Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 23:01

Mansudae.jpgLe 7 juin 2010, l'Assemblée populaire suprême de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a procédé à un remaniement au sein du gouvernement et de la Commission de la défense nationale. Choe Yong-rim est le nouveau Premier ministre de la RPD de Corée, tandis que Jang Song-thaek a été élu vice-président de la Commission de la défense nationale, sur une proposition de Kim Jong-il.

 

L'agence officielle nord-coréenne KCNA a rapporté des modifications de l'équipe gouvernementale et de la Commission de la défense nationale, adoptées en session par l'Assemblée populaire suprême (APS) de la République populaire démocratique de Corée.

 

ChoeYongrim.jpgChoe Yong Rim, qui était secrétaire général du Présidium de l'APS, a été élu Premier ministre, sur une proposition du comité central du bureau politique du Parti du travail de Corée. Il remplace à ce poste Kim Yong-il.

 

Kwak Pom-gi, O Su-yong et Pak Myong-son, qui étaient vice-Premiers ministres, ont été placés en disponibilité. D'autres portefeuilles ministériels ont également changé de titulaire : l'Industrie légère, les Aliments et l'Industrie des marchandises courantes, ainsi que la Commission de la culture physique et de la direction sportive, dont le président a rang de ministre. Leurs titulaires étaient, respectivement, Ri Ju-o, Jong Yon-gwa et Pak Hak-son. Le développement des industries légères est une des priorités dans le cadre de l'objectif de bâtir "un pays puissant et prospère" à l'horizon 2012, réaffirmé notamment dans l'éditorial conjoint du 1er janvier 2010 (Juche 99) des principaux journaux nord-coréens.

 

Par ailleurs, Jang Song-thaek, déjà membre de la Commission de la défense nationale (CDN), est devenu vice-président de la CDN, sur la proposition de son président, Kim Jong-il, qui a participé à la session de l'APS.

 

Il s'agit du plus large remaniement au sommet de l'Etat depuis le précédent renouvellement de l'ensemble du gouvernement et de la Commission de la défense nationale par l'APS lors de la première session de sa douzième législature, le 9 avril 2009, suite aux élections du 8 mars 2009.

 

Source : Xinhua (d'après KCNA)

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 21:37

Comme l'an passé, l'éditorial conjoint des principaux titres de presse de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), à l'occasion du Nouvel an 2010 (Juche 99), a été largement consacré à l'économie et à l'amélioration des conditions de vie, dans la perspective de l'édification d'un pays puissant et prospère à l'horizon 2012. La main tendue aux Etats-Unis et le rappel des propositions nord-coréennes en vue de la réunification de la péninsule inscrivent cette aspiration à la prospérité dans le cadre d'une paix globale. L'AAFC analyse cet éditorial.

Dans leur éditorial conjoint du 1er janvier 2010 (Juche 99), le Rodong Sinmun, organe du Comité central du Parti du travail de Corée, le Joson Inmingun, journal de l'Armée populaire de Corée, et le Chongnyon Jonwi, organe du Comité central de l'Union de la jeunesse socialiste Kim Il-sung, ont délivré un message en faveur de la paix, de la réunification et de la prospérité.

Sous le mot d'ordre "Apportons des améliorations décisives aux conditions de vie du peuple en cette année du 65ème anniversaire du Parti en donnant de l'éperon une fois de plus à l'industrie légère et à l'agriculture", l'éditorial du 1er janvier met l'accent sur l'édification d'un pays puissant et prospère d'ici 2012, année du centenaire de la naissance du Président Kim Il-sung, sous la conduite du Parti du travail de Corée et du dirigeant Kim Jong-il.

