Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 22:08

L'île de Jeju, au sud de la péninsule coréenne, possède des traits historiques et culturels propres qui ont nourri un particularisme unique dans le monde coréen. Ayant hérité d'une volonté d'indépendance farouche, ses habitants refusent, depuis de longs mois, l'implantation d'une base navale américaine qui menacerait les ressources naturelles inestimables de l'île volcanique, formée par l'éruption du volcan de Hallasan, aujourd'hui le point culminant de la Corée du Sud. L'Association d'amitié franco-coréenne soutient le combat des habitants de Gangjeong contre le projet d'implantation d'une base américaine. Non, Jeju ne doit pas être à la Corée ce que Okinawa est au Japon !

 

jeju-coastline.jpg

 

Disposant de ressources provenant de la pêche, de l'agriculture et du tourisme (notamment pour les voyages de noces, non seulement de Coréens mais aussi de Chinois et de Japonais), les habitants de Gangjeong, sur l'île de Jeju, refusent l'implantation d'une base américaine, que le président sud-coréen Lee Myung-bak semble déterminé à installer en ignorant délibérément les populations locales : d'ores et déjà, la zone retenue a été déforestée et un périmètre de sécurité établi.

 

Le combat des habitants de Gangjeong tient compte des dommages irréparables causés par l'installation de bases navales américaines dans tout le Pacifique, à Okinawa, Guam, Hawaï et aux Philippines. Outre la destruction des zones de pêche, l'abandon de déchets toxiques et les problèmes sociaux créés par la présence militaire causent invariablement les mêmes dégâts sur les richesses naturelles . Forts d'une consultation indiquant l'opposition de 94 % d'entre eux, les habitants de Gangjeong ont déposé une plainte devant le tribunal régional, faisant état des conséquences économiques irréversibles qu'entraînerait un tel projet. Mais le drame du Cheonan, manipulé par les autorités sud-coréennes, a servi de prétexte au report sine die du jugement du tribunal.

 

Le choix de Jeju apparaît non seulement comme une atteinte à l'environnement naturel exceptionnel de l'île et au libre choix de ses habitants, mais encore comme une provocation au regard de leur passé douloureux. Le soulèvement de Jeju contre le pouvoir autoritaire de Syngman Rhee, le 3 avril 1948, a entraîné l'élimination brutale de dizaines de milliers de ses habitants, jusqu'à l'écrasement des résistants en mai 1949, des combats s'étant poursuivis jusqu'en 1953. 170 villages furent détruits, ouvrant une plaie toujours béante. Jeju a toutefois pu acquérir un statut spécial de province autonome, qui s'appuie sur une tradition culturelle propre dont l'une des expressions les plus connues est celle de ses plongeuses qui pratiquent la pêche sous-marine : les dernières filles de la mer ou Haenyo pêchent toujours sans masque ni combinaison.

 

Les habitants de Jeju doivent pouvoir préserver leurs traditions propres dans un écosystème exceptionnel : aucune base navale américaine ne doit s'implanter dans l'île !

 

Sources : AAFC ; Matthew Reiss, "Séoul se voit en shérif régional", in Le Monde diplomatique, octobre 2010, p. 14.

 

Plus d'informations sur le mouvement de protestation contre l'implantation d'une base navale américaine à Jeju sur le site "No base stories of Korea"

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Jean-Sébastien 23/10/2010 13:20



Pétition en ligne: http://nobasestorieskorea.blogspot.com/2010/07/jejutext-fwd-solidarity-message-to.html



Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)