Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 23:22

Le site de la Korean Foundation propose une carte du nombre d'universités dans le monde (hors Corée) où sont enseignées les études coréennes. Il en est recensé 1 348 dans 105 pays. Si la liste n'est pas corrélée au nombre d'étudiants, enseignants ou chercheurs (il faut cliquer sur le lien avec les universités), elle offre néanmoins un aperçu intéressant des pays où les études coréennes sont développées dans le plus grand nombre d'universités. L'AAFC a établi un palmarès par pays.

Où étudie-t-on le coréen dans le monde ?

1. Le Japon : malgré les antagonismes historiques entre la Corée et le Japon, l'archipel nippon regroupe plus d'un quart des universités dans le monde (371) recensées pour leurs études coréennes. L'importante communauté coréenne au Japon, la position géographique de l'archipel et une certaine proximité linguistique (les structures grammaticales du japonais et du coréen présentent des similitudes) sont de nature à expliquer ce rang.

2. La Chine (271) : avec un cinquième du nombre d'universités où sont enseignées les études coréennes dans le monde, la Chine arrive deuxième. Un résultat important, mais à relativiser puisque la Chine abrite la plus importante diaspora coréenne en dehors de la péninsule et est le premier partenaire économique tant de la République de Corée que de la République populaire démocratique de Corée.

3. Les Etats-Unis (128 universités, 9 % du total) : si l'intérêt pour les études coréennes se développe aux Etats-Unis, il n'est pas encore à la hauteur de l'importance que revêtent les Etats-Unis pour les (Sud-)Coréens qui, outre les liens politiques noués entre les deux pays, constitue la première destination d'accueil des étudiants sud-coréens à l'étranger.

4. ex aequo Russie (36 universités) : la tradition russe des études coréennes continue de s'exprimer dans le nombre d'universités russes où sont enseignées les études coréennes, même si sur ce critère la Russie est désormais nettement devancée par le Japon, la Chine et les Etats-Unis.

4. ex aequo Taïwan (36 universités) : les études coréennes sont bien développées à Taïwan, comme dans d'autres pays d'Asie de l'Est, et dépassent le rang qu'occupe Taïwan tant pour les échanges politiques qu'économiques avec la Corée du Sud.

6. Thaïlande (34 universités) : par son poids démographique et économique en Asie du Sud-Est, la Thaïlande talonne Taïwan.

Le premier pays européen est le Royaume-Uni (27 universités), devant la France (19) et l'Allemagne (16), l'Espagne (6) et l'Italie (6). 

Parmi les pays d'Asie de l'Est figurent le Vietnam (27 universités), la Mongolie (avec 21 universités, il s'agit d'un record mondial eu égard à la population du pays), la Malaisie (19), l'Indonésie (14), les Philippines (13) et le Cambodge (11).

L'Inde compte 19 universités pour l'enseignement des études coréennes.

En Asie centrale, où résident d'importantes minorités coréennes, le Kirghizstan (15 universités) devance l'Ouzbékistan (14) et le Kazakhstan (11).

Sur le continent américain, loin derrière les Etats-Unis viennent le Canada (14 universités), le Mexique (13) et la Colombie (9).

En Océanie, l'Australie compte 11 universités pour les études coréennes. En Afrique, le Maroc est en tête (7 universités) avec une grande zone blanche au sud du continent (1 seule université au Nigeria, 0 en Afrique du Sud).

Source : 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 11:43

Un des objectifs fondamentaux de l'AAFC est de mieux faire connaître la culture et la civilisation de l'ensemble de la Corée. Dans ce cadre, le 13 janvier 2018, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a organisé le premier des vingt-trois cours d'initiation à la langue et à la civilisation coréennes qui auront lieu tout au long de l'année 2018, dans les locaux de l'imprimerie BSR/Acta Repro au 7 rue Bezout (Paris 14e), le samedi après-midi de 15h à 17h45, une fois tous les quinze jours (avec une interruption pendant l'été, cf. programme ci-dessous).

Le cours d'introduction à la langue coréenne de 1h30, dispensé de 15h à 16h30 par un Coréen linguiste de formation, traducteur et interprète, sera suivi d'un cours de civilisation de 16h45 à 17h45. L'objectif pédagogique est d'apporter une connaissance de base sur la langue et la civilisation coréennes, permettant notamment de lire, d'écrire et de mener une conversation élémentaire, parallèlement ou en vue d'éventuels approfondissements. Les cours d'initiation à la langue et à la civilisation coréennes proposés par l'AAFC visent ainsi à combler une lacune dans l'enseignement de la langue et de la civilisation coréennes en France en n'ayant, à notre connaissance, aucun équivalent dans notre pays - des cursus complets d'études coréennes étant par ailleurs proposés dans plusieurs universités françaises.

Compte tenu du nombre de places disponibles, et de la volonté de travailler par petits groupes, les cours sont réservés aux seuls adhérents de l'AAFC et aux abonnés à son bulletin trimestriel. Les personnes intéressées par tout ou partie des cours peuvent adhérer à l'AAFC ou nous contacter. Nous sommes également à leur disposition pour les mettre en contact avec des professeurs de coréen, si elles souhaitent suivre des cours individuels. 

Les cours de l'AAFC d'initiation à la langue et à la civilisation coréennes ont débuté

Initiation à la langue et à la civilisation coréenne

Programme 2018

 

Le samedi, tous les quinze jours (interruption pendant la pause estivale), de 15h à 17h45 (15h-16h30 : cours de langue ; 16h30-16h45 : pause ; 16h45-17h45 : cours de civilisation).
Imprimerie BSR/Acta Repro 7 rue Bezout 75014 Paris (métro Alésia, sinon RER B Denfert-Rochereau)

 

Leçon 1 : samedi 13 janvier

Programme, calendrier et horaires, inscription. Objectifs et supports pédagogiques.

Présentation de la langue coréenne.

 

Leçon 2 : samedi 27 janvier

Langue : L’alphabet hangeul/chosongeul-1 (lettres, composition d’une syllabe)

Civilisation : Géographie physique et climat. Faune et flore.

 

Leçon 3 : samedi 10 février

Langue : L’alphabet hangeul/chosongeul-2 (espaces, ponctuation, écriture de gauche à droite et de haut en bas, exercices)

Civilisation : Géographie politique (y compris organisation administrative) et géographie humaine : les Coréens de la péninsule et d’outre-mer.


Leçon 4 : samedi 24 février

Langue : Prononciation des consonnes et des voyelles (avec transcription officielle et méthode McCune-Reischauer, ainsi que caractères API)

Civilisation : Mythes des origines et histoire de la Corée : I. Histoire jusqu’en 1392.

