Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 07:14

Le groupe H a confirmé toutes ses promesses d'être l'un des plus disputés du mondial 2014 de football : le 17 juin 2014, alors que la Belgique l'a emporté de justesse (2-1) face à l'Algérie qui avait ouvert le score, la République de Corée (du Sud) et la Russie ont terminé sur un match nul (1-1). Après des débuts difficiles pour se qualifier et des résultats décevants lors des matchs préparatoires, les guerriers Taeguk - qui avaient été défaits par la Russie lors d'un match amical à Dubaï en novembre 2013 (2-1) - gardent tous leurs espoirs d'accéder en huitièmes de finale.

Coupe du monde : match nul pour les Sud-Coréens face aux Russes (1-1)

Un match sous haute tension, avec de nombreuses fautes techniques de part et d'autre, dans lequel chaque équipe a retenu son souffle : on pourrait ainsi résumer la rencontre entre les Coréens et les Russes le 17 juin à Cuiaba, devant 40.000 spectateurs.

La première véritable occasion a été russe, à la 31e minute, avec un coup franc tiré par le défenseur russe Sergueï Ignashevitch, déjoué par le gardien coréen Jung Sung-ryong. Puis trois minutes après c'est Koo Ja-cheol qui a failli marquer, dans une frappe à une vingtaine de mètres.

Il a fallu attendre la 68e minute pour le premier but de la rencontre, marqué par Lee Keun-ho, sur un tir de 20 mètres d'abord déjoué par le gardien russe Igor Akinfeev... avant de relâcher le ballon dans son propre but ! Mais six minutes plus tard l'égalisation est venue grâce d'une action négociée par Alexander Kerzhakov.

Le match nul est logique, et annonce de futures et belles batailles. Prochaine étape : la Corée du Sud face à l'Algérie, le 22 juin à 16 heures, au stade des Corinthiens à Sao Paulo.

Source (dont photo) :

Partager cet article
Repost0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 15:43

En déboursant 350 millions de dollars (360 milliards de won) pour être sponsor de l'édition 2014 de la coupe du monde de football au Brésil, le conglomérat sud-coréen Hyundai n'avait sans doute pas anticipé qu'il serait une des cibles privilégiées des opposants brésiliens à l'organisation de la manifestation - dont ils dénoncent le coût prohibitif (11,5 milliards de dollars de dépenses publiques) au détriment de politiques sociales (santé, logement, éducation), ainsi que la répression des forces de l'ordre soucieuses de faire disparaître les traces d'une pauvreté endémique dans l'un des pays les plus inégalitaires au monde. Au total, près de deux cinquièmes des Brésiliens s'opposeraient à la coupe du monde. Dans ce contexte, avant les premiers matchs officiels, des actes de vandalisme ont été commis à l'encontre de Hyundai et le site Internet du groupe a été attaqué.

Manifestations, grèves et, pour les opposants les plus déterminés, des violences de rue et des affrontements avec la police anti-émeutes : les images qui nous proviennent du Brésil, au moment de l'ouverture du Mondial, sont celles d'un pays en révolte. Non seulement la politique spectacle du football comme sport professionnel - expression d'une économie capitaliste du divertissement - est mise en cause, mais de plus en plus de voix s'élèvent contre les conséquences sociales des lourds investissements publics ainsi engagés dans un pays profondément inégalitaire. Des groupes sociaux, comme le Mouvement des travailleurs sans terre, se sont pleinement engagés dans la contestation de la coupe du monde. La contestation a gagné plus de cinquante villes au Brésil.

La police anti-émeutes repousse les manifestants et les journalistes à Sao Paulo, à la veille du premier match

La police anti-émeutes repousse les manifestants et les journalistes à Sao Paulo, à la veille du premier match

Dans ce contexte, Hyundai - en tant que sponsor officiel de la quinzième coupe du monde - a été une des cibles de choix des opposants. Des images ont circulé montrant une voiture de la marque vandalisée à Sao Paulo, tandis que la boutique d'un concessionnaire du groupe Hyundai-Kia a été attaquée.

Les opposants à la coupe du monde ciblent le sponsor Hyundai

Par ailleurs, le site Internet de Hyundai a été attaqué par des hackers se revendiquant des Anonymous - à l'instar des sites d'autres institutions liées à l'organisation du Mondial, ainsi que des services de renseignement brésiliens - il y a quelque ironie du sort pour le conglomérat sud-coréen d'être en si bonne compagnie comme cible officielle des Anonymous, quand on sait que les services secrets sud-coréens sont largement derrière les attaques régulières de sites officiels nord-coréens, un temps conduites sous le masque des Anonymous. Le 11 juin 2014 a été déclaré journée de solidarité contre la coupe du monde par les Anonymous.

