Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 12:45

Le 23 janvier 2001, la Belgique annonçait l'ouverture de relations diplomatiques complètes avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Des coopérations diverses, notamment dans les domaines économique et culturel, se sont nouées depuis entre les deux pays.

 

Dans une dépêche en date du 20 juillet 2013, l'agence KCNA de la RPD de Corée a fait part d'un message de félicitations adressé par Kim Yong-nam, Président du praesidium de l'Assemblée populaire suprême, au roi des Belges Albert II, à l'occasion de la fête nationale belge. Il est en effet d'usage que la Corée du Nord adresse des messages de félicitations aux dirigeants des pays étrangers avec lesquels elle a noué des relations diplomatiques, lors de leur élection ou de leur nomination et à l'occasion des fêtes nationales.

 

Pendant la guerre froide, la Belgique avait établi des relations diplomatiques dans la péninsule exclusivement avec la République de Corée (du Sud). Un bataillon de 3 500 soldats belges avait participé aux combats de la guerre de Corée menés sous le drapeau des Nations Unies, sous commandement américain. Selon le site du ministère belge des Affaires étrangères, "depuis la participation de quelque 3 500 volontaires belges à la guerre contre la Corée du Nord qui a duré trois ans, des liens particuliers se sont noués avec la Corée du Sud tant sur le plan politique qu'économique".

 

Les progrès dans les relations intercoréennes après l'élection en Corée du Sud du démocrate Kim Dae-jung, marqués par le sommet intercoréen du 15 juin 2000, ont ensuite favorisé l'établissement de relations diplomatiques entre le royaume de Belgique et la République populaire démocratique de Corée. L'annonce qui en a été faite par le ministre belge des Affaires étrangères, dans un communiqué en date du 23 janvier 2001 suite à la signature d'un accord bilatéral, s'inscrivait dans un cadre européen. En janvier 2000, l'Italie avait pris la première l'initiative d'une reconnaissance de la RPDC.

 

Une position européenne en ce sens avait été prise lors d'une réunion s'étant tenue le 10 novembre 2000. Au sein de l'Union européenne, deux pays, la France et l'Irlande, s'étaient désolidarisés des treize autres Etats membres de l'UE (qui comptaient alors 15 membres) et opposés à l'établissement de relations diplomatiques, en faisant état de la situation des droits de l'homme et des programmes balistiques et nucléaires. L'Irlande a depuis noué des relations avec la RPDC, quand la France reste un des deux derniers Etats de l'Union européenne - avec l'Estonie - à ne pas avoir franchi le cap de l'établissement de relations diplomatiques.

 

Lors de la publication du communiqué du 23 janvier 2001, le cabinet de Louis Michel, ministre des Affaires étrangères, avait observé que « depuis le sommet intercoréen de juin 2000, le climat politique dans la péninsule coréenne s'est amélioré, grâce à la politique d'ouverture et d'engagement » du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il.

   

koenraad-rouvroy.jpgLa Belgique devenait alors le neuvième pays de l'Union européenne à établir des relations diplomatiques avec la RPD de Corée. Il était convenu entre les deux parties que l'ambassadeur de Belgique en Corée du Sud soit également accrédité auprès des autorités nord-coréennes, tandis que l'ambassadeur de la RPDC en Suède serait aussi ambassadeur pour la Belgique. Par ailleurs, le gouvernement belge annonça l'accréditation de deux autres diplomates - l'un en poste à Séoul, et l'autre à Pékin - auprès du gouvernement nord-coréen, et qui assisteraient l'ambassadeur de Belgique en Corée du Sud. Koenraad Rouvroy (photo à gauche, source), ambassadeur résident à Séoul, a visité la RPDC du 18 au 23 juin 2011. Il a présenté ses créances à Yang Hyong-sop, vice-président du praesidium de l'Assemblée populaire suprême, et rencontré le 20 juin Paek Nam-sun, ministre des Affaires étrangères de la RPD de Corée, lors d'une visite où ont été évoquées notamment les questions internationales et humanitaires.

 

Un objectif commun était aussi l'essor des échanges économiques, non seulement avec la Belgique mais avec d'autres pays de l'Union européenne, comme en a témoigné une tournée européenne (Belgique, Italie, Suède) du ministre nord-coréen du commerce extérieur en mars 2002. Avant 2001, un diamantaire d'Anvers faisait déjà tailler ses pierres en Corée du Nord. En septembre 2002, une mission économique belge, à nouveau conduite par l'ambassadeur Koenraad Rouvroy, s'est rendue au Nord de la péninsule. Plusieurs sociétés déjà implantées au Sud étaient représentées. Agfa Gevaert, Umicore, Tractebel et Hamon participèrent à cette mission. 

  

D'autres délégations de la RPDC, y compris du ministère des Affaires étrangères, se sont rendues en Belgique, mais le plus souvent dans le cadre plus large des relations avec l'Union européenne. 

 

L'ambassadeur de la RPD de Corée en Belgique réside aujourd'hui au Royaume-Uni. Lors de l'accréditation de S.E. Hyon Hak-bong (photo ci-dessous, source) en mai 2012, selon l'agence KCNA le roi Albert II a déclaré que, malgré leur éloignement géographique, la Belgique et la RPDC avaient un grand potentiel de coopération dans différents domaines. Le souverain belge a exprimé le voeu d'un essor des relations d'amitié et de coopération, ainsi que le souhait d'une diminution des tensions dans la péninsule coréenne et d'une amélioration des relations Nord-Sud.

 

Hyon-hak-bong.jpg

 

Les échanges entre la RPD de Corée et la Belgique se sont également développés dans un cadre extra-gouvernemental. Homologue de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), avec laquelle elle a organisé des voyages communs en RPD de Corée, l'association d'amitié belgo-coréenne Korea-is-one (KIO), aujourd'hui disparue, a notamment offert un tracteur à la ferme d'Ontchon, avec laquelle elle était jumelée. Dans l'attente de la reconstitution d'une association d'amitié en Belgique, d'anciens membres de KIO ont adhéré à l'AAFC, où ils relèvent du comité Nord.

 

Par ailleurs, le Belge Anja Daelemans a coproduit, avec le Nord-Coréen Kim Gwang-hun et le Britannique Nicholas Bonner, le film Comrade Kim Goes Flying, comédie romantique sortie sur les écrans en 2012 racontant l'histoire d'une trapéziste de la troupe de cirque de Pyongyang, diffusée dans plusieurs festivals internationaux, y compris au festival de Pusan, en Corée du Sud.

 

Sources :

- AAFC ;

- page Asie et Océanie du site du ministère des Affaires étrangères de Belgique, consultée à la date du 21 juillet 2013 ;  

- KCNA, dépêches en date du 16 mai 2012 et du 20 juillet 2013 ;

- dépêche de l'agence Kyodo, en date du 23 janvier 2001

- dépêche de l'agence Kyodo, en date du 19 juillet 2001;

- La Libre Belgique, article paru le 23 janvier 2001 ;

- Nicolas Levi, "Une nouvelle inflexion des relations entre la Belgique et la Corée du Nord ?", article publié le 26 août 2012.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)