Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 23:24

Le 25 juin 2010, la sélection de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a quitté la coupe du monde 2010 de football en Afrque du Sud sur une troisième défaite, face à la Côte d'Ivoire (3-0), après celles concédées contre le Brésil et le Portugal. Au final, le Chollima n'aura finalement guère su trouver sa place dans ce qui avait été présenté unanimement comme le groupe de la mort.

 

coree_du_nord_cote_d_ivoire.jpg

 

Les éléphants de Côte d'Ivoire ont tenté l'impossible pour, en vain, se qualifier en huitièmes de finale, lors de leur dernier match de groupe contre le Chollima nord-coréen.

 

Bénéficiant du solide trio Drogba - Gervinho - Keita à l'avant, les Ivoiriens ont assommé le score dès les vingt premières minutes de jeu, par deux buts de Yaya Touré puis de Ndri Romaric, du FC Séville, à la quatorzième et à la vingtième minutes. 

 

Mais contrairement au précédent match contre le Portugal, les Nord-Coréens tenaient bon en deuxième mi-temps, Jong Tae-se manquant réduire le score à l'heure de jeu. A la 82ème minute, un centre précis de Boka permettait à Salomon Kalou de porter l'avantage des Elephants à 3-0, score final.

 

Si le portier Ri Myung-guk a fait nettement meilleure impression que contre le Portugal, repoussant les attaques incessantes de la Côte d'Ivoire, la Corée du Nord termine finalement quatrième, comme attendu, dans le groupe de la mort.

 

Pour autant, la deuxième qualification de son histoire de la Corée du Nord en phase finale d'une coupe du monde aura été riche d'enseignements, lui ayant permis de se mesurer aux meilleures équipes mondiales. Lors de leur première qualification en coupe du monde, en 1954, les Sud-Coréens avaient été encore plus durement étrillés, en encaissant des défaites 9-0 contre la Hongrie et 7-0 contre la Turquie. Les Nord-Coréens sont au début d'un long chemin, pour préparer maintenant au mieux la coupe d'Asie 2011 sous la houlette d'un nouvel entraîneur, qui pourrait être Jo Tong-sop.

 

Sources : footcoreen, FIFA (dont photo)

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la Coupe du monde 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 07:28

La Corée du Sud a décroché la seconde qualification de son histoire pour les 8èmes de finale d’une coupe du monde. Pour ce faire, les protégés de Huh Jung-moo ont du tenir tête à une sélection nigériane entreprenante et décidée à se battre jusqu’à la dernière seconde. C’est au terme d’un match nul riche en buts que les Coréens se sont assurés le droit de se frotter à l’Uruguay samedi prochain pour une place en quarts de finale. L'article qui suit est reproduit du site footcoreen.com.

 

Le Moses Mabhida Stadium de Durban a été le théâtre d’une bataille des plus âpres pour la deuxième place qualificative du groupe B. Tour à tour conquérantes puis dominées, les deux formations se sont fait face sans parvenir à se départager. Au final, ce match nul permet à la Corée du Sud de devancer son concurrent Grec d’un tout petit point alors que les Africains se voient relégués à la dernière place du classement.

 

 1ère mi-temps : les super eagles et les guerriers taeguk se neutralisent

 

Le Nigéria a tenté de prendre le match à son compte dès le début de la rencontre. Très présente physiquement, la formation de Lars Lagerbäck a posé beaucoup de problèmes à l’entre-jeu sud-coréen. Mis à mal du point de vue athlétique, les joueurs au maillot frappé du tigre n’étaient pas en mesure d’inquiéter la défense des super eagles au début de la partie. Les deux tentatives non cadrées de l’ailier droit Lee Chung-yong dans les dix premières minutes illustrent le manque de solution de la sélection coréenne.

 

Très mal entrée dans le match, absente dans les duels au milieu de terrain, la bande de Park Ji-sung a été réveillée brutalement par l’ouverture du score du Nigéria. Profitant d’une remise en jeu adroitement négociée dans la moitié de terrain des Asiatiques, Chidi Odiah a débordé énergiquement le long du couloir gauche de la défense sud-coréenne. Impuissant et pris de vitesse, le récupérateur Kim Jung-woo n’a pas pu faire barrage au latéral du CSKA Moscou qui a pu ajuster un centre bien dosé en direction du deuxième poteau. L’ailier Kalu Uche a alors pris le meilleurs sur Cha Du-ri avant d’ouvrir la marque pour les siens (12’).

 

lee_jung_soo-2.jpg

Pris à la gorge, les Sud-Coréens ont immédiatement poussé pour recoller au tableau d’affichage. Ce n’était toutefois pas la frappe trop molle de l’attaquant de l’A.S Monaco Park Chu-young (24’) qui allait permettre aux péninsulaires de recoller au tableau d’affichage, mais le réalisme du défenseur central Lee Jung-soo. Idéalement démarqué au deuxième poteau, Lee n’a eu qu’à pousser la balle au fond des filets sur un coup franc millimétré de Ki Sung-yong (38’).

 

Assomés par l’égalisation subite des Coréens, les Nigérians ont reculé en fin de première période. Lars Lagerbäck pouvait alors craindre le pire pour ses joueurs. D’autant plus que quelques instants avant le retour au score des guerriers taeguk, Kalu Uche était passé tout près de s’offrir un doublé en voyant sa frappe s’écraser sur le montant du but de Jung Sung-ryung (36’).

 

Toutefois les hommes de coach Huh n’ont pas tiré profit de leur regain de forme pour prendre le large, Yeom Ki-hun manquant de donner l’avantage aux diables rouges sur un coup franc bien capté par Enyeama (43’).

 

 Une deuxième mi-temps limite côté sud-coréen...

