Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 22:39

Le 29 juin 2013, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a organisé une réunion publique salles Pierre Nicole, à Paris, pour rappeler l'urgence d'un traité de paix dans la péninsule coréenne, soixante ans après la fin des combats ayant causé des millions de morts mais qui se sont soldés par un simple accord d'armistice, et non par un traité de paix. Revenant sur l'épisode douloureux de notre histoire contemporaine qu'a été la guerre de Corée, à travers des témoignages et un film documentaire, les participants ont débattu des moyens de parvenir à une paix durable dans la péninsule coréenne, pour que plus jamais la guerre ne se déchaîne dans cette partie du monde.

 

manifestation 29062013 salle

 

1953-2013 : soixante ans après la fin des combats de la guerre de Corée, celle-ci est en France un conflit oublié, enfoui dans le passé de la guerre froide. Pourtant, sur le sol de la péninsule coréenne, la division nationale reste une plaie béante qui rappelle que, là-bas, la guerre froide n'a jamais pris fin, et qu'aucun traité de paix n'a jamais été signé. Des affrontements sporadiques meurtriers ont continué d'opposer Coréens du Nord et du Sud, soulignant la nécessité de garanties de sécurité, d'une dénucléarisation de toute la péninsule coréenne et d'un retrait des troupes américaines du Sud du pays. Tel est le sens de la pétition internationale pour un traité de paix que continue de relayer l'AAFC en France, et qu'elle a signée et fait signer lors d'une manifestation qu'elle a organisée en France le 29 juin 2013.

 

Accueillis par des photos d'Alain Noguès, cofondateur de l'agence Sygma, prises lors de ses voyages au Nord de la péninsule et diffusées sur grand écran qui leur rappelaient le souvenir vivant du conflit dans la péninsule, les participants ont tout d'abord pris part à un déjeuner-buffet franco-coréen, dont l'organisation incombait largement à S.E. Yun Yong-il, délégué général de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) en France, ambassadeur auprès de l'Unesco, ses collaborateurs et leurs familles, présents tout au long de la journée, et que l'AAFC souhaite remercier pour leur participation à cet événement. Des livres sur la Corée et des objets étaient proposés à la vente sur le stand de l'AAFC.

 

_DSC0201.JPG

 

Un film documentaire de la RPD de Corée a ensuite été diffusé, rappelant les origines du conflit et le rôle des forces armées américaines, dans une guerre ayant causé 3 millions de morts, civils comme militaires, mais n'ayant jamais pris fin en l'absence de traité de paix soixante ans après la fin des combats. Au nom de l'AAFC, Guy Dupré, vice-président délégué, a rappelé que les manifestations contre la guerre en Corée avaient marqué les militants progressistes, en France et dans le monde, et notamment les fondateurs de l'Association d'amitié franco-coréenne en 1969. Il a souligné combien les causes de la paix et de la réunification avaient été intimement liées dans les combats menés par l'AAFC depuis plus de quarante ans.Remerciant les militants de l'AAFC pour leur solidarité constante avec le combat du peuple coréen pour la paix, S.E. Yun Yong-il a rappelé que les forces de l'Armée populaire de Corée avaient tenu tête avec succès à la première puissance militaire du monde, jusqu'à la victoire sous la conduite du Président Kim Il-sung. 

 

_DSC0236.JPG

 

Plusieurs orateurs sont ensuite intervenus pour témoigner de leur vécu de la guerre et expliquer les enjeux du conflit. Procédant à l'aide d'un vidéo-projecteur, Maurice Cukierman, membre du bureau de l'AAFC, a replacé dans son contexte la toile militante de Picasso Massacre en Corée, peinte en 1951 dans un style expressionniste et cubiste, qui dans des tons gris souligne les malheurs de la guerre en dénonçant l'intervention des forces des Nations Unies sous commandement américain. Peter Burchett a souligné que la notion d'opération de police, niant le principe même d'un conflit, avait été forgé à l'occasion de la guerre. Enfin, Guy Dupré a rappelant sa participation aux manifestations contre la guerre de Corée en France, manifestations soutenues par le Mouvement de la paix et le Parti communiste français dont la répression violente s'est soldée par des morts. Dans un message qu'elle a lu au nom du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), Madeleine Dupont a exprimé sa solidarité avec les partisans de la paix dans la péninsule, contre l'impérialisme américain.

 

_DSC0259-copie-1.JPG

 

Cofondateur de l'Association internationale des juristes démocrates, Roland Weyl, qui ne pouvait être présent, a fait parvenir un message où il a souligné la nécessité d'un règlement pacifique de la question coréenne et d'un retrait des troupes américaines, tout en observant que, du point de vue juridique, les troupes des Nations Unies n'ayant pas vocation à participer à une guerre elles ne pouvaient pas signer un traité de paix. De fait, leur intervention a marqué la première violation de la charte des Nations Unies.

 

Un débat s'est ensuivi sur la mémoire de ce conflit en France et les moyens les plus appropriés pour faire de la Corée une zone de paix. A cet égard, une campagne pour la paix a le mérite de resituer l'action dans un cadre politique. Les causes de la division, engendrées par des élections séparées organisées au Sud et boycottées par la majorité de l'opposition, méritent également d'être mieux connues, tout comme l'interprétation du conflit : le régime autoritaire alors au pouvoir à Séoul ne pouvait aucunement être assimilé à une démocratie libérale à l'occidentale, son manque de soutien populaire ayant joué un rôle dans l'avancée initiale des troupes du Nord qui, sans le débarquement des troupes alliées à Pusan, auraient réunifié la péninsule. Enfin, l'utilisation des armes chimiques - à l'origine des manifestations contre le commandant en chef, le général américain Ridgway ("Ridgway la peste") - montre la cruauté d'un conflit qui, par son utilisation massive du napalm, préfigurait déjà les moyens qu'emploieraient les Etats-Unis pendant la guerre du Vietnam.

 

Dans ce cadre, le choix de la RPD de Corée de se doter de l'arme nucléaire à des fins défensives, tout en réaffirmant sa position de principe en faveur d'un péninsule dénucléarisée dans sa totalité, Nord comme Sud, a nourri le début d'une autre discussion, mais qui sera l'objet de futurs débats.

 

Yun-Yong-il_Guy-Dupre_Etienne-Huchet.JPG

 

Photos : Alain Noguès 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 21:30

Les 22 et 23 juin 2013, une délégation composée de S.E. Yun Yong-il, ambassadeur de la République populaire et démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) à l’UNESCO et délégué général auprès de la République française, et de son conseiller politique, M. Jon Hyong-jong, a visité la région Basse-Normandie à l’invitation du comité régional Normandie de l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC).