 

Leçon 5 : samedi 10 mars

Langue : Parlers coréens (dialectes, différences entre le nord et le sud et en Chine etc.)

Civilisation : Histoire de la Corée : II. De 1392 à 1945.

 

Leçon 6 : samedi 24 mars

Langue : Parties du discours (pronoms personnels, verbes, adjectifs, particules, etc.)

Civilisation : Histoire de la Corée : III. Depuis 1945.

 

Leçon 7 : samedi 7 avril

Langue : Présentation d’une phrase (typologie SOV, éléments d’une phrase, sujet, objet, prédicat)

Civilisation : Les institutions et le système politique (y compris les symboles nationaux)

 

Leçon 8 : samedi 21 avril

Langue : Composition d’une phrase (S+V, S+O+V, S+CO+V, S+COI+COD+V)

Civilisation : Economie nationale et internationale de la Corée.

 

Leçon 9 : samedi 5 mai

Langue : Politesse (interlocuteur en position plus haute ou plus basse)
Civilisation : La société : I. Valeurs culturelles et croyances (y compris le confucianisme, les religions, les idées du Juche)

 

Leçon 10 : samedi 19 mai

Langue : Début de difficulté-1 (morphologie : suffixe, variation du verbe, et de l’adjectif, affixation)

Civilisation : La société : II. Les noms coréens. Les fêtes nationales.

 

Leçon 11 : samedi 2 juin

Langue : Début de difficulté-2 (différence entre le coréen parlé et le coréen écrit)

Civilisation : La société : III. Le logement. Etre invité chez les Coréens.

 

Leçon 12 : samedi 16 juin

Langue : Début de difficulté-3 (omission des éléments)

Civilisation : La société : IV. L’éducation et les valeurs culturelles.

 

Leçon 13 : samedi 30 juin

Langue : Saisiot (la consonne siot ㅅ intercalaire et son emploi)
Civilisation : La société : V. La cuisine.

 

Pause estivale

 

Leçon 14 : samedi 18 août

Langue : Les multi-modificatifs et leur emploi

Civilisation : La santé.

 

Leçon 15 : samedi 1er septembre

Langue : Variété des styles de politesse du coréen

Civilisation : Jeux, sports et loisirs.

 

Leçon 16 : samedi 15 septembre

Langue : Début de vocabulaire (coréen propre)

Civilisation : La culture traditionnelle.

 

Leçon 17 : samedi 29 septembre
Langue : Début de vocabulaire-1 (sino-coréen)
Civilisation : La littérature et les arts contemporains.

 

Leçon 18 : samedi 13 octobre
Langue : Début de vocabulaire-2 (coréen d’origine étrangère)
Civilisation : Le cinéma.

 

Leçon 19 : samedi 27 octobre
Langue : Continuation de vocabulaire-1 (différence entre le nord et le sud)
Civilisation : Les médias et les nouvelles technologies.

 

Leçon 20 : samedi 10 novembre
Langue : Continuation de vocabulaire-2 (affixe, suffixe, préfixe)
Civilisation : Faire des affaires : valeurs, conventions, codes vestimentaires, présentations.

 

Leçon 21 : samedi 24 novembre
Langue : Révision-1 (dictée)
Civilisation : Faire des affaires : préparatifs, négociations, cadeaux.

 

Leçon 22 : samedi 8 décembre
Langue : Révision-2 (composition de phrase)
Civilisation : Voyager en Corée.

 

Leçon 23 : samedi 22 décembre
Langue : Révision-3 (simulation avec dialogue)
Civilisation : La préfecture coréenne de Yanbian en Chine.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 08:23

La République de Corée (Corée du Sud) et, plus largement, les nombreux fans de la musique pop (K-Pop) à travers le monde, sont en deuil : Kim Jong-hyun, du boys band SHINhee, a été retrouvé inconscient dans son appartement de Séoul le 18 décembre 2017 et a déclaré mort peu après son admission à l'hôpital, à la suite manifestement d'une intoxication au monoxyde de carbone. Un mot qu'il a laissé fait ressortir l'hypothèse d'un suicide. Il n'avait que 27 ans. L'AAFC présente ses condoléances à sa famille, ses proches et ses fans.

 

Kim Jong-hyun, du groupe musical SHINhee

Kim Jong-hyun, du groupe musical SHINhee

Le message qu'a laissé Kim Jong-hyun à sa soeur avant de mourir est particulièrement touchant : 

C'est mon dernier au revoir (...) Les choses ont été si difficiles (...) S'il te plait laisse-moi partir et dit que j'ai fait du bon boulot

Le chanteur, qui a fait état dans son message d'adieux qu'il avait subi des épisodes dépressifs, était l'une des figures les plus connues de la scène pop coréenne contemporaine depuis une dizaine d'années (son groupe SHINhee, produit comme beaucoup d'autres par SM Entertainment, avait été formé en 2008), où les groupes musicaux ne restent généralement au sommet de leur gloire que pendant trois ou quatre ans. Dans un univers ultra-compétitif, où les sociétés de production sont particulièrement exigeantes vis-à-vis de jeunes femmes ou de jeunes hommes parfois à peine sortis de l'adolescence, la pression que subissent les stars conduit trop souvent à des suicides, tandis que leurs faits et gestes les propulsent sur le devant de la scène médiatique - révélant d'autres questions de la société coréenne, comme le service militaire obligatoire pour tous les jeunes hommes, que d'aucuns cherchent à fuir (comme Yoo Seung-jun, ainsi devenu citoyen américain). 

Cette violence, dont le suicide est la forme la plus patente, a été mise en exergue par Philippe Mesmer, correspondant du Monde à Tokyo : 


 

Les suicides ne sont pas rares dans cette industrie violente qui va au-delà de la K-pop. En 2015, la chanteuse Ahn Sojin a mis fin à ses jours à l’âge de 22 ans après avoir échoué à intégrer le célèbre groupe féminin Kara. Le chanteur Park Yong-ha a fait de même en 2010 à 32 ans à cause de problèmes professionnels. En 2009, l’actrice Jang Ja-yeon s’est elle aussi suicidée, laissant derrière elle un journal intime dans lequel elle détaillait les « services » qu’elle dut rendre à des hommes influents du milieu pour faire avancer sa carrière.