 

La deuxième période a débuté comme la première, les Nigérians ont pris rapidement l’ascendant sur une Corée du sud frileuse et maladroite. Kim Jung-woo incapable d’intercepter les ballons au milieu, a été obligé de faire faute et, offrant un coup franc dangereux au Nigéria proprement repoussé par Jung (45’).

 

park_chu_young-10.jpgLa réponse coréenne est arrivée juste derrière, Lee Young-pyo s’est évadé sur son côté gauche et a provoqué, enchaînant un crochet gauche et frappe à raz de terre. Le gardien Enyeama a toutefois capté le ballon sans problème (46’). Les Sud-Coréens poussaient malicieusement sur les quelques ballons qu’ils avaient à se mettre sous la dent. Ils ont fini par obtenir à juste cause un coupe franc très bien placé à vingt mètres du but. Park Chu-young s’est occupé de frapper celui-ci et a inscrit le but de 2-1, donnant ainsi l’avantage aux guerriers taeguk (48’). Park a décoché une très belle frappe bien enroulé qui a contourné le mur avant d’atterrir dans le petit filet d’Enyeama, impuissant, qui a du regarder le ballon mourir au fond de ses cages.

 

Les Sud-Coréens ont continuer de pousser, le Nigeria montrant quelque faiblesses. Le moment de tuer le match était arrivé. Un nouveau coup franc s’est présenté à distance équivalente du but nigérian. Park Chu-young a frôlé le cadre d’une frappe pure. Le Monégasque est passé tout près du doublé.

 

Lars Lagerbäck était visiblement conscient de la situation fébrile de son équipe. Il a donc procèdé à un changement, Kanu sortant pour être remplacé par Martins à la 57ème. Il était évident que le but recherché ici était de marquer. Il est ainsi venu ajouter de la vitesse à son attaque avec ce changement. Ce sont pourtant les Sud-Coréens qui continaient de se montrer dangereux, dès la 60ème minute, Lee Young-pyo a tenté à nouveau une frappe sur son côté gauche. Le ballon n’est pas venu inquiéter Enyeama qui s’en est emparé tranquillement (60’).

 

Les attaques coréennes incessantes se sont abattues sur le but nigérian, défendu tant bien que mal. Après le quart d’heure de jeu, Kim Jung-woo a trouvé Yeom Ki-hun sur le côté gauche. Celui-ci a réussi un contrôle somptueux avant de centrer à raz de terre devant le but ; Park Chu-young a repris du bout du pied, le ballon semblait se diriger vers le coin gauche mais Enyeama, prudent, s’en est emparé sans trop de difficulté (61’). Les Coréens rataient encore l’occasion de faire le break, une malchance qui semble être héréditaire. Les Nigérians ont hérité de cette malchance quelques minutes plus tard sur une action bien menée par Kalu Uche sur le côté gauche, qui a réussi à redresser le ballon pour centrer à raz de terre, mais Yakubu a loupé complètement sa frappe. Seul devant le but l’attaquant nigérian a raté l’occasion d’égaliser (66’).

 

Après un tel coup de frayeur, les Sud-Coréens pouvaient s’en vouloir de ne pas avoir concrétisé les moults occasions générées plus tôt dans le match et sont passés tout près de la correction. Kim Nam-il a été obligé de faire faute dans la surface de réparation après avoir perdu le ballon sur un contrôle hasardeux. Celui-ci a écopé d’un carton jaune et a permis ainsi à Yakubu de ramener les deux équipes à égalité (68’). Une faute inutile qui aurait pu être évitée s’il avait dégagé directement au lieu de chercher dribbler les attaquants nigérians dans sa propre surface de réparation. Une erreur de débutant, un défenseur de son acabit, avec autant d’expérience à son actif n’aurait pas dû commettre une faute de ce type.

 

La Corée du Sud a repris les rênes et est repartie au charbon. Les assauts répétés des Coréens sur le but nigérian ont apporté des occasions intéressantes, mais qui ne seront pas converties. A l’image d’un Park Ji-sung qui a contrôlé brillamment le ballon envoyé dans la surface de réparation. Cependant le Mancunien a été pris de vitesse par le rebond et n’a pas pu frapper (70’). C’est le même Park Ji-sung qui quelques minutes s’est montré dangereux dans la surface de réparation. Esseulé sur son côté droit, il a réussi à éliminer son adversaire direct d’un croché pour frapper dans le petit filet, malheureusement en dehors du but (75’).

 

Les Sud-Coréens ont gardé un rythme élevé, un rythme qui visiblement gênait les nigérians enfermés dans leur surface de réparation. Sur une contre-attaque bien menée, Lee Young-pyo a trouvé Lee Chung-yong. Seul sur le côté gauche, l’ailier droit de Bolton a bien enveloppé son ballon, mais Enyeama a anticipé sans difficulté et a sorti ce ballon du bout des doigts. A trop prendre les buts nigérians d’assaut, les Coréens finissaient par trop se découvrir, et ainsi laisser des espaces derrière. Sur une interception non loin des buts, les Nigérians étaient tout près de marquer le troisième but. Obasi s’est présenté devant la surface de réparation coréenne et a fixé son adversaire direct pour lancer Martins dans la profondeur. L’attaquant nigérian a alors tenté de lober Jung Sung-ryong, oubliant de cadrer sa frappe. Son lob est passé à côté du but : les Coréens pouvaient remercier leur bonne étoile (79’).

