Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 13:54

Après le match nul (0-0) entre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) et le Turkménistan, lundi 1er juin 2008 à Ashkhabad, les deux Corée restent en tête de leur groupe de qualification pour la coupe du monde de football. Mais les matches nuls, décevants, de la Corée du Sud face à la Jordanie et de la Corée du Nord contre le Turkménistan laissent la compétition ouverte.

Les deux Corée ont joué, samedi 31 mai et lundi 1er juin 2008, leur troisième match qualificatif comptant pour le quatrième tour des éliminatoires de la zone Asie.


Déjà en tête avant de recevoir la Jordanie à Séoul et de se déplacer au Turkménistan, les deux formations coréennes conservent finalement leur positions initiales après avoir concédé deux matchs nuls. Revenue au score en deuxième mi-temps, l'équipe jordanienne a laissé exploser sa joie.


La Corée du Sud est passée de peu à côté d'une victoire
qui lui aurait permis d'assurer l'essentiel de sa qualification pour le quatrième tour des éliminatoires. En s'imposant sur la pelouse du stade Sang-am de Séoul en effet, les protégés du sélectionneur Huh Jung-moo auraient pu se contenter de récolter trois points par la suite.


Les Sud-Coréens ont ouvert le score au tableau d'affichage à la 38e minute, par l'intermédiaire du joueur de Manchester United Park Ji-sung qui propulse au fond des filets une passe habile de la tête de son jeune compagnon Lee Chung-yong sur corner.


Au retour des vestiaires, une charge hargneuse du joueur de Suwon Cho Won-hee pousse même la défense jordanienne à la faute. L'arbitre siffle alors un penalty à la limite de la surface que l'emblématique Park Chu-young transforme avec sang froid (62').


Pourtant, alors qu'ils semblaient maîtriser les débats, les Sud-Coréens ont payé cher leur manque de rigueur en défense. Ainsi, en l'espace de sept minutes l'attaquant jordanien Abdullah Fatah, auteur d'un doublé (72', 79'), a permis aux siens de recoller au score et de forcer les hôtes à partager les points au coup de sifflet final.


Déconcerté, le sélectionneur Huh Jung-moo a déclaré à la presse à l'issue du match : "Je n'arrive pas à comprendre. Nous avons fait des erreurs trop facilement. Après avoir marqué le second but, nous ne sommes pas parvenu à en mettre un troisième et notre concentration a baissé."


La Corée du Nord a elle aussi dû faire face à une opposition tenace et déterminée en Asie centrale. Ainsi, le Chollima a été contraint par son adversaire du jour de laisser passer l'occasion de rafler la pôle position au Sud. Le Turkménistan, qui devait gagner pour espérer arracher son billet pour le tour suivant a joué le tout pour le tout sans pour autant tromper la vigilance des Coréens, toujours très à l'aise lors de leurs déplacements en Asie centrale.


Nord-Coréens et Turkmènes se sont donc quittés sur un score nul et vierge après s'être fait face avec acharnement pendant 90 minutes au stade olympique d'Ashkhabad.


Retour au statu quo donc pour les guerriers Taeguk et le Chollima qui se tiennent dans un mouchoir de poche aux première et deuxième place du classement du groupe 3, séparés par une maigre différence de trois unités à la différence de buts.


A mi-parcours, les deux Corée sont donc virtuellement qualifiées pour l'ultime épisode des éliminatoires sur le continent asiatique. Mais les hommes du stratège Kim Jeong-hoon et les joueurs au maillot frappé du tigre doivent rester vigilants, car la Jordanie demeure bien placée à un seul point derrière les équipes de la péninsule coréenne. Force est donc de constater que le ballottement favorable aux Coréens pourrait basculer en l'espace d'une seule journée.


C'est pourquoi, la Corée du Sud devra s'efforcer de vaincre les Jordaniens à Amman dès le 7 juin, puis réitérer une victoire à l'extérieur au Turkménistan si elle veut envisager ses chances de qualifications pour le prochain tour sereinement.

