Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 09:22

Alors que la République de Corée (Corée du Sud) constituait naguère l'une des démocraties parlementaires les plus vivantes d'Asie, l'élection à la présidence de la République des conservateurs Lee Myung-bak, en 2007, et surtout Park Geun-hye, en 2012, ont conduit à saper un par un les fondements de la démocratie sud-coréenne : intimidations et sanctions à l'encontre des médias ; chasse aux sorcières contre les opposants de gauche tous accusés (contre l'évidence) de soutenir la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) sur la base de la très antidémocratique loi de sécurité nationale ; discriminations contre les minorités ; ingérences de plus en plus fortes dans les institutions de la police politique (le Service national de renseignement, NIS)... La dérive autoritaire de la Corée du Sud ne fait malheureusement aucun doute, sous la férule de Mme Park Geun-hye, fille du général Park Chung-hee - qui avait établi le régime le plus autoritaire qu'ait jamais connu la Corée du Sud - dont elle a hérité des conseillers et, manifestement, du style de pouvoir. Le dernier rapport du département d'Etat américain, peu suspect d'antipathie à l'égard du pouvoir sud-coréen, a ainsi dressé un tableau particulièrement sombre de l'évolution politique de la Corée du Sud. Dans ce contexte, une nouvelle étape vers l'abolition du régime parlementaire a été franchie le vendredi 19 décembre 2014 : suite à une demande présentée par le Gouvernement, la Cour constitutionnelle a déclaré que le Parti progressiste unifié (PPU, gauche), troisième force politique lors des dernières élections législatives de 2012 après avoir recueilli plus de 10 % des suffrages, était désormais illégal au motif qu'il soutiendrait la Corée du Nord, ce qui a également entraîné l'invalidation de ses députés. Plus tôt cette année, un député de l'aile gauche du PPU, Lee Seok-ki, avait été condamné sur la base d'un procès truqué, fomenté par le NIS, où il avait été accusé d'avoir constitué une organisation révolutionnaire clandestine... Par amalgame, le Gouvernement sud-coréen avait profité de cette occasion pour engager une procédure d'interdiction à l'encontre du PPU, renouant avec une méthode antidémocratique du régime militaire tombée en désuétude depuis un quart de siècle. Toujours aux côtés des démocrates sud-coréens, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) appelle chacune et chacun à se mobiliser contre l'impunité et pour que le combat des milliers de Coréens morts pour la démocratie ne soit pas vain. Car ceux qui se taisent sont complices des atteintes aux libertés commises par le régime Park Geun-hye.

La dirigeante du PPU, désormais interdit, Lee Jung-hee a dénoncé dans la décision autoritaire de la Cour constitutionnelle l'avènement d'une "ère sombre" pour la Corée du Sud.

La dirigeante du PPU, désormais interdit, Lee Jung-hee a dénoncé dans la décision autoritaire de la Cour constitutionnelle l'avènement d'une "ère sombre" pour la Corée du Sud.

La décision de la Cour constitutionnelle est scandaleuse et ouvertement contraire à tous les standards démocratiques internationaux tant sur la forme que sur le fond.

Sur le fond - faut-il le rappeler ? - le Parti communiste et l'expression d'opinions marxistes sont toujours formellement interdits en Corée du Sud, et le PPU a ainsi été interdit pour des positions qu'il ne défend pas... La vieille ficelle de l'amalgame a servi de cache-sexe à la farce judiciaire qu'a jouée la Cour constitutionnelle.

Sur la forme, interdire un parti pour faire taire ses opposants n'a aucun équivalent dans la Corée du Sud de l'ère post-militaire. Ajoutons que l'opposition démocrate, qui réunit pratiquement autant de voix que la majorité, s'est opposée à la dissolution du PPU, et que dans toute démocratie digne de ce nom des décisions aussi lourdes de conséquences que l'interdiction d'une des principales forces politiques - en l'occurrence, le PPU - devraient au moins recueillir un consensus (c'était par exemple le cas lors de l'interdiction du Parti communiste en RFA pendant la guerre froide). Les méthodes expéditives du régime Park Geun-hye n'en ont bien évidemment cure : la chef de l'Etat n'avait jamais digéré que la candidate du PPU à l'élection présidentielle, Mme Lee Jung-hee, mette en cause ce qu'elle était (la fille du dictateur Park Chung-hee) et ce dont elle était le nom, lors d'un débat télévisé d'avant-scrutin : désormais, Mme Park Geun-hye peut espérer ne plus jamais être confrontée à ce type de situation. La meilleure façon de verrouiller le débat n'est-elle pas de fixer par avance les limites à ne pas franchir pour l'opposition ?

A l'iniquité de leur décision (rendue par huit voix contre une), les "juges" constitutionnels sud-coréens ont cru bon d'ajouter la désinvolture : le président de la Cour constitutionnelle Park Han-chul s'est félicité que soit ainsi clos un débat idéologique qui n'aurait été que trop consommateur de temps... Nous suggérons au Président Park Han-chul d'aller jusqu'au bout de sa logique : pourquoi ne prônez-vous pas, M. le Président de la Cour constitutionnelle, l'interdiction pure et simple de toute critique contre la politique de la Présidente Park Geun-hye et de son Gouvernement, afin de gagner du temps et de faire cesser des querelles vaines à vos yeux ?

Décidément très en verve, le président de la Cour constitutionnelle a aussi estimé qu' "il n'y avait pas d'autre choix que d'interdire le parti... car ses principes et ses activités mettent en danger notre ordre démocratique". Exprimées dans un cadre entièrement légal et de manière totalement pacifique, les critiques du PPU mettaient indéniablement en cause l'ordre du régime Park Geun-hye, mais certainement pas un quelconque ordre démocratique : la démocratie consiste au contraire à permettre l'expression d'opinions différentes. Faire passer la Corée du Sud pour une démocratie à protéger était déjà le mensonge proféré par la Corée du Sud du général Park Chung-hee, tout particulièrement après la promulgation de la Constitution Yusin : les gardiens des institutions désormais autoritaires de la République de Corée ont été formés à bonne école, et ont bien retenu les procédés de leurs aïeux.

Les associations de défense des droits de l'homme ont très vivement réagi, et pas seulement en Corée du Sud où elles sont déjà soumises à une surveillance policière accrue.

Directeur de recherche pour l'Asie de l'Est d'Amnesty International, Roseann Rife a déclaré dans un communiqué que "l'interdiction du PPU soulevait de sérieuses inquiétudes quant au respect par les autorités des libertés d'expression et d'association".