 

La pression continuait de se faire ressentir, les Nigérians savaient qu’ils étaient éliminés si le score devait en rester à deux buts partout. Ils se jetaient alors âme perdue sur les cages coréennes. Sur un ballon perdu par la défense sud-coréenne, Martins a tenté sa chance à 20 m, mais sa frappe était écrasée et dévissée (81’). L’entraîneur sud-coréen a procédé à un changement, Kim Jae-sung venant alors remplacer Ki Sung-yong qui commençait à ressentir les crampes. La fin de match a été douloureuse et la défense sud-coréenne n’était pas loin de céder face à la pression des Nigérians. Les contres étaient de plus en plus dangereux et les super eagles toujours déterminés se sont battus jusqu’au bout. Une dernière occasion est venu faire trembler la défense sud-coréenne. Obinna a tenté une frappe dans les 20 m, n’ayant sans doute plus la force pour aller affronter le rideau défensif coréen bien replié devant sa surface de réparation. Sa frappe est passée largement à côté des buts (91’).

 

Les Coréens temporisaient quand le coup de sifflet final a retenti. La Corée du Sud était en huitièmes de finale ! Une qualification acquise dans la douleur, un match où la Corée du sud n’aura pas montré un visage convaincant. Trop de déchets dans le jeu, trop d’occasions manquées qui auraient pu faire de ce match une réussite totale.

 

Mais le plus important est là, les Coréens accèdent à leurs premières huitièmes de finale de leur histoire en terre étrangèrs. C’est un énorme pas en avant pour le football coréen. Maintenant il va falloir préparer le match face à l’Uruguay, qui eux ne seront pas aussi cléments que les Nigérians.

 

Source : footcoreen

Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 22:06

Comme en 1966, c'est face à une équipe portugaise à son plus haut niveau que la sélection de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a été éliminée de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud au stade du Cap, le lundi 21 juin 2010, sur une défaite historique (7-0). Mais ce résultat sans appel ne doit pas occulter les progrès accomplis par le Chollima, en passe de devenir l'une des équipes asiatiques avec lesquelles il faudra désormais compter à l'avenir.

 

Coupe-du-monde-2010-Portugal-Coree-du-Nord-en-direct-189771.jpg

 

Le Portugal porte décidément malheur aux Coréens du Chollima : en 1966, l'épopée nord-coréenne, pour la première qualification d'une équipe asiatique en phase deux d'une phase finale de Coupe de monde de football, s'était brisée en quarts de finale sur la sélection portugaise, à l'issue d'un des matchs les plus retentissants de l'histoire du mondial. Après avoir mené jusqu'à 3-0 au score, le Chollima était progressivement rattrapé, puis battu (5-3), suite notamment à quatre buts marqués par Eusebio.

 

Quarante-quatre ans plus tard, l'histoire a bégayé au stade du Cap en Afrique du Sud : tenant vaillamment tête aux Portugais pendant près d'une demi heure, Jong Tae-se, Hong Yong-jo et An Yong-hak à l'avant multiplièrent les occasions inquiétantes pour leurs adversaires entre la 11ème et la 20ème minutes. Ayant choisi un jeu plus offensif que contre le Brésil, Kim Jong-hun dévoilait les capacités offensives de ses hommes. Mais un but du bolide Raul Meireles, à la 29ème minute, ouvrait le score peu avant la demi heure de jeu. Le score devant rester inchangé jusqu'à la mi-temps.

 

La deuxième partie du match anéantissait ensuite les espoirs des joueurs nord-coréens, moins expérimentés que les redoutables Portugais qui affirmaient haut et fort leurs ambitions pour la suite du mondial, face à une défense nord-coréenne en lambeaux. Le festival de buts portugais commençait à la 53ème minute sur un tir de Simão Sabrosa, avant de se poursuivre avec les buts de Coentrão (56'), Tiago Mendes (60'), Liédson (81'), Ronaldo (87') et Tiago (89'), pour un score final de 7-0 qui reflète, avant tout, les capacités des hommes de la bande à Ronaldo - omniprésents, rapides, ingénieux - qui peuvent prendre de haut le Brésil pour le dernier match du "groupe de la mort", dont le Brésil et le Portugal devraient se disputer la première place, tandis que le Chollima affrontera encore la Côte d'Ivoire au même moment, le 25 juin à 16h. Mais les Nord-Coréens n'ont désormais plus de chances de se qualifier en huitièmes de finale.

 

Sans anticiper sur la fin de la Coupe du monde pour le Chollima, son parcours pour sa deuxième qualification en phase finale de la compétition reine du football n'en témoigne déjà pas moins de sérieux progrès riches d'espérance pour l'avenir : lors des éliminatoires de la zone Asie, les hommes de Kim Jong-hun ont su éliminer des équipes telles que l'Arabie Saoudite et l'Iran, faisant pratiquement jeu égal avec les Sud-Coréens. Dans la préparation aux matchs en Afrique du Sud, ils ont fait jeu égal avec la Grèce ou l'Afrique du Sud, ne concédant aucune défaite par plus de deux buts : malgré le manque d'expérience à l'international de la plupart de ses joueurs, le Chollima n'a jamais sombré face à des équipes techniquement supérieures. L'honorable défaite contre le Brésil (2-1) a montré le potentiel de jeu collectif de la bande à Jong Tae-se. D'ores et déjà, la République populaire démocratique de Corée a gagné ses galons d'équipe de première division sur le continent asiatique, pour laquelle plus rien ne sera jamais comme avant.

 

Sources : AAFC, footcoreen.com. Photo Teamshoot

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la Coupe du monde 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 19:03

Sonnée par une défaite (4-1) face à l'Argentine ce jeudi 17 juin 2010, la République de Corée (du Sud) n'en conserve pas moins ses chances de qualification en huitièmes de finale après la victoire de la Grèce sur le Nigéria (2-1). Le dernier match de poule contre le Nigéria sera décisif.

 

1374645_3_2347_les-argentins-peuvent-feter-higuain-auteur.jpg

 

Un chemin de croix. Les guerriers Taeguk ont été dominés par les Argentins lors de leur second match du groupe B : à la dix-septième minute, Park Chu-young marquait contre son camp, avant qu'une tête de Higuain de la tête, sur un centre de Maxi Rodriguez prolongé par Nicolas Burdisso, ne double le score à la trente-troisième minute. Mais les guerriers Taeguk ne désarmaient pas : à la quarante-cinquième minute, Lee Chung-yong réduisait le score à 2:1.