Les opposants à la coupe du monde ciblent le sponsor Hyundai

Au sein du groupe H, les Sud-Coréens affronteront la Russie le 17 juin, à 18h heure locale, au stade Arena Pantabal, à Cuiaba. Le précédent match (amical) contre la Russie, le 19 novembre 2013, s'était soldé par une victoire des Russes (2-1). Les Coréens seront ensuite opposés à l'Algérie, le 22 juin à 16 heures à Porto Alegre, puis à la Belgique le 26 juin à 17 heures à Sao Paulo. Les matchs de préparation ont été très décevants pour les hommes de Hong Myung-bo - qui avait conduit la Corée du Sud à décrocher une médaille de bronze aux Jeux de Londres en 2012 - défaits par la Tunisie (0-1) le 28 mai, puis par le Ghana (0-4) le 4 juin. Si les Sud-Coréens avaient dominé les deux matchs, ils avaient en effet commis de lourdes erreurs.

Sources :

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 14:18

Les diables rouges de la République de Corée (Corée du Sud) ont décroché pour la 9ème fois (et la 8ème fois consécutive !) leur ticket en phase finale d'une coupe du monde de football, à l'issue d'une qualification acquise de haute lutte face à une redoutable sélection ouzbèke. Si le tirage au sort va soumettre les joueurs du Pays du matin calme à une rude concurrence, ils ont su, par le passé, déjouer plus d'une fois les pronostics les moins favorables jusqu'à accéder, en 2002, aux demi-finales de la compétition. Une nouvelle fois, la sélection sud-coréenne pourrait bien être l'une des surprises du Mondial.

selection-sud-coreenne_mondial_bresil_2014.jpg
Pour la phase finale de la compétition au Brésil en 2014, les vaillants guerriers Taeguk de la République de Corée (Corée du Sud) ont eu maille à partir avec les footballeurs ouzbeks, qui avaient survolé la troisième phase de qualification en éliminant notamment le Cheollima de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), présent en Afrique du Sud en 2010.

Lors de la quatrième phase de qualification en Asie, au sein du groupe A les Coréens ont obtenu le même nombre de points (14) que les Ouzbeks (photo ci-dessous, face aux Ouzbeks, le 11 juin 2013 ; match remporté 1-0 par les Coréens, source FIFA), et ont décroché leur ticket pour l'Amérique du Sud à la faveur d'un meilleur différentiel de buts (+ 6 contre + 5). Face à l'Iran, qui a été première du groupe A - après avoir dû eux-mêmes s'incliner, quatre ans plus tôt, face aux deux sélections nord et sud-coréennes - les Ouzbeks avaient fait parler la poudre en décrochant la victoire à Téhéran le 14 novembre 2012, puis en réduisant considérablement l'écart de buts qui les séparait des Coréens lors de l'ultime match, face au Qatar, remporté (5-1) sur un score fleuve le 18 juin 2013. Le même jour, la courte victoire de l'Iran face à la Corée du Sud (1-0) lui assurait sa qualification en phase finale de la compétition, alors qu'une défaite aurait signifié son élimination... au profit de l'Ouzbékistan !

Coree-du-Sud_Ouzbekistan_football_11-juin-2013.jpg
375px-Lee_Keun-Ho_-_1.jpgLeur qualification, les guerriers Taeguk la doivent d'abord à leurs excellents buteurs, comme Lee Keun-ho (photo à gauche, source wikipédia), auteur de deux buts face au Qatar le 8 juin 2012 et d'un troisième but, toujours face au Qatar, le 26 mars 2013.

Au Brésil, le tirage au sort n'a pas fait de cadeau aux Coréens : au sein du groupe H, ils sont aux prises avec l'Algérie, la Belgique et la Russie - qu'ils affronteront lors de leur premier match sur le sol brésilien, le 18 juin prochain, avant de retrouver l'Algérie (le 22 juin) puis la Belgique (le 26 juin). Au classement mondial de la FIFA, le 19 décembre 2013, la Belgique se classait 11ème, la Russie 22ème, l'Algérie 26ème et la Corée du Sud 54ème. Selon le site officiel de la FIFA, si la Belgique et la Russie font figures de favoris au sein du groupe, l'issue est loin d'être évidente. La Corée du Sud, qualifiée de "formation en pleine reconstruction", comme la sélection algérienne, a les moyens de s'imposer, en pouvant compter sur ses têtes d'affiche, comme Kim Bo-kyung, Koo Ja-cheol et Park Chu-young.

En huitièmes de finale, le premier du groupe H affrontera le deuxième du groupe G, et le deuxième du groupe H le premier du groupe G, constitué de l'Allemagne, des Etats-Unis, du Ghana et du Portugal.

