Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 21:28

Le 18 décembre 2009, l'agence officielle KCNA de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a confirmé une annonce du Washington Postlors de sa visite à Pyongyang, l'envoyé spécial américain Stephen Bosworth avait remis une lettre du Président Barack Obama au dirigeant Kim Jong-il, témoignant du niveau élévé atteint par les discussions bilatérales américano - nord-coréennes. La Maison Blanche a démenti des médias sud-coréens, dont l'agence Yonhap, selon lesquels Barack Obama aurait évoqué la possible ouverture à Pyongyang d'un bureau de liaison américain.

Dans une dépêche en date du 18 décembre 2009, l'agence nord-coréenne KCNA a annoncé que "le Secrétaire Général Kim Jong-il a reçu une lettre personnelle de Barack Obama, Président des Etats-Unis d'Amérique. La lettre a été transmise à Kang Sok-ju, premier vice-ministre des Affaires étrangères de RPDC, le 9 décembre par Stephen Bosworth, représentant spécial américain pour la politique de la RPDC qui visitait la RPDC."

Kang-sok-ju.jpgKang Sok-ju, premier vice-ministre des Affaires étrangères de RPDC,
et Kim Jong-il, secrétaire général du Parti du travail de Corée
et président de la Commission de la Défense nationale de RPDC (source : KCNA
)


Dans un entretien donné le 19 décembre au groupe de média sud-coréen KBS, Benjamin Chang, porte-parole adjoint du Conseil de sécurité nationale américain, a démenti comme "sans fondement" l'information, diffusée notamment par l'agence sud-coréenne Yonhap, selon laquelle le président Barack Obama aurait proposé l'établissement d'un bureau de liaison en Corée du Nord. Le principe d'un tel bureau de liaison évoque
l'ouverture annoncée à Pyongyang d'un bureau français d'action culturelle et de coopération, alors que notre pays, à l'instar des Etats-Unis, n'a pas non établi de relations diplomatiques complètes avec la RPDC.  

Ni les Américains, ni les Nord-Coréens n'ont précisé le contenu de la lettre du président Barack Obama. Par le passé, les présidents américains Bill Clinton et George W. Bush avaient aussi écrit au dirigeant Kim Jong-il pour relancer les discussions bilatérales.

Au lendemain de la visite de Stephen Bosworth en Corée du Nord, du 8 au 10 décembre derniers, qui a permis d'engager un dialogue bilatéral de haut niveau dont témoigne la lettre du président Obama, les deux parties ont évité toute annonce prématurée, tout en se félicitant
d'utiles discussions exploratoires ayant permis d'établir les points de compréhension mutuelle et de divergence, en vue d'une reprise des pourparlers à six sur la question nucléaire. En outre, Les Etats-Unis et la RPDC "ont convenu de reprendre les pourparlers à quatre [avec la Chine et la Corée du Sud] pour aboutir à un régime de paix permanent une fois que les pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne seront relancés", selon un fonctionnaire du ministère sud-coréen des Affaires étrangères auquel Stephen Bosworth a rendu compte de ses entretiens en RPDC, en ajoutant qu'il s'agissait d'une initiative nord-coréenne.

Alors que la nouvelle administration démocrate américaine a fait du multipartisme l'un des principes affichés de sa politique étrangère, les consultations en cours de Washington avec les autres Etats parties aux pourparlers à six seront manifestement un préalable à de nouvelles étapes dans le dialogue américano - nord-coréen.

Sources :
20minutes, KBS, KCNA, News Observer, Yonhap

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)