Dans notre édition du 3 octobre 2010, nous avions souligné que le suicide était l'un des fléaux de la société sud-coréenne, en citant aussi le cas moins médiatisé de la disparition, en 2008, du mannequin et acteur Kim Ji-hoon, acteur et mannequin en butte aux réactions hostiles d'une société homophobe : 

Le suicide est ainsi un révélateur de la société. Par exemple, le 6 octobre 2008, le mannequin et acteur Kim Ji-hoon s'est suicidé après avoir rendu publique son homosexualité, en butte à des agressions homophobes et à la décision de son employeur de ne pas renouveler son contrat après l'annulation de sa participation à des défilés de mode et à des émissions de télévision.

Notre voeu est que le drame subi par Kim Jong-hyun - et d'autres avant lui - puisse aussi être le révélateur qui favorise une plus grande ouverture de la société sud-coréenne, et déclenche une prise de conscience des conséquences souvent terribles de l'exploitation mercantile, dans un univers économique déréglementé, qu'y connaissent les vedettes de la musique, du cinéma  et de la mode.

Le suicide de Kim Jong-hyun, révélateur de la face sombre de la K-Pop

Source principale : 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 00:04

Crayons, c’est le nom de cette sympathique association créée en France par de jeunes étudiants coréens. Son but ? Encourager le partage culturel. À ce titre, elle organise des événements dans le domaine de la culture, notamment des journées culturelles coréennes dans les différentes universités. Le jeudi 7 décembre 2017, elle a ainsi permis aux comédiens de Goodnews Corps - des bénévoles d’une association coréenne, l’Association internationale de la Jeunesse - de donner une représentation à l’Espace Reuilly (12e arrondissement de Paris). Christmas Miracle a ainsi permis à l’auditoire de savourer les chants et mélodies traditionnels de Noël. Impossible n’est pas coréen. Même le talent !

Un spectacle de fin d’année parisien animé par des Coréens
Un spectacle de fin d’année parisien animé par des Coréens
Un spectacle de fin d’année parisien animé par des Coréens

Photos AAFC / HJ

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 21:29

L'actrice Isabelle Sadoyan, qui avait obtenu en 2014 un Molière pour son rôle dans L'Origine du monde, est disparue le 10 juillet 2017, à l'âge de 89 ans. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) revient sur un rôle tenu par la comédienne au début de sa carrière, en 1956, dans la pièce Aujourd'hui ou les Coréens de Michel Vinaver, sur une mise en scène de Roger Planchon.

Source : http://www.vma.fr/fiche.cfm/2017_isabelle-sadoyan

Source : http://www.vma.fr/fiche.cfm/2017_isabelle-sadoyan

Ecrite en 1955 par Michel Vinaver, la pièce Aujourd'hui ou les Coréens (aujourd'hui appelée simplement Les Coréens) narre, pendant la guerre de Corée, comment des soldats français, blessés et perdus après s'être engagés aux côtés des Américains, et plus particulièrement un caporal français (Belair), sont aidés par des villageois nord-coréens - dont l'humanité est soulignée par contraste avec celle des combattants étrangers. Alors jugée pro-communiste car dénigrant l'armée française, dans le contexte de la guerre froide et des manoeuvres de la CIA pour contrôler la culture (au moment où nombre de personnalités du monde de la culture et de la science se sont engagées contre les Américains pendant la guerre de Corée), la pièce devra attendre les années 1990 pour être traduite en coréen (au Sud de la péninsule) et être à nouveau représentée. En France, elle sera republiée par Actes Sud en 1993.

C'est à la troupe du Théâtre de la comédie, fondé à Lyon notamment Roger Planchon et Isabelle Sadoyan, que reviendra l'honneur de jouer à Lyon en première mondiale la pièce de Michel Vinaver, le 24 octobre 1956, sur une mise en scène et avec les décors de Roger Planchon. Quand Roger Planchon interprète le rôle de Belair, Isabelle Sadoyan (qui n'a alors que 28 ans) doit jouer le rôle d'une Nord-Coréenne âgée de 40 ans dans la pièce, Lin-Huai, qui a perdu son fils et secourra le soldat français. 

Un portrait de la comédienne par Nadja Pobel, en juin 2016, raconte la rencontre entre elle, Planchon et Vinaver :

Planchon est loin de ces apparats : il a fait la connaissance d’un jeune auteur contemporain méconnu, Michel Vinaver, venu voir sa version de La Bonne-âme du Se-Tchuan, lui laissant un texte, Les Coréens. Aussitôt lu, aussitôt monté ! «Vinaver a beaucoup compté car il me parlait, très peu d’intellos venaient vers moi» dit Sadoyan qui est aussi de la distribution de la création de Planchon de Par-dessus bord en 1973 et bien plus tard, au TNP encore dans la version intégrale de ce même texte monté par Christian Schiaretti en 2008. Un vrai compagnonnage !

http://www.petit-bulletin.fr/lyon/theatre-danse-article-54388-Isabelle+Sadoyan+++la+Bonne-Ame.html

Nadja Pobel raconte aussi la rencontre avec Sonia Bove à l'occasion de la représentation des Coréens, en apportant un témoignage très vivant sur le jeu de la comédienne :  

C’est au moment des Coréens, que Sonia Bove rencontre Isabelle Sadoyan qui deviendra sa grande amie. Même si elle a quinze ans de moins que la comédienne, elle se souvient : «son jeu me plaisait, elle avait à la fois la simplicité, le burlesque, le baroque, elle était effacée et présente. Et cela n’a pas bougé d’un iota» confie-t-elle. «Le théâtre a toujours la même place dans son éthique. Je n’aurais jamais pensé qu’on puisse aimer un métier à ce point-là».

http://www.petit-bulletin.fr/lyon/theatre-danse-article-54388-Isabelle+Sadoyan+++la+Bonne-Ame.html

L'AAFC salue la mémoire d'une grande comédienne et présente ses condoléance à sa famille, ses collègues et ses proches.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 21:00

A l'initiative de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), et près de deux ans après un précédent séminaire s'étant tenu à Helsinki, une conférence internationale consacrée à la paix et la réunification en Corée a réuni à Paris, pendant deux jours, les 23 et 24 juin 2017, les représentants d'associations d'amitié avec la Corée de douze pays, aux côtés d'une délégation du Comité coréen de solidarité avec les peuples du monde qui était invitée en Europe : la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, la Finlande, la France, Haïti, l'Irlande, le Luxembourg, la Pologne, le Royaume-Uni la Suisse et le Tchad. Cet événement exceptionnel, qui se tenait 40 ans après la création du Comité international de liaison pour la paix et la réunification en Corée (CILRECO) à la suite de la conférence de Bruxelles de février 1977, visait à relancer la coordination de la solidarité internationale avec la Corée - dans une période lourde de menaces pour la paix dans cette partie du monde. L'AAFC remercie les membres de l'association Espéranto France, présents tout au long des deux journées, ses adhérents bénévoles  et les membres de la communauté coréenne de RPD de Corée en France qui ont permis la bonne organisation de cette journée, notamment pour l'accueil café et le buffet du 24 juin, et tout particulièrement Dominique de Miscault pour les photos et vidéos de ces deux jours de débats et d'échanges, qui donneront lieu ultérieurement à la publication et la mise en ligne de documents complets. Le tour opérateur Phoenix Voyages, basé au Vietnam et proposant notamment des déplacements touristiques en RPD de Corée, avait en outre parrainé cet événement.

Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes

La première journée de la conférence était consacrée à des travaux universitaires (qu'encourage l'AAFC en préparant et en facilitant le déplacement de chercheurs en RPD de Corée, ainsi qu'en participant à des échanges académiques), dans une salle de la Sorbonne prêtée grâce au concours du professeur Jean Salem. Ce dernier, par ailleurs président du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud, a souligné en ouverture de la journée les implications de la méconnaissance profonde de la Corée, et singulièrement de sa moitié Nord, ce qui rend extrêmement difficile toute approche culturelle et scientifique qui sorte des lieux communs rebattus par les médias, focalisés sur les questions sécuritaires avec un prisme tendant à faire porter à la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) toute la responsabilité dans les tensions actuelles, aux imbrications infiniment plus complexes. C'est ce que devait démontrer l'après-midi le professeur Robert Charvin, ancien doyen des facultés de droit de Nice : dans un exposé magistral, il a rappelé les causes et les conséquences de la division de la péninsule coréenne sous l'influence des grandes puissances. Sa présentation a été suivie d'une séance de dédicace de la nouvelle édition de son ouvrage Comment peut-on être Coréen (du Nord), publié par Delga.

Les présentations de la matinée du 23 juin ont été consacrées à l'exposé par leurs auteurs de plusieurs travaux universitaires, en cours ou achevés, sur la RPD de Corée. Dans son intervention liminaire, Patrick Maurus, ancien professeur de coréen à l'INALCO, ancien conseiller culturel de l'ambassade de France à Séoul, et fondateur de la revue Tangun, a souligné la nécessité et la possibilité d'engager des échanges universitaires avec les chercheurs nord-coréens en sortant des stéréotypes ; il est à l'origine de la publication du premier roman nord-coréen en France, Des amis de Baek Nam-ryong (ayant donné lieu à l'organisation d'une conférence par l'AAFC en 2012), et des premiers échanges universitaires avec les professeurs chinois d'ethnie coréenne de la province autonome de Yanbian, en Chine. Une conférence a abordé la question de la conservation du patrimoine en Corée du Nord. Puis Benoît Berthelier, co-traducteur d'une anthologie de nouvelles nord-coréennes, ayant consacré ses travaux de doctorat à la littérature nord-coréenne à ses débuts après 1945, a souligné la richesse de la production littéraire au Nord de la péninsule - dans des conditions, à ses débuts, bien plus libérales qu'au Sud. La littérature rend compte des évolutions de la société nord-coréenne, ainsi que de la place qu'y occupent les intellectuels : être auteur vous garantit un statut et des revenus.

Les débats de la matinée ont aussi été consacrés aux échanges universitaires dans les sciences exactes, à partir du témoignage de Damien Jamet, maître de conférences en informatique à l'Université de Lorraine : le bon niveau des Nord-Coréens demande à être conforté par des échanges universitaires, auquel Damien Jamet contribue, dans sa discipline, avec plusieurs de ses collègues qui étaient aussi présents à la conférence de la Sorbonne.

Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes

Après la présentation des enjeux diplomatiques autour de la péninsule coréenne par Robert Charvin, l'après-midi a tout d'abord donné lieu à une conférence sur la comparaison entre les idées du Juche (idéologie directrice de la RPD de Corée) et le gaullisme : si les principes définis par le Général de Gaulle n'ont pas donné lieu à la constitution d'un corpus idéologique analogue aux idées du Juche, l'importance consacrée à l'homme rapproche les deux doctrines, au-delà de leur attachement similaire à la défense de la souveraineté nationale.

La première journée s'est achevée par un exposé très complet de la situation et des perspectives de développement de l'Espéranto dans les deux moitiés divisées de la Corée : à partir du voyage qu'ils ont effectué en Corée du Nord en avril 2017, au sein du comité Espéranto de l'AAFC, François Lo Jacomo et Nathalie Kesler ont observé que les valeurs de solidarité humanistes et pacifistes que porte la langue internationale en font un vecteur possible pour la réunification de la Corée - qui sera l'un des thèmes du Congrès mondial d'Espéranto qui se tiendra à Séoul, en Corée du Sud, cet été, et auquel ils assisteront.

Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes

Organisée dans les salles Pierre Nicolle, la journée du 24 juin 2017 a été dédiée à des échanges d'expériences, des débats et des discussions entre associations d'amitié avec la Corée de différents pays du monde sur les moyens d'organiser la solidarité à l'échelle internationale. Outre S.E. M. Kim Yong-il, délégué général de la RPD de Corée en France, ambassadeur auprès de l'UNESCO, ses collaborateurs et leurs familles, une délégation du Comité coréen de solidarité avec les peuples du monde était présente, conduite par M. Ryu Kyong-il, directeur du département Europe du Comité, et également composée de Mmes Jong Un-a et Yun So-hyon. Arrivée en France le 22 juin, la délégation nord-coréenne invitée par l'AAFC a quitté la capitale française pour la Belgique le 26 juin, après avoir visité la Pologne et la Suisse, également à l'invitation des associations d'amitié de ces pays. L'AAFC a pris en charge le déplacement entre l'Europe et l'Asie, ainsi que le séjour en France.

Secrétaire général du CILRECO, et par ailleurs président d'honneur de l'AAFC, Guy Dupré a rappelé et souligné les enjeux du mouvement de solidarité internationale, marqué par les figures de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, comme le maréchal Francisco da Costa Gomes (Portugal), Dom Mintoff (de Malte), Didier Ratsiraka (de Madagascar) ou encore Léopold Sedar Senghor (de Côte d'Ivoire). Si les conditions objectives d'action ont changé, les objectifs demeurent : remplacer l'accord d'armistice de 1953 par un traité de paix garantissant la sécurité et la prospérité dans cette partie du monde, favoriser le dialogue et les échanges avec toute la Corée, soutenir le mouvement pour la réunification de la Corée, au Nord, au Sud et dans la diaspora, sur la base des déclarations du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007.