AAFC Normandie 22062013 01

C’est sous une pluie fine typiquement normande que Maryvonne Bayet, présidente du comité régional Normandie de l’AAFC, créé le 27 avril 2013, a accueilli S.E. Yun Yong-il et M. Jong Hyong-jong, lesquels avaient répondu favorablement à son invitation de découverte de la région Basse-Normandie sous ses différents aspects, aussi bien historiques que culinaires ou agricoles. Le séjour de la délégation nord-coréenne en Normandie a débuté par une visite de la distillerie Busnel, située à Cormeilles, dans l’Eure. Fondée à la fin du XIXeme siècle, elle produit un calvados de grande qualité, reposant sur une méthode de chauffage complexe et sur un vieillissement dans des fûts de chêne pouvant aller jusqu’à 31 ans. La délégation coréenne a été particulièrement impressionnée par la quantité de pommes utilisées par la distillerie : dans la cour de la distillerie peuvent s'entasser jusqu’à 15 000 tonnes de pommes permettant de produire un million de litres de calvados par an. Ce calvados, possédant entre 40 et 43 degrés d’alcool, est commercialisé sous deux marques : Anée, qui vend l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Calvados, et Busnel, qui commercialise l’AOC Calvados Pays d’Auge. A l’issue de la visite des structures de la distillerie, les représentants coréens ont pu déguster les différents types de calvados ainsi que du pommeau, composé à trois-quarts de jus de pomme et à un quart de calvados. 

AAFC Normandie 22062013 03

Le samedi après-midi, l’ambassadeur coréen et son conseiller politique ont visité le Mémorial de Caen, musée retraçant l’histoire politique de l’Europe depuis la Première Guerre mondiale. Le musée propose également une exposition sur la Guerre Froide, avec des documents d’époque. La délégation coréenne a montré un grand intérêt, notamment pour les photos exposées de la Guerre de Corée (1950-1953). A cette occasion, S.E. Yun Yong-il a pu livrer aux participants sa propre perception de cette guerre fratricide – au sens propre du terme – alors que la plupart des analyses de cette guerre se basent sur la version occidentale des faits. La journée s’est conclue par une visite du centre-ville de Caen, en particulier l’église Saint-Pierre et le château de Guillaume le Conquérant, surplombant la ville.

AAFC Normandie 23062013 01

Le lendemain, l’ambassadeur de RPDC et son conseiller politique ont pris la route du Bessin afin de rencontrer Christophe Bunel, agriculteur à Putot-en-Bessin. Disposant d’une surface cultivable de 150 hectares, il a diversifié ses cultures, et produit désormais du blé, de la betterave ou encore du lin, culture méconnue en Corée. Les représentants coréens ont été particulièrement attentifs au matériel utilisé par M. Bunel pour maximiser le rendement de ses cultures. Le territoire de la RPDC est en effet composé à seulement 15 % de terres arables, et les agriculteurs locaux doivent s’assurer que chaque parcelle de culture est exploitée au mieux. En particulier, S.E. Yun Yong-il a assuré vouloir revenir accompagné d’un ingénieur agronome de son pays et lui montrer les techniques de moisson de M. Bunel, afin que les agriculteurs coréens puissent s’inspirer des techniques françaises. La délégation a également pu observer les élevages de M. Bunel : des vaches charolaises produisant de la viande, ainsi que des chevaux de course, dont certains ont même gagné des prix sur l’hippodrome de Vincennes. Les diplomates coréens ont pu établir une comparaison avec leur pays, où les courses de chevaux sont encore peu développées. La visite de l’exploitation s’est terminée chaleureusement autour d’un verre de poiré normand, et Christophe Bunel a pu offrir aux diplomates coréens un échantillon de ses semences de blé et de lin, dont les agriculteurs de Corée sauront certainement faire le meilleur usage. Pour témoigner de sa gratitude, S.E. Yun Yong-Il a offert en retour à M. Bunel un CD de musique de l’orchestre Unhasu, venu se produire à Paris en mars 2012 pour un concert conjoint avec l’orchestre philharmonique de Radio France.

AAFC Normandie 23062013 03

Le week-end normand de la délégation coréenne s’est terminé par une rencontre avec Mme Régine Curzydlo, maire de la commune de Vauville (300 habitants), où est organisée chaque année, au mois d’août, la Picturale, exposition artistique (tableaux, sculptures...) qui se veut à la fois ancrée en Normandie et ouverte sur le monde. Très intéressé par cet événement, S.E. Yun Yong-il a exprimé son soutien à l’initiative de Mme le maire et sa volonté de participer à cette manifestation, dans le but de jeter les bases d’une coopération durable entre les artistes coréens et la commune de Vauville. L’idée d’une manifestation consacrée à la cuisine coréenne dans la commune, sur le modèle de l’événement organisé en février 2013 par l’AAFC avec le foyer rural de Tousson (Seine-et-Marne), a également été évoquée. Après avoir visité l’église de Vauville récemment restaurée, où se tient la Picturale, la délégation coréenne a remercié Mme Curzydlo de son accueil avant de repartir pour Paris, au terme d’une visite en Normandie réussie et prometteuse quant aux échanges à venir entre la France et la Corée, dans des domaines variés.

 

Photos : AAFC

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 23:26

peace_tree_1.jpgA l'occasion du 13ème anniversaire de la déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin 2000, adoptée lors de la première rencontre au sommet entre les dirigeants des deux Etats coréens,  trois membres du bureau de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) - Benoît Quennedey, Patrick Kuentzmann et Maurice Cukierman - ont donné le 11 juin 2013 un entretien sur la situation en Corée à l'Alliance coréenne pour la réunification et la démocratie. Ils ont exprimé leur espoir que l'avenir du peuple coréen soit placé sous le sceau de la paix et de la réunification.

 

La métaphore de l'arbre est riche de symboles, puisqu'il puise ses racines dans un avenir partagé par tous les Coréens et que, au fur et à mesure de sa croissance et de son développement, ses branches expriment les promesses fructueuses de futures coopérations intercoréennes, fondées sur la déclaration historique du 15 juin 2000. L'arbre est aussi un symbole de paix, dans la mesure où il représente la nature reprenant ses droits sur des territoires naguère meurtris par la guerre.  

 

C'est devant un arbre de la paix rappelant que la Corée est une, et sur lequel ils avaient placé des messages de prospérité pour le peuple coréen, que trois membres du bureau de l'AAFC ont déployé des banderoles en coréen et en anglais où étaient inscrits des messages en faveur de la paix dans cette région du monde durement touchée par les conflits de l'époque contemporaine : plusieurs millions d'hommes, de femmes et d'enfants ont péri lors de la guerre de Corée (1950-1953). Celle-ci s'est conclue par un simple accord d'armistice, rendant urgente la signature d'un traité de paix pour que, à l'avenir, plus jamais des Coréens n'affrontent d'autres Coréens.