En 2002, l'épopée sud-coréenne avait conduit ses joueurs en demi-finale, après avoir éliminé l'Italie et l'Espagne. Et, comme l'observe encore le site de la FIFA, "en 2010, la République de Corée a réalisé un nouvel exploit en accédant pour la première fois à la deuxième phase de l'épreuve reine en terre étrangère. Mais cette fois, son parcours a été interrompu dès les huitièmes de finale par l'Uruguay". 

Sous la houlette de Hong Myung-bo, les joueurs sud-coréens ont la capacité - et la volonté - de montrer, une nouvelle fois, qu'impossible n'est pas coréen.

Sources : wikipédia (quatrième phase de qualification en Asie). Site officiel de la FIFA (notamment les articles  "Groupe H : les Européens favoris sans garantie" et le portrait de la sélection sud-coréenne, dont photo de l'équipe).

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 16:27

ryang_yong_gi_2.jpgNé le 7 janvier 1982 à Osaka, Ryang Yong-gi est un Coréen du Japon, dont les grands-parents ont dû émigrer dans l'archipel pendant la colonisation japonaise (1910-1945) et qui, après l'indépendance, sont restés au Japon et ont pris la nationalité de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). A 31 ans, l'international de football a disputé de nombreux matchs sous les couleurs du Cheollima nord-coréen. Il joue actuellement dans le club de première division japonaise Vegalta Sendai, qu'il a mené à la deuxième place de la J-League, surclassé seulement par le Sanfrecce Hiroshima. Il s'est livré dans un entretien accordé à CNN, dont nous reproduisons ci-après des extraits.

Le capitaine du Vegalta Sendai l'affirme d'emblée : "mon plus grand espoir est que la Corée du Nord et du Sud soit réunifiée", en exprimant sa conviction que le football, et le sport en général, permettent de faire tomber les barrières. Revenant sur ses échanges avec ses compatriotes de la RPD de Corée au sein de la sélection nationale nord-coréenne, il précise toutefois qu'ils parlent d'abord ensemble de voitures (une des passions de Ryang Yong-gi, qui confesse avoir une conduite un peu trop rapide) et de magazines de football, et pas de politique. Il a d'ailleurs été surpris de leur très bonne connaissance des résultats de la première ligue en Angleterre et en Espagne... ce qui n'est d'ailleurs pas propre aux footballeurs professionnels (en 2006, un étudiant coréen de Pyongyang avait demandé à une délégation de l'AAFC en visite dans le pays les raisons du coup de boule de Zidane !).

 

Ayant permis à son club, où il joue depuis 2004, d'accéder au championnat de première division au pays du Soleil-Levant, Ryang Yong-gi, homme d'affaires et supporter du Vegalta Sendai Shuichi Kanno confie à CNN : "nous sentons qu'il aime l'équipe. C'est une légende et on se souviendra de son histoire, même après son départ en retraite". Ramenant à ses justes proportions le poids politique des ultranationalistes japonais, très hostiles à la RPDC, le même affirme encore : "je pense que 90 % des supporters du Vegalta se fichent de savoir s'il est Nord-Coréen ou Japonais".


Ancien élève des écoles coréennes du Japon, Ryang Yong-gi a toutefois pu dans ce cadre pratiquer le football - un des sports vedettes - du matin au soir, grâce également à son père qui lui a fait découvrir le football alors qu'il avait moins de trois ans. Comme il le reconnaît lui-même, "en un sens, je pense que j'ai été béni". Et c'est sa sélection au sein du Cheollima de la RPD de Corée qui lui a permis de faire montre de son talent et d'accéder à une notoriété internationale : aux Jeux d'Asie de l'Est, organisés à Macao en 2005, il marque deux buts en demi-finale face à la Corée du Sud, avant que la Corée du Nord ne s'incline face à la Chine en finale. En 2010, il marque encore 3 buts en 8 matchs internationaux, en faisant partie de la sélection ayant permis la qualification en phase finale de la compétition en Afrique du Sud, puis en marquant dans le cadre de l'AFC Challenge Cup.

 

Ryang_Yong-Gi_selection_Cheollima.jpg
Le milieu de terrain, qui a conduit le club dont il est devenu le capitaine à la seconde place du championnat japonais, a puisé une rage de vaincre accrue dans le désastre causé par le tsunami le 11 mars 2011. Sendai se trouvait à proximité de l'épicentre, et Ryang Yong-gi, qui était au volant, a accouru à sa maison pour rejoindre sa femme enceinte. Dans un univers urbain détruit, le couple a passé la nuit suivante dans sa voiture, pour éviter les conséquences des répliques. Avec les autres joueurs de l'équipe, il s'est fortement mobilisé dans les secours aux victimes avec une volonté renforcée de gagner : cette année-là, le club a terminé quatrième du championnat. Kanno, le propriétaire d'un restaurant de la ville côtière de Kesennuma, fortement touchée par le tsunami, a déclaré que "pendant l'année du tsunami, Vegalta et son jeu nous ont insufflé de l'énergie, qu'ils gagnent ou qu'ils perdent". La reconnaissance des fans va aussi au choix de Ryang Yong-gi de rester avec son équipe, malgré des offres plus élevées d'autres clubs de la J-League.