Les Nord-Coréens, eux, ont vraisemblablement les moyens de réaliser une bonne opération à Pyongyang à l'occasion du match retour contre le Turkménistan, le 7. Il faudra toutefois que les buteurs emblématiques de l'équipe, Jong Tae-se et Hong Yong-jo se montrent moins discrets : la Corée du Nord n'a jusqu'à présent inscrit qu'un seul but en trois matches.


L'équipe de Kim Jeong-hoon peut néanmoins se targuer d'être l'une des défenses les plus performante d'Asie à l'heure actuelle, puisque la Corée du Nord est pour l'instant la seule formation, avec l'Australie, à n'avoir encaissé aucun but.


Les deux Corée se retrouveront le 22 juin à Séoul à l'occasion d'un dernier match qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le sort du futur vaincu au cas où la Jordanie se maintiendrait en embuscade.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 15:39

Middlesbrough Ayresome Park, 19 juillet 1966. A la surprise générale, l'équipe de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) bat l'Italie et est la première nation asiatique à accéder en quarts de finale d'une coupe du monde de football. Une génération plus tard, le réalisateur Daniel Gordon a donné la parole aux sept vétérans de l'équipe nord-coréenne, dans un documentaire diffusé le mercredi 11 juin 2008, à 20 heures, à l'espace Han Seine.

Le 19 juillet 1966, un but à la quarante-deuxième minute de Pak Doo-ik bouleverse la donne de la coupe du monde de football : l'équipe de République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) élimine l'équipe d'Italie, qui comptait dans ses rangs Giovanni Rivera et Giacomo Bulgarelli, sous les ovations du public britannique de Middlesbrough. Pour la première fois, une nation asiatique accédait en quart de finales d'une coupe de monde de football.

Ayant remporté en 2003 le prix du meilleur documentaire sportif de la télévision britannique, diffusé tant au Nord qu'au Sud de la Corée, The Game of their lives (Le match de leur vie) des Britanniques Daniel Gordon et Nicholas Bonner raconte l'épopée de l'équipe nord-coréenne, à partir d'images d'époque et d'entretiens en Corée avec les sept joueurs survivants de l'équipe de 1966.

Les ouvriers des villes populaires d'Everton et Middlesbrough s'étaient identifiés aux joueurs de l'équipe nord-coréenne, qui avaient su s'imposer par leur jeu rapide et collectif. Les images de 1966 montrent la foule criant "K-O-R-E-A" et les noms des deux joueurs vedettes coréens, Pak Doo-ik et Pak Seung-jin. Après la victoire contre l'Italie, des milliers de fans les ont suivis en procession jusqu'à Liverpool, pour leur prochain match contre le Portugal.

Revenus en Angleterre en 2003, les héros du film Le match de leur vie ont été accueillis avec enthousiasme par 73.000 supporters, tandis que le drapeau de la RPDC a été déployé à l'hôtel de ville de Middlesbrough le 19 juillet, jour anniversaire du match.

En 2008, à l'occasion du
premier passage de la flamme olympique en RPDC, l'ancien footballeur Pak Doo-ik a reçu la flamme des mains mêmes du président Kim Yong-nam.

L’Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) vous invite à la projection-débat du Match de leur vie de Daniel Gordon


à l’espace Han Seine, mercredi 11 juin 2008 à 20h

32, rue Monsieur le Prince

75006 Paris

01 40 46 80 40
 han-seine@wanadoo.fr

  Réservation indispensable (places limitées) 
Entrée : 5 euros (3 euros pour les membres du ciné club Han seine)

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 17:52

Dans les matches de qualification de la coupe du monde de football, la Jordanie a créé la surprise ce samedi 31 mai 2008, en décrochant un match nul (2-2) contre la Corée du Sud. L'équipe jordanienne se positionne plus que jamais en outsider, au sein d'un groupe dont les deux Corée restent toutefois les favorites.

Après une première mi-temps largement dominée par la Corée du Sud, le jordanien Hassan Abdel-Fattah a créé l'exploit en faisant revenir la Jordanie au score, par deux buts marqués en l'espace de sept minutes (Hassan Abdel-Fattah ci-contre, à droite, après son but d'égalisation).La première rencontre entre la Corée du Sud et la Jordanie à Séoul, dans les qualifications de la coupe du monde du football, le samedi 31 mai 2008, s'est achevée par une égalité (2-2).