Selon Phil Robertson, directeur adjoint pour l'Asie de Human Rights Watch, "le Gouvernement de la Présidente Park ne devrait pas utiliser la très extensive loi de sécurité nationale pour réduire les libertés publiques et politiques fondamentales, et interdire l'expression d'opinions politiques opposées (...) Cette stratégie politique draconienne est le genre de choses qu'on peut attendre d'un régime autoritaire comme celui de son père il y a des décennies, pas du dirigeant du pays moderne et démocratique qu'est devenue la Corée du Sud au vingt-et-unième siècle". Mais Mme Park Geun-hye a officié comme "la première dame" sous la présidence de son père, et à l'instar des émigrés d'Ancien régime revenus sous la Restauration elle n'a rien appris ni rien oublié. Comme naguère du temps des généraux en Corée du Sud, nous devons, à l'AAFC et au-delà, renouer avec la mobilisation internationale qui avait permis la libération de l'opposant Kim Dae-jung. Il faut que s'exerce la pression des opinions publiques occidentales sur leurs propres gouvernements, pour que ceux-ci fassent comprendre à Mme Park qu'elle a franchi les limites qui séparent la démocratie et de l'autoritarisme. Seuls notre courage et notre engagement permettront d'éviter la mort de la démocratie parlementaire sud-coréenne, aujourd'hui dans un état clinique.

Principale source (hors AAFC) :

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 01:14

Parler d'extrême-gauche en République de Corée (Corée du Sud) peut sembler une gageure, ce concept étant lui-même sujet à controverses en Occident. En effet, la scène politique sud-coréenne est traditionnellement divisée entre les progressistes et les conservateurs, et la gauche ne constitue elle-même qu'une minorité du camp progressiste, dominé par les démocrates. Nous appelons ici extrême-gauche les mouvements situés à la gauche de la gauche sud-coréenne (où aujourd'hui trois partis ont, ou ont eu, des représentants élus aux échelons de pouvoir locaux et nationaux : le Parti progressiste unifié, le Parti du travail ou Parti travailliste - issu de la fusion du Nouveau parti progressiste et du Parti socialiste - et le Parti des Verts), en excluant volontairement de notre présentation les organisations souterraines pro-Corée du Nord qui n'ont pas d'activité légale publique. A titre préliminaire, il convient d'observer qu'il n'y a pas à notre connaissance de partis ou d'organisations politiques ouvertement marxistes, marxistes-léninistes ("maoïstes") ou, plus généralement, communistes, ce qui est la conséquence de la loi de sécurité nationale propre à la Corée du Sud et qui interdit toute expression publique considérée comme pro-Corée du Nord. 

Trotskystes et marxistes

L'organisation Solidarité des travailleurs (plus connue sous son nom anglais, Workers' solidarity) a été créée en mars 2014, sur la base d'activités conduites depuis décembre 2001 par le collectif "Tous ensemble", qui avait organisé des forums annuels sur le marxisme. Solidarité des travailleurs est affiliée à une internationale trotskyste, la tendance socialiste internationale. Elle dispose d'un journal sur Internet, Gauche 21 (Left 21). Dénonçant l'URSS et les démocraties populaires comme relevant d'un capitalisme d'Etat, elle est active dans la dénonciation des guerres d'agression américaines et a vivement critiqué l'envoi de troupes par la Corée du Sud en Irak. Elle s'oppose aussi fortement à la politique israélienne de massacres de civils en Palestine. S'agissant des luttes sociales, Tous ensemble puis Solidarité des travailleurs ont été présents notamment dans le mouvement de Kiryung Electronics en 2006, et ont pris la défense depuis 2005 d'un universitaire, le professeur Kang Jeung-ku, attaqué pour avoir présenté la guerre de Corée comme une lutte pour la réunification de la péninsule.

A côté de Solidarité des travailleurs qui pourrait compter jusqu'à 1.000 membres, d'autres organisations se définissant comme marxistes et révolutionnaires sont nettement moins nombreuses et encore en voie de structuration. En particulier, deux d'entre elles ont pris appui sur la lutte de travailleurs de la société de cours privés Jaeneung, licenciés pour avoir fait grève en vue d'obtenir une hausse de leurs salaires - ils ne s'étaient pas vu reconnaître les droits qui seraient attachés en Occident au statut de salarié. La première a organisé depuis décembre 2007 des rencontres pour la formation d'un parti révolutionnaire des travailleurs. La seconde, issue du Comité conjoint d'action pour la construction d'un parti socialiste des travailleurs, est devenue le 9 mai 2010 le Comité pour un parti politique de la classe ouvrière. Comme son nom l'indique, elle vise à constituer un parti propre à la classe ouvrière et a été présente dans les luttes sociales, du groupe Hyundai et de Samsung, ainsi que dans la dénonciation du naufrage du ferry Sewol.

Réunion du groupe trotskyste "Tous ensemble " (aujourd'hui Solidarité des travailleurs), le 23 septembre 2013

Réunion du groupe trotskyste "Tous ensemble " (aujourd'hui Solidarité des travailleurs), le 23 septembre 2013

La nébuleuse anarchiste

Il est difficile d'identifier des organisations anarchistes en Corée du Sud : si le drapeau noir est présent dans les manifestations et les luttes sociales, il semble surtout le fait de militants agissant à titre individuel.

Mais les idées anarchistes - sinon des militants - sont bien présents. Ainsi, Asunaro regroupe six sociétés locales (à Gwangju, Séoul, Suwon, Incheon et Changwon) et quatre autres en voie de constitution (à Gumi, Daejon, Seongnam et Ulsan), qui regroupent officiellement 9.000 membres, souvent impliqués dans les mouvements de défense des droits individuels. Les sociétés affiliées à Asunaro sont des regroupements volontaires d'adolescents et de jeunes adultes dans des communes basées sur le principe de l'autogestion et refusant une organisation hiérarchique. Asunaro a une maison d'édition, Asurajang.

Plusieurs écoles alternatives - au système national d'éducation - se fondent sur des valeurs inspirées de l'anarchisme. Les cursus qu'elles proposent portent sur l'enseignement primaire et secondaire. Parmi ces écoles alternatives l'une, l'école Gandhi, s'inspire des idées et des principes du père de l'indépendance de l'Inde.

