Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 12:16

En réponse à des questions posées par l'agence russe ITAR-TASS le 13 octobre 2011, le dirigeant Kim Jong-il, président de la Commission de la défense nationale de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a évoqué l'excellence des relations entre la RPDC et la Fédération de Russie, l'importance des pourparlers à six (deux Corée, Etats-Unis, Chine, Russie, Japon) pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne, les perspectives de normalisation des relations entre la RPDC, les Etats-Unis et le Japon et, enfin, le développement économique en cours en RPDC. Nous donnons ci-après la traduction en français de la réponse du dirigeant Kim Jong-il publiée sur le site Naenara de la RPD de Corée.

 

 "Je remercie l’agence ITAR-TASS de m’avoir posé des questions écrites au sujet de notre visite fructueuse en Sibérie et en Extrême-Orient de la Fédération de Russie.

Vos questions sont nombreuses, et je tiens à y répondre en les rassemblant par sujets pour convenance.

D’abord, j’évoquerai les impressions que j’ai reçues en visitant la Russie ainsi que les perspectives de développement des relations coréo-russes.

Je suis très heureux d’avoir eu un rendez-vous avec le Président Dmitri Anatolievich Medvedev lors de ma visite en août dernier en Russie, voisin ami.

Je ne peux oublier l’aimable accueil que nous a réservé le Président Medvedev en venant jusqu’à Oulan-Oudé, à des milliers de kilomètres de distance de Moscou, je ne peux oublier non plus la chaleureuse hospitalité dont nous avons été l’objet de la part des cadres dirigeants de la capitale et de la province et du peuple russe à tous les sites que nous avons visités. Et j’ai eu le plaisir de me remémorer les journées où j’avais approfondi l’amitié avec l’ex-Président Vladimir Poutine à travers plusieurs rendez-vous au début du nouveau siècle.

J’étais vivement ému de revoir, au bout de dix ans près, l’Extrême-Orient et la Sibérie, lieux d’intérêt historique, si marqués de nobles traces du grand Président Kim Il-sung, artisan des précieuses traditions d’amitié coréo-russe et auteur d’une contribution immortelle à leur développement.

Au cours de notre troisième visite en Russie au nouveau siècle, nous avons parcouru plusieurs villes et établissements économiques et culturels, notamment la centrale hydro-électrique de Boureïa, grand centre énergétique d’Extrême-Orient, et le lac Baïkal, site pittoresque de Sibérie. Nous avons constaté avec une vive émotion les réalisations qu’accomplissent le gouvernement et le peuple russes dans l’édification d’un Etat puissant et avons enrichi notre connaissance des idées, sentiments et coutumes du peuple russe courageux et laborieux.

Développer constamment l’histoire et les traditions de l’amitié coréo-russe répond entièrement aux intérêts de nos deux peuples et revêt une importance majeure dans la sauvegarde de la paix et de la stabilité en Asie du Nord-Est.

La rencontre et les pourparlers au sommet coréo-russes d’Oulan-Oudé ont été une occasion importante pour porter à un haut palier les relations d’amitié et de coopération traditionnelles entre la Corée et la Russie conformément à l’aspiration et aux vœux des deux peuples. Au cours de cette rencontre et de ces pourparlers, les deux parties sont parvenues à l’idée commune que le développement diversifié des relations de coopération économique coréo-russes, notamment la pose d’un gazoduc et la jonction des voies de chemin de fer, répondra aux intérêts des deux peuples et contribuera en outre à la prospérité de la région. En conséquence, des mesures pratiques sont promues énergiquement entre la Corée et la Russie pour la coopération dans le domaine de l’énergie, notamment la pose d’un gazoduc.

J’ai la certitude que les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays s’étendront dans tous les domaines, politique, économique, culturel et militaire, sur la base de l’esprit des accords établis lors des récents rencontre et pourparlers au sommet coréo-russes, de la Déclaration commune RPDC-Russie, de la Déclaration RPDC-Russie de Moscou et du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération RPDC-Russie. Notre gouvernement fait grand cas de l’amitié traditionnelle coréo-russe et s’efforcera de développer, de concert avec la partie russe, les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays et les deux peuples.

Ensuite, j’aborderai le problème nucléaire de la péninsule coréenne et celui de la reprise des pourparlers à six.

La dénucléarisation de toute la péninsule coréenne est la recommandation du grand Président Kim Il-sung et relève de la position invariable de notre gouvernement.

Le problème nucléaire de la péninsule coréenne est imputable aux Etats-Unis qui menacent en permanence la souveraineté et la sécurité de notre peuple.

La souveraineté est vitale pour chaque pays et chaque nation. La nécessité de sauvegarder notre souveraineté contre leur menace nucléaire ouverte et leur politique d’hostilité toujours exacerbée nous a amenés à nous doter d’une force de dissuasion nucléaire.

Nous restons invariables dans notre position de principe consistant à vouloir dénucléariser toute la péninsule coréenne grâce à une reprise des pourparlers à six dans les meilleurs délais et sans conditions préalables et à une application généralisée et équilibrée de la déclaration conjointe du 19 Septembre selon le principe de la simultanéité des actions, comme il en a été convenu lors des récents pourparlers au sommet coréo-russes.

Nous continuerons à nous attacher, de concert avec la Russie, à combattre le diktat et le despotisme sur la scène internationale, à établir un ordre international équitable et à défendre la paix et la sécurité en Asie et dans le reste du monde.