 

peace-tree_2_message_patrick_kuentzmann.jpg

 

peace-tree_3_message_alain-nogues.jpg

 

DSCN3042.jpg

 

DSCN3043.jpg

peace-tree_conference-15-juin-2000_AAFC.jpgDonnant une interview qui sera diffusée sur Internet à l'occasion du 13ème anniversaire de la déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin 2000, Benoît Quennedey, Patrick Kuentzmann et Maurice Cukierman ont rappelé les espoirs soulevés par une décennie de "politique du rayon de soleil", de 1998 à 2008, ensuite mise à mal par la politique nord-coréenne du Président conservateur Lee Myung-bak (2008-2013). Sa successeur, Mme Park Geun-hye, était face à un dilemme, affichant sa volonté de renouer avec le dialogue intercoréen mais sans se départir de l'équipe politique de son prédécesseur, dont elle avait reconduit plusieurs des ministres. Le 11 juin 2013, l'échec au dernier moment de la reprise des pourparlers interministériels Nord-Sud, en raison de divergences sur le niveau de représentation jugé insuffisant par chacune des deux parties, témoignait de l'ampleur de la tâche à accomplir pour restaurer un climat de confiance et d'échanges - Pyongyang ayant accusé Séoul, le 13 juin, d'un manque de sincérité dans sa réponse à son offre de dialogue.

 

Les Coréens du Nord, du Sud et de la diaspora partagent une histoire, une langue et une culture communes anciennes de plus de 4.000 ans, la péninsule coréenne ayant réalisé son unité politique dès le 7ème siècle de notre ère. En 1991-1992, l'entrée conjointe des deux Corée aux Nations Unies et la signature du traité de base intercoréen avait ouvert la voie à des échanges économiques, culturels et humains accrus, dont la zone industrielle de Kaesong, jusqu'à la suspension récente de ses activités, était l'un des symboles les plus marquants. Après 2008, la fin du tourisme des Monts Kumgang, la suspension des réunions de familles séparées par la guerre et la division du pays ainsi que la fin des échanges intercoréens (à l'exception de la zone de Kaesong), suite au dramatique incident du Cheonan (imputé, sans preuves matérielles satisfaisantes, à la RPDC par la Corée du Sud), avaient toutefois signalé le naufrage des coopérations nouées pendant la politique du rayon de soleil, sous les présidences démocrates, à Séoul, de Kim Dae-jung (1998-2003) et Roh Moo-hyun (2003-2008). Les deux chefs d'Etat avaient rencontré à Pyongyang Kim Jong-il, président de la commission de la défense nationale de la RPD de Corée, permettant la signature des déclarations communes Nord-Sud du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007. En liant dialogue intercoréen et question nucléaire (laquelle concerne en fait les relation nord-coréano - américaines), et en proposant un "plan 3 000" perçu comme une aumône par les autorités nord-coréennes et une ingérence dans leur politique économique,le Président Lee Myung-bak avait aussi tenté, sans succès, de modifier les paradigmes des relations intercoréennes.

 

Pour l'avenir, les relations intercoréennes dépendront des Coréens eux-mêmes, qui sauront certainement faire preuve de créativité, alors que les expériences récentes de réunification d'Etats divisés - au Vietnam, en Allemagne ou au Yémen - ne correspondent pas aux modèles les plus prévisibles, ni nécessairement les plus souhaitables.

 

Photos Alain Noguès

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 22:23

Lundi 10 juin 2013 à partir de 18h30, Benoît Quennedey, vice-président de l’Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) en charge des actions de coopération a participé à une rencontre avec les lecteurs. Le lieu était la librairie rennaise Planète Io 7 rue Saint-Louis qui régulièrement organise des animation sur des sujets d'actualité et culturels. Les membres du comité régional Bretagne de l'AAFC ont participé à la réalisation de cette rencontre inédite, qui annonce certainement d'autres coopérations en Bretagne dans le domaine culturel.

 

 Dans une ambiance détendue, à la fois curieuse et ouverte, l’auteur de L’Economie de la Corée du Nord 2012, récemment paru aux Indes Savantes, a répondu aux questions diverses et variées. Tout d’abord sur son itinéraire personnel qui l’avait amené à s’intéresser à ce pays et plus particulièrement à son économie, puis sur ses projets d’ouvrages.

 

 Ensuite son ouvrage étant le seul en français et en anglais sur la question, il a repris l’historique de la péninsule coréenne, de sa division et de l’évolution économique au Nord mais aussi au Sud, avant de répondre à des questions sur les investissements étrangers, les actions de coopération, les négociations passées et à venir ou encore la place des femmes dans la société nord-coréenne…

 

En conclusion il a expliqué pourquoi il était optimiste sur l'avenir de la Corée et les raisons de sa conviction en la réunification de la péninsule coréenne, pays à l'histoire plurimillénaire ayant réalisé son unité dès le septième siècle de notre ère.

 

Images-E-5862.JPG

 

Photo : AAFC - YB.  

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 15:43

USS_Nimitz.jpgLes manoeuvres militaires américano-sud-coréennes en mars et avril 2013 ont coïncidé avec le déploiement par les Etats-Unis de forces militaires sans précédent dans la région depuis l'armistice de la guerre de Corée en 1953, conformément à un plan militaire préparé de longue date avec l'appui du renseignement américain, baptisé « Playbook », et dont l'existence a été révélée par le Wall Street Journal. Ces exercices de guerre n'ont pas cessé avec la fin des manoeuvres militaires « Key Resolve » et « Foal Eagle », qui se tiennent chaque année en mars et avril en Corée du Sud : au moment même où nous publions l'appel pétition ci-dessous, le porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Nimitz (97 000 tonnes) participe à des manoeuvres navales conjointes avec la Corée du Sud, où sont également engagés, côté américain, les destroyers Aegis Momsen et Preble, le croiseur de missiles guidés Princeton et l’escadron du CVW-11, fort de 68 aéronefs, et, côté sud-coréen, le destroyer Aegis Sejong le Grand (7 600 tonnes) et le destroyer Yi Sun-shin (5 500 tonnes). Ne soyons pas dupes de la signification de ces exercices de guerre, d'une ampleur inédite depuis soixante ans, dans une région - l'Asie-Pacifique - où les Etats-Unis entendent renforcer leur suprématie militaire. Ne soyons pas dupes de la couverture de ces évéments par les médias, qui dans leur écrasante majorité ont passé sous silence le plan « Playbook » comme les actuelles manoeuvres navales en cours, pour stigmatiser la RPDC dont le budget militaire est pourtant cent fois inférieur à celui des Etats-Unis. Face aux risques non seulement de sanctions accrues, qui toucheront les populations coréennes, mais aussi d'une nouvelle guerre américaine, nous appelons chacune et chacun à ses responsabilités en signant, faisant signer et diffusant l'appel ci-après (nous écrire à amitiefrancecoree@gmail.com, en précisant vos nom, prénom et qualité ; la liste des signataires sera rendue publique). Le président de l'AAFC André Aubry est l'un des premiers signataires, aux côtés d'autres personnalités non politiques, issues du monde du travail et des milieux des médias et de la culture.

