Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 00:23

Le 10 mars 2013, le foyer rural de Tousson, en Seine-et-Marne, a organisé, en partenariat avec l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), une projection du film documentaire Intérieur Nord, suivie d'un débat avec son réalisateur, le Britannique David Carr-Brown. Ce fut l'occasion d'une rencontre et d'une discussion autour du traitement de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) dans les médias, en présence notamment de Benoît Quennedey, vice-président de l'AAFC chargé des actions de coopération, auteur de L'économie de la Corée du Nord, et d'une délégation de diplomates nord-coréens en France, conduite par S.E. Yun Yong-il, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RPD de Corée auprès de l'UNESCO, délégué général de la RPD de Corée auprès de la République française.

Tousson 10032013 1Quand David Carr-Brown a réalisé Intérieur Nord, tourné en 2001 et sorti en 2002, son intention était de montrer des images alors inédites de la RPD de Corée en dépassant les habituels clichés sur la "dure marche" des années 1990. Le réalisateur a cherché à comprendre la perception de la Corée du Nord de l'intérieur même du pays. Pour ce faire, il a choisi un média, le cinéma nord-coréen, et comment son public, livrant ses impressions, livre son regard sur la société et ses évolutions. Intérieur Nord reste ainsi, aujourd'hui encore, l'un des très rares films sur la vie quotidienne en République populaire démocratique de Corée, qui donne une vision du pays profondément humaine, touchant au coeur de questions multiples : une fierté nationale exacerbée, faisant de la division du pays un drame pour l'ensemble des Coréens ; les besoins d'adaptation face à des problèmes nouveaux (non seulement les diffficultés alimentaires, mais aussi la délinquance juvénile) ; ou encore l'objet et la finalité des camps de rééducation, lesquels, rappelle l'auteur, remplaçaient alors le système carcéral, avec un double but de redressement moral et de réinsertion sociale. Ce n'est en effet que très récemment que sont apparues les premières prisons - au sens où nous l'entendons en Occident - en Corée du Nord. Le tout a été montré par David Carr-Brown sans fards, et avec un sens de la distanciation et aussi une pointe d'ironie grinçante vis-à-vis des lieux communs sur la Corée du Nord, pleins d'esprit british.

Intérieur Nord est l'un des trois volets d'une trilogie consacrée par ailleurs à Kim Dae-jung et Madeleine Albright, au tournant du siècle où tout semblait possible : les deux gouvernements coréens étaient engagés dans une politique de rapprochement sans précédent, et Madeleine Albright avait été dépêchée par le Président Bill Clinton à Pyongyang dans la perspective de l'établissement de relations diplomatiques complètes entre les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée. En tant que témoin privilégié, sinon acteur, de ces échanges, David Carr-Brown a pu rendre compte du changement dramatique dans la diplomatie internationale autour de la péninsule coréenne en l'espace de seulement une décennie, lors des débats avec la salle qui ont suivi la projection du film : le choix des images et leur traitement ont alimenté des questions multiples sur la perception de la RPD de Corée dans les médias occidentaux, ou encore sur les possibilités de voyage dans le pays.

Les échanges se sont poursuivis lors d'une table ronde avec Benoît Quennedey, qui a dédicacé des exemplaires de son ouvrage L'économie de la Corée du Nord, en mettant l'accent sur le bon usage des sources pour analyser la situation économique de la RPDC et son évolution. Celles-ci sont marquées à la fois par une production alimentaire structurellement déficitaire depuis les catastrophes naturelles (inondations, sécheresse) des années 1990, et des signes de modernité et d'avant-garde technologique, dont la mise sur orbite du satellite Kwangmyongsong-3, le 12 décembre 2012, est l'un des symboles.

Tousson_10032013_2.jpg 

Les débats ont enfin - et peut-être surtout - été nourris par les éclaircissements apportés par S.E. Yun Yong-il, délégué général de la RPD de Corée en France, et Jon Hyong-jong, conseiller politique à la délégation. Dans une atmosphère conviviale, les deux diplomates ont répondu aux multiples questions des participants, tant sur la situation actuelle de la RPD de Corée (où en est la production alimentaire ? quel est le mode d'organisation de la production ?) que sur les incertitudes géopolitiques du moment. Les échanges étaient d'autant plus nourris qu'y prenaient part David Carr-Brown, Benoît Quennedey, Patrick Kuentzmann, secrétaire général de l'AAFC, ainsi que des membres du foyer rural de Tousson ayant une expérience, directe ou indirecte, de la RPDC, notamment via les ONG françaises qui y sont implantées.

La rencontre s'est terminée par un buffet franco-coréen, où les participants ont pu déguster une fondue savoyarde et différents kimchi, notamment celui préparé par les épouses de diplomates nord-coréens en poste à Paris lors d'un stage de cuisine coréenne qui s'était tenu à Tousson - déjà - le 23 février dernier, faisant de la petite commune de Seine-et-Marne un des foyers de découverte en France de la culture et de la société coréennes, de toute la Corée.

 

Présentation de Intérieur Nord sur le site Internet de Artline Films

Site Internet du foyer rural de Tousson

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)