 

Mais la seconde mi-temps voyait un Higuain impérial doubler encore le score des Argentins, à la soixante-seizième puis à la quatre-vingtième minutes. Higuain devenait l'auteur du premier triplé de ce mondial.

 

Pourtant, après sa victoire contre la Grèce (2-0), la Corée du Sud reste dans la course pour la qualification en huitièmes. En effet, dans ce même après-midi du 17 juin, la Grèce l'a emporté sur le Nigéria (2-1), définitivement éliminé de la course. Verdict le 22 juin lors des derniers matchs de poule (Nigéria-Corée du Sud et Grèce-Argentine). Si l'Argentine reste dominatrice, il suffirait d'un nul pour la Corée du Sud ou même d'une courte défaite contre le Nigéria, qui aura à coeur de revenir au pays avec une victoire dans sa besace. Malgré les apparences après une sévère défaite, les Sud-Coréens gardent leurs chances.

 

Source : FIFA

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la coupe du monde

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 21:02

En marquant à la 89ème minute pour la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) contre la puissante équipe brésilienne lors du premier match de phase finale de la coupe du monde 2010, Ji Yun-nam s'est fait un nom dans le football nord-coréen, sinon dans le football mondial. Le résultat de l'expérience acquise par ce pilier du club du 25 Avril, qui domine le championnat de la RPD de Corée.

 

ji-yun-nam-lee-yong-jae-2009-10-9-15-11-47.jpg

Certains destins peuvent basculer en un match. En étant l'auteur d'un but historique contre le Brésil pour le premier match du Chollima lors de la coupe du monde en Afrique du Sud, Ji Yun-nam (photo à gauche, aux prises avec Lee Yong-jae, lors du match contre le FC Nantes le 9 octobre 2009) a rejoint Pak Doo-ik, auteur du but victorieux contre l'Italie en 1966 qui avait qualifié la Corée du Nord en quarts de finale, dans le panthéon des héros du football de la République populaire démocratique de Corée.

 

Dans la dernière minute du temps réglementaire, Ji Yun-nam réussissait un coup de maître, parfaitement maîtrisé : Jong Tae-se récupérait un long ballon de Cha Jong-hyok, qui remisait pour Ji Yun-nam. Parti sur sa lancée, Ji passait deux défenseurs brésiliens et frappait victorieusement du droit, permettant à la RPDC de revenir à 2-1 au score.

 

Né le 20 novembre 1976 à Pyongyang, le numéro 8, en position de défenseur (arrière gauche), a déjà derrière lui un beau palmarès en championnat national de Corée du Nord. Rapide, rigoureux, Ji Yun-nam est un joueur efficace, capable d'accélérations soudaines pour éloigner le ballon des cages coréennes ou lancer des contre-attaques. Trente fois sélectionné dans l'équipe de RPDC, déjà présent dans le Chollima lorsqu'il avait échoué aux portes du mondial 2006 au dernier tour de qualification du groupe Asie, il a acquis une expérience irremplaçable pour les plus jeunes joueurs, en s'affirmant comme le doyen de la sélection nord-coréenne.

 

Ji Yun-nam est un pilier du groupe du 25 Avril, le club de l'Armée populaire de Corée (le plus titré de République populaire démocratique de Corée), basé à Nampo, où il joue notamment aux côtés de Mun In-guk. La complicité entre les deux joueurs avait déjà permis une belle opération lors des matches de qualification : face aux Emirats Arabes Unis le 11 février 2009, Mun avait marqué le but victorieux sur un centre de Jin. En 2008, Ji Yun-nam avait également marqué un but contre la République populaire de Chine, à Chongqing, en match de la coupe d'Asie de l'Est.

 

Face au Portugal où le Chollima cherchera sa revanche sur le match de 1966, Ji Yun-nam sera un atout déterminant des Nord-Coréens, dans un mondial qui marquera probablement la fin de sa carrière internationale. Un final d'ores et déjà synonyme d'apothéose.

 

Sources principales : FIFA, footcoreen.com, wikipédia

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la coupe du monde.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 01:24

La sélection de Corée du Nord a réussi une entrée fracassante dans le mondial en ne concédant qu’une défaite minime au Brésil (2-1) et en ponctuant son match d’un but historique. Les protégés de Kim Jong-Hun ont été à la hauteur de leur glorieux aînés de 1966, offrant l’un des plus beaux matchs du mondial aux spectateurs des 5 continents. L'article qui suit reprend un article de Simon Besse publié sur le site footcoreen.com.

 

Un Chollima combattif tient la dragée haute à la bande de Dunga en première mi-temps

 

C’est en bravant le froid hivernal de Johannesburg que les joueurs nord-coréens ont fait leur entrée dans la compétition reine du football. Bien que submergés par l’émotion, à l’image de Jong Tae-se en larmes lorsque l’aegukga nord-coréenne a résonné dans le stade, les hommes du Chollima ont livré un début de match d’une discipline exemplaire pour la plus grande joie de leurs rares supporters agitant les petits drapeaux bleus et rouges.

 

bresil_coree_du_nord.jpg

La formation de Kim Jong-hun a su faire bloc efficacement face à des stars brésiliennes peu inspirées. La présence de trois défenseurs centraux (Ri Kwang-chon, Pak Chol-jin, Cha Jong-hyok) dans l’axe a semblé déjouer les plans de la Seleção, et les rares poussées offensives des auriverdes ont à plusieurs reprises souffert de la lenteur du pivot sévillan Luis Fabiano. la palme revenait au latéral Pak Nam-chol, qui parvenait à éteindre Kaka pendant près de 45 minutes, en ne lâchant pas un pouce de terrain à celui ci ! Une belle mention était également valable pour le capitaine Hong Yong-jo, dont les qualités de dribble de passe et la lucidité permettait à son camp de se projeter ensemble vers l’avant.

