dos à un modèle de développement industriel et de consommation non respectueux de l'environnement. Mais que pouvait-on espérer d'autre d'une administration conservatrice qui, pendant le mandat du Président Lee Myung-bak (2008-2013), a causé des dommages majeurs sur l'environnement  par le projet d'aménagement des quatre fleuves, et qui détruit aujourd'hui l'environnement exceptionnel de l'île de Jeju en y construisant une base militaire à marche forcée ?

Sources :

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 22:35

Du 30 octobre au 2 novembre 2015, une délégation de l'Association coréenne des musées de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a visité Paris, à l'invitation de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC). Benoît Quennedey, vice-président de l'AAFC chargé des actions de coopération, a accompagné la délégation conduite par M. Jon Hyong-jong, curateur de l'Exposition d'amitié internationale, située dans les monts Myohyang. D'autres membres du bureau de l'AAFC - Bernard Chatreau, Maurice Cukierman et Patrick Kuentzmann, secrétaire général de l'AAFC - ont également rencontré la délégation, notamment lors d'un déjeuner offert par l'AAFC à la délégation le 2 novembre et auquel a participé M. Ri Ho-yong, conseiller à la délégation générale de la RPDC en France, en ayant le plaisir de retrouver le chef de la délégation coréenne qui avait été précédemment en poste à Paris comme diplomate. Pour leur disponibilité et leurs précieux conseils, l'AAFC remercie Lorenza D., architecte et muséologue, et Bryan Sauvadet, étudiant en coréen à l'INALCO. L'AAFC se félicite du succès de cette visite dédiée à la conservation préventive, riche de promesses de coopérations franco-coréennes ultérieures dans ce domaine.

Une délégation de l'Association coréenne des Musées en visite en France à l'invitation de l'AAFC

Lors de leur visite, dont le programme avait été organisé par l'AAFC, la délégation de l'Association coréenne des musées a visité différents musées (le Louvre, le Musée d'Orsay, le Musée Guimet et le Musée du Quai Branly) et d'autres institutions françaises pour répondre à une question centrale, objet de son déplacement en France : comment assurer la conservation préventive des oeuvres, c'est-à-dire prévenir leur dégradation au regard de leur environnement physique ? Des questions telles que l'incidence de la chaleur, de la lumière et de l'humidité, en tenant compte des caractéristiques propres aux différents matériaux constitutifs des objets d'art, ont dominé les très riches échanges avec les intervenants sollicités par l'AAFC - notamment Lorenza, diplômée en conservation préventive.

Si la conservation préventive est désormais une discipline enseignée comme telle à part entière dans les universités françaises (en particulier la Sorbonne, pendant un cursus d'un an réservé aux professionnels : conservateurs, architectes, muséologues...), la RPD de Corée dispose toutefois déjà d'une expérience spécialisée pour certains types d'oeuvres - par exemple pour les fresques murales des tombes du Koguryo, classées au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO. Mais la RPD de Corée a besoin d'autres coopérations internationales ainsi que de formations pour améliorer ses règles en la matière et définir une vraie politique de conservation préventive : la visite a ainsi été l'occasion d'évoquer, en lien avec l'AAFC, les possibles échanges avec la France concernant l'accueil d'experts en Corée ou l'envoi d'étudiants coréens en France.

L'AAFC a aussi remis de la documentation spécialisée en français dans le domaine, notamment, de la conservation préventive, convaincue qu'il s'agit d'un secteur où la France et la RPD de Corée ont tout à gagner de l'établissement d'une coopération culturelle et scientifique.

Une délégation de l'Association coréenne des Musées en visite en France à l'invitation de l'AAFC
Une délégation de l'Association coréenne des Musées en visite en France à l'invitation de l'AAFC
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 21:46

Le 25 septembre 2015, l'IUT de Saint-Dié a organisé une conférence-débat intitulée "La Corée du Nord, au-delà des idées reçues", animée par le grand reporter Claude Vautrin, avec les interventions de Damien Jamet, maître de conférences à l'Université de Lorraine, et Benoît Quennedey, vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) chargé des actions de coopération. Cette conférence faisait suite à un séjour - préparé par l'AAFC à partir de juillet 2014 - de Damien Jamet en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) au début de l'été 2015, afin de jeter les bases d'une future coopération universitaire en mathématiques avec l'Université Kim Il-sung, l'une des plus prestigieuses universités de la RPD de Corée. L'AAFC remercie l'IUT de Saint-Dié et l'Université de Lorraine, dont relève l'IUT, pour leur invitation et l'organisation de cette conférence. Les très riches discussions, couvertes par différents médias locaux, ont permis de chasser plusieurs idées reçues sur la Corée du Nord, en montrant l'intérêt et la pertinence de coopérations universitaires pour jeter des ponts entre la France et la RPDC et contribuer ainsi au rapprochement des peuples et à la paix dans cette région du monde.