Les relais de la nouvelle gauche

Un panorama complet doit enfin prendre en compte les mouvements dits de la nouvelle gauche, bien représentés dans les pays anglo-saxons dont la culture politique a inspiré la République de Corée.

N'ayant pas des organisations politiques à proprement parler (sinon celles de la gauche traditionnelle), la nouvelle gauche a des relais dans les médias, comme News Cham, quotidien régional du Sud-Est de la Corée rédigé par des handicapés et défendant les droits des personnes handicapées et, plus largement, des minorités, tout en se faisant l'écho des luttes sociales et politiques.

Certaines communautés alternatives reprennent également des thématiques de la nouvelle gauche, comme Suyunomo (littéralement "Au-delà de Suyu", du nom d'un quartier de Séoul) qui donne une éducation soucieuse de la protection de la nature.

 

Liens vers les sites des organisations et médias (en coréen) :

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 09:23

Le 10 octobre 2014, le ministre de la Justice de la République de Corée (Corée du Sud) a déclaré qu'un étudiant chinois - que nous appellerons Song - avait été expulsé du territoire sud-coréen en août et interdit définitivement d'y entrer pour avoir "aidé la Corée du Nord". Cette application exceptionnelle à un étranger de la loi de sécurité nationale (LSN) sud-coréenne plaide une fois encore pour l'abrogation d'une législation dénoncée comme contraire aux droits de l'homme, héritage des régimes autoritaires. La LSN interdit tout contact entre le Nord et le Sud de la péninsule et est toujours largement utilisée pour réprimer les mouvements d'opposition, au prétexte que leurs activités favoriseraient la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) - même si, dans l'immense majorité des cas, il n'y a aucun lien entre ces opposants et la Corée du Nord.

Tout d'abord, que s'est-il exactement passé ? La seule version des faits dans la presse a été donnée par le très conservateur quotidien sud-coréen Chosun Ilbo, que les services de renseignement sud-coréens (National Intelligence Service, NIS) privilégient comme leur porte-voix et comme instrument de leurs campagnes de désinformation sur la Corée du Nord. Ce scoop du Chosun Ilbo n'est donc pas surprenant, eu égard à ses liens aujourd'hui quasi-organiques avec le NIS : le quotidien puise ses informations à bonne source et en donne une lecture conforme aux intérêts du NIS.

Selon le Chosun Ilbo, "Song" est originaire de la province de Guangdong. Il est arrivé en Corée du Sud fin 2012 pour apprendre le coréen. Pendant son séjour, il aurait posté des messages sur Facebook critiquant les autorités sud-coréennes et faisant l'éloge du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Le quotidien sud-coréen, prétendant avoir accès à une source gouvernementale (aveu quasi-implicite que ces informations viennent du NIS, alors que le ministère de la Justice a refusé de donner des détails), a ajouté que les messages, écrits en coréen et en chinois, donnaient "uniquement le point de vue nord-coréen" et continueraient d'être publiés même après son expulsion de la péninsule.

L'amalgame, vieille ficelle des services de renseignement du monde entier, fonctionne ici à plein régime : d'un regret que Song donne un point exclusivement nord-coréen nous glissons à l'éloge supposée du Maréchal Kim Jong-un, ce qui n'est évidemment pas la même chose. Naturellement, aucune preuve ni aucune citation des messages en question n'est fournie, permettant au NIS et au Chosun Ilbo de donner leur version exclusive des faits.

Mais pourquoi avoir choisi de communiquer ? La LSN est vivement critiquée par les ONG, le gouvernement américain, allié de la Corée du Sud, et la commission des droits de l'homme des Nations Unies comme contraire à l'exercice des libertés publiques. Quel est l'intérêt des autorités sud-coréennes, en pointe dans la dénonciation des droits de l'homme en Corée du Nord, de prêter elles-mêmes le flanc à la critique sur ce même terrain des droits de l'homme ?

Non seulement le NIS et la droite sud-coréenne, obsédées par le danger que constituent à leurs yeux la Corée du Nord et le "communisme", ne sont pas conscientes des atteintes aux droits de l'homme commises au nom de la LSN (ou les minimisent), mais elles les revendiquent comme un élément fondamental du respect de l'ordre et des institutions sud-coréennes. C'est grâce à la LSN, par exemple, qu'est interdit le débat sur les véritables causes du naufrage du Cheonan, ou que le député Lee Seok-ki a été déchu de son mandat et condamné à une peine de prison ferme en violation du principe universel d'inviolabilité du mandat parlementaire, fondement de la séparation des pouvoirs dans les démocraties parlementaires.

Le cas Song est d'autant plus inquiétant qu'il applique la sinistre LSN à un étranger, ce qui semble sans précédent, du moins dans l'époque récente. Par ailleurs, Song n'avait pas participé à des manifestations, ni mené des actions publiques : c'est bien l'expression de ses opinions qui était jugée inacceptable, révélant par ailleurs un contrôle toujours accru d'Internet et des réseaux sociaux par les autorités sud-coréennes.

Le but n'est-il pas d'intimider les étrangers vivant en Corée du Sud ? Mais pas seulement : l'article de presse déplore que ces messages continuent d'être postés... à l'étranger ! Or la loi de sécurité nationale, comme toute loi nationale, ne s'applique pas en dehors des frontières sud-coréennes. Et ce n'est malheureusement pas la première fois que les services secrets sud-coréens feignent de l'ignorer : il a été rapporté à l'AAFC que le NIS avait dénoncé des Français vivant en France au motif qu'ils violeraient la LSN. Les actions du NIS étaient clairement illégales, entraînant l'ouverture d'enquêtes judiciaires et une réaction du contre-espionnage français pour défendre la souveraineté nationale de notre pays et l'intégrité de ses ressortissants et des personnes placées sous la protection des lois françaises.

Face à ces expressions d'une évolution autoritaire en Corée du Sud, l'AAFC juge urgente l'abrogation de la loi de sécurité nationale ainsi que l'instauration qu'un contrôle politique du NIS, incluant l'opposition, comme dans toutes les démocraties parlementaires, pour mettre fin aux dérives de cette agence de renseignement qui confond sécurité nationale et intérêts partisans.

