Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 19:48

Dans la nuit du 10 au 11 février 2008, un incendie criminel avait détruit la porte Sungnyemun, qui était le plus ancien monument en bois de Séoul. Deux ans après jour pour jour, les travaux de restauration ont été officiellement lancés, afin de rendre à la capitale sud-coréenne l'un des éléments majeurs du patrimoine national, désigné Trésor National n° 1 en 1962.

Namdaemun_en_ruine.jpg
Il y a deux ans, un incendie criminel avait détruit la structure en bois d'un des plus précieux éléments du patrimoine national coréen : achevée sous le règne du roi Taejo, fondateur de la dynastie des Yi (ou Ri, 1392-1910), la porte Sungnyemun, située à l'entrée sud de Séoul (d'où son autre nom : porte Namdaemun), avait pourtant échappé aux destructions de l'occupation japonaise et de la guerre de Corée.

Le 10 février 2010, une cérémonie a lancé officiellement les travaux de restauration, qui seront conduits par l'administration du patrimoine culturel, afin de restituer à la porte Sungnyemun son aspect originel, d'avant le sinistre de 2008. Un des objectifs est de mettre en valeur le caractère grandiose du bâtiment lors de sa fondation : édifié à la fin du quatorzième siècle, reconstruit en 1447, il avait été constamment rénové depuis lors.

Les travaux de restauration doivent s'achever en 2012.

Sources : AAFC,
KBS World

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)