En première mi-temps, deux buts de Park Ji-sung, du Manchester United, et Park Chu-young avaient pourtant permis à la Corée du Sud de creuser l'écart, avant que l'étonnant Hasan Abdel-Fattah ouvre le score pour la Jordanie après 72 minutes de match.

La Corée du Sud reste en tête du groupe 3 des qualifications pour l'Asie, qui réunit les deux Corée, la Jordanie et le Tukménistan, mais la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) prendra la tête du classement en cas de victoire contre le Turkménistan le lundi 2 juin. Seuls les deux premiers du groupe accèderont à l'étape suivante des matches de qualification.

Lors des précédentes rencontres, la Jordanie a été battue par la Corée du Nord, alors que la Corée du Sud l'a emporté sur le Turkménistan. Alors que
les deux Corée ne parvenaient ensuite pas à se départager, la Jordanie était ensuite victorieuse de l'équipe turkmène.

Si les deux Corée restent les favorites du groupe 3, la Jordanie conforte sa position d'outsider. Prochain verdict à Amman le samedi 7 juin, pour le match retour entre la Corée du Sud et la Jordanie.
(Source : Associated Press)


Partager cet article
Repost0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 22:42

Depuis le début de l'année 2008, l'équipe de football russe de Samara réunit deux joueurs coréens d'avenir : Choe Myong-ho et Oh Beom-seok. Rien que de très banal, si ce n'était que Choe vient du nord de la péninsule et Oh du sud, réunissant ainsi un Nord et un Sud-Coréen au sein d'une même équipe de football.

En 2006, l'équipe de football Krylia Sovetov de Samara, sixième ville russe, avait surpris les milieux professionnels en accueillant deux des premiers joueurs de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) à évoluer à l'étranger, dont Choe Myong-ho, bientôt surnommé par la presse chinoise le "Ronaldo nord-coréen".

En ce début d'année 2008, Krylia Sovetov Samara accueille à nouveau un jeune talent prometteur coréen, mais originaire du Sud cette fois : Oh Beom-seok, qui a rejoint l'équipe nationale sud-coréenne en 2005, à seulement 20 ans.

Ainsi, si l'on excepte le cas des joueurs de football coréens du Japon, qui ont soit la nationalité sud-coréenne, soit la nationalité nord-coréenne, l'équipe de Samara réunit de manière exceptionnelle deux joueurs Nord et Sud-Coréens, alors que les
deux équipes coréennes se retrouvent dans le même groupe des matches de qualification de la Coupe du monde de football 2010.

 

Alors que la presse russe s'est délectée à décrire les hésitations qu'auraient eu, au début, Choe Myong-ho et Oh Beom-seok à se rencontrer et à se parler, Choe vante volontiers les qualités personnelles de son compatriote du Sud ("je suis heureux d'entendre parler coréen et je pense que Oh est un type super"), alors que Oh, qui cherche à mieux connaître les autres joueurs de l'équipe, veut déjà voir dans Choe un coéquipier comme les autres, en dissociant politique et football.

 

Membre de la sélection nord-coréenne, Choe Myong-ho est né en 1988 à Pyongyang. Il a marqué trois buts en quatre matches lors du Championnat du Monde U-17 en 2005 au Pérou, avant de participer à la coupe du monde d'Asie junior en 2006. Il a été désigné Jeune Joueur de l’Année 2005 par la Confédération Asiatique de Football.

 

Né en 1984 à Pohang, petit frère de Oh Yu-mi qui a terminé troisième au concours de Miss Corée, Oh Beom-seok s'est illustré lors des Jeux asiatiques de 2006, où les Sud-Coréens ont terminés en demi-finale, avant de participer à la Coupe d'Asie en 2007. (sources : earthtimes.org, wikipédia)
 


Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 17:14

La Corée du Sud et la Corée du Nord se sont affrontées pour la première fois, le 26 mars 2008, lors d'un match de qualification de coupe du monde de football. Le score final (0-0) confirme les ambitions de chacune des deux Corée pour l'édition 2010 qui se tiendra en Afrique du Sud.