S'exprimant ensuite au nom du Comité coréen de solidarité avec les peuples du monde de la RPD de Corée,  et après avoir remercié de leur soutien les organisateurs de l'AAFC et du CILRECO ainsi que l'ensemble des associations d'amitié pour leur appui invariable, Ryu Kyong-il a souligné que la RPDC poursuivrait ses programmes d'autodéfense tant que les Etats-Unis ne mettront pas fin à leur politique hostile, aujourd'hui perpétuée par l'administration de Donald Trump. Par ailleurs, alors que cette année marque le 45e anniversaire de la Déclaration conjointe du 4 juillet 1972 et le 10e anniversaire de la Déclaration du 4 octobre 2007, des progrès nouveaux doivent être accomplis par les Coréens eux-mêmes sur la voie de la réunification de leur patrie.

Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes

Les interventions des représentants des différents pays ont ensuite commencé par celle de Benoît Quennedey, président de l'AAFC. Rappelant que l'association française, qui était une association d'amitié avec toute la Corée depuis 1989, avait fait des solidarités concrètes (dans les domaines universitaires, économiques, culturels ou encore humanitaires) la pierre angulaire de ses interventions pour la paix et la réunification en Corée, il a souligné l'importance prise, en 2015-2016, par le soutien au mouvement démocratique en Corée du Sud, et l'utilité des contacts noués avec les milieux politiques français, gouvernementaux et parlementaires. Quelles que soient par ailleurs les difficultés réelles que connaît la Corée du Nord, qui ne prétend en aucun cas constituer un modèle politique pour le reste du monde, la présentation presque systématiquement négative de la RPD de Corée dans les médias occidentaux (illustrée encore dernièrement par l'opération de piratage WannaCry), sur la base souvent d'une désinformation entretenue par les services secrets de certains pays, montre la nécessité d'élargir l'audience du mouvement de solidarité, y compris en organisant la solidarité à l'échelle internationale, comme dans le cadre de la présente conférence.

Dans certains pays qui étaient anciennement des démocraties populaires (Bulgarie, Pologne), les relations de solidarité ont pu se fonder sur des relations personnelles, ainsi que sur le soutien des autorités gouvernementales. Les conditions nouvelles après 1989 et la fin des démocraties populaires ont rendu particulièrement difficile la poursuite des échanges antérieurs, les représentants des associations d'amitié étant par ailleurs parfois victimes de pressions, sinon d'une répression. A contrario, dans les pays en développement, comme Haïti ou le Tchad, la RPD de Corée jouit d'une image positive pour son combat anti-impérialiste et au sein du mouvement de décolonisation et des pays non-alignés. La réduction du périmètre des représentations diplomatiques de la RPDC, consécutive aux difficultés économiques des années 1990, a cependant rendu plus difficile les échanges directs entre les associations d'amitié et les Coréens.

Le Royaume-Uni apparaît en première ligne, par le soutien de son gouvernement à la politique internationale étatsusienne. Dans ce contexte, les actions de solidarité - qui ont pris des formes originales, comme l'accueil de troupes de jeunes artistes nord-coréens handicapés en 2015 et en 2017 - requièrent une importance particulière, qui permet de témoigner de la possibilité d'actions pour la paix et la réunification même dans les contextes a priori les moins favorables.

Les contacts et les échanges avec les démocrates sud-coréens ont été soulignés par les représentants luxembourgeois et belges, alors qu'il s'agissait d'un des axes d'action principaux du CILRECO.

Pour tenir compte des différents degrés d'implication dans le soutien au peuple coréen, l'association finlandaise distingue entre des activités de solidarité à large spectre, et des actions plus politiques - comme l'étude des idées du Juche - menées par des militants plus engagés au sein de structures distinctes de l'association d'amitié.

En Finlande, en Suisse et au Danemark, des rassemblements populaires dépassant le seul cadre de la Corée, permettent de sensibiliser à la question coréenne un plus large public.

Plusieurs associations d'amitié ont mis en place des coopérations entre elles : c'est le cas entre les associations belge, irlandaise, française et haïtienne, pour la traduction et l'échange de documents ou encore la mise en place de circuits d'échanges (comme l'envoi de livres en RPDC). L'association belge, qui a présenté un film, a noué des relations de partenariat précises, dans le cadre d'un jumelage avec une ferme coopérative ou de l'envoi de médicaments.

A l'issue de ces échanges, les participants ont adopté une déclaration et une lettre au Président Kim Jong-un de la Commission des affaires d'Etat de la RPD de Corée. Ils ont notamment souligné la nécessité de renforcer la lutte contre la désinformation à propos de la RPD de Corée, d'agir pour l'établissement d'un traité de paix en Corée et la fin des manœuvres militaires américano-sud-coréenne, ainsi que la levée des sanctions et des embargos frappant depuis plus de 70 ans les populations coréennes au Nord de la péninsule. Enfin, la conférence s'est poursuivie par une manifestation pour la paix et la réunification en Corée place de la Sorbonne.

 

Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes
Conférence internationale de Paris pour la paix et la réunification en Corée : une solidarité internationale en actes

CONFERENCE INTERNATIONALE

POUR LA PAIX ET LA REUNIFICATION EN COREE

PARIS, FRANCE, 23-24 JUIN 2017

Déclaration finale

Nous, associations d'amitié avec la Corée venues de douze pays, réunies à Paris (France) le 24 juin 2017, veille du 67ème anniversaire du déclenchement de ce qui est appelé dans nos pays la « guerre de Corée »,

attachées au respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, tel qu'énoncé dans la Charte de l'Organisation des Nations unies,

solidaires du peuple coréen face à l'injustice historique de la division arbitraire de son pays par les grandes puissances au lendemain de la Seconde Guerre mondiale,

conscientes que, compte tenu des forces en présence sur et à proximité de la péninsule coréenne, la paix en Corée représente un enjeu vital pour la paix mondiale,

exigeant que les États-Unis et les pays à leur remorque mettent fin à leurs politiques hostiles sous couvert des Nations unies, aux embargos et aux sanctions à l'égard de la République populaire démocratique de Corée,

opposées à toute vision biaisée de la situation qui fait porter l'entière responsabilité des tensions en Corée sur une seule des parties, la République populaire démocratique de Corée,

fières de notre tradition d'amitié et de notre diversité, qui font de nos associations un irremplaçable réseau dédié à la paix en Corée et dans le monde, qu'il convient de faire vivre et d'étendre,

décidées à renforcer la coopération entre nos organisations dans l'esprit de la conférence de Bruxelles qui, il y a 40 ans, jeta les bases du mouvement international de solidarité avec le peuple coréen pour la réunification et la paix en Corée,

nous nous engageons :