Retour sur la conférence-débat "La Corée du Nord, au-delà des idées reçues"

Si l'on mesure le succès d'une conférence par le nombre de participants rapporté à la population du lieu d'accueil, l'IUT de Saint-Dié - implanté dans une ville de 21 000 habitants au coeur des Vosges - peut s'enorgueillir d'avoir établi une sorte de record s'agissant d'un événément lié à la Corée : plus de 70 personnes présentes, dont le directeur de l'IUT, Olivier Caspary, par ailleurs maître de conférences en informatique, différents médias locaux, ou encore des étudiants que n'avait pas rebuté l'heure tardive à laquelle nombre de leurs congénères avaient définitivement mis le cap vers d'autres activités extra-universitaires en cette veille de week-end...

Car la Corée du Nord fascine et intrigue. Comme l'a souligné l'animateur des débats, le grand reporter Claude Vautrin (auteur de Grand reporter, le pas de côté, publié en 2015 par Kairos), dès un exposé liminaire clair, dense et ouvrant la porte à la confrontation d'idées, le pays est sous le feu des différentes propagandes. Tout au long de la conférence débat, illustrée par les photos prises cet été par Damien Jamet, aucun des aspects qui fait la singularité de la Corée n'a été éludé : économie, société, politique, diplomatie et, bien évidemment, échanges universitaires, conformes à l'objectif de la mise en place - depuis septembre 2011 - d'un bureau français de coopération à Pyongyang, et dont Damien Jamet a logiquement rencontré le directeur, Emmanuel Rousseau lors de son séjour en RPD de Corée. Il s'agit de la première représentation diplomatique française jamais établie dans le pays avant, espérons-le, que se nouent des relations diplomatiques complètes. En effet, la France est l'un des deux derniers pays de l'Union européenne (avec l'Estonie) à ne pas avoir franchi le cap de l'établissement de relations diplomatiques complètes, ce qui a contribué au recul de son influence en Asie du Nord-Est par rapport à d'autres pays occidentaux, au premier rang desquels l'Allemagne.

Mais, au-delà de la singularité toute relative (car largement façonnée par les médias) de la Corée du Nord, c'est déjà un intérêt scientifique qui a motivé la volonté de Damien Jamet d'approfondir les échanges entre l'IUT de Lorraine et l'Université Kim Il-sung à Pyongyang : tout a commencé par la lecture, dans une revue internationale, d'un article relevant de sa spécialité écrit par un confrère nord-coréen, confirmant le haut niveau de la RPDC en mathématiques, et qui a donné lieu à un échange de correspondances. Comme Damien Jamet n'avait pas de connaissance préalable de la Corée du Nord, il s'est tourné vers l'AAFC qui, lors du voyage de la délégation de l'association qui s'est rendue en RPDC en août 2014, a discuté directement des modalités d'une coopération universitaire - qui n'est pas la première (ni sans doute la dernière) qu'a favorisée l'AAFC. Pour le lancement réussi de cet échange (le premier à notre connaissance, en France, avec la RPDC dans le domaine des sciences fondamentales) à maints égards prometteur, l'AAFC remercie par ailleurs M. Ri Tok-son, conseiller à la délégation générale de la RPD de Corée en France, et Mme Jong Un-a, secrétaire générale de l'Association d'amitié Corée-France au sein du Comité des relations culturelles avec les pays étrangers, qui ont été des intermédiaires efficaces.

Retour sur la conférence-débat "La Corée du Nord, au-delà des idées reçues"

Pendant près de deux heures, les clichés sont tombés les uns après les autres : tout d'abord, il est possible de voyager en Corée du Nord, dont la culture confucéenne a façonné un respect de l'autorité (y compris celle des enseignants) devenue largement étrangère à nos modes de pensée. Il y a chez les Nord-Coréens une appétence pour les connaissances techniques et scientifiques occidentales, afin d'accomplir un nécessaire bond en avant dans le développement et la modernisation du pays. Quand les Français moroses font grise mine, les Coréens (et pas seulement du Nord) manifestent la volonté prométhéenne d'un peuple il y a encore peu soumis au joug d'une domination étrangère, aspirant à la réunification de sa patrie, et se projetant vers l'avenir avec la ferme conviction que l'homme est et doit rester maître de son destin. Par-delà l'échange universitaire entre la Lorraine et Pyongyang, qui n'en est qu'à ses débuts, c'est de la rencontre entre deux univers de pensées et deux sociétés très différentes dont a rendu compte une conférence-débat mémorable.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 22:41

Le coréen fera désormais partie des matières pouvant être choisies comme seconde langue vivante obligatoire pour les épreuves du baccalauréat français. L'annonce en a été faite lors d'une rencontre à Paris, le 18 septembre 2015, entre François Hollande, Président de la République française, et Hwang Kyo-ahn, Premier ministre de la République de Corée (Corée du Sud), en visite en France à l'occasion du lancement des cérémonies de l'année croisée France-Corée (du Sud).