 

Impuissants face au mur défensif nord-coréen, les Brésiliens se sont dans un premier temps résignés à tenter leur chance de loin, à défaut de parvenir à accélérer le rythme pour déborder leurs vis-à-vis. Les solutions manquaient donc, et les champions du monde 2002 manquaient d’application, à l’image de la tentative hors-cadre de l’ailier de Galatasaray Elano à la septième minute de jeu. Quelques instants plus tard, le lyonnais Michel Bastos imitait son compatriote en bottant une frappe dévissée en sortie de but (10’).

 

La première grosse occasion de la rencontre fut l’œuvre de l’emblématique avant-centre de Kawasaki Frontale Jong Tae-se. Suite à une touche intelligemment jouée dans la moitié de terrain brésilienne, Jong a délivré une série de dribbles qui l’ont mené tout droit en direction du but de Julio César. Jong Tae-se n’a pas hésité à frapper droit au but avant de voir son tir dévié par le portier de l’Inter de Milan (11’). Débordé par l’émotion, Le malheureux zainichi allait cependant réaliser un match légèrement décevant. La réplique brésilienne, infructueuse, a été sortie par Elano qui n’a toujours pas réussi à mettre en danger le portier Ri Myong-Guk (13’).

 

Bien loin de se laisser intimider, les Nord-Coréens ont continuer de pousser et ont fait douter la sélection du Brésil. Le lutin Mun In-guk se fendait ainsi d’une tentative de lob des 50 mètres sans complexes, puis Cha Jong-hyok n’hésitait pas à tirer à l’extérieur de la surface. Seul attaquant véritablement en vue du côté brésilien, c’est le dribbleur fou Robinho qui a pris en charge l’essentiel du travail offensif de son équipe. Le remuant attaquant de Santos, idéalement infiltré dans la surface de réparation des rouges, a toutefois trop écrasé sa frappe pour tromper la vigilance du gardien nord-coréen (21’).

 

Vraisemblablement abasourdis par leur propre inefficacité, les Brésiliens ont relâché leur concentration en fin de première période, laissant aux défenseurs Ri Kwang-chon (32’) et Ji Yun-nam (36’) l’opportunité de narguer Juan et Lucio en tentant le tout pour le tout depuis l’extérieur de la surface de réparation. La pression des hommes de Dunga pour forcer la décision avant de regagner les vestiaires est demeurée inefficace, à l’image de l’occasion de Felipe Melo dont le tir s’est envolé très haut dans le ciel de Johannesburg (41’).

 

Fatale deuxième période... ponctuée d'un but sensationnel !!

 

Au coup de sifflet de monsieur Kassai, le monde du football se rendait à grand peine compte de l’exploit des Nord-Coréens : tenir en respect la meilleure équipe du monde pendant 45 minutes, avec un sang-froid et une organisation dignes des plus grandes équipes européennes ! Mais le nul pouvait-il être tenu en seconde période, après tant d’efforts déjà ? La samba brésilienne n’allait elle pas finir par faire tourner la tête aux Nord-Coréens ?

 

La réponse n’allait pas tarder à venir pour le Chollima. Les avant brésiliens, sans doute vertement secoués par Dunga dans les vestiaires, arrivaient en effet avec des intentions plus fermes, et faisait le siège des buts de Ri Myung-guk, cerclé d’une défense toujours aussi compacte, mais qui commençait hélas à se lézarder.

 

A la 51ème, le lyonnais Bastos donnait l’avertissement d’un coup franc canon passé à côté. Quelques minutes plus tard, les Nord-Coréens réussissaient une belle sortie collective et obtenaient un corner. Mais à la 57ème, le but brésilien arrivait, cruel, inévitable : un centre-tir frappé dans un angle impossible sur la droite de Maicon, lancé en profondeur par Kaka, trompait la vigilance du portier Ri Myung-guk, qui avait plongé dans le mauvais sens en anticipant le centre !! Le but n’était peut être pas intentionnel, le tir semblant donné en bout de course, mais le résultat était bien là : BRESIL-COREE DU NORD : 1-0, pour la plus grande joie des spectateurs !

 

Toute la stratégie nord-coréenne s’effondrait, et les joueurs fatigués étaient à présent condamnés à inscrire un but et se découvrir. Autant dire condamnés à l’impossible.

 

La déconcentration et la tristesse amenaient rapidement le second but brésilien. Dès la 67ème, le courageux défenseur central Pak Chol-jin accusait une cruelle douleur aux jambes, paralysé par d’impressionnantes crampes. Emmené par les soigneurs, il revenait sur le terrain, héroïque et déterminé. Mais en vain : à la 72ème minute, le Brésil doublait la mise par Elano, qui trouvait le petit filet d’une frappe limpide après un service impeccable de Robinho (2-0), profitant de la déconcentration de l’équipe nord-coréenne.

 

Le 3-0 n’était pas loin quand le remplaçant Nilmar s’inflitrait à son tour dans la surface pour frapper au but, mais Ri Myung-guk sauvait les siens en deux temps.

 

C’est alors que les Nord-Coréens sortirent la tête de l’eau et inscrivirent, à la grande stupéfaction de Dunga, l’un des plus beaux buts du Mondial sud-africain : Cha Jong-hyok envoyait un très long ballon depuis le milieu de terrain vers Jong Tae-se, lequel s’imposait dans les airs et remisait parfaitement pour Ji Yun-nam, lancé en pleine course. Ce dernier effaçait deux défenseurs brésiliens d’une feinte de tir, s’avançait vers le but et clouait Julio Cesar d’une imparable frappe du droit (2-1) !!

