Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 12:01

220px-Emperor_penguin.jpgSigné le 1er décembre 1959 et entré en vigueur le 23 juin 1961, le traité sur l'Antarctique a suspendu les revendications territoriales sur le continent et prohibé les activités militaires et d'exploitation économique, ouvrant la voie à la reconnaissance de l'Antarctique comme un territoire dédié à la paix et à la science. Depuis 1959 sont en effet entrées en vigueur plusieurs conventions liées au traité sur l'Antarctique, notamment la convention sur la protection des phoques de l'Antarctique de 1972, entrée en vigueur en 1978 ; la convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique de 1980, entrée en vigueur en 1982 ; enfin, le protocole au traité sur l'Antarctique relatif à la protection de l'environnement en Antarctique de 1991, entré en vigueur en 1998, communément appelé protocole de Madrid.

 

 Les deux Etats coréens ont ratifié le traité sur l'Antarctique, avant d'engager l'un et l'autre des activités de recherche scientifique et météorologique il y a désormais plus de vingt ans.

 

La République de Corée (du Sud) a rejoint les autres parties au traité le 28 novembre 1986. Elle a aujourd'hui le statut de partie consultative : inaugurée le 17 février 1988 sur l'île du Roi-George (Shetland du Sud) et située sur la côte de la péninsule de Barton, au Sud-Est de l'île (62°13′S 58°47′W), la base antarctique permanente King Sejong relève du Programme coréen de recherche antarctique et est spécialisée dans l'observation des changements environnementaux.

 

La République populaire démocratique de Corée (du Nord) a signé le traité sur l'Antarctique le 21 janvier 1987, avant d'engager des travaux de recherche scientifique en 1990. N'ayant actuellement pas de base permanente, elle a le statut de partie non consultative. Nous reproduisons ci-après un article traduit de l'anglais depuis le site de l'agence officielle nord-coréenne KCNA, en date du 23 décembre 2010, détaillant les activités nord-coréennes de recherche antarctique engagées il y a deux décennies.

 

La RPDC a commencé ses activités d'exploration de l'Antarctique il y a vingt ans.

 

Après avoir rejoint le Traité sur l'Antarctique en Juche 76 (1987), la RPDC a conduit deux expéditions dans l'Antarctique de janvier 1990 à octobre 1991.

 

La première équipe d'expédition est arrivée dans l'Antarctique le 5 mai 1990 pour procéder à une étude de la zone et choisir le site d'une base de recherche scientifique antarctique.

 

 Elle a également planté une pancarte portant l'inscription "Première équipe d'expédition antarctique de la République populaire démocratique de Corée", à un endroit situé à 67 degrés, 55 minutes et 23 secondes de latitude Sud et 44 degrés, 32 minutes et 10 secondes de longitude Est.

 

La seconde expédition a eu lieu du 16 octobre 1990 au 4 octobre 1991.

 

La seconde équipe a établi une base scientifique au même endroit le 22 décembre 1990, l'appelant "Saison-1".

 

La base couvrait alors une superficie de 157,6 mètres carrés.

 

L'équipe est restée sur place pendant plus de cent jours pour étudier le climat, les glaces cotières, l'aurore polaire, examiner les caractéristiques géologiques de la zone et recueillir des échantillons de minéraux, de pierres, de plantes et d'animaux.

Elle a également exploré d'autres lieux pour sélectionner le site d'une base scientifique permanente et a planté une pancarte gravée du nom du pays et représentant son drapeau, à un endroit situé à 69 degrés, 22 minutes et 28 secondes de latitude Sud et 76 degrés, 23 minutes et 30 secondes de longitude Est.  

 

Sources : KCNA, wikipédia.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Sciences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)