Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 23:03

La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) accuse la Corée du Sud d'avoir enlevé quatre de ses ressortissants. Ceux-ci faisaient partie d'un groupe de 31 personnes dont l'embarcation a accidentellement franchi le 5 février 2011 la limite séparant les deux Corée en mer de l'Ouest (mer Jaune). Le 28 mars, 27 personnes ont finalement pu retourner en RPDC alors que, selon les autorités de Séoul, les quatre autres ont choisi de rester au Sud. Cette version est contestée par les Coréens rapatriés au Nord, dont dix ont tenu une conférence de presse le 21 avril à Pyongyang. Selon eux, le groupe a été « enlevé, maltraité et forcé à rester en Corée du Sud » dans ce qui apparaît comme un nouvel épisode de la guerre psychologique relancée contre le Nord par le président conservateur sud-coréen Lee Myung-bak suite à la publication des résultats, contestés, d'une enquête accusant Pyongyang d'avoir torpillé une corvette sud-coréenne, le Cheonan, le 26 mars 2010.


ConfPress_21042011-1.jpg

Le 21 avril 2011, dix citoyens de la RPDC ont tenu une conférence de presse, à laquelle participaient notamment des journalistes de Chine, de Russie et des Etats-Unis, déclarant que le groupe de 31 personnes dont ils faisaient partie a été enlevé et retenu pendant plus de cinquante jours par les autorités sud-coréennes.

 

Ok Song-hyok, un travailleur du secteur de la construction de la ville de Haeju, sur la côte ouest de la péninsule coréenne, a expliqué que le groupe a été enlevé par les autorités sud-coréennes le 5 février après avoir quitté le village de Tongpo-ri, dans le comté de Kangryong de la province du Hwanghae du Sud, pour pêcher. Pendant plus de cinquante jours, ces citoyens nord-coréens ont alors subi des pressions de toutes sortes pour faire défection en Corée du Sud.

 

Ri Un-gu, fermier dans une ferme coopérative de Haeju, a déclaré qu'après 2h30 de navigation, des vedettes rapides de la marine sud-coréenne ont intercepté leur embarcation.

 

Or, en 2h30, le navire n'aurait pas eu le temps d'atteindre la « ligne de limite nord » (NLL), séparant les deux Corée en mer de l'Ouest, et encore moins l'île de Yeonpyeong, même en étant emporté par le courant de marée.

 

Selon le fermier de Haeju, cela prouve clairement que leur navire n'a pas pénétré dans les eaux du Sud et que la marine sud-coréenne a enlevé le groupe de pêcheurs en profitant de l'épais brouillard régnant à ce moment là.

 

Réfutant l'assertion des autorités sud-coréennes selon laquelle le navire nord-coréen était échoué sur la plage quand il a été découvert, M. Ri a affirmé que son moteur fonctionnait normalement et qu'il évoluait dans des eaux d'au moins 20 mètres de profondeur.


ConfPress_21042011-2.jpg

Pak Mun-sik, travailleur d'une coopérative de pêcheurs de Haeju, a témoigné du fait que la marine sud-coréenne a usé de brutalités contre le groupe sans défense.

 

Pyon Kyong-il, un lycéen de Haeju, a dit s'être trouvé à bord du navire en compagnie de sa mère pour admirer les paysages à l'occasion du Nouvel An lunaire. Les soldats sud-coréens l'ont matraqué alors qu'il se tenait debout sur le pont.

 

Choe Chun-yong, une habitante de Haeju, a révélé que les membres du groupe étaient détenus dans trois pièces de baraquements de l'armée sud-coréenne, dont les fenêtres étaient occultées pour les empêcher de regarder dehors. De cinq à sept soldats étaient chargés de les surveiller et ne les autorisaient ni à se rencontrer ni à se parler. D'après Cho Chun-yong, les soldats sud-coréens n'hésitaient pas à entrer dans la pièce réservée aux femmes et à les menacer de sévices sexuels en leur criant « Nous vous jetterons toutes nues à la mer si vous ne nous obéissez pas ».

 

Hyong Sun-bok, habitante de Haeju, a évoqué une opération menée par les autorités sud-coréennes pour forcer les citoyens du Nord à faire défection au Sud dès le premier jour de leur enlèvement.

 

Ri Hyang-hwa, habitante de Haeju, a parlé d'une « opération méprisable pour la forcer à faire défection au Sud avec son mari », ajoutant que les autorités sud-coréennes ont interrogé séparément la mère et son fils pour tenter de semer la discorde entre parents dans le but de les obliger à faire défection au Sud à n'importe quel prix.

 

Pour Ok Song-hyok, les quatre citoyens du Nord restés au Sud n'ont pas fait défection mais sont détenus contre leur gré par les autorités sud-coréennes qui les utilisent dans le cadre d'une campagne de diffamation contre la RPDC. Devant les représentants de la presse internationale réunis le 21 avril, Ok Song-hyok a donc demandé le retour sans délais de ces quatre personnes en RPDC.

 

ConfPress_21042011-3.jpgLe gouvernement sud-coréen a réfuté entièrement ces affirmations qu’il juge « sans fondement », préférant ne pas y répondre.

 

Pourtant, les premiers rapports parus dans la presse après l'interrogatoire par les autorités sud-coréennes des 31 Coréens du Nord ayant « dérivé » dans les eaux du Sud, faisaient état de leur volonté unanime de rentrer chez eux. Ainsi, le 8 février, le quotidien sud-coréen conservateur Dong-A Ilbo rapportait que « la vérification finale [du groupe d'enquête sud-coréen] suggère que les 31 cherchent tous à rentrer chez eux ». Que s'est-il passé après le 8 février dans les casernes de l'armée sud-coréenne pour que quatre citoyens de RPDC « choisissent » finalement de rester en Corée du Sud ?

 

Le 22 avril, le gouvernement sud-coréen a rejeté la dernière proposition de la RPDC de tenir des pourparlers entre les Croix-Rouges des deux Corée en vue de discuter du sort de ces quatre citoyens nord-coréens.

 

Le 30 mars, deux jours après le rapatriement des 27 citoyens nord-coréens, la Croix-Rouge de RPDC avait déjà proposé la tenue d’une rencontre de travail visant à vérifier que les quatre personnes restées au Sud avaient bel et bien voulu faire défection. Proposition refusée par le ministère sud-coréen de la Réunification au motif plutôt étrange de « respecter le souhait de ces Nord-Coréens ».

 

 

Sources :

- "Inhabitants of DPRK Interviewed after Their Repatriation from South", KCNA, 21 avril 2011

- "Early Inter-Korean Red Cross Contact Once Again Urged", KCNA, 22 avril 2011

- "31 sea border-crossing N. Koreans to be repatriated", Dong-A Ilbo, 8 février 2011

- « Séoul rejette la proposition de Pyongyang de discuter du sort de ses quatre ressortissants », KBS, 22 avril 2011

- « Les nord-Coréens rapatriés accusent Séoul d’avoir tenté de les kidnapper », KBS, 22 avril 2011

- « Pyongyang veut rencontrer les quatre défecteurs nord-Coréens », KBS, 31 mars 2011

 

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)