Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 11:41

Le 25 octobre 2013, six Sud-Coréens ont été rapatriés par la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) au village de Panmunjom, ce qui a été interprété comme un geste de bonne volonté. Cette décision est intervenue alors que la reprise des échanges intercoréens - pratiquement tous suspendus au cours de la présidence Lee Myung-bak, au Sud de la péninsule (2008-2013) - se heurte encore à des obstacles, faute de la restauration d'un climat de confiance entre les deux gouvernements coréens.

Les six Sud-Coréens ont franchi la DMZ, qui sépare les deux Corée, au village de Panmunjom, le 25 octobre 2013, à 4h50 de l'après-midi. Si les identités des personnes concernées n'ont pas été rendues publiques, la Croix-Rouge nord-coréenne a précisé qu'il s'agit d'hommes âgés de 27 à 67 ans. Il a été avancé l'hypothèse que ce serait des missionnaires entrés illégalement en RPD de Corée. Cette possibilité est renforcée par le communiqué nord-coréen évoquant un "pardon" pour leurs "crimes", ce qui correspond à la qualification pénale, selon la législation nord-coréenne, des actions de prosélytisme mettant en cause les institutions de la RPD de Corée. Un Coréen Américain, Kenneth Bae, est toujours détenu au Nord de la péninsule depuis près d'un an pour prosélytisme. Au début du mois d'octobre, sa mère avait été autorisée par la RPDC à lui rendre visite, dans ce qui avait également été interprété comme un geste de bonne volonté de Pyongyang pour renouer les fils du dialogue diplomatique.

Les autorités nord-coréens ont invoqué des motifs humanitaires, afin d'autoriser les six hommes à rejoindre leurs familles.

Kim Soo-am, chercheur à l'Institut (sud-)coréen pour la réunification nationale, a déclaré à l'agence Bloomberg que "cela apparaît comme un geste humanitaire avec le message que la Corée du Sud devrait aussi faire des gestes de bonne volonté sur d'autres questions".

Dans un context de montée des tensions dans la péninsule coréenne au printemps dernier, la zone intercoréenne de Kaesong avait été suspendue. Ses activités ont repris en septembre, mais de nouvelles réunions de familles séparées - ainsi qu'une rencontre sur une possible reprise du tourisme intercoréen des monts Kumgang - ont ensuite été ajournées sine die par le Nord, qui a dénoncé une politique hostile de la Corée du Sud ayant diffamé son dirigeant et engagé des poursuites pour "complot contre l'Etat" - avec l'appui du Nord - à l'encontre d'un député de gauche, Lee Seok-gi.

Sources : AAFC, Bloomberg, KCNA.
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)