Pour ce qui est des perspectives de normalisation des rapports entre notre pays, les Etats-Unis et le Japon, elles dépendent entièrement de l’attitude de ces deux derniers.

Développer de bonnes relations avec tous les pays qui nous traitent amicalement, suivant les idées d’indépendance, de paix et d’amitié, telle est la politique extérieure immuable de notre République.

Même en ce nouveau siècle, les Etats-Unis, pratiquant une politique d’hostilité contre la RPDC, renforcent sur tous les plans leur pression sur notre pays et conduisent la situation à un palier dangereux.

Comme l’a prouvé l’histoire des relations d’hostilité coréo-américaines, tous les actes hostiles et toutes les manœuvres d’agression et de sape des Etats-Unis contre nous sont voués à l’échec, eux ne pouvant produire l’effet escompté.

Nous sommes prêts à améliorer les relations avec eux, s’ils renoncent, ne serait-ce que maintenant, à leur politique d’hostilité et nous traitent de bonne volonté.

Dans les rapports entre notre pays et le Japon, il est primordial que le Japon règle une fois pour toutes les méfaits commis autrefois contre notre pays et notre nation.

Les relations entre les deux pays pourront se normaliser si le Japon se décide à liquider son passé peu brillant et abandonne sa politique d’hostilité envers notre pays.

Les amis russes se sont intéressés au développement remarquable que notre peuple accomplit dans l’édification d’une nation puissante et prospère.

Lors de ma récente visite en Russie, le Président Medvedev a adressé des salutations bienveillantes à notre peuple qui se dévoue pour donner un nouvel essor à l’édification d’une nation puissante et prospère à l’occasion du centenaire de la naissance du grand Président Kim Il-sung ; de même, il a exprimé son soutien aux mesures actives que nous avons prises pour développer l’économie nationale et améliorer le bien-être du peuple et s’est déclaré persuadé que nous obtiendrons de plus grands succès dans l’édification d’une patrie riche et puissante. C’est un grand encouragement pour notre cause.

A l’heure actuelle, notre peuple s’emploie activement à édifier une nation socialiste puissante et prospère, vœu de toute la vie du Président Kim Il-sung, et surtout concentre toutes ses forces pour améliorer son bien-être.

Nous ne manquerons pas d’édifier brillamment une nation puissante et prospère par la force de l’union inébranlable entre le Parti, l’armée et le peuple et avec le concours du grand potentiel de l’économie nationale indépendante.

Permettre au plus tôt à notre peuple de vivre sans avoir rien à envier au monde est mon plus grand désir, et travailler énergiquement en partageant heur et malheur avec lui pour y parvenir, ma joie sans pareille. Je profite de cette occasion pour adresser une fois de plus mes salutations amicales au gouvernement et au peuple russes et leur souhaiter de grands succès dans leur effort pour l’édification d’une nation puissante."

 

Cette déclaration réaffirme donc solennellement l'engagement de la RPD de Corée de s'engager sur la voie de la dénucléarisation de la péninsule par la voie du dialogue, en reprenant sans conditions préalables les pourparlers à six. Au moment même où ITAR-TASS interrogeait le dirigeant Kim Jong-il, le président sud-coréen Lee Myung-bak rencontrait aux Etats-Unis son homologue américain Barack Obama, et la situation de la péninsule figurait en bonne place sur l'agenda des discussions entre les deux dirigeants.

 

Tandis que le dirigeant Kim Jong-il a réaffirmé que la question nucléaire intéresse déjà au premier chef Washington et Pyongyang, Mark Toner, porte-parole du département d'Etat américain, a annoncé que Stephen Bosworth, représentant américain pour la RPD de Corée, s'entretiendrait à Genève les 24 et 25 octobre prochains avec le premier vice-ministre des Affaires étrangères, M. Kim Kye-gwan, représentant de la RPD de Corée aux pourparlers à six. Les deux pays ont, par ailleurs, repris les discussions sur les recherches, au Nord de la péninsule, des dépouilles de soldats américains tués pendant la guerre entre 1950 et 1953, alors que 7.900 soldats américains sont portés disparus pendant ce conflit (dont 5.500 au Nord de la Corée). Autre signe de détente, une rencontre entre représentants d'ONG américaines et nord-coréennes est intervenue le 17 octobre à l'université de Géorgie, aux Etats-Unis.

 

Alors que la Chine est l'hôte des pourparlers à six, le vice-Premier ministre chinois, M. Li Keqiang, pressenti comme futur Premier ministre, doit rencontrer successivement, au plus haut niveau, les dirigeants nord-coréens (du 23 au 25 octobre) puis sud-coréens (à compter du 25 octobre). Parmi les sujets envisagés figurent la paix dans la péninsule coréenne et la question nucléaire, ainsi que la coopération chinoise avec la Corée dans son ensemble.

 

Le choix d'une agence russe pour la publication de la déclaration suivante  témoigne du resserrement des liens entre Pyongyang et Moscou, également partie prenante aux pourparlers à six, suite au sommet d'Oulan Oude, le 24 août dernier, entre le dirigeant Kim Jong-il et le président russe Dmitri Medvedev. Le 13 octobre a été inaugurée, après trois ans de travaux, l'ouverture d'un tronçon de chemin de fer entre la zone économique spéciale de Rajin-Sonbong (Rason), en RPDC, et la ville de Khasan, en Russie, illustrant les progrès de la coopération ferroviaire, et plus largement dans le domaine des transports, entre les deux pays.

 

Sources : Naenara (entretien paru en russe sur le site d'ITAR-TASS), agences de presse.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)