 

Assez d'hypocrisie à propos de la Corée du Nord !

Appel pétition - 12 mai 2013 

Au-delà de nos engagements propres et de nos opinions respectives, nous estimons de notre devoir d'alerter l'opinion publique : assez d'hypocrisie à propos de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) !

Depuis des semaines et des mois se développe une campagne contre la RPDC.

Le gouvernement de Pyongyang, nous dit-on, serait responsable d'une « surenchère guerrière », représenterait une « menace pour la paix mondiale » et s'engagerait même sur la voie d'un conflit nucléaire aux conséquences incalculables. Un langage digne de celui employé il y a dix ans par George W. Bush à la veille de l'invasion de l'Irak.

Disons d'emblée ici que le problème n'est pas de soutenir, ni de juger, ni de condamner le gouvernement ou les institutions de la RPDC. Chacun est bien entendu libre d'avoir son opinion à ce sujet, mais nous avons la faiblesse de considérer, quand bien même cela n'est pas dans l'« air du temps »,que le sort du peuple coréen, son avenir, son gouvernement, ses institutions, doivent relever de la seule volonté du peuple coréen.

Si nous estimons qu'il est aujourd'hui de notre responsabilité de vous alerter, c'est parce que la campagne médiatique en cours n'a qu'un seul objectif : préparer l'opinion publique à une aggravation des sanctions, voire à une attaque contre la RPD de Corée, comme hier en Afghanistan, en Irak, en Libye...

Nous dénonçons l'hypocrisie de ceux qui s'indignent en accusant le gouvernement de Pyongyang de tous les maux, alors qu'une ceinture de bases américaines et de bâtiments de la flotte des États-Unis, forte en permanence de 60 000 hommes, se resserre chaque jour un peu plus sur un pays de 24 millions d'habitants, dont le budget militaire n'atteint pas 1 % de celui des États-Unis.

Quel État souverain d'Europe occidentale ou d'Amérique du Nord accepterait d'être cerné par un chapelet de bases militaires, comme celles implantées en République de Corée (Corée du Sud) et au Japon, et contestées depuis des décennies par les populations locales ?

Où sont nos défenseurs de la paix lorsque des bombardiers américains B-2 et B-52, pouvant emporter plusieurs dizaines de bombes nucléaires, survolent la péninsule coréenne ?

Assez d'hypocrisie également quant à la possession par Pyongyang de l'arme nucléaire. Nous, signataires de cet appel, comme l'immense majorité des Français, sommes pour un monde sans armes nucléaires et sans guerres. Mais pourquoi faudrait-il contester à certains, comme la Corée du Nord, le droit de posséder l'arme nucléaire tout en acceptant ce droit pour d'autres, non seulement les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, mais aussi l'Inde, le Pakistan et Israël ? Et quelle autorité possède le gouvernement américain pour décréter que la possession par la RPDC de l'arme nucléaire lui pose problème, lui qui est à la tête de la seule puissance ayant utilisé cette arme en 1945 contre les populations civiles de Hiroshima et de Nagasaki, parmi lesquelles de nombreux Coréens alors travailleurs forcés dans l'archipel nippon ?

C'est désormais de notoriété publique : l'opinion occidentale a été sciemment trompée, il y a dix ans, par certains représentants des grandes puissances, au sein même du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui brandissaient de prétendus échantillons d'armes chimiques et assuraient avoir la preuve de la présence d'armes de destruction massive. Nous connaissons la suite. Ne soyons pas dupes une nouvelle fois : assez de la surenchère guerrière contre la Corée du Nord !


Premiers signataires : André AUBRY, président de l'Association d'amitié franco-coréenne, ancien sénateur des Hauts-de-Seine, ancien maire d'Antony, président fondateur du Comité français d'action et de soutien pour la réunification indépendante et pacifique de la Corée - Élizabeth COOPER, chef d'orchestre-concertiste, directrice artistique du festival « Plaisirs de musique » à Annecy - Guy DUPRÉ, secrétaire général du Comité international de liaison pour la paix et la réunification de la Corée, ingénieur retraité, ancien membre du directoire du CNRS, ancien secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de la Recherche-CGT, ancien conseiller municipal - Léon LANDINI, ancien officier FTP-MOI, officier de la Légion d'honneur, médaille de la Résistance, grand mutilé de guerre - Majed NEHMÉ, directeur de la rédaction du magazine Afrique Asie - Alain NOGUÈS, photojournaliste, cofondateur de l'agence SYGMA - Jean-Pierre PAGE, ancien membre de la commission exécutive confédérale et responsable international de la CGT


Si vous soutenez cet appel, merci d'écrire à
amitiefrancecoree@gmail.com
en précisant vos nom, prénom et qualité.
La liste des signataires sera rendue publique.


Télécharger l'appel

Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 20:01

PaixenCoréeLe 11 mai 2013, le comité régional Bourgogne de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a tenu son assemblée générale annuelle au café "Les Trois Coups", à Dijon, où la projection du film de Fabien Adam Where are you going en 2008 a conduit à nouer des relations durables avec l'AAFC-Bourgogne. Dans un contexte marqué par la récente escalade des tensions en Asie du Nord-Est, l'AAFC-Bourgogne a réitéré son engagement solidaire avec les Coréens, pour la paix dans la péninsule.

C'est au café "Les Trois Coups", rue Condorcet à Dijon, que le comité régional Bourgogne de l'AAFC s'est retrouvé en assemblée générale autour d'un verre, cinq ans après sa fondation en 2008, le samedi 11 mai 2013 à partir de 17 heures.