La mesure peut paraître symbolique, mais elle est significative de la place croissante de l'enseignement du coréen en France (principalement dans les cursus post-baccalauréat), de la reconnaissance du coréen comme l'une des langues majeures d'Asie et de la présence significative d'une communauté coréenne expatriée dans notre pays : désormais, le coréen fera partie des secondes langues vivantes obligatoires pouvant être choisies pour les épreuves du baccalauréat français, alors qu'il ne s'agit jusqu'à présent que d'une option donnant lieu à des points supplémentaires.

Cette annonce a été faite dans le cadre d'une rencontre à Paris entre le Président François Hollande et le Premier ministre sud-coréen Hwang Kyo-ahn, au cours de laquelle les échanges en matière d'éducation et de formation professionnelle ont occupé une place importante : la coopération dans le domaine de la formation professionnelle doit notamment se renforcer dans les secteurs de l'hôtellerie, des nouvelles technologies et du design.

La République de Corée (Corée du Sud) est l'un des pays d'Asie (hors monde francophone) où le nombre de candidats aux épreuves du DELF et du DALF est le plus élevé. La France accueille plus de 12 000 étudiants sud-coréens, notamment en littérature, beaux-arts, architecture et philosophie.

Source principale :

Partager cet article
Repost0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 12:51

Dans le cadre des manoeuvres militaires américano - sud-coréennes en cours au large de la péninsule, la tension a brutalement monté d'un cran : après que la Corée du Sud a tiré des dizaines d'obus en territoire nord-coréen le 20 août 2015, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a convoqué d'urgence la Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée (PTC) : il a été donné l'ordre aux unités militaires stationnées à proximité de la frontière entre les deux Corée de se placer en état d'alerte à compter du vendredi 21 août à 17 heures (heure locale, 10h30 heure française). Selon l'agence KCNA de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), le Maréchal Kim Jong-un a demandé aux troupes nord-coréennes d'être « pleinement prêtes au combat et à lancer des opérations surprises ». L'armée sud-coréenne a également été placée en état d'alerte maximale. Enfin, la RPD de Corée a donné 48 heures - jusqu'au samedi 22 août à 17 heures (heure locale, 10h30 heure française) - pour que la Corée du Sud cesse sa propagande par hauts-parleurs le long de la DMZ - propagande qu'elle vient de reprendre après que des soldats sud-coréens eurent été blessés par des mines antipersonnel que Séoul a accusé Pyongyang d'avoir placées, ce que la RPDC a vigoureusement démenti.

Drapeau nord-coréen, derrière une barrière de fils barbelés entre les deux Corée

Drapeau nord-coréen, derrière une barrière de fils barbelés entre les deux Corée

Il ne faut pas prendre à la légère les risques d'embrasement en un conflit généralisé que comporte la conduite des exercices de guerre américano - sud-coréens Ulji Freedom Guardian (UFG) : c'est pourquoi, fondamentalement attachée à la paix, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) avait demandé et demande toujours leur annulation, ou au moins leur report, dans un contexte de tensions accrues dans la péninsule coréenne.

Mais les faucons américains et sud-coréens n'ont cure de ces risques, persuadés de leur supériorité militaire, voire espérant secrètement que des provocations entraînent une réaction de l'Armée populaire de Corée qui pourrait justifier une nouvelle guerre de Corée.

Or, précisément, des tirs d'obus sud-coréens en territoire nord-coréen ont été lancés ce jeudi 20 août 2015, après de premiers tirs nord-coréens (selon la Corée du Sud - ce que réfute la RPDC). Cette escalade n'est pas la première : en novembre 2010 déjà, au large de l'île de Yeonpyeong, des obus avaient été tirés dans les eaux nord-coréennes, entraînant des ripostes mortelles de part et d'autre. L'AAFC avait alors déjà souligné que, plus jamais, des Coréens ne devaient tuer d'autres Coréens, en réaffirmant la nécessité qu'un traité de paix remplace l'accord d'armistice ayant mis fin aux affrontements de la guerre de Corée. Il est du devoir aujourd'hui de tous les progressistes sincèrement attachés à la paix de tout faire pour empêcher une escalade meurtrière, alors que les troupes nord-coréennes sont désormais prêtes à riposter en cas de nouvelle attaque.