Alors que
les réformes économiques conduites depuis la fin novembre 2009 marquent une volonté de revenir aux fondamentaux de l'économie socialiste (l'éditorial relève que "les principes socialistes doivent être strictement observés dans la circulation des marchandises", sans allusion explicite à la récente réforme monétaire), une large place est accordée aux réalisations de l'année 2009 marquée par les batailles des 150 jours et des 100 jours : sont ainsi rappelées la construction de "la centrale de Nyongwon, la centrale de la Jeunesse de Wonsan, le canal sans pompage de la plaine Miru et les immeubles d'habitation de la cité de Mansudae. Le projet de gazéification de Namhung est achevé et la modernisation des usines et des entreprises importantes impulsée". Le lancement du satellite artificiel Kwangmyongsong-2 et l'essai nucléaire du 25 mai 2009 sont également soulignés comme des succès techniques majeurs. Toujours dans le secteur des technologies de pointe, l'accent est porté sur les progrès réalisés dans la maîtrise des techniques de contrôle numérisé par ordinateur.

L'éditorial présente ces progrès économiques et techniques comme devant être orientés vers "
l'amélioration du bien-être du peuple", de sorte que "le système de soins médicaux gratuits, le système d'enseignement gratuit et obligatoire" soient "mieux appliqués".

Dans un vibrant plaidoyer en faveur de la réunification, alors que l'année 2010 marque le dixième anniversaire de la déclaration historique Nord-Sud du 15 juin 2000 et le trentième anniversaire des propositions de la RPD de Corée en faveur de la République fédérale démocratique du Koryo, l'éditorial conjoint rappelle les initiatives prises par Pyongyang pour améliorer le dialogue Nord-Sud. Si les autorités sud-coréennes ne sont pas critiquées en tant que telles, elles sont exhortées, "au lieu d'aggraver la tension et la confrontation", à "respecter la Déclaration commune Nord-Sud, venir au dialogue Nord-Sud et travailler à l'amélioration des rapports". La mise en cause des "manœuvres de confrontation de connivence avec les forces extérieures" doit s'interpréter, notamment, comme un rejet de la politique intercoréenne du gouvernement sud-coréen tendant à lier la question des rapports Nord-Sud et de la dénucléarisation de la péninsule coréenne : pour la RPDC, les armes nucléaires sont une force de dissuasion vis-à-vis des Etats-Unis, et non une menace pour le Sud.

A cet égard, l'éditorial s'achève sur le rappel d'une position de principe en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, ainsi qu'une main tendue aux Etats-Unis pour établir un régime de paix durable, en lieu et place de l'accord d'armistice de 1953 : "Aujourd'hui, le problème fondamental posé pour assurer la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et dans la région environnante est de mettre un terme aux rapports d'hostilité entre la RPD de Corée et les Etats-Unis. Etablir un système de paix durable et réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne par la voie du dialogue et des négociations, c'est notre position invariable."

Ces déclarations soulignent l'attente d'une réponse de Pyongyang aux propositions formulées, notamment, lors de la
visite en RPD de Corée de l'envoyé spécial américain Stephen Bosworth.

L'AAFC partage cette aspiration à la paix et à la réunification de la Corée, sur la base des déclarations du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007, en souhaitant également que la mise en oeuvre des progrès économiques et technologiques permette une amélioration des conditions de vie du plus grand nombre.

 

 

Editorial conjoint du 1er janvier 2010  sur le site Naenara de la RPD de Corée

Partager cet article

Repost0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 14:54

Réunie en session ordinaire le 9 avril 2009, pour la première fois depuis les élections législatives du 8 mars, l'Assemblée populaire suprême de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a procédé au renouvellement des instances gouvernementales. Le dirigeant Kim Jong-il a été réélu président de la Commission de la défense nationale.

A l'issue des élections législatives du 8 mars 2009, l'Assemblée populaire suprême de la RPDC a renouvelé 46 % de ses membres : une proportion importante, mais inférieure à celle des deux précédentes élections législatives (61 % et 50 %). L'âge médian des députés est 56 ans. Des dirigeants d'entreprise, dont le rôle s'est accru suite aux réformes économiques engagées depuis 2002, figurent parmi les nouveaux élus, alors que n'ont pas été reconduits plusieurs responsables du "Front uni" en charge des relations intercoréennes, à l'occasion notamment du sommet intercoréen d'octobre 2007. Ces évolutions s'inscrivent dans le cadre de la priorité donnée à l'économie, alors qu'il a été mis fin à l'ensemble des accords politiques et militaires intercoréens, après la nomination de Hyun In-taek comme nouveau ministre de la Réunification à Séoul.