L'idole de jeunesse de Ryang Yong-gi était le Serbe Dragan Stojkovic, qui a terminé sa carrière à Nagoya (1994-2001) dont il est maintenant l'entraîneur. Un autre de ses modèles est l'Espagnol Andres Iniesta.

 

L'AAFC souhaite encore de nombreux succès à Ryang Yong-gi, un joueur attachant et plein de panache, dans les matchs qu'il jouera, que ce soit au sein de la Vegalta Sendai ou du Cheollima.

 

Source principale : CNN 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 20:31

Jong-Tae-Se_aeroport_d_Incheon.jpgLe charismatique joueur de football nord-coréen Jong Tae-se, très célèbre pour ses larmes émues lors du match Corée du Nord – Brésil de la Coupe du monde de 2010, revient jouer en Asie après plusieurs années passées dans le club de Cologne, en Allemagne. Devenant l’un des attaquants du club de Suwon, non loin de Séoul, Jong Tae-se se place non seulement comme étant un footballeur  indispensable pour le club sud-coréen, mais aussi et surtout comme l’une des pièces qui, espérons-le, favorisera le dialogue entre les deux Corée, rompu depuis le retour des conservateurs au pouvoir en Corée du Sud en 2008. A l'occasion de son arrivée dans le club de Suwon, Jong Tae-se (à gauche, à son arrivée à l'aéroport d'Incheon-Séoul) a d'ailleurs exprimé son souhait d'être un "ambassadeur" des échanges sportifs intercoréens.

Né à Nagoya au Japon en 1984 d'un père sud-coréen et d'une mère nord-coréenne, Jong Tae-se incarne la situation des nombreux Coréens du Japon, résidents permanents dans l'archipel mais de nationalité coréenne : les Zainichi (« ceux qui restent » en japonais). Ces émigrants et descendants d’émigrants se sont installés (de gré ou de force) au Japon à la suite de la colonisation, de la Seconde Guerre mondiale ou de la guerre de Corée. Selon la campagne de recensement de la population menée par l’occupant américain au Japon en 1945, il y avait alors 2,4 millions de Coréens vivant dans l’archipel.

La question de la nationalité de ces Zainichi a longtemps posé un problème de droit, puisque suivant le traité de San Francisco de 1952, les Coréens du Japon n'ont pas d'identité nationale japonaise et se voient dans l’obligation de faire un choix : retourner en Corée ou rester au Japon tout en gardant une identité coréenne. Jong Tae-se est dans cette dernière situation. Elevé dans une école de l’Association générale des Coréens résidents du Japon (Chongryon) selon les principes du Juche, c’est en toute logique que le jeune footballeur, alors meilleur espoir du Kawasaki Frontale, choisit de défendre les couleurs du la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), notamment lors du championnat d’Asie de l’Est en 2008 et pendant la Coupe du monde de 2010. Ses chaudes larmes émeuvent alors la planète qui découvre le profond attachement de ce Coréen du Japon à la « mère Patrie ». Ayant permis un but inattendu contre la très puissante équipe brésilienne, il se fait remarquer et décroche un contrat avec le FC Bochum puis avec Cologne. C’est en décembre 2012 que l’ironie de l’histoire se dévoile : Jong Tae-se devient le quatrième joueur de football de la RPDC à aller jouer en Corée du Sud (et ce grâce à une certaine tradition footballistique en Corée du Nord dont la sélection nationale s’est hissée en quarts de finale lors de la coupe du monde de 1966) et devient l’un des espoirs de la réconciliation coréenne.

Dans le domaine de la diplomatie, il n’est pas rare que, dans des cas de dialogue politique difficile, il soit préférable d’ouvrir d’autres points de contacts (on parle de Track II Diplomacy ou de Paradiplomatie), et le sport fait partie d’entre eux (souvenons-nous de la fameuse « diplomatie du Ping-pong » entre les Américains et les Chinois qui ont préparé le terrain à la visite historique de Nixon à Pékin en 1972, d'ailleurs reprise par les Coréens au début des années 1990). Jong Tae-se ayant tout du diplomate (il ne parle pas moins de cinq langues !), espérons que non seulement il rapportera beaucoup de victoires pour Suwon (comme l’a fait avant lui son compatriote An Yong-hak) et pour son pays, mais aussi qu’il constituera un facteur d’apaisement des relations intercoréennes en vue de la réunification.

Sources : AAFC, AFP (dont photo), Francefootball, wikipédia, Youtube (trailer du film Games of Their Lives).