 

Un but historique signé de l’aîné de la sélection nord-coréenne, et qui permettait aux Nord-Coréens de reprendre confiance tout en améliorant leur goal average pour la suite de la compétition... !

 

Les protégés de Kim Jong-Hun ne purent évidemment pas obtenir d’égalisation mais se satisfaisaient d’avoir livré une superbe bataille au géant brésilien.

 

Portugais et Ivoiriens sont prévenus, on ne triomphe pas du Chollima si facilement...

 

Source (y compris photo) : footcoreen.com

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la coupe du monde.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 22:26

Après leur victoire 2-0 contre la Grèce ce samedi 12 juin 2010, les joueurs de la République de Corée (du Sud) ont pris la tête du groupe B, tandis que l'Argentine l'a emporté (1-0) sur le Nigéria. Une belle entrée en matière pour les guerriers Taeguk qui se positionnent pour la qualification en huitièmes de finale.

 

Un jeu efficace et rapide a permis aux guerriers Taeguk de s'imposer nettement contre la Grèce lors du premier match du groupe B de la coupe du monde 2010, le samedi 12 juin au Port Elizabeth Stadium de Nelson Mandela Bay/Port Elizabeth.

 

lee jung-sooDès la septième minute, Lee Jung-soo ouvre le score du plat du pied au deuxième poteau. Face à une défense grecque décevante, Park Ji-sung double la mise à la cinquante-deuxième minute. Et il s'en faut de peu qu'un troisième ballon entre dans les cages grecques à la soixante-troisième minute, sur une tête de Park Ji-sung, juste au-dessus du but... Malgré un réveil tardif en fin de match, la Grèce n'arrive pas à combler son retard.

 

En l'emportant ensuite dans l'après-midi 1-0 contre le Nigéria, l'Argentine a conforté sa place de favorite de groupe B, dont la Corée du Sud a toutefois pris la tête du classement grâce à sa plus ample victoire contre une équipe grecque décidément décevante. 

 

Sources : AAFC, FIFA (dont photo), 20minutes.fr

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la coupe du monde.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 23:03

Après avoir présenté le Cheollima de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), l'AAFC fait le point sur la préparation des guerriers Taeguk de la République de Corée (du Sud). Pour leur huitième participation à une coupe du monde de football, les Sud-Coréens voient grand à l'issue d'une progression constante depuis les matchs de qualification : et s'ils rééditaient l'exploit de 2002, où ils avaient atteint les demi finales ? Partis à l'assaut du ciel, les guerriers Taeguk ont les moyens et l'ambition d'atteindre à nouveau les sommets.

 

2002 a marqué l'apogée du football sud-coréen : coorganisateurs de la coupe du monde avec le Japon, les Sud-Coréens avaient réalisé un parcours éblouissant : qualifiés pour le second tour après leurs succès contre la Pologne (2-0) et le Portugal (1-0), ils avaient sorti l'Italie puis l'Espagne, avant de s'incliner contre l'Allemagne en demi finale (0-1). Six des vingt-trois joueurs de 2002, devenus des héros dans la péninsule coréenne, joueront à nouveau en Afrique du Sud cette année :  Cha Du-ri, Lee Woon-jae, Ahn Jung-hwan, Lee Young-pyo, Park Ji-sung et Kim Nam-il.

 

choi_jung_han-277b6.jpgSous la houlette de Huh Jung-moo, qui avait participé à la compétition au Mexique en 1986, les joueurs vedettes des guerriers Taeguk ont su se faire un nom en Europe, dans une discipline où l'Asie a connu des succès plus tardifs que d'autres continents mais dont la Corée du Sud est le représentant le plus régulier en coupe du monde de la FIFA, ayant signé en 2010 sa huitième participation en phase finale de la compétition. Park Ji-sung, du Manchester United, conduira à nouveau les Sud-Coréens vers le succès, en pouvant compter notamment sur les tirs précis de l'avant-centre de Monaco, Park Chu-young (14 buts en 68 matchs) et l'expérience du gardien Lee Won-jae, qui participe à sa quatrième coupe du monde. Mais la relève est déjà là avec deux joueurs à surveiller de la modeste équipe japonaise (division 2) d'Oita Trinita : Kim Bo-kyung et Choi Jung-han. A plus long terme, on suivra le jeune Yoon Bitgaram, déjà surnommé le "Zidane sud-coréen".

 

Coree_du_Sud_Japon.jpgEn se qualifiant en phase finale après avoir terminé première de son groupe aux derniers tours des matchs de qualification en Asie, la Corée du Sud a éliminé des équipes telles que l'Arabie Saoudite et l'Iran. Dans ses matchs de préparation à la coupe du monde en Afrique du Sud, les guerriers Taeguk ont affiché une progression constante, en infligeant une sévère leçon au Japon le 24 mai dernier (2-0, avec des buts de Park Ji-sung et Park Chu-young), confirmant ainsi leur domination en Asie, avant de ne s'incliner que in extremis contre l'Espagne (0-1) le 4 juin, par un but de Jesus Navas marqué dans les dernières minutes. Le 16 mai, les guerrier Taeguk avaient remporté une victoire convaincante contre l'Equateur (2-0). En revanche, ils avaient dû concéder une défaite contre la Biélorussie (0-1) le 30 mai.

 

La Corée du Sud sera soumise à rude concurrence au sein du groupe B, dont l'Argentine est favorite mais où la Corée du Sud, la Grèce et le Nigéria peuvent tous les trois prétendre à décrocher leur ticket pour les huitièmes de finale. Le premier choc opposera les combattants du pays du Matin calme à la Grèce, ce samedi 12 juin à 13h30 à Port Elizabeth. 