Réunis en session ordinaire le 9 avril 2009, les parlementaires ont procédé au renouvellement des instances gouvernementales. Le dirigeant Kim Jong-il a été reconduit dans ses fonctions de président de la Commission de la défense nationale (CDN). Kim Yong-nam a été réélu président du Praesidium de l'Assemblée populaire suprême : le praesidium est l'instance législative permanente, et à ce titre le président Kim Yong-nam exerce les fonctions de chef de l'Etat.

Yang Hyong-sop et Kim Yong-dae ont été réélus vice-présidents du Praesidium de l'Assemblée populaire suprême.

Jo Myong-rok a été élu premier vice-président de la Commission de la défense nationale, Kim Yong-chun, Ri Yong-mu and O Kuk-ryol vice-présidents de cette instance et Jon Pyong-ho, Kim Il-chol, Paek Se-bong, Jang Song-thaek, Ju Sang-song, U Tong-chuk, Ju Kyu-chang and Kim Jong-gak membres de la CDN.

Le nouveau gouvernement, où huit portefeuilles ont été confiés à de nouveaux titulaires, nonobstant la création d'un ministère du Développement de la capitale attribué à Kim Ung-gwan, est composé comme suit :

- Premier ministre : Kim Yong-il
- Vice-Premiers ministres : Kwak Pom-gi et Thae Jong-su
- Vice-Premier ministre, président de la Commission de la planification de l'Etat : Ro Tu-chol
- Vice-Premier ministre : O Su-yong (auparavant ministre des Industries électroniques, en remplacement de Jon Sung-hun)
- Ministre des Affaires étrangères : Pak Ui-chun
- Ministre de la Sécurité publique : Ju Sang-song
- Ministre des Industries électriques : Ho Thaek
- Ministre des Industries charbonnières : Kim Hyong-sik
- Ministre des Industries minières : Kang Min-chol
- Ministre des Hydrocarbures : Kim Hui-yong
- Ministre des Industries métallurgiques : Kim Thae-bong
- Ministre des Industries de machines-outils : Jo Pyong-ju
- Ministre des Industries électroniques : Han Kwang-bok (en remplacement de O Su-yong, nommé vice-Premier ministre),
- Ministre de la Construction et des Matériaux de construction : Tong Jong-ho 
- Ministre des Chemins de fer : Jon Kil-su
- Ministre des Transports terrestres et maritimes : Ra Tong-hui 
- Ministre de l'Agriculture : Kim Chang-sik

- Ministre des Industries chimiques : Ri Mu-yong
- Ministre des Industries légères : Ri Ju-o
- Ministre du Commerce extérieur : Ri Ryong-nam- Ministre de la forêt : Kim Kwang-yong
- Ministre de la Pêche : Pak Thae-won (en remplacement de Sim Ki-yop)
- Ministre de la Ville : Hwang Hak-won (en remplacement de Choe Jong-gun)
- Ministre du Territoire et de l'Environnement : Pak Song-nam
- Ministre du Contrôle de la construction d'Etat : Pae Tal-jun 
- Ministre du Commerce : Kim Pong-chol (en remplacement de Ri Yong-son)
- Ministre de l'Alimentation : Mun Ung-jo (en remplacement de Choe Nam-gyun)
- Ministre de l'Education : Kim Yong-jin
- Ministre des Postes et Télécommunications : Ryu Yong-sop
- Ministre de la Culture : Kang Nung-su
- Ministre des Finances : Kim Wan-su (en remplacement de Mun Il-bong)
- Ministre du Travail : Jong Yong-su
- Ministre de la Santé publique : Choe Chang-sik
- Ministre de l'Inspection d'Etat : Kim Ui-sun
- Président de l'Académie des sciences : Pyon Yong-rip
- Président de la Commission d'orientation du sport et de la culture physique : Pak Hak-son
- Président de la Banque centrale : Ri Kwang-gon (en remplacement de Kim Wan-su)
- Directeur du Bureau des statistiques : Kim Chang-su
- Directeur du Secrétariat du gouvernement : Kim Yong-ho
- Ministre de la Construction de la capitale : Kim Ung-gwan (ministère nouvellement créé)