Un combat sans vainqueur ni vaincu : tel est le bilan du premier affrontement (0-0) entre les deux Corée lors d'un match de qualification pour la Coupe du monde de football 2010, le 26 mars 2008, au stade Hongkou de Shanghaï.

Les vedettes sud-coréennes, comme Park Ji-sung qui évolue au Manchester United, n'ont pas réussi à déjouer la solide défense nord-coréenne.

 

Le match nul est une déception pour les supporters sud-coréens : demi-finaliste de la coupe du monde 2002, la Corée du Sud fait figure de favori du groupe 3 pour le troisième tour des qualifications des pays asiatiques. Pour sa part, la Corée du Nord aligne la meilleure équipe depuis 1966, date à laquelle elle avait été la première nation asiatique à se qualifier en phase finale d'une coupe du monde en battant l'Italie, alors tenante du titre. Outre les deux Corée, le groupe 3 comporte également la Jordanie et le Turkménistan. Les deux premiers du groupe se qualifieront pour la phase suivante.

 

Après les victoires de la Corée du Sud sur le Turkménistan (4-0), et de la Corée du Nord sur la Jordanie (1-0), le 26 février 2008, les deux Corée sont co-leaders de leur groupe, mais le nombre de buts place la Corée du Sud en tête. La victoire de la Jordanie sur le Turkménistan (2-0), lors de l'autre match du groupe qui s'est joué le 26 mars 2008, lui permet de rester en course en position d'outsider. 

 

Les prochains matchs opposeront respectivement la Corée du Sud et la Jordanie, le 31 mai, et la Corée du Nord et le Turkménistan, le 2 juin. Les deux Corée se retrouveront le 22 juin à Séoul. (source : FIFA) 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 15:42

La première rencontre entre la Corée du Nord et la Corée du Sud pour un match de qualification de la Coupe du monde de football a lieu le 26 mars 2008 à Shanghai. Une rencontre au sommet entre l'équipe sud-coréenne, une des meilleures d'Asie, demi-finaliste en 2002, et l'équipe nord-coréenne, à son plus haut niveau depuis 1966, lorsqu'elle avait atteint les quarts de finale de la Coupe du monde en battant l'Italie.

Les équipes de football des deux Corée s'apprêtent à livrer un match comptant pour la deuxième phase des éliminatoires de la zone Asie (gérés par l'Asian Football Confederation, AFC) en vue de la Coupe du monde 2010 de la FIFA en Afrique du Sud.

 

Coree-du-Sud.jpgIl s'agira du treizième engagement entre les deux Corée qui se sont déjà retrouvées cette année en février à l'occasion des championnats d'Asie de l'est remportés par la Corée du Sud à Chongqing, en Chine. Le Chollima ("le cheval de mille li") et les guerriers Taeguk s'étaient alors quittés sur un match nul haut en couleurs.


C'est la première fois cependant que les deux Corée seront amenées à se faire face dans le cadre des qualifications pour l'épreuve reine en Afrique du Sud.


A l'origine, il était prévu que la rencontre se déroule à Pyongyang, dans l'enceinte du Stade Kim Il Sung. Toutefois, les autorités nord-coréennes et sud-coréennes avaient souligné les nombreuses difficultés qui pourraient surgir à l'occasion de l'organisation du match.


Le Nord s'opposait en effet à ce que l'hymne sud-coréen soit joué et le Taegukki (le drapeau de la République de Corée) levé avant la rencontre. La Corée du Nord avait alors fait une contre-proposition afin que soit chanté l'hymne traditionnel coréen Arirang et que soit utilisé le drapeau de la Corée unifiée, drapeau qui avait déjà été utilisé aux Jeux Olympiques d'hiver de Turin en 2006.

En désaccord avec les propositions de Pyongyang, la KFA, organe dirigeant du football sud-coréen, a alors porté un recours devant l'AFC afin que soit choisi un stade en terrain neutre.