 

Sources : AAFC, FIFA, footcoreen.com (dont photos)

 

Les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la coupe du monde.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 23:48

A quelques jours du coup d'envoi de la coupe du monde de football en Afrique du Sud, quel bilan tirer de la préparation des sélections nord et sud-coréennes, qui pour la première fois se sont toutes les deux qualifiées en phase finale d'une coupe du monde ? Si les guerriers Taeguk auront à donner le meilleur d'eux-mêmes en étant confrontés à l'Argentine, à la Grèce et au Nigéria, le Cheollima sera soumis à encore plus rude épreuve, en devant l'emporter sur au moins deux des trois meilleures équipes mondiales : le Brésil, le Portugal et la Côte d'Ivoire. Mais à coeur vaillant rien d'impossible... l'AAFC présente aujourd'hui la sélection nord-coréenne, une nouvelle fois à la conquête du public du mondial.

 

En 1966, les Nord-Coréens du Cheollima étaient devenus l'équipe favorite des ouvriers des villes populaires d'Everton et Middlesbrough. Dans son film documentaire retraçant l'épopée des joueurs, la réalisateur britannique Daniel Gordon a montré la foule criant "K-O-R-E-A" et les noms des deux joueurs vedettes coréens, Pak Doo-ik et Pak Seung-jin, après l'incroyable victoire contre l'Italie. Des milliers de supporters les suivirent alors jusqu'à Liverpool, pour leur prochain match contre le Portugal que la Corée du Nord mena 3-0, avant d'être battue 5-3 à l'issue de l'un des matchs les plus spectaculaires de l'histoire du football. Malgré sa défaite, pour la première fois une équipe asiatique s'était qualifiée en deuxième tour d'une phase finale de coupe du monde, en atteignant les quarts de finale.

 

Quarante-quatre ans plus tard, l'histoire va-t-elle se répéter ? Le joueur vedette des Cheollima, Jong Tae-se, Coréen né et ayant grandi au Japon, l'affirme : "J'ai grandi avec les images de 1966", avant d'ajouter : "Vous connaissez mal la Corée du Nord, le Mondial est l'occasion de changer l'image que vous avez de notre pays". En ce qui concerne Jong tae-se, c'est aussi grâce à l'association des résidents coréens du Japon, la Chongryon, favorable à la République populaire démocratique de Corée qui l'a fortement aidée (particulièrement à ses débuts), que celui qui a gagné au Japon le surnom de "Rooney du peuple" a pu recevoir une éducation en coréen.

 

1222405_FULL-LND.jpg

 

Tombée dans le groupe de la mort, la Corée du Nord (ci-dessus à l'arrivée en Afrique du Sud) pourrait sembler confrontée a priori à une mission impossible. Mais la difficulté galvanise Jong Tae-se qui, à lui seul, a marqué les trois buts de la sélection nord-coréenne dans ses deux derniers matchs amicaux contre de futurs adversaires de... la Corée du Sud. Si la défaite contre la Nigéria a été décevante (3-1), le Cheollima a brillamment tenu tête à la Grèce (2-2). Les joueurs de la République populaire démocratique de Corée ont la capacité de déjouer les pronostics de leurs redoutables adversaires, à commencer par le Brésil, ce 15 juin 2010. Dix ans jour pour jour après la première rencontre intercoréenne au sommet Nord-Sud.

 

Mais les Coréens de toute la péninsule et de la diaspora ne seront pas les seuls à encourager les joueurs du Cheollima qui, comme leurs glorieux aînés de 1966, ont déjà su conquérir un large public.

 

En effet, les commentaires élogieux ne sont pas rares sur la version française du site de la FIFA, notamment de la part de ceux qui connaissent le football nord-coréen : pour Sergio6975, "j'ai eu l'occas' de voir la Corée du Nord, quel collectif et ils vont à une vitesse!!! Faut dire ils sont en préparation depuis 6 mois les bougres !" ; pour Gwadaboyz1, "pour les avoir vu jouer lors des derniers matches qualificatifs de la zone Asie, je peux vous affirmer que ça joue au football. Oui le Brésil, le Portugal et la Côte d'Ivoire n'auront pas la partie facile face à ces Nord-Coréens. Et souvenez-vous en effet de la place de quart de finaliste de cette équipe au mondial 1966 où les Portugais qui avaient souffert avaient été sauvés par un super Eusebio (5-3)". Et pour Alshaddai d'Haïti, "je vois la coree du nord en huitieme. a vouloir a tout prix gagner ils vont se manger entre eux les trois favoris. bresil/ coree seront qualifies."

 

La clé de ce succès réside peut-être dans la personnalité des joueurs. Ils ne logent pas dans un hôtel de luxe, mais dans un modeste hôtel situé dans les quartiers populaires. On ne les verra pas dans des clips publicitaires pour arrondir leurs fins de mois. Comme en 1966, ce sont dans leur écrasante majorité des ouvriers, des employés ou des militaires dont le mode de vie a plus à voir avec celui des habitants des quartiers populaires d'Europe ou d'Amérique qu'avec les stars du football international dont les salaires sont parmi les plus élevés au monde. A l'image d'un pays où des enfants et petits-enfants de paysans, mineurs et ouvriers ont pu accéder au sommet de l'échelle sociale.

 

Source : AAFC, FIFA

 

Plus d'informations sur les équipes coréennes et les matches de la phase finale de la coupe du monde.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 23:34

A moins de deux mois du coup d'envoi du match qui l'opposera au Brésil, le 15 juin 2010, à l'occasion de sa première participation en phase finale d'une coupe du monde de football depuis 1966, le Cheollima de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a décroché le match nul (0-0) au Brita Arena de Wiesbaden, en Allemagne, contre les Bafana bafana d'Afrique du Sud, hôtes de la prochaine coupe du monde. Disposant d'une solide défense, la sélection nord-coréenne a connu des fortunes diverses dans sa préparation à la compétition, où elle fait partie du "groupe de la mort", avec le Brésil, le Portugal et la Côte d'Ivoire.