Dans le rapport d'activité et d'orientation présenté au nom du bureau du comité régional, Benoît Quennedey, président, a souligné la visibilité qu'offrait le site Internet de l'AAFC-Bourgogne, seul médial spécialisé sur la Corée en Bourgogne, dont la fréquentation en mars 2013 avait atteint un pic de 765 visiteurs uniques quotidiens au cours du mois. Il a mis en exergue le succès de la visite en Côte d'Or, les 27 et 28 septembre 2012, d'une délégation coréenne conduite par S.E. Yun Yong-il, ambassadeur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) auprès de l'Unesco, délégué général de la RPD de Corée auprès de la République française. Des contacts multiples avaient ainsi pu être pris pour développer les échanges institutionnels, économiques et universitaires entre la France et l'ensemble de la péninsule coréenne, non seulement avec l'Université de Bourgogne représentée par sa première vice-présidente, Mme Marie-Geneviève Gerrer, doyenne de la faculté de langues et de communication, mais aussi avec le docteur François-André Allaert, conseiller municipal de Dijon, vice-président de la communauté d'agglomération dijonnaise.

En 2012-2013, les actions de solidarité ont, une fois encore, été au coeur des priorités de l'AAFC-Bourgogne, avec le soutien apporté à l'association Imoogi pour la construction de boulangeries au Nord de la Corée. Pour l'avenir, l'urgence est de favoriser la signature d'un traité de paix dans la péninsule coréenne, à l'occasion notamment de la visite en RPD de Corée d'une délégation de l'AAFC, à laquelle prendra part un représentant de l'AAFC-Bourgogne, lors des cérémonies qui marqueront le soixantième anniversaire de la signature de l'accord d'armistice, le 27 juillet 1953.

Le rapport d'activité et d'orientation a été adopté à l'unanimité, avant le renouvellement du bureau de l'AAFC-Bourgogne.

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 00:03

AAFC-Normandie_bureau_Maryvonne-Bayet_Louis-Doucet_Guy-Bach.JPGLe 27 avril 2013, les adhérents de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) habitant en Normandie se sont réunis à Blainville-sur-Orne pour se constituer en comité régional. Le nouveau comité de l'AAFC, compétent pour les deux régions administratives normandes, a procédé à l'élection de son bureau. Maryvonne Bayet a été élue présidente.

 

Après la Bourgogne, l'Ile-de-France, le Nord (régions administratives Nord-Pas-de-Calais et Picardie, ainsi que les adhérents de l'AAFC habitant la Belgique), la Bretagne et la Languedoc-Roussillon, la Normandie est le sixième comité régional de l'AAFC créé en France, suite à l'assemblée générale constitutive qui s'est tenue à Blainville-sur-Orne le 27 avril 2013. C'est d'ailleurs cinq ans plus tôt, jour pour jour, que se reformait le premier comité régional de l'AAFC, à Dijon, pour la Bourgogne. Par ailleurs, l'AAFC dispose de correspondants régionaux dans la plupart des régions françaises.

 

Les membres du nouveau comité régional ont une longue tradition de coopération avec la Corée. En particulier, ils ont déjà invité en Normandie à plusieurs reprises le délégué général de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), ses collaborateurs et leurs familles. Plus récemment, des agriculteurs normands ont remis des semences de plantes fourragères aux diplomates nord-coréens en poste à Paris, afin d'aider les Coréens de RPDC dans leur combat permanent pour le retour à l'autosuffisance alimentaire.

 

Le comité régional Normandie s'est d'ores et déjà fixé comme objectif d'inviter à nouveau les représentants de la RPDC en France, autour d'un programme qui combinerait des visites à caractère historique, culturel et économique. En particulier, les atouts du secteur agricole et agro-alimentaire normand offrant des possibilités multiples de coopérations franco-coréennes dans ces domaines.

 

Photo : AAFC-Normandie.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 22:52

Robert-Charvin_19_avril_2013.jpgLe 19 avril 2013, Robert Charvin, ancien doyen de la faculté de droit de Nice, vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), a présenté une conférence organisée par l'AAFC Ile-de-France "Où en est la question coréenne". Cet événement s'est tenu à la maison des associations du 16ème arrondissement de Paris, siège du comité régional Ile-de-France de l'AAFC. Au moment où les tensions dans la péninsule coréenne soulèvent de nombreuses questions sur la nature et les causes de l'escalade en cours, le professeur Robert Charvin a expliqué devant une salle comble les origines complexes de la crise. Il a aussi plaidé pour une résolution des différents dans le cadre du droit international public, dont la pierre angulaire est le respect de la souveraineté des Etats.

Quand Robert Charvin intervient dans le cadre d'une conférence, les accents du professeur de droit, pédagogue, se marient avec ceux du militant, engagé dans des causes qui n'apparaissent difficiles que parce que les médias ont fait le choix d'une présentation manichéenne de questions complexes.

La conférence qu'il a prononcée le 19 avril 2013, à la maison des associations du 16ème arrondissement de Paris, a été un exposé magistral précis, détaillé et sans concessions vis-à-vis de ceux qui s'étonnent des difficultés économiques de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), soumise au plus vieil embargo au monde. Comme l'a observé Robert Charvin, quand on étrangle quelqu'un, il respire mal.

En Corée, la question nationale s'avère décisive. Porté par les combats de libération nationale contre la colonisation japonaise, le nationalisme de la RPD de Corée n'est pas et n'a jamais été expansionniste, ou encore de nature à menacer un autre pays : il est comparable au patriotisme des révolutionnaires français à Valmy, qui voulaient protéger la République française contre la coalition des monarchies européennes.

L'identité nationale est un fait, chaque peuple ayant son identité, son histoire, des modes de pensée et des valeurs qui lui sont propres. Dès lors, la démocratie ne peut se construire que dans un cadre national. Tous les Coréens, du Nord, du Sud ou d'outre-mer, sont profondément attachés à la sauvegarde de leur souveraineté nationale. Ayant choisi de résister plutôt que de capituler, quand d'autres Etats du Tiers Monde ont renoncé à leur souveraineté en adoptant un modèle culturel standardisé ou en se pliant aux diktats du FMI, la RPD de Corée a fait ce choix avec les moyens limités dont elle dispose. Elle a développé notamment une force de dissuasion nucléaire dont les principes, proches de ceux définis par le général de Gaulle, ne peuvent pas nous être étrangers, à nous Français.

Conference_Robert-Charvin_MDA_16eme-arrondissement_2.jpg

Sur la Corée du Nord, plusieurs idées fausses doivent être combattues. En ce qui concerne le poids et le rôle de l'armée, il ne faut pas perdre de vue que l'Armée populaire de Corée est aussi une force économique de première importance, et constitue probablement le premier opérateur économique. En ce sens, le budget militaire est un budget économique. Mais le Parti du travail de Corée joue un rôle politique majeur, et il est erronné de décrire comme militaire le régime de la RPD de Corée. 

De même, les difficultés à renouer avec l'autosuffisance alimentaire ne doivent pas occulter que, traditionnellement, les meilleures terres céréalières se situent au Sud de la péninsule, pénalisant ainsi le Nord après la division.