L'AFC a ainsi tranché en faveur du stade Hongkou de Shanghai qui avait déjà abrité la Coupe du monde de football féminin l'année dernière, qui avait vu la défaite en finale des sportives nord-coréennes face à l'Allemagne. Le match se déroulera à 19 heures, heure de Pékin.


La Corée du Nord et la Corée du Sud ont été toutes les deux victorieuses pour le premier match des éliminatoires en février dernier. La Corée du Sud s'est imposée facilement à domicile sur le score fleuve de 4 à 0 contre le modeste Turkménistan, alors que la Corée du Nord avait réussi à remporter un duel périlleux à Amman face à la Jordanie (1-0).


C'est donc en position de co-leader que les deux formations se feront face, en sachant que les deux premiers du groupe de quatre auront le droit d'accéder au dernier tour qualificatif pour la Coupe du monde.


D'un point de vue strictement sportif, force est de constater la grande attente des médias est-asiatiques en ce qui concerne le duel clé que devrait constituer cette rencontre. Le match du 26 mars verra en effet s'opposer la vedette sud-coréenne Park Ji-sung au jeune prodige nord-coréen Jong Tae-se.


Park (27 ans), qui évolue depuis septembre 2005 au sein du géant de la Premier League anglaise Manchester United, incarne en effet la technicité et la dynamique de l'équipe nationale sud-coréenne. Buteur en demi-finale de la Champions League contre le Milan AC avec le PSV Eindhoven au printemps 2005, le talent de l'ailier sud-coréen n'est plus à démontrer. Epaulé par ses compatriotes, également expatriés en Angleterre, Lee Young-pyo (30 ans, Tottenham), Seol Ki-hyeon (29 ans, Fulham FC) et Kim Do-heon (25 ans, West Bromwich Albion), le meneur des guerriers Taeguk donnera fort à faire à ses adversaires.


Jong Tae-se (24 ans), lui, se veut le porte drapeau de la jeune et ambitieuse génération de footballeurs nord-coréens qui cherche à redonner au Chollima sa splendeur passée, celle de l'épopée de 1966 qui avait vu la Corée du Nord atteindre les quart de finales du Mondial en Grande-Bretagne.


Attaquant irrésistible avec Kawasaki Frontale, club de l'élite nippone, Jong l'est tout autant avec la sélection nord-coréenne pour qui il a transformé dix réalisations en seulement six rencontres disputées.


A l'instar de Jong Tae-se, de nombreux espoirs ravivent le flambeau du football nord-coréen. Un nombre croissant de joueurs séduit en effet les clubs étrangers, en Russie, en Corée du Sud ou même au Japon.


Cinq joueurs nord-coréens portent ainsi le maillot de clubs étrangers. Toutefois, seul l'attaquant Hong Yong-jo (25 ans) évolue en Europe dans les rangs du club serbe du FK Bezanija. Au Japon, en plus de Jong Tae-se, le milieu de terrain Ryang Yong-gi (26 ans), né à Osaka, s'est imposé comme l'un des cadres du Vegalta Sendai (un club de la seconde division du championnat japonais) avec qui il a inscrit vingt buts depuis ses débuts en 2004. Le meneur de jeu Ahn Young-hak (29 ans) a quant à lui rejoint cet hiver les Suwon Samsung Bluewings, trois fois champions de Corée du Sud. De plus, le jeune mileu de terrain Choe Myong-ho (19 ans) porte les couleurs du FK Krylia Sovetov Samara en Russie, rejoint depuis peu par un autre espoir coréen, mais du Sud cette fois, Oh Beom-seok (25 ans).


L'arène du stade Hongkou de Shanghai, qui peut accueillir 35 000 spectateurs favorisera vraisemblablement les guerriers Taeguk qui, par ailleurs, n'ont jamais été vaincus sur le sol chinois.


Mais force est de constater que les cadres de la sélection sud-coréenne sont cette fois-ci en proie au doute. Fortement malmenés par une équipe nord-coréenne audacieuse et opportuniste en février dernier, les guerriers Taeguk essaieront de redoubler de prudence et garderont un oeil crispé sur Jong Tae-se, auteur d'un exploit individuel à Chongqing.


