Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Assemblée générale de l'AAFC du vendredi 21 septembre 2012

Rapport d'orientation

présenté par Benoît Quennedey

vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne

en charge des actions de coopération

 

 

 

Patrick Kuentzmann, secrétaire général, l'a clairement dit : l'Association d'amitié franco-coréenne connaît une progression de son audience dans tous les domaines : nombre d'adhérents, nombre de visiteurs du blog, nombre de citations dans la presse et les médias. Alors que la crise économique entraîne la recherche d'autres modèles de développement en montrant que le libéralisme économique et politique n'est pas la fin de l'histoire, la curiosité pour la Corée, et singulièrement la République populaire démocratique de Corée (RPDC), attire vers nous les regards, suscite la curiosité, génère aussi - parfois ! - de la sympathie. Les attentes qui s'expriment vis-à-vis de notre association, l'AAFC, sont porteuses d'exigences nouvelles. Nous avons le devoir de répondre à ces attentes et d'être à la hauteur de la tâche historique qui nous incombe.

Les sites Internet de l'AAFC - les deux sites nationaux, en français et en coréen, et les deux sites régionaux (Bourgogne, Nord) - permettent l'expression de nos points de vue, rendent compte de nos activités et offrent également un autre regard sur l'actualité coréenne, souvent peu ou pas suivie en France - sinon par des reportages à sensation qui ne permettent guère d'apprécier la complexité de la situation dans la péninsule. La poursuite de la mise à jour des blogs de l'AAFC, y compris par une augmentation du nombre des contributeurs, représente une ardente obligation. 

Mais compte tenu de la situation coréenne, quelle est notre place ? Comment nous positionnons-nous sur la question coréenne ? Nous ne décidons pas à la place des Coréens : la réunification de la Corée, aspiration légitime d'une nation divisée, d'un peuple dépouillé de sa souveraineté et de son libre arbitre par le jeu des grandes puissances, sera l'oeuvre des Coréens eux-mêmes. Notre rôle à nous, défenseurs de la cause de l'unité coréenne, de la paix et de la démocratie, est d'offrir les meilleures conditions au peuple coréen sur la voie de cette unité, en combattant les clichés, en apportant notre soutien aux populations frappées par les catastrophes naturelles, en encourageant sous toutes leurs formes les coopérations économiques, politiques, sociales et culturelles.

Nous sommes à la veille d'échéances majeures, marquées par les élections présidentielles à venir aux Etats-Unis et en Corée du Sud. Nous souhaitons bien évidemment la victoire des forces politiques les plus favorables au dialogue et aux échanges, seuls à même d'écarter les dangers de la guerre et de favoriser l'avènement d'une ère de paix et de prospérité dans la péninsule coréenne. Cependant ce sont les peuples souverains qui doivent choisir leurs dirigeants, dans les conditions procédurales des régimes parlementaires. Nous devons prendre en compte le verdict des urnes, quel qu'il soit, et ses conséquences sur le contexte international et les conditions de notre action.

Alors, pour reprendre la célèbre formule de Lénine, "Que faire ?"

La première priorité est de mettre fin à cette exception française, qui fait de notre pays le dernier dans l'Union européenne, avec l'Estonie, à ne pas avoir établi de relations diplomatiques complètes avec la République populaire démocratique de Corée. Malgré l'ouverture en octobre 2011 d'un bureau français de coopération à Pyongyang, rien n'a fondamentalement changé. Pour faire évoluer les mentalités, pour montrer l'intérêt partagé de relations diplomatiques complètes entre la France et la RPD de Corée, nous devons développer encore nos contacts institutionnels, alors que le changement de majorité en France contribue à des inflexions de notre diplomatie. Nous vous proposons d'adresser en votre nom un courrier au ministre français des Affaires étrangères pour rappeler notre position de principe, constante: le dialogue et la compréhension mutuelle exigent de reconnaître l'autre comme un partenaire à part entière, dans la tradition diplomatique française de reconnaissance des Etats et non des régimes. De même, nous vous proposons de développer encore nos contacts avec les parlementaires, en sollicitant en votre nom des audiences par les présidents des groupes interparlementaires de l'Assemblée nationale et du Sénat, avec qui nous sommes en contact régulier.

Mais si l'on veut élever le niveau des relations diplomatiques entre la France et la RPD de Corée, cela exige de créer les conditions d'échanges réguliers, qu'ils soient économiques ou culturels. Du 2 au 6 octobre, nous organiserons la semaine de la culture coréenne à l'Espace international des arts sans frontières, 44 rue Bouret, dans le 19ème arrondissement de Paris. A l'occasion du cinquième anniversaire du second sommet conjoint au plus haut niveau Nord-Sud, il s'agira de mieux faire connaître l'originalité de la culture coréenne, à travers une exposition de photos, des projections de films, des événements sportifs et culturels et - le samedi 6 octobre après-midi - l'organisation d'une démonstration de Taekwon-Do et une conférence de notre vice-président le Professeur Robert Charvin. Chacune et chacun d'entre nous peut contribuer, concrètement, à ces actions : projections de films, soirées débats, conférences, nous pouvons toutes et tous, suivant nos propres réseaux personnels, professionnels et associatifs, susciter les échanges et répondre à la demande de mieux connaître la société coréenne.

L'action de solidarité, enfin, n'est pas un vain mot. Nous l'avons exprimée par des dons pour l'envoi et l'achat en Corée de produits de première urgence après les inondations de 2007, par l'organisation d'une soirée mémorable dans les salons de Boffrand de la présidence du Sénat. Cette année, rien n'aura épargné la péninsule coréenne : sécheresse au printemps, inondations en juillet, et enfin les plus violents typhons qu'ait connus la Corée depuis plus de dix ans. Déjà exposée à une insécurité alimentaire structurelle, la RPD de Corée déplore des centaines de morts et les récoltes sont ravagées. Sans tarder, nous avons contacté le Secours populaire français, notre partenaire depuis plus de quinze ans. Nous avons aussi reçu le soutien d'une chef d'orchestre de renommée internationale, Elizabeth Cooper, pour l'organisation d'un concert de solidarité : chacun pourra contribuer, à la hauteur de ses moyens, à la collecte de dons en faveur des populations coréennes.

Notre action ne se fera pas sans vous, mais avec vous, pour vous. Les comités régionaux ont vocation à structurer notre action partout en France. Nos adhérents doivent s'organiser là où ils ne le sont pas encore, car c'est un facteur de visibilité et d'efficacité. Je salue l'initative du comité Bretagne d'organiser un voyage d'étude et d'amitié dans la province coréenne autonome de Yeonbyeon (Yanbian), en Chine. C'est une initiative sans précédent, pour faire comprendre la complexité de la question coréenne et la richesse de la présence coréenne dans le monde. La disponibilité de l'ambassadeur nord-coréen auprès de l'Unesco de participer à des déplacements en province est pour nous tous un formidable atout, pour peu que nous ayions la volonté d'abattre les murs qui empêchent la compréhension et la solidarité entre les peuples français et coréen.

Nous ne sommes qu'au début du chemin, d'une histoire partagée qu'il faut continuer à écrire. La France, terre de révolutions, patrie de la liberté et de l'égalité, a historiquement vocation à soutenir la cause des peuples du monde. Nos frères coréens comptent sur nous. Montrons-leur que la solidarité n'est pas un vain mot, que les valeurs de justice et d'équité guident les pas des citoyens français.

Je vous remercie.

 

Partager cette page

Repost 0
Publié par

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)