Le Traité de non-prolifération (TNP) fait l'objet d'une lecture partielle, et partiale, par les médias occidentaux, qui n'en retiennent qu'une partie : à savoir que les Etats non nantis de l'arme nucléaire ne doivent pas s'en doter. Mais le TNP stipule également que les puissance nanties de l'arme nucléaire doivent trouver les moyens de leur dénucléarisation militaire. Or, en pratique, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), chargée de sanctionner l'application du TNP, a une politique de gendarme des nantis. Quant à distinguer parmi les Etats ayant accédé au statut officieux de puissance nucléaire, entre ceux qui pourraient disposer de l'arme nucléaire (l'Inde, Israël et le Pakistan) et ceux auxquels elle serait refusée (la RPDC, mais aussi l'Iran), elle reproduit la vieille distinction de l'ère coloniale entre les peuples civilisés, dont les dirigeants seraient des gens raisonnables, et les autres, rejetés sous les figures du barbare ou du sauvage. Une telle discrimination n'est pas acceptable.

En s'inscrivant dans une surenchère avec les Etats-Unis, la RPD de Corée exprime sa volonté de négocier coûte que coûte, quitte à en payer le prix, à savoir une image dégradée dans l'opinion publique occidentale. Cette demande de vraies négociations doit aboutir à un traité de paix assorti de garanties réelles, non à de simples accords sans portée, qu'un pays comme la Tchécoslovaquie de l'entre-deux-guerres négociait en grand nombre, sans qu'elle ait été sauvée de l'invasion et du dépeçage de son territoire par l'Allemagne hitlérienne. Selon le professeur Robert Charvin, on peut faire confiance à la RPD de Corée pour imposer le dialogue par tous les moyens pacifiques possibles.

Tel est le rôle que pourraient jouer les gouvernements, au premier rang desquels la France, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, afin de mettre fin à l'état de belligérance qui se perpétue en Corée, les combats ne s'étant soldés en 1953 que par un accord d'armistice, et non par un traité de paix.

Pour favoriser son développement économique, la RPD de Corée est favorable à accueillir des investissements étrangers, notamment de PME. Elle n'est pas un "royaume ermite", comme se plaisent à la décrire certains journalistes en mal d'information.

En conclusion, Robert Charvin a souligné la nécessité de construire un monde multipolaire, en faisant sienne une observation de Régis Debray : aujourd'hui, ce sont les empires et pas les nationalismes qui sont la cause des guerres. Rendant hommage aux Etats qui résistent à l'Empire, quel que soit leur régime, comme tendant à la création d'une société internationale plus équilibrée, il a souligné la puissance de la souveraineté comme force de progrès qui permet aux Etats de coopérer librement, avec qui ils le souhaitent.

Répondant ensuite aux questions de la salle, il a établi des comparaisons avec les luttes nationales menées dans d'autres parties du monde, notamment en Afrique et au Proche-Orient, et abordé les points communs et les différences entre la réunification du Vietnam et le processus qui devrait conduire à la restauration de l'unité coréenne car, comme l'avait proclamé le président Hô Chi Minh, la Corée est une et le peuple coréen est un.

 

Photos : Alain Noguès

 


Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 23:31

Le 15 avril 2013, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) s'est réunie à Paris en assemblée générale annuelle sous la présidence de son président André Aubry. C'est l'actualité de la péninsule, marquée par une escalade des tensions lourde de menaces et d'inquiétudes, qui a dominé les travaux de l'assemblée générale 2013. Dans ce contexte, les militants de l'AAFC ont décidé de poursuivre leur combat, constant depuis la fondation de l'Association en 1969, pour la paix en Corée, la solidarité avec les Coréens et la réunification de leur pays divisé. A l'issue de leur assemblée générale, les membres de l'AAFC ont été rejoints par S.E. Yun Yong-il, délégué général de la RPD de Corée, ambassadeur auprès de l'UNESCO, ses collaborateurs et leurs familles, ainsi que deux professeurs coréens actuellement en programme d'échanges en France, à l'occasion du 101ème anniversaire de la naissance du Président Kim Il-sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), principale fête nationale du pays.

En ouverture des travaux de l'assemblée générale présidée par André Aubry, président de l'AAFC, Guy Dupré, premier vice-président délégué de l'Association, a rappelé solennellement le contexte particulier dans lequel se tenait l'assemblée générale : si les Etats-Unis mènent, comme tous les ans, des manoeuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud, les exercices militaires "Key Resolve" et "Foal Eagle" sont cette année d'une ampleur exceptionnelle, tant par l'ampleur des troupes déployées - plus de 220.000 hommes - que par les moyens militaires engagés, notamment des bombardiers B-52 et B-2. Alors que la presse a révélé qu'il s'agissait d'un plan délibéré des Etats-Unis pour accroître les tensions, il ne faut pas être dupe des médias qui accusent la RPD de Corée de préparer une guerre d'agression, hypothèse invalidée par le seul fait que le budget militaire nord-coréen atteint à peine 1 % de celui des Etats-Unis. Dans ce contexte, les dernières déclarations du secrétaire d'Etat américain John Kerry, lors de sa récente tournée diplomatique en Asie de l'Est, selon lesquelles "les Etats-Unis restent ouverts à des négociations ouvertes et crédibles avec la Corée du Nord", ne sont pas les premières en ce sens. Elles doivent être suivies de gestes concrets pour permettre la diminution des tensions. En tout état de cause, elles sont le signe d'une marche arrière de l'administration américaine face à la vigilance de la RPD de Corée.

Revenant ensuite sur les activités menées par l'AAFC en 2012 dans ce contexte diplomatique nouveau, Patrick Kuentzmann, secrétaire général, a souligné dans son rapport que l'AAFC avait connu un nombre record d'adhésions depuis 2000 et enregistré un pic de fréquentations de son site Internet, désormais consulté par plus de 5.000 visiteurs uniques différents chaque mois. Ces résultats ont été le fruit d'une politique menée de front sur tous les plans et en s'appuyant sur l'ensemble des comités régionaux de l'AAFC : afin de favoriser l'établissement de relations diplomatiques complètes entre la France et la RPD de Corée après l'ouverture d'un bureau français de coopération à Pyongyang en 2011, l'une des initiatives majeures de l'AAFC a été un échange de courriers avec Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères ; dans le domaine culturel, l'AAFC a proposé des conférences à Paris et en province, envoyé des livres en français en RPDC ou encore organisé une semaine de la culture coréenne, en octobre 2012 ; dans le domaine de la solidarité, l'AAFC a envoyé, à des fins d'expérimentation, des semences de betterave sucrière, fourni des casques de chantier et remis une documentation dans le domaine de l'architecture, notamment lors de la visite en RPD de Corée d'une délégation de l'AAFC en avril 2012 ; enfin, l'AAFC a poursuivi ses échanges réguliers avec les médias français et étrangers.

