Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 23:31

Le 1er septembre 2012, Oh Ik-jae (O Ik-je), ancien président leader religieux sud-coréen (de l'Eglise Chondogyo), ayant rejoint la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) en août 1997, est mort à Pyongyang, à l'âge de 83 ans. Le lendemain, le 2 septembre 2012, c'est une autre figure religieuse, le révérend Moon Sun-myung, fondateur de l'Eglise de l'unification (souvent appelée "secte Moon") qui a disparu, à Séoul, âgé de 92 ans. Si la question de la réunification de la Corée a croisé les destins de Oh ik-je et Moon Sun-myung, c'est de manière totalement différente, selon notre analyse qui s'en tient strictement aux seules relations intercoréennes.

 

Après avoir été un des pourfendeurs du "communisme athée", le révérend Moon, originaire du Nord de la péninsule, avait rencontré le Président Kim Il-sung en 1991 : il en avait résulté une présence économique des entreprises liées à l'Eglise de l'unification en RPD de Corée, notamment dans l'assemblage des voitures Pyonghwa motors - mais dont la production est restée modeste (à notre connaissance, inférieure à 1.000 véhicules par an, faute de pouvoir le vérifier sur place, nos demandes de visiter les usines ayant toujours été refusées par les dirigeants du groupe sud-coréen) - ainsi qu'une floraison d'associations se disant favorables à la réunification de la Corée, comportant dans leur dénomination le mot "paix", et bénéficiant des importants moyens financiers de l'empire économique constitué par Moon.

 

L'Association d'amitié franco-coréenne s'est toujours maintenue à l'écart de l'Eglise de l'unification, qui a approché à plusieurs reprises nos dirigeants (dans la période récente, en 2007, 2010 et 2012, en visant chaque fois des personnes nouvelles et procédant différemment, par contact téléphonique, puis par une rencontre fortuite via des tiers, et enfin par l'envoi ciblé d'ouvrages sur le révérend Moon) - comme d'ailleurs ceux d'autres associations oeuvrant pour la réunification de la Corée.

 

En effet, d'une part, nous avons toujours considéré comme essentielle notre indépendance financière, en fondant nos activités sur nos seules ressources propres, issues des cotisations et des dons de nos adhérents et sympathisants.

 

D'autre part, il nous a paru pour le moins singulier que des coordonnées personnelles (comme des numéros de téléphone portable) aient été obtenues et utilisées par la secte Moon pour nous approcher. Nous avons été conduits à nous interroger sur de possibles liens entre l'Eglise de l'unification et les services de renseignement sud-coréens (successeurs de la KCIA) et américains, hostiles à l'AAFC et à ses membres. Roger Faligot a écrit dans Paris Nid d'espions (Parigramme, p. 53), à propos de l'enlèvement à Paris en 1979, puis de l'assassinat, de Kim Hyung-wook : "en 1973, Kim Hyung-wook, directeur de la KCIA, fait défection aux Etats-Unis. Quatre ans plus tard, il témoigne devant la sous-commission du Congrès et détaille les liens entre la secte Moon et la KCIA. Parmi ses révélations figure la mise en place de Radio Free Asia, qui émet en liaison avec la CIA américaine, tout en fustigeant la corruption de membres du Congrès américain achetés par le dictateur Park Chung-hee". Certes, la position de la secte Moon vis-à-vis de la Corée du Nord n'est plus la même en 1973 et en 2012, et nous avons pris bonne note qu'un responsable français de la Fédération pour la paix universelle - liée à l'Eglise de l'unification - a affirmé n'avoir pas transmis des données personnelles nous concernant à quelque service national de renseignement que ce soit. C'est toutefois le propre d'un service national de renseignement d'utiliser tous les réseaux possibles pour collecter de l'information.

 

Enfin, fondamentalement, l'AAFC est indépendante de tout mouvement politique, religieux ou philosophique. Les associations liées à la secte Moon ont au contraire, selon nous, un caractère religieux. Enfin, des auteurs comme Roger Faligot ont fait état de liens avec le régime militaire sud-coréen, que nous avons pour notre part toujours combattu, en nous plaçant délibérément du côté des partisans de la démocratie en Corée du Sud, qui ont souvent payé leur engagement au prix de leur vie.

 

Tel est le choix fait par un autre leader religieux, disparu presque au même moment, et dont nous saluons la mémoire : Oh Ik-jae avait pris part aux mouvements politiques pour la démocratisation de la Corée du Sud des militaires, ainsi qu'aux combats pour la réunification de la Corée. Après avoir dirigé le mouvement religieux Chondogyo, il était devenu un conseiller aux affaires religieuses du futur président démocrate Kim Dae-jung, à l'origine de la "politique du rayon de soleil" d'ouverture au Nord, conduite entre 1998 et 2008.

 

o_ik_je_oh_ik_jae.jpg

 

Alors que la campagne présidentielle sud-coréenne battait son plein, et devait aboutir à la première alternance démocratique dans l'histoire du pays, Oh Ik-jae choisissait de rejoindre la RPD de Corée en août 1997. Il n'était ni la première, ni la dernière personnalité sud-coréenne à faire ce choix, la loi de sécurité nationale - toujours en vigueur au Sud - créant un climat permanent de maccarthysme contre tout partisan de la réunification, mais aussi à l'encontre des contestations politiques et syndicales de l'actuel gouvernement conservateur.

 

Au Nord, Oh Ik-jae avait poursuivi son combat de toujours pour la réunification, en devenant vice-président du Comité pacifique pour la réunification de la Corée. Il était parallèlement membre du Comité central d'orientation de l'Association chondoïste de Corée, l'une des trois principales associations à caractère religieux de la RPD de Corée (avec les associations bouddhiste et chrétienne).

 

Le 2 septembre, l'agence KCNA de la RPD de Corée a rendu hommage au "patriote qui s'est dévoué à la démocratisation de la société sud-coréenne et à la réunification du pays". Une couronne de fleurs a été adressée par Kim Jong-un, Premier secrétaire du Parti du travail de Corée.

 

Sources : AAFC, AP, KCNA.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)