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 11:12

Il s'en est fallu d'un cheveu... Lors de la finale de la coupe du monde U-17 de fooball féminin, les Coréennes de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) se sont inclinées d'un rien face à leurs rivales françaises (1-1, 7-6 après les tirs aux buts), à l'issue d'un match haletant et riche en suspens. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) félicite les Coréennes pour leur parcours brillant, qui augure que le football féminin a encore de beaux jours devant lui en Corée du Nord.

 

Championnes du monde en 2008, les Nord-Coréennes ont terminé vice-championnes du monde à l'issue de la finale de la coupe du monde U-17 de la FIFA qui s'est tenue le 13 octobre 2012 au stade Tofig Bahramov de Bakou. Mais c'est peu dire qu'elles ont joué de malchance face aux Françaises, à l'issue d'un match riche en rebondissements qui a offert leur premier sacre mondial aux Bleuettes.

 

france corée-du-nord coupe-du-monde U-17 13-octobre-2012 1Ayant choisi un format offensif 4-2-3-1, les Françaises ont ouvert le score à la 33e minute avec Lea Declercq, l'attaquante d'Hénin-Beaumont. Mais la deuxième mi-temps vit les Nord-Coréennes de plus en plus entreprenantes, jouant de malchance en ratant l'égalisation à la 63e minute par un tir sur la transversale de Ri Hyang-sim. C'est finalement à la 79e minute que Ri Un-sim permit aux Coréennes, dominantes en fin de match, de revenir au score sur un tir idéal à 16 mètres. Par la même occasion, la jeune prodige coréenne marquait son huitième but de la compétition.

 

L'affaire aurait pu être pliée si, dans les arrêts de jeu, un tir de Ri Hyang-sim à cinq mètres du but n'avait rasé la transversale. Après la fin du temps réglementaire, les pénalties ont départagé les deux équipes à égalité (1-1) et la chance a souri une fois encore aux Françaises, vainqueurs par 7 tirs aux buts à 6.

 

Pour autant, les vice-championnes du monde nord-coréennes ont accompli un parcours brillant, qui laisse augurer de nouvelles victoires à l'avenir, après l'avoir emporté sur les Canadiennes en quarts de finale puis sur les Allemandes en demi-finales, à chaque fois sur le score de deux buts à un. Comme l'a déclaré l'entraîneur des Coréennes Hwang Yong-bong, "nous ne devons pas être pessimistes et je ne pars pas d'ici déçue, bien au contraire. L'échec est la mère du succès". 

 

Source : FIFA (dont photo).

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 17:20

Le football de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) continue à gagner en maturité après le retour de la sélection nationale, le Cheollima, en phase finale d'une Coupe du monde, en 2010 en Afrique du Sud. En remportant l'édition 2012 de l'AFC Challenge Cup, pour la seconde fois consécutive, le Cheollima est la deuxième équipe à se qualifier pour la Coupe d'Asie en 2015 (après les guerriers Taeguk sud-coréens, les Australiens étant par ailleurs qualifiées comme hôte de la compétition). En outre trois des douze buts de la sélection de la RPD de Corée au cours de l'AFC Challenge Cup ont été le fait de Pak Nam-chol (26 ans) qui a été consacré meilleur joueur du tournoi - après avoir déjà été l'un des dix sportifs de l'année 2011 en Corée du Nord. L'avenir semble d'autant plus prometteur pour le football nord-coren que de jeunes joueurs sont prêts à assurer la relève : attaquant au sein du FC Bâle, Pak Kwang-ryong (19 ans) a inscrit le premier but nord-coréen dans un championnat de première division d'Europe occidentale - alors que Hong Yong-jo avait été le premier Nord-Coréen à marquer dans un championnat de première division d'Europe, au sein du FC Rostov.

 

pak_kwang_ryong.jpgEn marquant le 4 avril 2012, à la 87e minute sur un corner d'Alexander Frei, face aux rivaux du Lausanne-Sport, Pak Kwang-ryong a fait coup double : d'une part, il a permis de doubler la mise sur le score final de 2-0 pour le FC Bâle ; d'autre part, il a inscrit le premier but d'un Nord-Coréen dans un championnat de première division d'Europe occidentale.


Né le 27 septembre 1992 à Pyongyang, le jeune et solide attaquant du FC Bâle, qui mesure 1,88 m pour 83 kg, est, à 19 ans, emblématique de la nouvelle génération de joueurs de la RPDC : ceux-ci, en évoluant dans les meilleurs clubs occidentaux, préparent l'avenir du football nord-coréen - alors que la RPD de Corée mise sur l'avenir en renforçant encore la formation de ses jeunes talents.