Lors du débat qui a suivi, les relations avec les autorités sud-coréennes ont été évoquées. Les nombreuses questions sur la façon dont les adhérents de l'AAFC pouvaient - et devaient - répondre aux critiques des médias à l'encontre de la Corée du Nord, tenue comme seule responsable des tensions actuelles, ont fait la transition avec le rapport d'orientation présenté par Benoît Quennedey, vice-président de l'AAFC chargé des actions de coopération.

Un effort de pédagogie est nécessaire : il faut prendre en compte la RPDC telle qu'elle est, c'est-à-dire développant d'abord une communication interne destinée à renforcer l'unité de la population face aux dangers qu'elle perçoit des Etats-Unis. Les appels au dialogue et pour la paix du Dirigeant Kim Jong-un, le 1er janvier 2013, n'ont malheureusement pas été suivis d'initiatives de la part des Etats-Unis et de la Corée du Sud, et, dans une situation internationale extrêmement mouvante, la mission de l'AAFC est donc inchangée : favoriser le dialogue et les échanges dans cette partie du monde, avec la conviction, forgée par l'expérience, qu'il n'y a pas d'autre voie pour permettre une paix durable et avancer sur le chemin de la réunification de la Corée. Tel est le message que porteront à Pyongyang les deux délégations de l'AAFC qui se rendront en Corée en 2013, à l'occasion du 60ème anniversaire de l'armistice de la guerre de Corée, le 27 juillet 1953, et du 65ème anniversaire de la fondation de la République populaire démocratique de Corée, le 9 septembre 1948. Des initiatives seront prises pour relancer la signature d'un véritable traité de paix en Corée, soixante ans après la fin des combats meurtriers ayant endeuillé la péninsule, agir en direction des milieux politiques, économiques et culturels, et enfin pour renforcer les échanges et la compréhension mutuels, tout en structurant encore davantage les comités régionaux de l'AAFC.

Jacky Lemeur, trésorier adjoint, a ensuite présenté le bilan financier de l'année 2012, qui a fait ressortir un excédent de gestion de 1 285 euros. Mais l'essor du nombre d'adhérents doit se poursuivre pour donner à l'AAFC les moyens pleinement nécessaires au développement de ses activités.

Les rapports d'activité, d'orientation et financier ont été adoptés à l'unanimité. Enfin, le comité national de l'AAFC a été renouvelé, et le bureau de l'AAFC réélu, toujours à l'unanimité des membres de l'AAFC présents et représentés.

 assemblee-generale-2013.JPG

Les adhérents de l'AAFC ont alors été rejoints par S.E. Yun Yong-il, délégué général de la RPD de Corée en France, ambassadeur auprès de l'UNESCO, ses collaborateurs et leurs familles, ainsi que deux professeurs coréens actuellement présents en France pour trois mois, dans le cadre d'un programme d'échanges conduit avec le département de coréen de l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), sous l'impulsion du professeur Patrick Maurus.

A l'occasion de l'anniversaire de la naissance du Président Kim Il-sung, les participants ont vu un film dédié à la Corée et au fondateur de la République populaire démocratique de Corée en 1948, tandis que des ouvrages, des brochures, des insignes, des timbres et des affiches sur la Corée étaient proposés à la vente.

Au nom de l'AAFC, Benoît Quennedey, vice-président en charge des actions de coopération, a souligné la solidarité de l'AAFC avec le combat du peuple coréen pour la paix et la réunification, ainsi que la construction d'une nation puissante et prospère. S.E. Yun Yong-il a rappelé la contribution du Président Kim Il-sung dans le domaine théorique, en tant que créateur des idées du Juche visant à l'émancipation de l'homme et des peuples, leader dans la résistance à l'occupation antijaponaise, puis dans les propositions tendant à la réunification du peuple coréen lui-même, indépendamment des grandes puissances.

fete_du_soleil_2013_AAFC_Yun_Yong-il.jpg

AG-2013_3.jpg

Expression de cette solidarité concrète de l'AAFC avec le peuple coréen de RPDC pour développer l'économie nationale, André Mercier, agriculteur, membre de l'AAFC, a remis à la délégation générale de Corée en France des semences de betteraves et de plantes fourragères.

fete-du-soleil_2013_remise-plantes-fourrageres.jpg

Les discussions et les échanges se sont poursuivis dans une ambiance amicale, autour d'un grand buffet franco-coréen, pour lequel l'AAFC remercie à nouveau les épouses des diplomates nord-coréens en poste en France.

 

Photos : Alain Noguès

Partager cet article
Repost0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 23:08

korea-map.jpgAlors que les tensions continuent de croître dans la péninsule coréenne, la journaliste Françoise Compoint a analysé les motivations des deux principaux protagonistes de cette crise, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) et les Etats-Unis, dans le cadre de l'émission « La pensée à travers les faits » diffusée le 5 avril 2013 sur la radio La Voix de la Russie. Françoise Compoint a notamment invité le secrétaire général de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) à livrer sa vision des faits. L'AAFC remercie Mme Compoint de son invitation et vous propose la retranscription de cette émission, telle qu'elle a été publiée sur le site Internet de La Voix de la Russie.

 La Corée du Nord a-t-elle les moyens de ses ambitions?

Enfant terrible de l’Extrême-Orient, pays mystérieux dont on ne sait que trop peu pour bien comprendre les principes de son fonctionnement étatique, Pyongyang secoue la presse internationale comme on secouerait un pommier. Passez-moi cette remarque un brin caustique, mais il est vrai que les passions s’enflamment depuis voilà 2006 et je n’ose même pas imaginer quelle aurait été la réaction de la communauté atlantiste si l’Iran s’était permis le même luxe rhétorique. Mais la Corée du Nord est délicate à traiter.

Elle a la Chine pour alliée et la Russie verrait d’un très mauvais œil toute tentative belliciste de la part des USA. Bien plus, elle ne présente aucun intérêt pratique du point de vue des ressources, alors à quoi bon s’insurger ?

