Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 00:48

Quand on parle d'expulsions en France, on pense spontanément à des ressortissants de pays en voie de développement, et pas à la Corée du Sud, membre de l'OCDE. Et pourtant : les étudiants sud-coréens aussi sont la cible d'une politique d'expulsions qui broie les vies de milliers d'êtres humains anonymes, alors même que ceux qui ont choisi notre pays contribuent au rayonnement de notre culture et de nos valeurs. L'AAFC s'élève contre une politique inhumaine et absurde, à partir d'exemples comme celui de Seong Seung-won : francophone et francophile venu étudier en France, il est aujourd'hui sous la menace d'une expulsion par le pays qui se veut l'héritier des Lumières. L'AAFC appelle toutes et tous à se mobiliser pour Seong Seung-won, avec le Réseau universités sans frontières (RUSF).  

En juillet 2008, l'AAFC s'élevait contre le sort d'étudiants sud-coréens qui,
bien qu'en règle, sont menacés d'expulsion. De fait, les étudiants sud-coréens en France sont les victimes d'une politique qui, en empêchant d'étudier en France des personnes qui ont choisi notre pays pour développer les relations bilatérales, mettent en péril la politique d'influence qu'entend pourtant conduire la diplomatie française. Au moment où la culture française et la francophonie mériteraient au contraire d'être soutenues par tous les moyens, l'exemple de Seong Seung-won doit nous interpeler pour que chacune et chacun se mobilisent contre son expulsion.

Seong Seung-won est un amoureux de la langue et de la culture françaises : après avoir obtenu une licence de langue et littérature françaises en Corée, il étudie la sémiotique dans notre pays depuis 2006, et en particulier les rapports entre textes et images comme traducteur de bandes dessinées du français vers le coréen. Inscrit à l’Université Paris 7 - Diderot, il est sur le point de terminer sa licence en Lettres et Arts, parallèlement au Master 1 qu'il a commencé à l’INALCO en traductologie. Malgré ce parcours brillant, Seong Seung-won a reçu le 13 novembre 2009 un avis d’expulsion qui doit prendre effet dans un mois.

L'AAFC refuse son expulsion. Elle appelle toutes et tous à exiger le renouvellement du titre de séjour de Seong Seung-won, en
signant la pétition initiée par RUSF.

Source :
HNS-info

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Campagnes relayées par l'AAFC
commenter cet article

commentaires

Brahim (des EJ) 09/12/2009 09:59


Bonjour,

Je ne comprends pas pourquoi, s'il est parfaitement en rêgle, le gouvernement français a décidé de l'expulser? N'avez vous pas plus de détails concernant cette affaire? Son visa est il arrivé à son
terme?

Dans tout les cas, les sympathisants français de la RPDC apportent leur soutien sans conditions à cet étudiant sud-coréen en espérant que des actions seront menées dans le but de le défendre.

Merci encore à l'AAFC de nous faire part de cette affaire.


Association d'amitié franco-coréenne 10/12/2009 08:44


Bonjour,

Merci pour votre message !

Selon nos informations, la préfecture arguerait d'un manque d'assiduité de Seong Seung-won, qui n'a pas validé toutes ses UV de licence en lettres. Une interprétation que contestent ses
professeurs, les plus à même d'apprécier le critère d'assiduité, alors que Seong Seung-won a commencé parallèlement un mastère.

Nous appelons toutes et tous à signer la pétition en ligne de RESF.


Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)