1) À travailler au retrait inconditionnel de toutes les troupes étrangères de Corée ;

2) À travailler à la levée des sanctions et embargos qui frappent la République populaire démocratique de Corée ;

3) À intervenir auprès des autorités de nos pays respectifs pour qu'elles soutiennent franchement l'application complète des déclarations inter-coréennes du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007 et le dialogue entre les deux parties de la Corée ;

4) À œuvrer à l'établissement de relations équilibrées entre tous les pays du monde et les deux parties de la Corée, ce qui passe par l'établissement de relations diplomatiques complètes avec la République populaire démocratique de Corée par les pays qui n'en ont pas ;

5) À alerter les opinions publiques de nos pays respectifs sur la situation injuste et dangereuse qui prévaut en Corée, notamment du fait des grandes puissances, par tous les moyens à notre disposition et dans le respect de la souveraineté de chaque peuple ;

6) À lutter contre la présentation erronée de la situation de la péninsule coréenne par les grands médias de nos pays respectifs, y compris contre la propagation de « fausses nouvelles » ;

7) À renforcer la coopération entre nos associations, notamment en organisant des actions conjointes, toujours dans le respect des particularités de chacun et avec l'objectif commun de promouvoir le dialogue inter-coréen et la paix en Corée ;

8) À chercher les meilleurs moyens pour mutualiser les bonnes pratiques de nos associations, impliquant la nécessité d'une information rapide et complète sur les succès et les difficultés rencontrées dans la poursuite de nos objectifs.

Paris, le 24 juin 2017

Partager cet article
Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 18:49

Les membres du bureau du comité Espéranto de l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC) – Marianne Dunlop, présidente du comité, professeure de russe et de chinois, Nathalie Kesler, professeure de lettres classiques et d’histoire-géographie, et François Lo Jacomo, membre de l’Académie internationale d’Espéranto, professeur de mathématiques et linguiste,) – ont visité pendant 9 jours la République populaire démocratique de Corée, du 4 au 12 avril 2017, avant d’achever leur périple par la visite du club d’Espéranto de Dandong (situé à la frontière sino-coréenne, lieu chargé d’histoire avec le fleuve Yalu où nombre de Chinois sont morts pour repousser les assaillants américains de leurs frontières pendant la guerre de Corée), où Zhang Wei rêve de marcher sur les pas de son prédécesseur chinois qui organisait des voyages en RPDC autrefois. Leur voyage fut beaucoup plus fructueux qu’ils ne le pensaient initialement, et ponctué de rebondissements très intéressants pour le développement de l’Espéranto. Un premier compte rendu du voyage a eu lieu au château de Grésillon, maison culturelle de l’Espéranto, le 16 avril 2017.

Des espérantistes invités à Pyongyang…

Les membres du comité Espéranto de l’AAFC avaient été fort surpris de savoir que des traces de militantisme pour faire connaître cette langue avaient pu être décelés en évoquant une initiative intéressante à initier en Corée dans le cadre du prochain congrès d’Espéranto en Juillet prochain qui aura lieu à Séoul, au Sud de la péninsule.

L’action a donc été amorcée grâce au dictionnaire Espéranto-coréen retrouvé entre les mains d’un linguiste nord-coréen reconnu comme très célèbre (en Corée du sud !) du nom de Jong Sun Gi, et à présent d’un âge respectable. Il a confié aux membres de la délégation de l’AAFC avoir été invité lors d’un congrès de linguistes sur l’analyse de la langue coréenne qui a évolué de manière très différente entre le Nord et le Sud (le lexique au Sud étant empli d’anglicismes quasi-inexistants au Nord). Avec étonnement les participants ont également appris qu’il avait pu effectuer des rencontres dans le Sud grâce à cette association de linguistes.

Voici la réponse d’un correspondant sud-coréen aux participants au voyage en RPDC à leur proposition d’invitation d’une délégation nord-coréenne au congrès universel d’Espéranto à Séoul en juillet 2017 :

1. inviti delegacion de lingivistoj. d-ro Jong Sun Gi estas la membro de ‘Kun-eldona Asocio de Granda Vortaro de Koreio Sud- kaj Nord-, financata de ambaŭ registaro. ĝi fondiĝis en 2006, kaj havas apartan oficejon kun 30 labarantoj en Seulo(en Nordo la Insutucio). notindas, ke la asocio publike dungis novan oficiston en 2016, kio signifas, ke la asocio ankoraŭ bonege funkcias, kvankam momente la libera iroreveno haltis pro la politika kialo. jen, ni vidas, ke ni ne povas havi apartan pli valoran eventon, per kiu esperantistoj povas kontribui ion por la lingva problemo de ambaŭ koreioj, ili nun uzas gigantan budĝeton de la ambaŭ ŝtatoj. sola ebleco estas inviti delegacion de esperantistoj. unue mi volas diri du eventojn de ambaŭ Koreioj. en la 6a de aprilo, antaŭ 11 tagoj okazis la matĉo de glacihokeo en Suda Koreio, en kiu Norda teamo partoprenis, kaj en la 7a de aprilo, antaŭ 10 tagoj okazis la matĉo de virina piedpilko en Norda Koreio, en kiu Suda teamo partoprenis.

(Le docteur Jong Sun Gi est membre de l’association du Grand Dictionnaire des deux Corée Sud et Nord, financée par les deux parties, fondée en 2006 et qui possède son propre bureau qui fonctionne à l’aide de 30 salariés à Séoul, et une institution au Nord). À noter que l’association a employé une nouvelle recrue en 2016, ce qui signifie que l’association fonctionne encore très bien, bien que les aller-retour ont cessé pour l’instant à cause de la situation politique. Voilà, nous constatons donc qu’il serait difficile de concurrencer un tel événement et que les espérantistes ne pourraient guère contribuer mieux à faire avancer la cause linguistique de la langue entre les deux Corée. De plus ils disposent d’un budget très conséquent déjà.
Une meilleure idée serait donc d’inviter une délégation d’espérantistes nord-coréens. En premier lieu il faut préciser que deux événements récents réunissant les deux Corée ont pu avoir lieu récemment, le 6 avril [2017], le match de hockey sur glace au sud, où une équipe nord-coréenne a pu participer et le 7 avril [2017], le match de football féminin a eu lieu à Pyongyang, avec la participation d’une équipe du Sud.)