Parallèlement, Washington se dit apeuré par les menaces nord-coréennes : « Nous sommes préoccupés par toute menace brandie par les Coréens du Nord. Nous prenons au sérieux tout ce qu’ils disent et font. » Je viens de reprendre ici l’aveu de Georges Little, porte-parole du Pentagone. Surestimerait-il le potentiel du pays sachant que des journalistes étrangers présents aux défilés militaires nord-coréens évoquent un armement datant de la Guerre froide. Même le missile KN-08 aperçu lors d’une parade en avril dernier ne serait calibré que pour frapper la Corée du Sud, le Japon et certaines parties de l’Asie du Sud-Est. De même en va-t-il pour l’aviation composée d’un mélange suranné d’avions chinois du type F-5, H-5, etc. et d’avions soviétiques du type Mig-21, 23, 29, etc. La liste n’est bien sûr pas exhaustive mais elle suffit à révéler le dénuement militaire plus ou moins relatif de ce pays extrêmement fermé. Alors pourquoi une telle hystérie?

Certains experts russes dédramatisent tout à fait en nous assurant que Pyongyang poursuit un double but. Primo, rappeler son existence à la communauté internationale qui semble négliger ses gesticulations diplomatiques. Secundo, pousser Séoul à augmenter ses versements annuels, tout en espérant que les USA, eux aussi terrorisés, se plieraient au chantage en suivant l’exemple de leur allié sud-coréen. Mais alors, s’il ne s’agit que de vains soubresauts, n’en ressort-il pas que les USA, puissance pourtant extrêmement froide d’esprit et cynique, ne font qu’encourager les efforts d’un pays qui n’aurait pour soi que le monopole de la menace?

On voit bien que l’analyse ne tient pas la route, car il manque des éléments à la mosaïque. Pour les retrouver, j’ai demandé à M. Patrick Kuentzmann, secrétaire général de l’Association d’amitié franco-coréenne, d’exposer sa vision des faits :

« La Voix de la Russie - Est-ce que les menaces proférées par la Corée du Nord ont une certaine réalité? Est-ce que son potentiel militaire lui offre les moyens de ses ambitions?

M. Kuentzmann - Oui, la Corée du Nord a des capacités militaires réelles. Néanmoins, il faut bien garder à l’esprit qu’elle est dans une logique de dissuasion vis-à-vis de la puissance américaine qui est très présente en Asie du Nord-Est. Le principe de la dissuasion, c’est de porter à l’adversaire des coups suffisamment forts pour qu’il ne retire aucun gain d’une attaque. C’est par ailleurs le principe qui est utilisé en France qui s’est dotée dans les années 60 d’une force de dissuasion limitée mais suffisante. La Corée du Nord suit donc la même logique et elle n’a pas besoin pour cela d’avoir des moyens militaires énormes. Il est vrai qu’elle a certaines raisons de craindre une attaque puisqu’en ce moment même les USA et leurs alliés sud-coréens procèdent à des manœuvres de grande ampleur qui mobilisent jusqu’à 200.000 hommes aux frontières de la Corée du Nord mais aussi un porte-avions nucléaire avec son groupe naval, des bombardiers stratégiques B-52, des bombardiers stratégiques B-2 furtifs qui ont procédé la semaine dernière à des exercices de bombardements atomiques, toujours à la frontière de la Corée du Nord qui se sent donc menacée et s’est dotée tout à fait naturellement des moyens de dissuader une attaque.

La Voix de la Russie - Les USA sont ainsi hors d’atteinte?

M. Kuentzmann - Comme je viens de le dire, les USA sont très présents en Asie du Nord-Est. Ils ont des bases navales à Guam, à Okinawa et celles-ci se trouvent naturellement à portée de tir de la Corée du Nord.

La Voix de la Russie - Quel pourrait être le dénouement de cette politique dissuasive qui est menée par Pyongyang?

M. Kuentzmann - Ce qui dure depuis longtemps, c’est l’absence de paix en Corée. La guerre de Corée s’est terminée en 1953 par un simple armistice qui n’est qu’un cessez-le-feu mais il n’y a jamais eu de traité de paix signé entre la Corée du Nord et les USA. La Corée du Nord appelle très régulièrement les USA à signer un traité de paix pour assurer un mécanisme de stabilité permanent en Corée. Les USA refusent en arguant que la Corée du Nord doit d’abord dénucléariser alors que le nucléaire militaire nord-coréen est la conséquence directe de l’absence de paix dans ce pays.

La Voix de la Russie - Ne croyez-vous que la Corée du Nord pourrait en perspective envisager sa réunification avec la Corée du Sud? Quelles en seraient alors les conséquences?

M. Kuentzmann - La réunification de la Corée a été envisagée par les deux Corée depuis très longtemps puisque la première rencontre intercoréenne date de 1972. Mais il y a eu après cela la rencontre de juin 2000 entre le dirigeant du Nord Kim Jong-il et le président du Sud Kim Dae-jung, puis, en 2007, il y a eu une rencontre entre Kim Jong-il et son homologue du Sud Roh Moo-hyun. A l’occasion de ces diverses rencontres, des accords ont été signés qui tracent une feuille de route pour une réunification à venir de la Corée. Malheureusement, à partir de 2008, des gouvernements conservateurs se sont mis en place en Corée du Sud et sont donc revenus sur ces accords intercoréens déclarant que le Nord devait dénucléariser au préalable alors que le nucléaire concerne les relations entre la Corée du Nord et les USA. »

La stratégie de l’échiquier n’épargne personne, pas même les recoins les plus éloignés de notre planète. L’alliance Corée du Sud-USA sur fond de présence américaine peu négligeable aux frontières de Pyongyang coince ce dernier tant d’un point de vue identitaire puisqu’il y a tentative de violer la souveraineté d’un Etat que d’un point de vue géopolitique dans la mesure où l’exacerbation des passions nucléaires en Corée du Nord et la phobie qui en résulte chez son voisin du Sud tient aux incessantes provocations des USA.

En réalité – et c’est là que je reviens sur ma réflexion d’entrée – nous ne sommes pas si loin du contexte iranien mais à un degré plus modéré vu que les intérêts en jeu ne sont pas de la même taille. La donne nord-coréenne, artificiellement entretenue dans son état actuel par les sempiternels USA, procèdent de deux soucis rigoureusement définis :

- Réaliser jusqu’au bout son idée obsessive d’unipolarité en exerçant pleinement son hégémonie tant au Moyen-Orient en brisant les derniers points de résistance tels que la Syrie et l’Iran qu’en déstabilisant l’axe Asie-Pacifique.

- Faire croire que les ambitions de la Corée du Nord sont d’ordre entièrement offensif et non dissuasif afin de, primo, justifier une éventuelle intervention, secundo, détourner l’attention de la Russie et de la Chine du brasier moyen-oriental.

Reste à savoir maintenant si l’intransigeance nord-coréenne poussera les USA à réviser leur tactique d’occupation et de désinformation ou si, bien au contraire, ils se laisseront tenter par une croisade dite préventive.


Source : La Voix de la Russie 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?