S'agissant de la France, sa participation aux exercices militaires en cours apparaît comme une grave méconnaissance des risques de conflit que font peser ces manoeuvres. L'AAFC demande à la France de cesser immédiatement toute participation à ces exercices de guerre, alors que les tirs d'obus dans les eaux nord-coréennes ont dissipé l'illusion qu'ils auraient, comme le prétendent Washington et Séoul, un caractère "défensif".

Source (y compris photo) :

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 18:37

Le 1er juillet 2015, place du Trocadéro, a eu lieu à Paris un rassemblement identique à ceux organisés tous les mercredi, dans la péninsule coréenne, par le Conseil coréen pour les femmes requises pour l'esclavage sexuel militaire du Japon (dites "femmes de réconfort"). Constitué en 1990, le Conseil coréen milite pour la reconnaissance par le Japon du crime commis contre les femmes asiatiques forcées de se prostituer pour l'armée impériale japonaise - du début des années 1930 à 1945 - et en vue de leur indemnisation, en organisant à cette fin une campagne visant à la collecte de 100 millions de signatures. Plus largement, il dénonce les violences sexuelles faites aux femmes dans tous les conflits. La 1185ème Manifestation du mercredi qui a eu lieu exceptionnellement à Paris était co-organisée par l'association "Papillons de l'espoir" qui, pour la troisième année consécutive, organise, du 25 juin au 14 juillet 2015, un voyage pour la paix en Europe de jeunes Coréens, lequel coïncide cette année avec le soixante-dixième anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale. L'exigence d'un monde de paix et de prospérité, en Asie du Nord-Est et dans le monde, est plus que jamais d'actualité.

Rassemblement à Paris contre l'esclavage sexuel des "femmes de réconfort"

Des orateurs japonais ont pris la parole pour exprimer leur solidarité avec le combat du Conseil coréen pour les "femmes de réconfort", témoignant qu'il s'agit d'une question de principe qui transcende les clivages nationaux, et déplorant le nationalisme et le révisionnisme du Gouvernement Abe. Gérard Halie a pris la parole au titre du Mouvement de la paix et Patrick Kuentzmann au nom de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC). L'AAFC est pleinement solidaire du combat en faveur des "femmes de réconfort", depuis septembre 2013 et la visite en France de l'une des survivantes, Mme Kim Bok-dong, puis à l'occasion des actions menées en janvier 2014 et en avril 2014 dans le cadre de la campagne de pétition internationale, et enfin lors de la visite en France, en juin 2014, d'une autre survivante, Mme Kil Won-ok. Il convient de poursuivre la sensibilisation de l'opinion publique internationale, ainsi que des décideurs politiques, pour que plus jamais de tels crimes ne se reproduisent.

A l'occasion du rassemblement organisé à Paris le 1er juillet 2015, les jeunes pacifistes de l'association "Papillons de l'espoir" ont adopté une déclaration pour la résolution de la question de l'esclavage sexuel militaire japonais :

Nous sommes venus en Europe pour la paix et pour l'espoir. 2015 marque à la fois le soixante-dixième anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale et de la libération de la Corée. Nous, participants du voyage en Europe pour la paix, nous sommes lancés dans ce voyage afin d'exprimer notre opposition à la guerre, tout en espérant la résolution du problème de l'esclavage sexuel par l'armée japonaise pendant la Seconde guerre mondiale. Les blessures de la Seconde guerre mondiale ne pourront être cicatrisées tant qu'il ne sera pas mis fin au problème de l'exploitation sexuelle (...)

Nous, jeunes amoureux de la paix, nous adressons aux Européens et à tous dans le monde entier. Avançons ensemble contre la guerre. Accomplissons ensemble des pas sur le chemin de la paix. Nous avons besoin d'être soutenus pour que le problème de l'esclavage sexuel par l'armée japonaise - problème jamais abordé depuis la fin de la guerre - soir résolu et qu'un système garantissant la paix se construise dans la péninsule coréenne. Que les papillons qui volent à tire-d'aile ici et maintenant deviennent de véritables messagers de la paix pour tous les hommes du monde.

- Nous exigeons du gouvernement japonais qu'il reconnaisse la vérité sur les crimes sexuels de guerre des militaires japonais, qui sont un crime contre l'humanité violant le droit international !
- Nous exigeons du gouvernement japonais qu'il présente des excuses sincères aux victimes de l'esclavage sexuel et qu'il les dédommage !
- Nous sommes contre toutes les guerres et contre les violences sexuelles dans le monde !

Rassemblement à Paris contre l'esclavage sexuel des "femmes de réconfort"

Photos : Conseil coréen pour les femmes requises pour l'esclavage sexuel militaire du Japon.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?