Sur le rapport de Kim Wan-su, nouveau ministre des Finances, l'Assemblée populaire suprême a examiné l'exécution du budget 2008 et adopté la loi de finances pour 2009 : il est prévu une augmentation des ressources de 5,2 % et une croissance des dépenses de 7 %, la priorité étant accordée au développement de l'économie nationale et à l'élévation du niveau de vie. La défense nationale représentera 15,8 % des dépenses budgétaires. L'augmentation prévue des dépenses d'éducation et de santé s'élève, respectivement, à 8,2 % et 8 %. Par ailleurs, des crédits supplémentaires seront affectés à l'éducation des Coréens du Japon. (sources : AAFC,
dépêches du 9 avril 2009 de KCNA)

 

 

Fiche signalétique de l'Assemblée populaire suprême

de la République populaire démocratique de Corée

Nombre de députés 687
Durée de la législature 5 ans
Siège Palais de Mansudae, Pyongyang
Mode de scrutin Scrutin direct à la majorité.
Le candidat ayant obtenu la majorité absolue de suffrages dans une circonscription est déclaré élu si plus de la moitié de l'électorat a pris part au scrutin.
Conditions pour être élu Etre âgé d'au moins 17 ans.
Etre citoyen de RPDC.
Les candidats sont présentés par les électeurs, partis politiques ou organisations sociales (conjointement ou individuellement) lors de réunions d'au moins 100 électeurs où ils doivent obtenir le soutien d'au moins la moitié des participants.

 

Répartition des sièges Parti du travail de Corée : 606 sièges
Parti social-démocrate de Corée : 50 sièges
Parti Chondogyo-Chong-u : 22 sièges
Association générale des Coréens résidant au Japon (Chongryon) : 6 sièges
Indépendants : 3 sièges



Composition à l'issue des élections du 8 mars 2009


Femmes

15,6 %
Militaires
16,9 %
Ouvriers
10,9 %
Paysans
10,1 %
Moins de 35 ans
1 %
De 36 à 55 ans
48,5 %
Plus de 56 ans
50,5 %
Diplômés de l'enseignement supérieur
94,2 %

 

 

Partager cet article

Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 11:05

Le vendredi 20 mars 2009, l'Agence centrale de nouvelles coréenne (Korean Central News Agency, KCNA) a annoncé que la première session de la XIIeme législature de l'Assemblée populaire suprême (APS) s'ouvrirait le jeudi 9 avril, peu après le lancement du satellite Kwangmyongsong-2. Les 687 députés de l'APS désigneront le nouvel exécutif et définiront les orientations politiques.

Après l'élection, le 8 mars 2009, des 687 députés de l'Assemblée populaire suprême, l'agence KCNA a annoncé que le Présidium de l'APS sortant avait décidé, le 16 mars, de l'ouverture de la première session ordinaire de la XIIeme législature de l'Assemblée populaire suprême (APS) le jeudi 9 avril, conformément à l'article 92 de la Constitution de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).

La participation aux élections législatives du 9 mars a atteint 99,98 %. Tous les députés élus sont membres du Front démocratique pour la réunification de la patrie, qui réunit le Parti du Travail de Corée, le Parti social-démocrate de Corée et le Parti Chondogyo-Chong-u. Le dirigeant Kim Jong-il, président du Comité de la Défense nationale de la RPDC, a été réélu à l'unanimité dans la 333eme circonscription.