Source :

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 22:05

Le 16 septembre 2014, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a appelé à l'adoption rapide par le Parlement de la dernière version du projet de loi visant à créer une commission spéciale pour enquêter sur les causes du dramatique naufrage du ferry Sewol en avril dernier - qui a causé 304 victimes, en majorité des adolescents qui étaient en voyage scolaire. Cette réaction d'autorité est vivement dénoncée comme autoritaire par l'opposition et les familles des victimes, lesquelles ont engagé un mouvement de protestation pour exiger que la commission créée par la loi spéciale sur le Sewol ait non seulement des pouvoirs d'enquête, mais également d'accusation. Par ailleurs, l'implication in fine de la chef de l'Etat - qui avait initialement jugé que cette question relevait de la compétence du Parlement - apparaît comme un revirement de position, difficilement explicable autrement que par l'irritation de Mme Park Geun-hye face à la colère des familles des victimes - aisément compréhensible, mais qu'elle perçoit comme une mise en cause de sa propre autorité. Au final, son brutal rappel à l'ordre pour que cessent les discussions parlementaires n'est-elle pas un aveu de faiblesse ?  

La montagne parlementaire va-t-elle accoucher d'une souris ? Le doute est permis au regard du refus du parti Saenuri (conservateur, au pouvoir) d'accepter de prendre en compte les demandes des familles des victimes pour l'adoption de la loi spéciale suite au naufrage du Sewol - comme le propose l'opposition démocrate, qui a menacé de boycotter les travaux parlementaires tant qu'un compromis acceptable ne serait pas trouvé.

Au coeur du débat figure l'étendue des pouvoirs de la commission d'enquête indépendante qui serait créée sur le naufrage du ferry Sewol : à des pouvoirs d'enquête les familles des victimes demandent que s'ajoutent des pouvoirs de mise en accusation. La présidente sud-coréenne a répondu "non", en estimant qu'il y aurait là une confusion des pouvoirs et un non-respect de l'indépendance de la justice. Ses détracteurs rétorquent que la commission d'enquête telle qu'elle est proposée risque de ne pas avoir les moyens de conduire des travaux qui lui permettent de faire toute la vérité sur cette tragédie, ni d'éviter qu'une telle situation se reproduise à l'avenir.

Pour se faire entendre, des membres des familles des victimes - ensuite rejointes par des représentants de groupes civiques, d'églises et de partis politiques - ont établi des tentes à proximité de la Maison bleue, siège de la présidence de la République, et engagé un mouvement de grève de la faim. Parmi eux, Kim Young-oh, père d'une des jeunes filles disparues lors de la catastrophe, a conduit une grève de la faim pendant 46 jours. Lorsqu'il a mis fin à sa grève de la fin, le 28 août, des centaines de Coréens ont alors suivi son exemple en décidant à leur tour de ne pas manger.

Kim Young-oh, père d'une des victimes du naufrage du "Sewol", en discussion avec Park Young-sun, représentante du comité de l'opposition démocrate

Kim Young-oh, père d'une des victimes du naufrage du "Sewol", en discussion avec Park Young-sun, représentante du comité de l'opposition démocrate

Plusieurs leçons sont à tirer de ce bras-de-fer courageux et opiniâtre, qui rappelle l'engagement jusqu'à la mort de ceux qui, naguère, luttèrent contre le régime militaire et pour la démocratie au Sud de la péninsule.

 

Le jusqu'au-boutisme de la Présidente de la République, qui refuse une nouvelle fois le compromis, est une source majeure de tensions dans la société coréenne. De surcroît, en assimilant toute opposition à des manoeuvres subversives où elle croit déceler la main de l'opposition, Mme Park se trompe de cible : l'émotion créée par la catastrophe nécessite de dépasser les clivages partisans et de cesser de rejeter par principe les propositions de l'opposition démocrate - dont les précédents compromis avaient toutefois été très mal reçus par les familles des victimes. Si la loi est adoptée par égard aux victimes et à leurs familles, ne doit-on pas parvenir à une forme de consensus avec ces dernières ?

Enfin, derrière les postures, se pose une question fondamentale : les autorités sud-coréennes entendent-elles revenir sur une déréglementation qui a rendu possible le drame du Sewol, et promet de nouvelles catastrophes similaires à l'avenir si rien ne change ?


Sources :

Partager cet article
Repost0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 22:29

Le 5 août 2014, le chef d'état-major de l'armée de terre Kwon Oh-sung a remis sa démission après les révélations sur la mort d'un conscrit suite à des sévices, en avril dernier, que l'armée sud-coréenne avait alors tenté de maquiller en accident. L'opposition a mis en cause la responsabilité du ministre de la Défense de l'époque, Kim Kwan-jin, aujourd'hui conseiller en charge des affaires de défense de la Présidente Park Geun-hye. Alors que ce drame n'est pas isolé, il est temps que l'armée sud-coréenne abandonne ses pratiques héritées de l'époque où la junte militaire était au pouvoir à Séoul. Mais qui peut croire que l'actuelle chef de l'Etat aura la volonté de mener à bien la démocratisation de l'appareil militaire sud-coréen, alors qu'elle porte l'héritage du général Park Chung-hee qui a mis en place le régime le plus autoritaire qu'ait jamais connu la Corée du Sud, et qu'elle-même a imprimé un tournant autoritaire aux institutions de son pays ? L'opinion publique et les médias internationaux doivent faire pression sur les gouvernements occidentaux pour qu'ils usent de leur influence sur Séoul afin de stopper la dérive autoritaire au Sud de la péninsule. Telle est l'une des tâches majeures de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) qui, aujourd'hui comme hier, est pleinement engagée pour la défense de la démocratie et des droits des travailleurs en Corée du Sud.

Pour l'opposition sud-coréenne, le chef d'état major de l'armée de terre Kwon Oh-jun qui a remis sa démission sert de fusible...

Pour l'opposition sud-coréenne, le chef d'état major de l'armée de terre Kwon Oh-jun qui a remis sa démission sert de fusible...

... pour protéger le puissant Kim Kwan-jin, qui fait partie de la garde rapprochée de la Présidente Park Geun-hye, ministre de la Défense au moment des faits.

... pour protéger le puissant Kim Kwan-jin, qui fait partie de la garde rapprochée de la Présidente Park Geun-hye, ministre de la Défense au moment des faits.