 

Le match amical qui a opposé, le jeudi 22 avril au Brita Arena de Wiesbaden, les Nord-Coréens et les Sud-Africains, s'est soldé par un score nul (0-0). Les deux équipes participeront à la phase finale de la prochaine coupe du monde dans moins de deux mois. 

 

Ji_Yun_Nam.jpg

Privées de plusieurs de leurs meilleurs joueurs évoluant à l'étranger (pour le Cheollima, Jong Tae-se, Ryang Yong-gi, Ahn Young-hak et Choe Myong-ho ; pour les Bafana bafana, Steven Pienaar, Aaron Mokoena, Benedict Mc Carthy, Bernard Parker et Macbeth Sibaya), les deux équipes n'en ont pas moins multiplié les occasions. Très entreprenants en première période, les Sud-Africains ont dû faire face à la solide prestation de Ri Myung-guk : à la 20ème minute, Surprise Moriri a essayé, sans succès, d'ouvrir le score sur une tête, avant qu'à la 25ème minute Katlego Mphela ne tente un tir repoussé par Ri Myung-guk. Pour le Cheollima, une des plus belles occasions a été signée par Ji Yun-nam (photo), dans un tir à 20 mètres en deuxième période.

 

Le choix de Kim Jong-hun a pu donner un aperçu de l'équipe qui pourrait être retenue lors de la phase finale de la coupe du monde, où le Cheollima sera soumis à rude épreuve face au Brésil, au Portugal et à la Côte d'Ivoire : le premier match en Afrique du Sud opposera les Coréens aux Brésiliens.

 

Face à l'Afrique du Sud, on trouvait ainsi, côté nord-coréen, Ri Myung-guk comme portier, en défense, Cha Jong-hyok, Nam Song-chol, Pak Nam-chol, Ri Jun-il et Ri Kwang-chon, en milieu de terrain, Mun In-guk, Ji Yun-nam et Kim Kuk-jin (FC Concordia Bâle), et à l'avant Hong Yong-jo (FC Rostov), Kim Seong-yong et Choe Chol-man.

 

Seul joueur ayant participé au match contre l'Afrique du Sud qui évolue dans un club d'Europe de l'ouest, le FC Concordia Bâle, le jeune prodige Kim Kuk-jin (21 ans) croit en ses chances de sélection, après avoir marqué un but contre l'Italie ayant éliminé l'équipe italienne lors de la coupe du monde des moins de 17 ans, au Pérou en 2005. Il place la barre haut pour la prochaine coupe du monde : "Toutes les formations asiatiques veulent absolument montrer les progrès réalisés à la face du monde, et seules de bonnes performances au Mondial peuvent prouver que nous sommes une des meilleures équipes du continent."

 

Si la sélection de République populaire démocratique de Corée dispose d'un solide jeu défensif, elle n'en dispose pas moins pour autant d'indéniables capacités offensives, comme l'a montré son impressionnant parcours jusqu'au succès final à la dernière AFC Challenge Cup, en mars.

 

Le match amical contre l'Afrique du Sud ponctue une préparation mouvementée du Cheollima à la coupe du monde (marquée notamment par l'annulation de matchs amicaux contre le Nigeria, à Pyongyang en avril, et le Chili, après le tremblement de terre dans ce pays), qui a amené les hommes de Kim Jong-hun sur le sol français, où ils ont fait match nul avec le FC-Nantes, à La Roche-sur-Yon le 9 octobre dernier, et le Congo, au Mans le 13 octobre.

 

Face au Mexique, le 17 mars dernier, un but de Choe Kum-chol à la 57ème minute avait permis aux Nord-Coréens de revenir au score (1-1), avant de s'incliner après un but de Javier Hernandez à la 68ème minute. Malgré sa défaite, le Cheollima a réalisé, face à une équipe mexicaine qui se classe dans les 20 meilleures au monde, une meilleure performance que la Nouvelle-Zélande (battue 2-0 par le Mexique), également qualifiée en phase finale de la compétition et pourtant nettement mieux classée que la RPD de Corée au classement mondial de la FIFA (78ème contre 106ème). Toujours sur le continent sud-américain, face aux Vénézueliens (49èmes), les Nord-Coréens ont enregistré successivement un match nul (1-1) et une défaite concédée in extremis à la dernière minute (2-1), prouvant une fois encore que le classement mondial de la FIFA sous-évalue les capacités de la sélection nord-coréenne, qui s'est qualifiée en éliminant des équipes telles que l'Iran (60ème) et l'Arabie Saoudite (66ème).

 

Quarante-quatre ans après son épopée lors de sa précédente qualification en coupe du monde, en 1966, lorsqu'il avait battu l'Italie et fait match nul avec le Chili, le Cheollima entend bien bousculer la hiérarchie officielle en donnant du fil à retordre aux trois autres équipes du groupe G - le Brésil, le Portugal et la Côte d'Ivoire - qui, toutes, entendent bien accéder aux huitièmes de finale. 

 

Principales sources :

- AAFC ;

- "Afrique du Sud - Corée du Nord (0-0) : Le Chollima neutralise les Bafana bafana", sur le site footcoreen.com, 23 avril 2010 ;

- "Kim Kuk-jin voit grand pour le Chollima en Afrique du Sud", sur le site footcoreen.com, 17 avril 2010 ;

- "Mexique - Corée du Nord (2-1) : Blanco et Hernandez font plier le Chollima", sur le site footcoreen.com, 18 mars 2010.

 

Les équipes coréennes et les matchs de la phase finale de la coupe du monde   

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?