 

Brièvement licencié du FC Wil, ayant évolué pendant un peu plus de deux ans (2088-2011) en Ligue de la RPDC au sein de l'équipe Wolmido, Pak Kwang-ryong a rejoint le FC Bâle le 27 juin 2011, où il a marqué dès le mois suivant son premier but face à West Ham United, emportant la victoire (2-1), lors de la Uhrencup. Il fait ses débuts professionnels également en juillet. Le 14 septembre 2011, il a été le premier Nord-Coréen à jouer en Ligue des champions.

 

pak kwang ryong afc challenge cup 2012 semi finalsAu sein de la sélection nationale nord-coréenne, il est double vainqueur de l'AFC Challenge Cup, en 2010 et 2012. Face à la Palestine, en demi-finale de l'édition 2012, le 16 mars, il a ouvert le score à la 42e minute au stade Dasarath Rangasala à Kathmandou, avant de doubler la mise à la 68e minute. Malgré ce solide résultat, le nouvel attaquant vedette du Cheollima a alors déclaré à l'équipe de l'AFC Challenge Cup ne pas être totalement satisfait de son jeu, en promettant de s'améliorer encore lors de la finale qui, comme en 2010, a opposé la Corée du Nord au Turkménistan.

 

Face aux Turkmènes, le 19 mars, le Cheollima a été dominé au score dès la 2e minute, suite à un but de Samydarow. Dans une finale d'anthologie, Jong Il-gwan revint cependant au score pour les Coréens à la 36e minute, avant que Jang Song-hyok ne marque le but de la victoire à la 87e minute, sur un penalty causé par une faute de David Sakisov sur Pak Kwang-ryong.

 

dpr korea champions afc challenge cup nepal 2012

A cette victoire de la RPD de Corée, déjà championne en 2010, s'est ajouté le sacre de Pak Nam-chol, qui a gagné le prix Abdulla Al Dabal MVP, attribué au meilleur joueur de la compétition, et qui est le second Nord-Coréen à obtenir consécutivement cette distinction, décernée à Ri Yong-gi en 2010. Lors de la conférence de presse qui a suivi, l'attaquant du club du 25-Avril, auteur du but de la victoire contre le Japon lors du match de qualification de la Coupe du monde 2014, a déclaré que le plus important était que le Cheollima se soit qualifié pour la Coupe d'Asie 2015. Il s'est également ému de l'accueil des supporters népalais, revenant sur le match contre le Tukménistan, suivi par 9.000 spectateurs : "C'était un match difficile et le soutien que nous avons reçu des fans népalais a été important pour nous. Cela a eu une grande signification pour nous".

pak_nam_chol_afc_challenge_cup_19_03_2012.jpg

Sources :

- site de l'AFC Challenge Cup : "I will improve promises Pak", article en date du 17 mars 2012 ; "Turkmenistan 1 - DPRK 2", article en date du 19 mars 2012 ; "Pak scoops MVP award", article en date du 19 mars 2012 ;

- Article "Pak Kwang-ryong", sur l'encyclopédie wikipédia ;

- Fiche "Pak Kwang-ryong", sur le site de France Télévisions des joueurs de la Ligue des champions ;

- KCNA, "Pak Nam Chol, DPRK Soccer Star", dépêche en date du 5 avril 2012.

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 22:32

Le 29 février 2012, les deux équipes coréennes ont joué leur dernier match du troisième tour des éliminatoires de la zone Asie. Par leur victoire 2-0 sur le Koweït, les guerriers Taeguk sud-coréens se sont qualifiés pour le quatrième tour, qui verra quatre équipes sur dix être qualifiées pour la phase finale, tandis que le cinquième tour (barrage) départagera notamment, pour le cinquième ticket, les deux équipes qui se seront classées troisièmes dans chacun de leur groupe. Pour leur part, les Cheollima nord-coréens ont quitté la compétition après un match nul (1-1) contre le Tadjikistan, qui jouait à domicile.

 

lee_dong_gook_24866.pngAu sein du groupe B, les Sud-Coréens étaient sous pression depuis leur défaite surprise face au Liban (2-1) le 15 novembre 2011. En cas de nouvel échec face au Koweït, ils auraient été éliminés de la suite de la compétition. Après une première mi-temps vierge de buts, Lee Dong-gook a ouvert le score à la 65e minute, avant que Lee Keun-ho ne double la mise à la 71e minute. Au final, les guerriers Taeguk ont terminé en tête de leur groupe, avec 13 points (contre 10 points pour le Liban, 8 points pour le Koweït et 3 points pour les Emirats Arabes Unis qui, toujours le 29 février, ont signé une belle victoire 4-2 contre le Liban au stade Al Wahda à Abou Dhabi).