Un homme est mort le 7 avril 2014. Le première classe Yoon (pour reprendre le surnom qui lui a été donné) est mort des suites d'actes de barbarie - la cause immédiate de son décès étant les coups qu'il avait reçus. Et l'affaire, d'abord présentée par l'armée comme une mort accidentelle, serait restée à jamais étouffée sans la vigilance du Centre pour les droits de l'homme des militaires en Corée, qui a révélé le 31 juillet les sévices dont avait été victime Yoon. En juin, c'était un sergent qui, victime de harcèlements, ouvrait le feu sur ses camarades - en en tuant cinq et en en blessant sept, avant d'être arrêté à l'issue d'une chasse à l'homme ayant mobilisé des dizaines de milliers de soldats. Enfin, ces derniers jours, ce sont deux nouveaux suicides de soldats également jugés fragiles psychologiquement - et donc non protégés - qui se sont ajoutés à la longue liste, pour l'essentiel cachée et inconnue, des victimes d'un système militaire opaque, fonctionnant en vase clos et disposant de ses propres juridictions pour étouffer les morts suspectes et le scandale de mauvais traitements qui sont monnaie courante - selon les résultats d'une enquête réalisée par le Centre pour les droits de l'homme des militaires en Corée, 8,5 % des soldats interrogés reconnaissent avoir été battus.

Informé de la mort du conscrit Yoon, Kim Kwan-jin, alors ministre de la Défense et aujourd'hui le plus proche conseiller à la sécurité et à la défense de la Présidente Park Geun-hye, affirme n'avoir ensuite plus été tenu au courant de l'enquête interne... Peut-on réellement croire que l'armée sud-coréenne fonctionnerait en unités closes, dissimulant la réalité au gouvernement qu'elle est censée servir ? L'opposition demande logiquement la démission de Kim Kwan-jin, protégé et défendu au titre qu' "il ne savait pas" - contre l'évidence - par la présidence de la République, le parti Saenuri au pouvoir et les médias qui lui sont affidés. Car l'institution militaire est trop précieuse aux yeux des conservateurs pour pouvoir être mise en cause, qui plus est à travers un homme-lige de la droite qui incarne l'institution militaire après en avoir occupé toutes les fonctions : Kim Kwan-jin a été chef d'état major des armées, puis ministre de la Défense et est maintenant directeur du bureau de la sécurité de la Présidente. En effet, c'est l'armée comme institution et son corollaire - le service militaire de deux ans, auquel n'échappe aucun Sud-Coréen - qui sert de colonne vertébrale pour inculquer une solide culture anticommuniste contre le Nord, en prétextant l'absence de traité de paix depuis la fin de la guerre de Corée pour justifier le pouvoir exorbitant de l'appareil militaire et de sa branche de renseignement, le National Intelligence Service (NIS), de sinistre réputation. L'armée est l'un des piliers de contrôle des populations dans le système social et politique sud-coréen.

Mais rien ne saurait justifier la place et le statut exorbitants de l'armée en Corée du Sud, qui en font une anomalie parmi les démocraties. Car dans quelle autre démocratie libérale serait-il considéré comme normal que n'existe aucune forme civile de service national, alternative au service militaire ? La Corée du Sud dispose toujours de tribunaux militaires (abolis en France depuis 1981) qui sont utilisés comme un instrument pour protéger l'appareil bureaucratico-militaire. Alors que son armée est l'une des plus violentes au monde, la Corée du Sud refuse obstinément de reconnaître l'objection de conscience - ce qui a d'ailleurs entraîné la reconnaissance du statut de réfugié politique pour des objecteurs de conscience sud-coréens dans plusieurs pays occidentaux. Enfin, le poste de ministre de la Défense est systématiquement occupé par un militaire, l'armée pouvant ainsi rester un Etat dans l'Etat, n'ayant de compte à rendre à aucune autorité civile, comme l'a prouvé l'affaire du première classe Yoon.

 

En France, dans un contexte quelque peu similaire à celui de la Corée quant au rôle éminent assigné à l'armée pour préparer la "revanche" contre l'Allemagne, l'affaire Dreyfus avait - il y a déjà plus d'un siècle - réveillé les consciences, les Français n'acceptant plus que l'armée soit une zone de non-droit. L'Allemagne, elle aussi divisée dans un contexte de guerre froide, avait accepté de reconnaître l'objection de conscience. Les exemples abondent qui montrent que les autorités sud-coréennes ne peuvent pas s'abriter derrière le prétexte nord-coréen pour continuer à ne pas appliquer dans l'armée les droits humains fondamentaux.

Sources :

Partager cet article
Repost0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 09:54

Le 30 juillet 2014, quinze élections législatives partielles avaient lieu en République de Corée (Corée du Sud), suite aux démissions entraînées par les élections locales de juin. Un vingtième des sièges du Parlement étaient ainsi renouvelés, ce qui était de nature à remettre en cause la courte majorité parlementaire du parti Saenuri (conservateur) au pouvoir. Mais les résultats se sont au contraire soldés par un recul de l'opposition, qui n'a remporté que quatre sièges contre six auparavant, donnant du même coup une majorité plus nette aux conservateurs pour mener leur politique. Les co-présidents de l'Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD, centre-gauche), Kim Han-gil et Ahn Cheol-soo, ont remis leur démission dès le lendemain - suivant un usage établi en Corée du Sud quand une formation échoue aux élections. Toutefois, l'ANPD ne pourra se contenter d'un changement de dirigeant si elle veut accéder au pouvoir, alors que les électeurs ont sanctionné son absence tant de projet politique que de dirigeant clairement identifié.

Le 31 juillet 2014, Ahn Cheol-soo et Kim Han-gil ont tenu une conférence de presse à l'Assemblée nationale où ils annoncé leur démission de la direction de l'Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD), largement défaite lors des élections législatives partielles de la veille

Le 31 juillet 2014, Ahn Cheol-soo et Kim Han-gil ont tenu une conférence de presse à l'Assemblée nationale où ils annoncé leur démission de la direction de l'Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD), largement défaite lors des élections législatives partielles de la veille

Organisées en plein été, les quinze élections législatives partielles du 30 juillet 2014 étaient déterminantes pour la majorité parlementaire en Corée du Sud. Malgré l'enjeu, le taux de participation n'a atteint que 32,9 %, en-deçà de la participation moyenne aux élections législatives partielles depuis 2000 (35,3 %).

