Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 18:43

L’ouvrage La Corée vers la réunification, de Robert Charvin et Guillaume Dujardin, a été publié par L’Harmattan en juin 2010. Cet ouvrage, fruit du travail en commun de deux militants de l’Association d’amitié franco-coréenne, offre une analyse exhaustive des origines de la division de la péninsule coréenne et de la responsabilité des grandes puissances, tout en faisant le point sur les politiques conduites en vue de la réunification de la Corée. Nous reproduisons ci-après une critique parue dans la revue  Keul Madang, consacrée aux littératures et cultures de Corée, dont les responsables de la rédaction sont Jean-Claude de Crescenzo, maître de conférences en études coréennes au département d’études asiatiques de l’Université de Provence, et Kim Hye-gyeong, chargé de cours (études coréennes) à l’Université de Provence.

 

Coree Charvin-Dujardin   

La Corée vers la réunification, de Robert Charvin professeur émérite de droit spécialisé dans les relations internationales, et Guillaume Dujardin, grand connaisseur de la question coréenne, dénonce dès les premières lignes l'obscurantisme occidental envers l'Asie, et se placent en faveur du peuple et de la réunification coréenne. Le livre s'organise autour de la problématique suivante : comment le peuple coréen tout entier, malgré les soumissions injustes, la division actuelle et la vénalité des grandes puissances, garde un profond attachement pour sa culture et une volonté manifeste de réunification ?

 

L'ouvrage pose les bases d'une analyse rapide et succincte de tous les éléments et facteurs néfastes, responsables de la situation d'instabilité actuelle de la péninsule coréenne. Cherchant à  briser les préjugés scandaleux émis sur le conflit intercoréen, mais aussi dénoncer l'impérialisme américain responsable de la division injuste et dramatique d'un peuple et d'une nation centenaire, à la recherche de souveraineté, dénigrée culturellement et politiquement depuis des années. Dans le reste du monde, les expériences politiques et étatiques qui s’éloignent des systèmes établis par les grandes puissances, sont méprisées et leur image détournée dans le but d’asseoir et d’imposer leur prétentions capitalistes universalistes.  L’approche géopolitique du conflit coréen dans l'ouvrage montre la profondeur d’une analyse qui veut s’insérer dans la critique d'un système dans son ensemble, aujourd’hui tourné au désavantage du Tiers-monde dans le sens de l’unilatéralisme américain. Par une mise en abîme claire des relations de force au niveau mondial, les manipulations médiatiques à propos de l'opposition Nord et Sud Corée apparaissent au grand jour, et le danger nucléaire nord-coréen face à la superpuissance économique et militaire des Etats-Unis d’Amérique s’avère infondé.

 

D'une approche structurée en trois plans, ponctuée d'une verve tranchante dans les idées (pro-coréennes) à exposer, et en clarifiant les éléments historiques, sociologiques et culturels émis dans l'exposé, la Corée vers la réunification constitue un ouvrage de qualité d’information et d’analyse pour quiconque s'intéresse au conflit intercoréen.

 

Les auteurs ont pris l'initiative de donner des référentiels historiques communément partagés pour  situer les différents enjeux géopolitiques qu'a traversés le peuple coréen de part et d'autre de la frontière. Bénéfique au lecteur non-initié, cette stratégie permet non seulement de montrer que le conflit intercoréen ne peut pas être compris indépendamment du contexte  géopolitique mondial, mais aussi que l’histoire et la culture des deux Corées - et en extension à elles, de l'Asie - ne sont pas si étrangères et incompatibles avec celles de l’Occident.

Particularité dans cette analyse de la réunification coréenne et ses possibles : la force de persuasion de l'ouvrage est plus importante pour les lecteurs francophones. En effet, les auteurs, d’origine française, utilisent tout au long de l'ouvrage, de nombreux référentiels historiques en comparaison à l'histoire socio-politique  française. Aussi va-t-on voir plusieurs fois les auteurs comparer certains enjeux de l'opposition intercoréenne au conflit algérien, à la position française de la guerre en Irak ou sur le continent africain, en Indochine française, au combat français pour les droits de l'homme, à la politique sarkozienne internationale...

 

Dans l’ouvrage, les prises de position sont radicales et la verve assez cinglante. De nombreux jugements sont intransigeants, mais la base d’analyse se fondant sur des événements historiques avérés permet d’affirmer et de légitimer un tel engagement dans ces propos. Le sujet même de l'ouvrage, et les informations que nous apporte sa lecture, nous amènent à prendre conscience du danger de la radicalisation des modes de pensée et à la désinformation. La thèse communément soutenue selon laquelle le gouvernement sud-coréen - monde dit libre - chercherait inlassablement paix et fraternité dans la péninsule coréenne malgré les bassesses et menaces reçues de la part des dirigeants de « l'enfer » nord-coréen, est accusée par les auteurs de fallacieuse et diffamatoire.

 

En effet, les choix et les jugements de valeurs émis par les deux auteurs ne singularisent en rien l'ensemble de l'ouvrage; c'est devant des condamnations prononcées sans instruction préalable ni contradictoire de certaines présentations coréennes que les limites d'une analyse sont perceptibles. Les auteurs donnent un point de vue, certes radical, mais ont le mérite de le donner à propos de toutes les parties impliquées dans le conflit; sans avoir peur de réhabiliter les qualités (sociales et politiques - sur le plan de la réunification - par exemple), ni dénoncer les non-dits et faux-semblants au sujet des libertés sud-coréennes, mais surtout, en prouvant historiquement la responsabilité majeure des grandes puissances mondiales dans la soumission de la Corée, dans la division actuelle de la péninsule, dans la perte de souveraineté de la Corée du Sud, par des ingérences constantes des pays occidentaux et principalement des Etats-Unis dans le déroulement du débat autour de la réunification, rendant tout contact entre les deux frère séparés, extrêmement délicat.

 

La Corée vers la réunification montre que la persistance à la division coréenne, malgré la réelle fraternité au sein de son peuple et les incessantes tentatives de rapprochement initiées depuis la fin de la Guerre, n'est que le résultat du jeu des grandes puissances économiques sur l’échiquier politique mondial, où le conflit coréen n’est qu’un pion dans la géostratégie impérialiste de l’Occident. Maîtres du monde - dont les Etats-Unis sont le principal acteur - elles se sont lancées dans une course au pouvoir interminable, contre tout respect humain ou de la souveraineté élémentaire d'un Etat, afin d'imposer un pouvoir et une manière de penser unilatérale. L’ouvrage révèle que la péninsule coréenne, son peuple et sa culture, accusent le coup de cet impérialisme destructeur.

 

Article de Kim Bounoua, paru dans Keul Madang, n°8, novembre 2010

 

 

La Corée vers la réunification , de Robert Charvin et Guillaume Dujardin, est disponible  à L’Harmattan (16, rue des Ecoles - 75005 Paris), auprès de l’AAFC et à la papeterie ENCR’ID (8, rue de Surène – 75008 Paris), au prix de 25 euros.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)