Instance suprême du pouvoir législatif de la RPDC, l'APS est chargée notamment, aux termes de l'article 91 de la Constitution :


- d'élire ou de révoquer le Président du Comité de la Défense nationale de la République Populaire Démocratique de Corée, pour un mandat d'une durée (5 ans) équivalente à celle de la législature, ainsi que le premier vice-président, les vice-présidents ou les membres du Comité de la Défense nationale de la République Populaire Démocratique de Corée sur proposition du Président de ce Comité ;


- d'élire ou de révoquer le président (actuellement M. Kim Yong-nam), les vice-présidents, les vice-présidents d'honneur, le secrétaire général et les membres du Présidium de l'Assemblée populaire suprême ;


- d'élire ou de révoquer le Premier ministre ;


- de nommer les vice-premiers ministres, les présidents de comité, les ministres et autres membres du Cabinet des ministres sur proposition du Premier ministre.

Les élections auxquelles procèdera l'APS à partir du 9 avril donneront également des indications sur la politique de la RPDC, l'APS ayant également pour mission d'arrêter les principes fondamentaux de la politique intérieure et extérieure de l'Etat. En janvier 2009, un remaniement ministériel avait conduit au remplacement de neuf ministres sur trente-sept, en particulier dans le domaine économique, titulaires des portefeuilles de l'agriculture, du commerce, de la coopération économique, de l'énergie électrique, des finances, des forêts, de la métallurgie, de la pêche et des transports ferroviaires.

L'ouverture de la session interviendra peu après le lancement annoncé, entre le 4 et le 8 avril, du satellite de télécommunications Kwangmyongsong-2, les principaux titres de la RPDC ayant réaffirmé, dans leur éditorial conjoint du 1er janvier 2009 , la priorité donné à la construction d'un pays puissant et prospère à l'horizon 2012.  (Sources : Naenara, KCNA, Xinhua)

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 11:15

KCNA, agence officielle de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), a annoncé que les prochaines élections législatives à l'Assemblée populaire suprême de la RPDC auront lieu le 8 mars 2009. Les 687 députés seront élus pour un mandat de cinq ans.

Aux termes de l'article 87 de la Constitution de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), l'Assemblée populaire suprême est l'instance suprême du pouvoir de la République. En dehors des périodes de session, l'autorité législative incombe au Praesidium de l'Assemblée populaire suprême, composée de députés élus en son sein, dont le Président, élu depuis 1998, M. Kim Yong-nam, exerce les fonctions de chef de l'Etat.

KCNA, agence officielle de la RPDC, a annoncé que les prochaines élections législatives, pour la désignation des membres de la XIIème session de l'Assemblée populaire suprême, se tiendront le 8 mars 2009. Les précédentes élections ayant eu lieu le 3 août 2003, un scrutin aurait dû se tenir fin 2008, le mandat des députés étant de cinq ans aux termes de la Constitution. La procédure d'organisation d'un scrutin décalé dans le temps apparaît également dans les régimes de démocratie parlementaire : par exemple, en France, les élections cantonales de 1991 avaient été repoussées en 1992, et les élections sénatoriales prévues en septembre 2007 organisées en septembre 2008.

Les députés de l'Assemblée populaire suprême sont élus au suffrage universel direct, au scrutin secret, pour un mandat de cinq ans, par les citoyens âgés d'au moins dix-sept ans.

Trois partis politiques sont représentés au sein de l'Assemblée populaire suprême, qui comprend également des députés indépendants, n'appartenant à aucune formation politique : le Parti du travail de Corée, le Parti social-démocrate de Corée et le Parti Chondogyo-Chong-u, formation politique dont l'inspiration religieuse, le chondoïsme, trouve notamment son origine dans la révolte paysanne nationale et antiféodale du Tonghak, en 1894.

L'Assemblée populaire suprême dispose du pouvoir législatif et contrôle le gouvernement. En particulier, elle élit et révoque le Premier ministre. Elle nomme les vice-premiers ministres, les présidents de comité, les ministres et autres membres du cabinet des ministres sur proposition du Premier ministre.