Annoncés serrés après le coude-à-coude entre la majorité conservatrice et l'opposition démocrate aux élections locales du 4 juin dernier, les résultats ont finalement marqué un succès sans appel pour les conservateurs. Non seulement ces derniers remportent deux sièges supplémentaires (totalisant ainsi onze sièges sur les quinze en jeu), mais ils se paient le luxe de remporter une circonscription en jeu dans le Cheolla, bastion traditionnel de l'opposition. Défait dans la circonscription C de Suwon, dans le Gyeonggi, Sohn Hak-kyu, un des leaders de l'ANPD, a annoncé son retrait de la vie politique. Enfin, le Parti de la justice a été défait dans la circonscription de Dongjak-B (47 % contre 52 %), à Séoul : soutenu par les démocrates, son candidat, l'ancien député Roh Hoe-chan, était pourtant l'une des figures les plus connues de la gauche sud-coréenne.

Sohn Hak-kyu s'incline après sa défaite, suite à laquelle il a annoncé son retrait de la vie politique

Sohn Hak-kyu s'incline après sa défaite, suite à laquelle il a annoncé son retrait de la vie politique

L'opposition peut incriminer la faible participation - alors que les électeurs conservateurs, plus âgés, se rendent plus facilement aux urnes. Mais de l'avis des médias sud-coréens, et d'abord de ceux favorables aux progressistes, c'est bien l'absence de projet politique et le curieux attelage formé par un duo à la tête du parti (révélateur de ses dissensions) qui est à blâmer : de fait, Kim Han-gil et Ahn Cheol-soo ont tiré les conséquences du scrutin en annonçant leur démission de la direction de l'ANPD.

Plutôt que de développer son propre projet, l'ANPD a mené une campagne essentiellement négative, basée sur la gestion désastreuse du dramatique naufrage du ferry Sewol par l'administration conservatrice de la présidente Park Geun-hye. Après une incapacité à organiser les secours de manière optimale, cette dernière avait coordonné une vaste chasse à l'homme - jusqu'à 50.000 policiers avaient été mobilisés - pour traquer le vrai propriétaire de la compagnie, le sulfureux Yoo Byeong-eon, très proche des conservateurs. Las, il était annoncé le 22 juillet que le corps d'un homme trouvé le 12 juin, initialement soupçonné appartenir à un SDF, était celui de l'homme d'affaires. Le corps était pourtant situé dans un rayon relativement proche (2,5 kilomètres) d'une demeure de Yoo Byeong-eon. Comme il était dans un état de décomposition avancée, les causes du décès n'avaient ensuite pu être établis. De nombreux Sud-Coréens ne croient pas le récit officiel, soupçonnant les autorités sud-coréennes d'avoir laissé M. Yoo fuir à l'étranger, sa mort permettant d'éviter un déballage public préjudiciable aux conservateurs. 

La mauvaise gestion du naufrage du "Sewol" avait par ailleurs entraîné la démission du Premier ministre Chung Hong-won. Mais après que des scandales eurent empêché l'entrée en fonctions de deux autres candidats ensuite pressentis - l'ancien magistrat Ahn Dae-hee, pour trafic d'influence, puis le journaliste Moon Chang-guk, qui avait suscité la polémique en décrivant la colonisation japonaise puis la division de la Corée comme une conséquence de la volonté divine - c'est finalement le Premier ministre démissionnaire qui est resté en fonctions.

Alors que les premières auditions des adolescents survivants du naufrage du ferry - qui a causé plus de 300 morts, majoritairement des lycéens - coïncidaient avec la tenue des législatives partielles, l'ANPD n'a pas su créer un courant de sympathie en sa faveur, après avoir tenté - en vain - de faire adopter une proposition de loi devant prévenir de tels accidents.

Le problème de l'opposition démocrate est qu'elle gère une rente de situation - disposant d'un important groupe parlementaire et de positions dans les exécutifs locaux - sans porter de réel projet alternatif. Quand elle refuse toute alliance aux élections locales avec les partis de gauche - sous la pression notamment du magnat de l'industrie Ahn Cheol-soo - elle valide implicitement la ligne gouvernementale qui considère la gauche comme factieuse et donc infréquentable, alors qu'est engagée une répression sans précédent contre une partie de la gauche depuis le départ des militaires du pouvoir à Séoul. Le retrait du candidat de l'ANPD en faveur du dirigeant du Parti de la Justice, Roh Hoe-chan, lors de la partielle du 30 juillet, apparaissait ainsi comme une prise de conscience bien tardive - et insuffisante, vu le résultat - du caractère suicidaire d'une telle ligne politique, dans un mode de scrutin uninominal à un tour qui exige un regroupement des progressistes.

D'ores et déjà acquis au libéralisme économique (et par conséquent peu crédibles sur le terrain des réformes sociales), les démocrates sont par ailleurs de plus en plus sensibles aux sirènes conservatrices sur la question des relations intercoréennes - alors que la popularité de la "politique du rayon de soleil" d'ouverture au Nord des présidents Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun avait constitué un des marqueurs politiques de l'identité démocrate.

 

Reste l'héritage de la défense de la démocratie et des droits de l'homme, fierté des démocrates, quand les conservateurs se rangent du côté des héritiers du régime militaire. Mais alors que les menaces sur la démocratie sud-coréenne n'ont jamais été aussi fortes, les dirigeants de l'ANPD ne sont pas à hauteur de la réputation de courage de leurs illustres prédécesseurs, en évitant soigneusement d'apparaître comme potentiellement alliés avec les opposants radicaux à Mme Park Geun-hye, fille du général Park Chung-hee qui a établi le régime le plus autoritaire qu'ait jamais connu la Corée du Sud. Le risque est que, à force de prudence et faute de porter des projets concrets d'amélioration des conditions de vie de la population, l'opposition démocrate soit incapable de représenter une alternative majoritaire, dans un pays culturellement ancré dans le conservatisme politique, social et économique.

Principales sources :

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 12:25

Depuis 2008, les habitants de Miryang, dans la province de Gyeongsang du Sud en République de Corée (du Sud), refusent l'implantation de tours à haute tension de 765 kV le long des lignes électriques desservant Ulsan au District de Changnyeong dans la province de Gyeongsang du Sud. La motivation de ces habitants - majoritairement des personnes âgées, et parmi elles de nombreux agriculteurs - est double : les risques que font peser ces tours sur leur santé, et les pertes de terres agricoles mal indemnisées. Le sujet a pris une ampleur nationale en Corée du Sud depuis le suicide d'un habitant, M. Lee Chi-woo, qui s'est incendié le 16 janvier 2012. Une autre habitante, Mme Yoo Han-sook, s'est à son tour suicidée le 6 décembre 2013, en buvant des pesticides - et une autre tentative de suicide a eu lieu le 13 décembre 2013. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) est solidaire du combat des habitants de Miryang, rejoints par des militants politiques : il n'est que trop temps que leurs revendications soient entendues et qu'un dialogue puisse enfin s'instaurer.