 

Dans le groupe C, le même jour, les Cheollima nord-coréens jouaient pour l'honneur, ne pouvant pas rattraper leur retard pour rester dans la compétition. C'est le Coréen Jang Song-hyok qui a ouvert le score à la 53e minute par un but sur penalty. Mais huit minutes plus tard, le Tadjikistan revenait au score sur un but de Khamrakulov, soldant la partie par un match nul (1-1) qui a réconforté les supporters tadjiks présents au stade de Khujang, après une série de défaites successives. Plus tard, le Japon, déjà défait par les Nord-Coréens dans un match d'anthologie, s'est incliné à domicile face à la redoutable sélection ouzbèke, qui finit première de son groupe (16 points, contre 10 points pour le Japon, 7 points pour la Corée du Nord et 1 point pour le Tadjikistan).

 

Si elle n'avait pas eu la malchance de tomber dans le groupe le plus relevé du troisième tour des éliminatoire de la zone Asie (avec la meilleure équipe asiatique actuelle selon le classement FIFA, le Japon, et la meilleure équipe de fait en Asie, d'après ses résultats aux matches de qualification du groupe Asie, l'Ouzbékistan), la République populaire démocratique de Corée serait probablement restée dans la compétition.

Source principale : wikipédia (d'après le site officiel de la FIFA).

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 09:19

Le 11 novembre 2011 a marqué un coup de tonnerre dans le football asiatique : à Pyongyang, le Japon s'est incliné (1-0) face au Cheollima de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), tandis que les guerriers Taeguk sud-coréens ont été défaits par les Libanais (2-1). Ces résultats inattendus montrent que, si comme cela est arrivé récemment pour d'autres sports (notamment, le tennis de table), tous les Coréens parvenaient à constituer une seule et même équipe, ils constitueraient une des plus redoutables sélections nationales en Asie.

 

japon RPD Coree 15 novembre 2011 2Les échos du coup de tonnerre créé par les matchs de qualification du 11 novembre, en zone Asie, n'ont pas fini de se faire entendre. A la Diète japonaise, la défaite aux Nord-Coréens s'est invitée dans les débats législatifs, tandis qu'à Séoul l'inattendue victoire du Liban a entraîné le limogeage de l'entraîneur Cho Kwang-rae, qui était pourtant loin d'avoir démérité. N'avait-il pas réussi à emmener une équipe expérimentale jusqu'à la 3ème place de la coupe d'Asie 2011 ? Enfin, la Corée du Sud reste bien placée pour la suite des qualifications à la coupe du monde brésilienne, dans l'attente du dernier match contre le Koweit, en février 2012, dont les guerriers Taeguk sont toujours les favoris.

 

Mais les matchs du 11 novembre livrent un autre enseignement : si la Corée du Nord doit s'arrêter là pour la coupe du monde 2014, la rage de vaincre de ses joueurs et leur esprit collectif sont des atouts qui, combinés au professionnalisme et à la qualité de jeu des Sud-Coréens, notamment dans les rencontres internationales, feraient d'une équipe coréenne nationale unifiée une redoutable sélection.

 

Alors, nous avons fait un rêve. Celui d'une équipe coréenne de toute la péninsule, et qui comprendrait, à parité, des joueurs du Nord et du Sud, où l'on verrait, ensemble, Jong tae-se et Park Chu-young à l'attaque. Voilà quelle pourrait être la composition d'une sélection nationale de toute la Corée :

JU Kwang Min

Ju Kwang-min

né le 20 mai 1990

gardien (nord-coréen)

NAM Song Chol

Nam Song-chol

né le 7 mai 1982 

défenseur central (nord-coréen)

 LEE Jung Soo  

Lee Jung-soo

né le 8 janvier 1980 

défenseur central (sud-coréen)

PAK Nam Chol

Pak Nam-chol

né le 3 octobre 1988 

arrière latéral (nord-coréen, l'homme du but contre le Japon)

  PARK Joo Ho

Park Joo-ho

né le 16 janvier 1987

arrière latéral (sud-coréen)

  KOO Ja Cheol

Koo Ja-cheol

né le 27 février 1989

milieu de terrain (sud-coréen)

  KI Sung Yong

Ki Sung-yong

né le 24 janvier 1989

milieu (sud-coréen)

  HONG Yong Jo

Hong Yong-jo

né le 22 mai 1982

milieu offensif (nord-coréen)

  LEE Chung Yong

Lee Chung-yong

né le 2 juillet 1988

ailier (sud-coréen)

  JONG Tae Sae

Jong Tae-se

né le 2 mars 1984

attaquant (nord-coréen)

  PARK Chu Young

Park Chu-young

né le 10 juillet 1985

attaquant (sud-coréen)

 

Sur d'autres terrains, la combinaison des qualités des joueurs de toute la péninsule a montré qu'elle était souvent un gage de succès. Ainsi, le FC Bâle, qui compte dans ses rangs un joueur coréen du Sud (Park Joo-ho) et un autre du Nord (Pak Kwang-ryong) vient d'éliminer Manchester en Ligue des champions.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 00:35