Une session de printemps, qui pourrait donc se tenir après les élections du 8 mars 2009, est traditionnellement consacrée à l'examen du budget, alors que l'éditorial conjoint du 1er janvier 2009 des principaux titres de la presse de RPDC a mis l'accent sur l'édification d'un pays puissant et prospère en 2012.  (Sources : AAFC, Vietnam News Agency, wikipédia)

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 00:01

L'éditorial conjoint des principaux titres de presse de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), à l'occasion du Nouvel an 2009 (Juche 98), a mis l'accent sur l'édification d'une nation puissante et prospère à l'horizon 2012, en vue de renforcer l'économie socialiste et d'élever le niveau de vie des Coréens. L'AAFC analyse cet éditorial.

Dans leur éditorial conjoint du 1er janvier 2009, le Rodong Sinmun, organe du Comité central du Parti du travail de Corée, le Joson Inmingun, journal de l'Armée populaire de Corée, et le Chongnyon Jonwi, organe du Comité central de l'Union de la jeunesse socialiste Kim Il-sung, ont mis l'accent sur l'édification d'une nation puissante et prospère à l'horizon de 2012, année du centenaire de la naissance du Président Kim Il-sung.

Cette priorité doit s'inspirer de la reconstruction à un rythme très rapide de la République populaire démocratique de Corée (RPD de Corée, Corée du Nord) au lendemain des dévastations de la guerre de Corée. A l'instar du président Kim Il-sung qui avait impulsé le mouvement Chollima en décembre 1956 à Kangson, le dirigeant Kim Jong-il a appelé dans cette même ville, le 24 décembre 2008, à la construction d'une puissance économique, sur les bases d'une économie planifiée socialiste, en amplifiant l'effort de modernisation engagé à l'occasion du soixantième anniversaire de la fondation de la RPD de Corée, le 9 septembre 1948. La mobilisation de tout le peuple coréen, uni autour de ses dirigeants, du Parti du travail et de l'Armée populaire de Corée, doit permettre de franchir cette nouvelle étape dans "le développement de la révolution".

L'accent est mis tout particulièrement sur les industries de base, la sidérurgie, l'électricité, les transports ferroviaires et les mines de charbon. L'objectif à atteindre est "l'élévation du niveau de vie de la population", pour lequel "résoudre le problème alimentaire est l'exigence pressante du jour." De même, le gouvernement nord-coréen entend "promouvoir sur une vaste échelle la construction de logements."

Enfin, "la réunification du pays est l'aspiration unanime des Coréens et la tâche la plus impérieuse de la nation." A cette fin, les principes de "réconciliation" et de "coopération" doivent l'emporter sur "la politique de confrontation anachronique des autorités sud-coréennes", sans que soit nommé le président sud-coréen Lee Myung-bak. A trois reprises, l'éditorial du 1er janvier 2009 souligne la nécessité d'un engagement à mettre en oeuvre les déclarations Nord-Sud du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007,  lesquelles constituent la pierre angulaire des relations intercoréennes.

Les puissances étrangères ne sont pas nommées comme telles, sinon par deux référence à la lutte d'indépendance contre le Japon et la "servilité" à l'égard des Etats-Unis des autorités sud-coréennes. Au contraire, l'appel à développer "les relations avec les pays qui nous traitent amicalement et contribuer(on)t activement à l'oeuvre d'émancipation du monde" peut s'interpréter tant comme la confirmation de l'orientation multilatérale de la politique étrangère de Pyongyang, que comme une volonté de juger sur ses seuls actes, sans a priori, la nouvelle administration Obama.

A cet égard, alors que la RPDC a rappelé une fois encore sa position de principe en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, nous rappelons que l'arme atomique est considérée par Pyongyang comme une arme de dissuasion, loin de toute utilisation à des fins préventives. Enfin, l'esquisse d'un système de "sauvegarde de la paix et de la sécurité en Asie du Nord-Est", dont les pourparlers à six sur le nucléaire nord-coréen pourraient constituer un embryon selon certains analystes, complète l'image qu'a souhaité donner Pyongyang d'un pays aspirant à la prospérité et à la paix.

 

 

Editorial conjoint du 1er janvier 2009 sur le site Naenara de la RPD de Corée

Version coréenne sur le blog en coréen de l'AAFC

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?