La lutte des habitants de Miryang est symptomatique des maux politiques et sociaux dont souffre la Corée du Sud : une entreprise (en l'occurrence, Korea Electric Power Corporation, ou KEPCO) qui refuse le dialogue ; un gouvernement qui recourt à la méthode forte en assimilant la légitime contestation démocratique à des formes de désobéissance, voire de subversion ; enfin, des habitants qui, désespérés, choisissent de faire le sacrifice de leur vie pour réveiller les consciences de leurs concitoyens.

Car depuis la décision gouvernementale de l'implantation des tours à haute tension en 2007, les protestations continues des habitants - depuis juillet 2008 - n'ont, semble-t-il, que conduit à un durcissement des positions gouvernementales. la suspension de la construction en 2012 est apparue a posteriori comme une manoeuvre dilatoire, après qu'un premier suicide avait soulevé l'indignation dans l'ensemble du pays.

Plus grave encore, alors que la Corée du Sud souffre d'un très fort exode rural, les études conduites en 2009, et concluant que les seuls risques sur la santé pèseraient sur les villageois de Miryang et des environs, est révélatrice d'un mépris pour les populations rurales. Le développement industriel forcé - qui, en Corée du Sud, a pris la forme du choix de l'électricité nucléaire, comme dans le cas d'espèce - a accentué les déséquilibres régionaux et réduit les zones rurales à une lente mort économique, corrélative à un dépeuplement sans perspective de retournement de tendance.

La répression s'est accentuée ces derniers jours. Le 9 juin 2014, les autorités locales de Miryang ont annoncé l'exécution de la décision d'expulser de force les protestataires. Ce sont au total 2 000 policiers qui ont été déployés le 11 juin, et ont délogé les contestataires dans un accès de violence inacceptable, en détruisant les tentes mises en place.

Il est temps de connaître et faire connaître, en France, le juste combat des habitants de Miryang, dans un mouvement de solidarité internationale.

Le combat des habitants de Miryang : une lutte exemplaire
Le combat des habitants de Miryang : une lutte exemplaire
Les contestataires de Miryang ont été délogés de force par la police le 11 juin 2014

Les contestataires de Miryang ont été délogés de force par la police le 11 juin 2014

Source :

Source des images et sur l'intervention des forces de police le 11 juin 2014 :

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 00:22

Les élections locales du 4 juin 2014 en République de Corée (du Sud) constituaient un test très attendu pour la Président Mme Park Geun-hye et son parti (Saenuri, conservateur), un an et demi après son élection. Les résultats donnent une courte avance à l'Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD, opposition, progressiste). 

Sur cette carte, les régions gagnées par les démocrates (progressistes) sont en bleu et celles remportées par les conservateurs en rouge.

Sur cette carte, les régions gagnées par les démocrates (progressistes) sont en bleu et celles remportées par les conservateurs en rouge.

Ni sanction, ni blanc-seing : tel pourrait être le bilan des élections locales qui ont eu lieu le 4 juin 2014 en Corée du Sud. Si le parti Saenuri (conservateur, au pouvoir) se félicite de ne pas avoir subi de désaveu après la désastreuse gestion du naufrage du ferry Sewol, qui a entraîné une forte chute de popularité de la présidente Park Geun-hye - par ailleurs contestée pour sa gestion autoritaire de l'Etat qui fait peser une menace sur la démocratie au Sud de la péninsule - la droite aurait tort de se réjouir de résultats qui, selon les données disponibles à l'heure où nous publions cet article, donnent une courte avance à l'opposition progressiste de l'ANPD.

La participation électorale a atteint 56,8 %, soit le taux le plus élevé à des élections locales depuis 1995.

L'ANPD a remporté 9 des postes de gouverneur ou de maire de villes métropolitaines (en progression d'un poste par rapport aux précédentes élections) : dans les villes de Séoul, Daejeon, Sejong, Gwangju, dans les deux provinces du Chungcheong (Nord et Sud) et du Jeolla (Nord et Sud), ainsi que dans la province de Gangwon. Le Parti Saenuri l'a emporté dans 8 provinces et villes métropolitaines : Incheon, Daegu, Pusan et Ulsan, et dans les provinces de Gyeongsang (Nord et Sud), de Gyeonggi et l'île de Jeju. La partition traditionnelle du pays, entre l'Est conservateur et l'Ouest plus progressiste, est une fois encore respectée, les résultats révélant aussi des niveaux électoraux très proches pour chacune des deux grandes formations politiques - comme c'était déjà le cas aux élections législatives et à la présidentielle de 2012, mais alors remportées par les conservateurs. Pour les démocrates, le refus global d'alliance avec les petites formations de gauche (Parti progressiste unifié, Parti de la justice, Parti travailliste, Verts), divisées et soumises à la répression gouvernementale, a pesé sur les résultats finaux, serrés.

Dans la capitale, la nette réélection de Park Won-soon (56 % contre 42 % à Chung Mong-joon, conservateur, 7 fois élu député et ancien vice-président de la fédération de football), le positionne en candidat potentielle pour l'élection présidentielle de 2017. Dans la province de Gyeonggi, qui entoure la capitale, le conservateur Nam Gyeong-pil remporte l'élection d'une courte tête (50,4 %), ce qui en fait également un des espoirs de son parti pour les prochains scrutins.

Dans l'attente des résultats pour les élections municipales, les postes de recteurs d'académie ont été largement remportés par les progressistes (13 sièges sur 17, contre 4 sièges pour les conservateurs, vainqueurs seulement à Daejeon, Daegu, Ulsan et dans le Gyeongsang du Nord.
 

Sources :

Partager cet article
Repost0
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 22:51

Le 28 mai 2014, Ahn Dae-hee a présenté sa démission comme Premier ministre six jours seulement après avoir été choisi par la présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye, avant même son audition par le Parlement. Ce retrait est la conséquence de l'aveu implicite de l'impétrant qu'il avait perpétué la détestable tradition sud-coréenne du jeongwanyewu, un système de collusion des hauts magistrats auquel la Présidente Park avait promis de s'attaquer.

