Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 22:02

Le 15 juin 2000 était adoptée une déclaration conjointe historique, lors du premier sommet entre le Nord et le Sud de la Corée qui s'était tenu à Pyongyang. Kim Jong-il, secrétaire général du Parti du travail de Corée et président de la commission de la défense nationale de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), avait accueilli Kim Dae-jung, président de la République de Corée (du Sud). La déclaration commune Nord-Sud a ouvert la voie à un renforcement des coopérations intercoréennes, en vue de la réunification de la péninsule divisée depuis plus d'un demi-siècle contre la volonté du peuple coréen. Mais un peu plus de trois ans après son accession au pouvoir, le président conservateur sud-coréen Lee Myung-bak a ruiné les espoirs de réconciliation par une politique intransigeante vis-à-vis du Nord. Solidaire de tous les Coréens sincèrement attachés au dialogue Nord-Sud, l'Association d'amitié franco-coréenne appelle à la mise en oeuvre des déclarations conjointes du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007.

 

Onze années après l'historique sommet intercoréen de Pyongyang, nombreux sont ceux qui, au Nord comme au Sud de la péninsule, ont tenu à commémorer le onzième anniversaire de la déclaration commune du 15 juin 2000, malgré la détérioration des relations intercoréennes imputable au gouvernement Lee Myung-bak.

 

Premier quotidien de la République populaire démocratique de Corée, le Rodong Sinmun a souligné que, sous l'impulsion du dirigeant Kim Jong-il, le sommet historique de juin 2000 a créé une dynamique pour la réunification indépendante de la patrie, en ouvrant la voie au second sommet du 4 octobre 2007. "Toutefois, le combat du peuple coréen pour réaliser la réunification du pays sous la bannière de la déclaration conjointe du 15 juin et de la déclaration du 4 octobre rencontre actuellement de graves difficultés". Le Rodong Sinmun poursuit en déclarant qu'il est du devoir de tous les Coréens, du Nord et du Sud de la péninsule comme d'outre-mer, de combattre la politique de confrontation du groupe de Lee Myung-bak, et de porter fièrement la cause historique de la déclaration du 15 juin.

 

sohn_hak_kyu_15_06_2011.jpgDans une réunion qui s'est tenue au parc Imjingak, près de la frontière avec la Corée du Nord, Sohn Hak-kyu, leader de la principale formation d'opposition, le Parti démocrate, a appelé les autorités nord et sud-coréennes à organiser un nouveau sommet intercoréen.

 

Kim Sang-geun, directeur du comité sud-coréen pour la mise en oeuvre de la déclaration du 15 juin, a relayé cet appel en dénonçant le rôle du gouvernement sud-coréen dans les tensions militaires actuelles entre le Nord et le Sud, et en appelant à la levée immédiate des sanctions prises en mai 2010 par Séoul après le naufrage du Cheonan - dont le gouvernement Lee Myung-bak a accusé le Nord alors que les preuves s'accumulent d'une absence de responsabilité de Pyongyang dans ce dramatique accident.

 

Le comité sud-coréen pour la mise en oeuvre de la déclaration du 15 juin avait déposé une demande de visite au Nord pour marquer cet anniversaire, mais sans réponse positive des autorités gouvernementales sud-coréennes qui ont ainsi  prouvé leur peu de considération pour les déclarations communes Nord-Sud, pourtant signées au nom des deux gouvernements nord et sud-coréens.

 

Sources : AAFC, KBS, (dont photo), KCNA, Yonhap.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)