"Nous avons vu de quoi il était capable lors des championnats d'Asie de l'Est, et nous devrons le surveiller jusqu'au coup de sifflet final," a en effet déclaré le capitaine sud-coréen Kim Nam-il (Vissel Kobe, Japon) au centre national de Paju, avant que son coéquipier le défenseur Kwak Tae-hwi (Chunnam Dragons), malheureuse victime de Jong il y a six semaines, n'ajoute : "Cette fois, je ne le laisserai pas passer. Quand vous faites face à des attaquants puissants et rapides, il vous faut prendre des décisions instantanément."


La partie s'annonce donc des plus serrées. Les deux Corée sont réputées ne pas concéder de nombreuses occasions de buts à leurs adversaires. Les deux formations auront donc besoin de la fraîcheur et de l'envie des meilleurs espoirs nationaux. Les jeunes attaquants Park Chu-young (22 ans, FC Séoul) et Yeom Ki-hun (24 ans, Ulsan Hyundai) constitueront les ressources vives de la Corée du Sud. Le Chollima pourra compter sur son groupe soudé, mis en relief par de jeunes individualités prometteuses, à l'instar de l'attaquant Kim Kum-il (20 ans) et de Pak Nam-chol (22 ans), évoluant tous les deux joueurs dans le club nord-coréen du 25 avril FC.

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 12:19

31645_news.jpgLe 26 mars 2008 est prévue à Pyongyang, la première rencontre entre les deux Corée, sur le sol coréen, à l'occasion d'un match officiel de coupe du monde de football. Ce match constitue en soi un symbole. Mais cette première soulève d'autres questions de symboles : quel drapeau déployer et quel hymne jouer? Les discussions entre les deux Corée se poursuivent. 

Les hasards du tirage au sort ont conduit à ce que les deux Corée fassent partie du même groupe de qualification pour la coupe du monde de football 2010, avec le Turkménistan et la Jordanie. Après les victoires tant de la Corée du Sud que de la Corée du Nord lors des matches d'ouverture, la prochaine rencontre opposera les deux équipes coréennes, le 26 mars 2008, dans la capitale du Nord Pyongyang.

Ce doit être la première rencontre entre les deux Corée, sur le sol coréen, à l'occasion d'un match officiel de coupe du monde de football. Cette première constitue un événement. Mais une rencontre préparatoire au match, qui s'est tenue à Kaesong le 5 février 2008, a montré des positions divergentes entre Nord-Coréens et Sud-Coréens sur la question des drapeaux et des hymnes nationaux.

Pour la Corée du Sud, les drapeaux et les hymnes nationaux de chacun des Etats doivent être utilisés pour un match officiel de qualification de la coupe du monde, conformément au règlement de la FIFA.  

La Corée du Nord demande, quant à elle, de remplacer les symboles sud-coréens par le drapeau de la Corée unifiée, bleu sur fond blanc, et par la chanson traditionnelle Arirang, également utilisée comme hymne commun aux deux Corée. 

Cor-eUnie-copie-1.png


Ces symboles de la Corée unifiée sont traditionnellement utilisés, en lieu et place des drapeaux et des hymnes des deux Etats, lors des rencontres sportives amicales entre Nord et Sud-Coréens, afin de promouvoir l'unité de la Corée. 

Si la demande des Sud-Coréens était satisfaite, ce serait la première fois que le drapeau sud-coréen serait déployé et l'hymne sud-coréen joué au nord de la péninsule.

Les discussions entre Nord et Sud-Coréens continuent pour trouver un terrain d'entente.

L'actuel débat sur les hymnes et les drapeaux, à l'occasion du match du 26 mars 2008, a le mérite de soulever une question dont il aurait été inimaginable que les Coréens débattent encore récemment. Le sport permet le rapprochement entre les peuples, comme l'avait déjà prouvé la "diplomatie du pingpong" entre Américains et Chinois dans les années 1970.  Un progrès majeur doit ainsi être relevé : il est aujourd'hui accepté par tous que des sportifs nord-coréens jouent au sud ou que des sportifs sud-coréens jouent au nord.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?