Le Premier ministre qui n'était resté que six jours en fonctions

Le jeongwanyewu est un terme coréen - qui peut être traduit par "traitement honorable des prédécesseurs" - désignant la corruption sous forme de collusion entre les anciens juges et leurs collègues toujours en fonctions : les premiers deviennent avocats et usent de leurs réseaux d'influence auprès des seconds.

Le Premier ministre Ah Dae-hee avait été choisi il y a six jours par la présidente sud-coréenne pour insuffler de nouvelles pratiques après ce qu'avait révélé comme dysfonctionnements le dramatique naufrage du ferry Sewol.

Mais avant même son audition par les parlementaires Ahn Dae-hee a remis sa démission, suite aux soupçons pesant sur cet ancien juge à la Cour suprême qu'il avait perpétué la pratique inacceptable du jeongwanyewu. Ahn Dae-hee n'a d'ailleurs pas démenti ces mises en cause, en déclarant qu'il était "désolé d'avoir déçu le peuple avec le jeongwaenyewu et d'autres suspicions".


Ahn Dae-hee aurait touché 1,6 milliard de won (soit 1,56 million d'euros) moins de six mois après avoir ouvert son cabinet d'avocats, en juillet 2013, en tirant notamment profité du jeongwanyewu - ce qui avait soulevé un tollé de protestations de l'Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD, principal parti d'opposition, centriste). Ahn Dae-hee avait tenté de désamorcer les critiques en annonçant qu'il ferait don de 1,1 milliard de won à des oeuvres caritatives. Après son retrait, l'ex-Premier ministre n'avait pas précisé s'il maintiendrait sa promesse.

Ce dernier épisode reflétant la corruption au sein de l'élite administrative et politique sud-coréenne est un nouveau coup dur pour la Présidente Mme Park Geun-hye, à la veille d'élections locales - le 4 juin prochain - qui se présentent sous un jour défavorable après qu'elle eut été mise en cause pour la gestion catastrophique du naufrage du Sewol : en effet, le scandale Ahn Dae-hee - alors que le Premier ministre avait une réputation d'intégrité - éclaire à nouveau l'oubli à ce jour des promesses de campagne de la candidate, qu'il s'agissait de la sécurité des personnes - en l'espèce, pour le transport de voyageurs - ou de la lutte contre la corruption.

Le même jour, la faiblesse du réseau de services publics a été révélée par un incendie à l'hôpital Hyosarang, dans le comté de Jangseong, qui a causé la mort d'au moins 21 personnes. N'est-il pas temps pour la Corée du Sud de tourner enfin le dos à une déréglementation libérale qui n'a tué que trop de victimes innocentes ? N'est-il pas temps d'insuffler des principes de justice et d'équité dans une société gangrénée par la corruption et le clientélisme, qui ont partie liée avec l'insuffisance des services publics, comme en a témoigné le naufrage du Sewol ?

Sources :

Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 09:08

Le 22 mai 2014, la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye a choisi Ahn Dae-hee pour occuper les fonctions de Premier ministre, après la démission de son prédécesseur Chung Hong-won suite à la gestion catastrophique du naufrage du ferry Sewol, laquelle a entraîné une forte chute de la popularité de la présidente Mme Park Geun-hye - dont le parti Saenuri (conservateur) est désormais en mauvaise posture à la veille des élections locales du 4 juin prochain. La portée du changement de Premier ministre doit cependant être relativisée, dans la mesure où le chef de l'Etat concentre la réalité du pouvoir exécutif en République de Corée (du Sud), et que l'équipe de proches conseillers dont s'est entourée Mme Park Geun-hye est restée inchangée.

Ahn Dae-hee au siège du Gouvernement, le 22 mai 2014

Ahn Dae-hee au siège du Gouvernement, le 22 mai 2014

Ancien juge à la Cour suprême, le nouveau Premier ministre sud-coréen Ahn Dae-hee nommé le 22 mai 2014 devra, selon le communiqué de la présidence sud-coréenne, engager une réforme administrative et gouvernementale, afin de lutter contre la "bureaucratie" et certaines pratiques irrégulières, perçues comme les causes du drame du naufrage du ferry Sewol et de sa mauvaise gestion. De fait, Ahn Dae-hee a immédiatement présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Si le nouveau Premier ministre a une réputation d'honnêteté, les termes employés - visant la "bureaucratie" - laissent perplexes : une leçon majeure de la catastrophe du Sewol est le besoin d'une re-reglémentation, et pas une nouvelle dérégulation dont les administrations conservatrices sud-coréennes, très liées au pouvoir des conglomérats, sont friandes. Mais peut-être s'agit-il simplement d'un slogan à visées électoralistes, peu avant les scrutins locaux du 4 juin, alors qu'un large consensus existe - y compris dans la presse de droite - sur le besoin de renforcer les contrôles administratifs pour assurer la sécurité des citoyens en matière de transports ?

 

Deux bonnes nouvelles pour la démocratie sud-coréenne sont les démissions de deux autres figures controversées : le directeur de l'agence de renseignement (NIS), Nam Jae-joon, conséquence logique des scandales auxquels le NIS a été mêlé, et de Kim Jang-soo, qui dirige le Conseil de sécurité nationale. Mais ces changements de têtes seront-ils synonymes d'une nouvelle ligne politique ?

 

Car l'opposition progressiste, à l'instar du quotidien Hankyoreh proche d'elle, souligne que le tout-puissant secrétaire général de la présidence de la République reste en place : âgé de 72 ans, Kim Ki-choon figurait déjà parmi les collaborateurs du général Park Chung-hee, père de l'actuelle chef de l'Etat, et qui avait instauré le régime le plus autoritaire qu'ait jamais connu la Corée du Sud, jusqu'à son assassinat en 1979. Il a été mêlé en 1992 à un scandale faisant apparaître un favoritisme régional - l'une des plaies politiques et économiques de la Corée du Sud, largement favorisée par le général Park Chung-hee, et alors que le nouveau Premier ministre est originaire de la région de Yeongnam, dans le Sud-Est, comme nombre des nouveaux hommes forts du régime. Par ailleurs, Kim Ki-choon est décrit par la très officielle agence de presse Yonhap comme faisant partie des sept conseillers les plus proches qui "comprennent le mieux la philosophie politique de la Présidente Park Geun-hye". Et c'est bien cela qui fait peur, car les signes se multiplient d'une filiation avec les orientations néo-libérales et antidémocratiques de feu son père, dont elle avait été la première dame après l'assassinat de sa mère.

 

Sources :

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?