Lors du troisième tour des matchs de qualification pour la Coupe du monde de football en 2014, le Cheollima a dû concéder, une nouvelle fois, une courte défaite face à la redoutable équipe ouzbèke, le 11 novembre 2011, entraînant son élimination de la Coupe du monde. Mais c'était compter sans le formidable esprit de revanche des Nord-Coréens qui, à domicile, l'ont emporté le 15 novembre sur les Japonais, lesquels constituent pourtant la meilleure équipe asiatique. De leur côté, les Sud-Coréens ont été défaits le même jour par la modeste équipe libanaise (2-1), et sont à présent menacés d'élimination s'ils sont battus par le Koweït le 29 février 2012. Ayant eu la malchance de tomber dans le groupe le plus relevé de ce troisième tour de qualification de la zone Asie, les Cheollima ont confirmé qu'ils étaient l'une des équipes avec lesquelles il faudrait compter à l'avenir. L'AAFC revient sur leur victoire face au Japon le 15 novembre.

 

Déjà écarté de la course au mondial brésilien après 3 défaites concédées dans le groupe C du 3ème tour éliminatoire de la confédération asiatique de football (à chaque fois sur le score minime de 1-0), le Cheollima de la RDP Corée recevait pour son 5ème match de qualification le Japon au Stade Yanggakdo de Pyongyang. Si la partie revêtait une haute portée symbolico-politique, elle était, fors l'honneur et le professionnalisme footballistique, d'un faible enjeu sportif, puisque le Japon déjà qualifié n'avait aucune obligation de résultat, non plus que ses hôtes.

Mais dans un stade plein à craquer (environ 50 000 spectateurs) et galvanisé par une ambiance électrique, le 11 de Pyongyang attaquait pourtant la rencontre pied au plancher et se ruait à l'assaut des buts de l'équipe championne d'Asie, l'avant centre vedette du FC Bochum Jong Tae-se se fendant même d'une frappe au but dès les premières secondes du match.

japon_RPD_Coree_15_novembre_2011.jpgQuarante-cinq minutes durant, les Coréens attaquaient et poussaient avec une telle ardeur que les visiteurs se retrouvaient acculés dans leur moitié de terrain sans pouvoir réagir. Asphyxiés par le pressing des Coréens et dépassés en engagement athlétique, les Nippons concédaient plusieurs occasions à leurs hôtes dont les plus marquantes étaient un tir aux 25 mètres de Jong Tae-se détourné par le portier Nishikawa à la 6ème minute et une tête plongeante de Pak Kwang-ryong à la 30ème passée juste à côté du cadre. Généreux dans l'effort, dominateurs, déterminés, les hommes de Sun Jong-su manquaient toutefois d'efficacité et ne parvenaient pas à ouvrir le score à la mi temps, au grand soulagement de la sélection nipponne qui n'avait pas été "chahutée" ainsi depuis longtemps.

C'est finalement en seconde période que les Coréens trouvaient la faille quand le talentueux milieu latéral Pak Nam-chol (déjà buteur contre le Tadjikistan) envoyait d'une tête rageuse le ballon au fond des filets de Nishikawa (50ème, 1-0), récompensant ainsi la persévérance des siens.

Le but fut évidemment accueilli par les spectateurs avec une explosion de joie et contraignit les Japonais à s'enhardir pour éviter la défaite. Mais l'équipe de la République populaire démocratique de Corée avait la bonne idée de ne pas relâcher son emprise sur le jeu et de continuer d'attaquer, neutralisant ainsi les timides velléités d'attaque des champions insulaires. Le pressing du Cheollima n'était d'ailleurs pas exempt de rugosité, puisque l'arbitre de la rencontre M. Nawaf Shukralla infligea pas moins de 6 cartons jaunes à l'équipe locale, et expulsa même le jeune prodige Jong Il Kwang après un tacle peu réglementaire (78ème). Mais même réduit à 10 contre 11 et malgré la frayeur d'un but refusé pour hors jeu aux Japonais dans les derniers instants du match, les Coréens surent tenir bon et arracher une victoire prestigieuse qui devrait valoir son pesant de points au classement FIFA !

japon_RPD_Coree_15_novembre_2011_2.jpg

L'équipe de départ :

Ri Myong-guk
Pak Nam-cho
Ri Kwang-chon
Ri Kwang-hyok
Jang Song-hyok
Pak Nam-chol
Jon Kwang-ik
Pak Song-chol
Jong Tae-se
Pak Kwang-ryong
Jong Il-gwan

Remplaçants :

Ri Pae-hun, Ri Chol-myong, Pak Song-chol

 

Sources : AAFC, photos KCNA.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?