Jong Sun Gi nous a donné une version différente de celle des participants issue d’un blog espérantiste « libera folio », qui annonçait que c’est un ancien ministre qui avait fondé le groupe Espéranto en RPDC, avant de subir une répression politique. Au contraire, le linguiste leur a affirmé que le groupe avait été fondé par de très grandes figures intellectuelles de l’époque, en 1951, tous étudiants en langues européennes (allemand, espagnol, anglais, russe…), avec un président en études de médecine qui avait dû quitter l’université à la suite d’une promotion l’ayant conduit à déménager dans une autre ville, et le second principal protagoniste qui était décédé d’une maladie par la suite. C’est donc selon lui le départ de ces deux éminentes figures, qui portaient le mouvement, qui est à l’origine de la fin de la dynamique Espérantiste en RPDC.

En outre, il a ajouté six noms d’autres personnes profondément impliquées dans le mouvement, Yang Hyong Man, Kim Hui Chol, Ri Yong Nam, Hwang Kyong Ae, Kim Su Gyong, et a évoqué ses souvenirs concernant les premières affiches qu’il avait pu lire au sein de l’université, vantant les mérites de la langue universelle.

En tant que linguiste il trouvait que la structure même de présentation du dictionnaire Espéranto-coréen n’était pas dénuée d’intérêt.

Des espérantistes invités à Pyongyang…

Par ailleurs, les participants ont été très heureux de constater l’ouverture d’esprit affichée par leurs interlocuteurs lors de leurs diverses rencontres, avec des représentants des départements des sciences sociales de trois grandes universités (Université Kim il Sung, Université des langues étrangères de Pyongyang et Pyongyang University of Science and Technology, PUST). Un autre professeur a confirmé que l’Espéranto était une langue connue chez les Nord-Coréens. Redynamiser cette langue est donc un objectif qui a semblé séduire au vu de l’accueil très chaleureux et privilégié reçu par les membres de la délégation de l’AAFC.

Par-contre, ceux-ci n’ont pu visiter (à cause du match de foot auquel ils ont assisté mais qui a désorganisé le programme) qu’à la fin seulement de leur séjour les studios de cinéma de Pyongyang, alors que cette visite était prévue à l’origine au début du séjour, et le mystère du nom de l’association des cinéastes et autres artistes coréens « korea artista proleta federacio » n’est ainsi toujours pas levé à ce jour.

Ils ont pu revoir en revanche une seconde fois le linguiste qui était en possession du dictionnaire d’Espéranto, toujours accompagné du nouveau directeur des sciences sociales d’une des universités,(docteur Pang Jong Ho) preuve de la volonté de tenter de renouer avec cette langue. Ils ont alors longuement discuté du rôle de l’association universelle d’Espéranto dont le fonctionnement a intéressé les Nord-Coréens, puis des documents remis lors de leur première entrevue (le « fundamento » : livre écrit par le fondateur de la langue (Zamenhof), avec les règles qu’il a lui-même édictées sur l’Espéranto). Entretemps le linguiste Jong Sung Gi a pu effectuer quelques recherches en bibliothèque et leur a confié avoir retrouvé un exemplaire du « fundamento » dans une bibliothèque de Pyongyang. Il était intrigué par l’aspect deux fois plus volumineux de l’exemplaire que les membres de la délégation venaient de lui offrir. En effet ce dernier a été augmenté par cinq traductions en différentes langues, tout simplement. De manière logique, c’est le dictionnaire de référence qui fut sollicité par les linguistes et nous avons regretté de ne pas avoir emmené de PIV, le grand dictionnaire unilingue de l’Espéranto.

En conclusion, les participants remercient leur guide féminine, jeune et l’esprit vif, qui a réussi à absorber en huit jours les règles essentielles de l’Espéranto, et le second guide, moins motivé en début de séjour par la langue universelle mais qui était conquis à leur départ, très motivé pour apprendre la langue en comprenant ses enjeux (langue propédeutique, facile à assimiler, aux réseaux déjà creusés dans le monde entier.) Les participants sont donc très confiants pour la dynamique de création peut-être extrêmement rapide d’un nouveau club d’Espéranto en RPDC.

Enfin, des professeurs de toutes origines sont sollicités, pour lesquels seul le billet d’avion devrait être la plus grosse dépense car les professeurs qui seraient volontaires pour donner des cours dans les universités pourraient bénéficier des mêmes avantages que les Coréens. (logement, nourriture, énergie et transports quasi gratuits…).

Les participants espèrent que les tensions politiques n’entravent pas des relations si bien amorcées pour l’avenir de l’Espéranto en RPDC.

Des espérantistes invités à Pyongyang…
Des espérantistes invités à Pyongyang…
Des espérantistes invités à Pyongyang…
Des espérantistes invités à Pyongyang…
Partager cet article
Repost0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 20:24

Du 22 février au 22 mai 2017, le Musée Guimet consacre une exposition à l'exploratrice Alexandra David-Néel (1868-1969), orientaliste et tibétologue franco-belge. Si la péninsule coréenne n'a pas été sa principale terre d'exploration, elle y a voyagé pendant la Seconde guerre mondiale, en compagnie du jeune lama Aphur Yongden - dont elle fera son fils adoptif. L'Association d'amitié franco-coréenne invite à découvrir plus particulièrement Alexandra David-Néel lors d'une journée particulière que lui consacrera le Musée Guimet le samedi 8 avril 2017 - dont nous reproduisons ci-après l'annonce publiée dans la lettre d'information du 20 mars 2017 du Musée Guimet, qui a joué un rôle déterminant dans sa vocation et auquel elle a légué, à la fin de sa vie, des peintures thangka, des masques de danses rituelles et son importante bibliothèque tibétaine.

Alexandra David-Néel au Musée Guimet

Journée particulière d'Alexandra David-Néel

L’exploratrice disparue il y a près d’un demi-siècle laisse un héritage scientifique, littéraire et humain de première importance. En présence de Marie-Madeleine Peyronnet, qui fut sa secrétaire particulière, et de Fred Campoy, l’un des auteurs de la bande dessinée consacrée à l’aventurière, le musée propose une journée cinématographique et muséale, faite de rencontres pour redécouvrir cette femme hors du commun.

