Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 13:13

TV cerveauAlors qu'une offensive dirigée contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) semble en cours dans tous les médias - presse, édition, et même jeux vidéo -, la chaîne française M6 diffusait le 24 octobre 2010, dans le cadre de son magazine Enquête exclusive (présenté par Bernard de la Villardière), un reportage intitulé « Dictature, paranoïa, famine : bienvenue en Corée du Nord ». L'auteur de cette « enquête exclusive » a accompagné trois touristes français en visite dans le pays, tout en dissimulant sa véritable identité. La presse magazine consacrée à la télévision a jugé assez sévèrement cet énième reportage à sensations sur la Corée du Nord. Ainsi, l'hebdomadaire TV Magazine écrit : « Le reportage de M6, présenté comme un document, renonce à l'information. » L'Association d'amitié franco-coréenne a jugé utile d'apporter quelques éléments d'information à l'attention des téléspectateurs qui ont vu ou verront cette émission.



Une « enquête » ? « Exclusive »? A l'instar d'autres de ses collègues des magazines de télévision (comme Télérama), Emmanuel Galiero, de TV Magazine (supplément hebdomadaire des titres de la Socpresse) ne cache pas sa déception quant à cet énième reportage télévisé de M6 consacré à la République populaire démocratique de Corée : « Le commentaire, très engagé, à grands renforts de termes enflés, insiste sur le caractère infernal de la destination : "famines", "délires suicidaires", "version totalitaire du paradis"... [...] Au fil de ce qui est présenté comme un "document", le téléspectateur se demande finalement où est l'enquête et quand surgira l'exclusivité. »



Cette année marque le soixantième anniversaire de la Guerre de Corée, mais le reportage diffusé par M6 ne dit rien de la nature et des causes complexes de cette guerre, quand le président autoritaire sud-coréen Syngman Rhee multipliait les déclarations guerrières à l'égard de la Corée du Nord, ni de l'utilisation à grande échelle du napalm par l'armée américaine. Que les troupes nord-coréennes aient franchi le 38èmeparallèle en 1950 est un fait unanimement avéré, mais pourquoi ignorer les milliers de morts dans les affrontements inter-frontaliers qui ont précédé la Guerre de Corée, entre 1945 et 1950 ? Est-ce une ignorance de l'auteur du reportage, Alexandre Spalaikovitch, ou une volonté délibérée de simplifier à l'extrême ? La Corée du Nord serait donc responsable, à elle seule, d'un conflit ayant causé des millions de morts ? L'histoire de tout conflit montre pourtant qu'il n'y a pas de guerres où les massacres n'auraient existé que dans un seul camp... De même, pas un mot n'est dit des travaux de la Commission Vérité et Réconciliation qui, en Corée du Sud, a fait la lumière sur les massacres de masse de dizaines de milliers de sympathisants communistes ou supposés tels par les troupes américaines et leurs alliés sud-coréens avant et pendant le conflit.



A l'entendre, Monsieur Spalaikovitch se soucierait du sort de la population nord-coréenne, mais il ne dit rien non plus sur l'embargo américain - le plus ancien au monde – à l'encontre de la Corée du Nord. Outre les omissions, au-delà d'une famine qu'on ne voit pas (sauf à considérer que les plats à base d'algues ne sont pas de la nourriture, comme invite à y penser l'auteur du documentaire), le reportage de M6 présente une autre déficience majeure : il multiplie les erreurs et les inexactitudes. Face à un reportage qui prend pour principe qu'en Corée du Nord tout ne serait qu'illusion et mensonges, le spectateur averti se demande si, finalement, la plus grosse ficelle de la propagande n'apparaît pas déjà dans les procédés auxquels recourent sciemment Spalaikovitch et son équipe, en bon connaisseurs des médias et « du poids des mots, du choc des photos », selon le célèbre slogan de Paris Match.



Chongjin-Kaesong.JPGAinsi, le déplacement à Chongjin, sur la côte Est de la Corée, ne figure pas habituellement dans les circuits touristiques. Il n'est pas autorisé, ici comme ailleurs, de photographier les zones militaires. Le reportage s'attarde alors sur un guide coréen demandant de regarder d'un autre côté... qui se trouve être la ville de Kaesong, à presque 500 kilomètres de là, juste au nord de la zone démilitarisée séparant les deux Corée, où le reportage nous avait déjà conduits. Dommage que le commentaire omette de signaler ce simple « détail » de changement de lieux - et donc de décors -  qui tient de la téléportation... A l'écran, le montage des images n'est jamais neutre : respecter l'ordre chronologique du voyage, comme semble l'indiquer la carte au tout début de l'émission, n'aurait pas permis d'amener le spectateur à comprendre ce que le journaliste veut qu'il comprenne.



Un autre détail est d'autant plus gênant qu'il fonde le climat de peur qu'on cherche à faire ressentir par le téléspectateur : le groupe de touristes aurait été menacé de rester quelques mois de plus (en prison ?) s'il continuait à faire des remarques désobligeantes. Mais on ne saura jamais ce qui leur a été dit exactement. Qu'il nous soit permis de douter de la véracité même des propos prêtés aux autorités nord-coréennes : des délégations de l'AAFC ont visité la Corée du Nord cinq fois depuis 2005. Jamais elles n'ont entendu parler du placement en détention d'un touriste occidental. Au pire, un touriste pourrait se voir signifier qu'il sera reconduit à la frontière s'il ne change pas de comportement mais, à notre connaissance, une telle menace n'a jamais été mise à exécution. L'hypothèse d'un séjour de simples touristes prolongé de plusieurs mois en Corée du Nord en cas d'indiscipline nous apparaît donc hautement invraisemblable. En revanche, le guide coréen s'est exposé, et le commentaire du reportage insiste sur ce point : alors, pourquoi avoir montré des images compromettantes pour lui ? Le sort d'un Nord-Coréen est-il moins précieux que celui d'un Français ? La recherche de l'image spectaculaire à tout prix suffirait-elle à justifier cet oubli des principes élémentaires d'humanité ? Qui menace qui ?