Samedi 8 avril
Cinéma, parcours, rencontres

De 10h30 à 18h
Billet d’entrée du musée et billet à 5 et 4 euros pour les films
Réservations : jparticuliere@guimet.fr
MNAAG – 6 place d’Iéna 75116 Paris

Partager cet article
Repost0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:04

L'année 2017 marque le centième anniversaire de la naissance de Yun Dong-ju le 30 décembre 1917 à Ryongjeong en Mandchourie (où s'était repliés nombre de Coréens fuyant l'oppression japonaise), décédé sous la torture il y a 72 ans, le 16 février 1945, dans les geôles japonaises. L'AAFC dresse le portrait de l'une des figures les plus attachantes de la poésie coréenne contemporaine, qui a exprimé dans son oeuvre une sensibilité traduisant les espoirs et les aspirations de toute une génération.

Yun Dong-ju, au deuxième rang, à droite

Yun Dong-ju, au deuxième rang, à droite

Yun Dong-ju était un esprit libre : après avoir manifesté très tôt des aptitudes littéraires exceptionnelles, il s'enfuit du domicile parental à l'âge de 16 ans pour étudier les lettres à l'école Yonhui (aujourd'hui l'université Yonsei, à Séoul), alors que son père, chrétien, refuse qu'il devienne poète. De cette époque date son recueil de poèmes qu'il intitule Ciel, vent, étoiles et poésie, qu'il ne parvient pas à faire éditer. Yun Dong-ju a poursuivi ses études à Tokyo, en littérature anglaise, où il est arrêté en juillet 1943 pour activités antijaponaises. Condamné à deux ans de prison, il meurt dans la prison de Fukuoka le 16 février 1945, affamé et torturé.

La puissance de l'oeuvre de Yun Dong-ju tient à sa capacité à inscrire le drame d'une nation, soumise au joug colonial et niée dans son identité même, dans un récit personnel subtil et sensible, après avoir lui-même grandi dans une famille de patriotes coréens - comme l'explique Lee Seung-ha, rédactrice du site Korea.net :

Yun Dong-ju a pu saisir, dans toute son abjection, la réalité de la vie coréenne sous le joug colonial japonais. Cette prise de conscience croissante et le conflit intérieur qui en résultait ont joué un rôle significatif dans la genèse de son approche critique comme de sa voix artistique lesquels se révèlent pleinement dans des oeuvres telles que "auto-portrait". Cette oeuvre dresse d'ailleurs un portrait assez éloquent de la frustration d'un homme qui, confronté à une oppression croissante, tente de se raccrocher à la découverte de soi.

La symbolique coréenne traditionnelle - la lune, le soleil (il a été lui-même surnommé Haewhan, lumière du jour) - tient une place fondamentale dans ses poèmes publiés à titre posthume, grâce à sa famille et à ses amis - notamment le recueil Ciel, vent, étoiles et poésie, qui compte 31 poésies dans la première édition (janvier 1948).

Nous reproduisons ci-après son poème La nuit où je comptais les étoiles (별 헤는 밤
) :

Yun Dong-ju, poète, martyr et icône

Poète, martyr, Yun Dong-ju est aussi devenue une icône de la culture coréenne. Un prix de poésie, institué par l'Université Yonsei en 1968, porte son nom. Une enquête de 1986 le consacrait comme le poète coréen le plus populaire au sein de la jeunesse - celle de la génération "386", qui a lutté avec succès pour la démocratisation de la Corée, jusqu'à lui sacrifier sa vie.

La colline Yun Dong-ju sur le mont Inwangsan, dans le quartier séoulite de Jongno, abrite un stèle où est gravé son poème Préface (서시, en anglais Foreword) - qui a inspiré, ainsi que la vie du poète, le roman L'Enquête de Lee Jeong-myeong.
 

La colline Yun Dong-jun sur le mont Inwangsan.

La colline Yun Dong-jun sur le mont Inwangsan.

La vie de Yun Dong-ju a aussi inspiré une comédie musicale créée en 2011 par la compagnie Seoul Performing Arts Company, intitulée Yun Dong-ju Shoots the Moon, et un film de Lee Joon-ik, sorti en février 2016, Dongju, the Portrait of a Poet.

Yun Dong-ju, poète, martyr et icône

Sources :

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 20:03

Dans son édition du 19 janvier 2017, l'agence de presse Yonhap de la République de Corée (Corée du Sud) a annoncé que le cursus d'études en langue et civilisation coréennes dispensé à l'Université Paris Diderot (Paris 7) donnera, à la rentrée universitaire de septembre 2017, un cours sur l'histoire du mouvement d'indépendance coréen. A notre connaissance , il s'agit d'une première en France, qui s'inscrit dans le cadre d'un accord entre l’Institut de recherche sur l’histoire du mouvement d’indépendance coréen du Hall de l'indépendance coréenne (acronyme anglais : IHK, musée mémorial situé à Cheonan, en Corée du Sud) et l'Université Paris 7,

Chercheurs de l’Institut de recherche sur l’histoire du mouvement d’indépendance coréen du Hall de l'indépendance coréenne (IHK).

Chercheurs de l’Institut de recherche sur l’histoire du mouvement d’indépendance coréen du Hall de l'indépendance coréenne (IHK).

Le Hall de l'indépendance coréenne a ouvert ses portes le 15 août 1987, à l'occasion du 42e anniversaire de la libération de la Corée. Ce musée comporte de nombreux documents historiques sur le mouvement d'indépendance, afin d'honorer la mémoire des combattants coréens pour l'indépendance de leur nation - d'un point de vue sud-coréen, tendant ainsi à occulter le rôle des combattants ayant fondé la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), conformément à l'histoire officielle sud-coréenne.

Au sein du mémorial, le grand hall de la nation constitue le plus vaste bâtiment à toit en tuile d'Asie, en occupant une surface au sol de 126 mètres par 68 mètres, et culminant à plus de 45 mètres. Par ailleurs, la cloche de l'unification qu'abrite le musée est réputée être la plus ancienne cloche coréenne.

La France a joué un rôle dans le soutien au mouvement d'indépendance coréen, au moins jusqu'au début des années 1930, le gouvernement coréen en exil s'étant installé dans la concession française à Shanghaï. Par la suite, la France a toutefois tourné le dos à ses engagements en faveur des indépendantistes coréens, se rapprochant alors du Japon et obligeant le gouvernement provisoire coréen à déménager.

Le cours proposé aux étudiants en coréen, au premier semestre de l'année scolaire 2017-2018, sera assuré p
ar la section des études coréennes du département Langues et Civilisations de l’Asie orientale (LCAO) de l'Université Paris 7 et l’Ecole pratique des hautes études.

Source principale :

Partager cet article
Repost0

Recherche

D'où venez-vous?