Autre procédé classique du discours persuasif : le recours à un « sachant ». Le sachant est une autre personne que le journaliste, un témoin neutre et objectif censé ici connaître la réalité dissimulée de la Corée du Nord. Ce rôle est joué par une femme du groupe de visiteurs, Claude, fille d'un Coréen et d'une Française, qui a voulu retourner en Corée du Nord sur les traces de son père (à cet égard, le journaliste ne jugera pas utile d'expliquer que ce dernier a fui la brutale colonisation japonaise de la Corée qui a duré de 1910 à 1945). Quand les propos de la touriste ne sont pas assez négatifs, le journaliste juge bon d'expliquer qu'elle ne peut pas tout dire (la peur rôde !) pour justifier les commentaires que lui-même ajoute. Plus ennuyeux encore : les rares précisions techniques que donne le « sachant » sont souvent fausses. Ainsi, selon elle, Kim Il-sung aurait commencé ses activités dans la guérilla anti-japonaise en 1920 - et pour le souligner elle ajoute qu'il n'avait alors que 8 ans. En réalité, tous les historiens s'accordent sur le rôle joué par Kim Il-sung dans la lutte anti-japonaise en Corée (sans d'ailleurs que le journaliste ne juge utile d'indiquer qu'elle fonde la légitimité dont se revendique la République populaire démocratique de Corée), et même s'il existe un désaccord majeur entre les historiens nord-coréens et leurs confrères d'autres pays sur la date de début de ces activités, au plus tôt, selon l'historiographie nord-coréenne, Kim Il-sung a fondé l'Union pour abattre l'impérialisme en 1926, pas en 1920. Il avait donc 14 ans, et pas 8 ans.



C'est sur ces omissions et ces erreurs factuelles que le bât blesse : l'histoire de la Corée du Nord ne peut se comprendre que restituée dans la lutte des deux Etats coréens, du Nord et du Sud, aspirant tous les deux à une légitimité dans toute la Corée, au moins jusqu'à leur entrée conjointe à l'ONU, en 1991, après la fin de la Guerre froide. Or les images de la Corée du Sud sont choisies en contrepoint de l'image qu'on veut donner de la Corée du Nord : les mêmes parcs d'attraction, les mêmes enfants... Mais un enfant coréen sourirait-il différemment de part et d'autre du 38èmeparallèle ? De même, les scènes paysannes qu'on voit de la Corée du Nord ne sont pas éloignées de celles des campagnes sud-coréennes.



Il n'est pas soufflé mot, non plus, du régime militaire au pouvoir à Séoul pendant plusieurs décennies. En préparant ce reportage, les responsables de la société C Productions, filiale de M6 qui fabrique l'émission Enquête Exclusive, ont écrit à l'AAFC afin d'« être mis en relation avec des réfugiés Nord Coréens en France pour [leur] livrer leur témoignage ». Nous leur avons répondu connaître des réfugiés coréens, mais du Sud, ayant fui le régime militaire en place à Séoul à l'époque. Les journalistes de M6 n'ont pas donné suite à notre proposition d'entrer en contact avec eux.



Alors, quel est l'objectif d'un journaliste réalisant un reportage aussi grossièrement manipulateur, au mépris de sa crédibilité et des règles déontologiques propres à son métier ? Un début de réponse est peut-être fourni au détour d'un commentaire dans le reportage diffusé ce 24 octobre par M6 : « la Corée du Nord possède l'arme atomique, et même les Etats-Unis n'osent pas l'attaquer. ». L'auteur d'un tel commentaire a tout compris au principe de la dissuasion nucléaire. Et, comme on sent pointer un regret, on se demande s'il ne rêve pas en secret  d'être embedded dans une unité de l'armée américaine en opérations en Corée du Nord...

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article

commentaires

Audrey 13/03/2011 15:44



Le jury du Club de l’Audiovisuel de Paris, présidé par Patrick Bézier, a attribué  à l’Hôtel de ville de Paris, lors
de la 16ème cérémonie des Lauriers de la Radio et de la Télévision, le Laurier documentaire de société à « Dictature, paranoïa, famine : bienvenue en Corée du Nord....


 



Association d'amitié franco-coréenne 14/03/2011 09:10



Le jury n'est guère exigeant... car, indépendamment de l'AAFC, la presse n'a pas été tendre pour ce documentaire qui n'apprend rien à ceux qui connaissent un minimum le pays. A moins que le
documentaire style M6 ne soit l'avenir du genre en France ?



frog 20/01/2011 01:07



De la part de m6 on ne peut pas s'attendre a autre chose qu'un torchon bidonné et ca quelque soit le sujet.


les 2 corées sont dans le meme sac malheureusement.


La sud qui nous coute ou la nord qui coute au chinois,au final rien ne se regle.



Claire 24/11/2010 16:13



Comment peut on etre objectif face à une dictature liberticide ? La corée du Nord martirise son peuble et vous défendez cette dictature ? Encore heureux qu en france nous pouvons encore critiquer
la Corée du Nord !!



Association d'amitié franco-coréenne 24/11/2010 21:27



L'objectivité consiste à donner des informations fiables et à permettre à chacun de se forger sa propre opinion. Ce sont les règles de base de la profession de journaliste, dont l'auteur du
reportage de M6 a jugé bon de se départir.



Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)