Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 17:20

Le 13 octobre 2012, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a publié un entretien avec trois étudiants de l’école de commerce EUROMED Management à Marseille : dans le cadre de la pédagogie Pro-Act, Claire Poquet, Delphine Ravenet et Jean-Christophe Fays ont lancé le projet Imoogi, visant à aider à la construction de boulangeries et à la fabrication de pain pour venir en aide aux enfants nord-coréens - alors que la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) lutte toujours pour revenir à l'autosuffisance alimentaire, atteinte jusqu'en 1992, lorsque de graves catastrophes naturelles (sécheresses, inondations) ont commencé à frapper le pays. Lancée par les trois étudiants d'EUROMED Management, l'association Imoogi est conduite depuis février 2012 en partenariat avec la mission Manna pour l'Europe, dans le cadre du projet "Love North Korean Children" (LNKC). Un site Internet vient d'être lancé par Imoogi afin de mieux faire connaître ses objectifs et ses réalisations.

Dernier né sur la Toile, le site Internet d'Imoogi a de bonnes joues et de belles couleurs : sous le slogan "Put a smile on a child's face !" ("Faites sourire un enfant !") et dans un design sobre mais attrayant, le site est richement illustré de photos des actions déjà menées par la mission Manna pour l'Europe, qui a inauguré en juin 2012 sa quatrième boulangerie en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), dans la ville de Sariwon. Les trois premières boulangeries avaient ouvert leurs portes à Sonbong, en 2007, Pyongyang, en 2008, et Hyangsan, en 2010. Chaque boulangerie nourrit, outre le personnel, de 4.000 à 10.000 enfants.

Le projet "Love North Korean Children" (LNKC) mené par la mission Manna pour l'Europe s'inscrit dans le cadre d'une réorientation des aides reçues par la RPD de Corée : répondant à l'urgence lors de la "dure marche" des années 1990, l'intervention des ONG présentes en Corée du Nord relève aujourd'hui essentiellement de l'aide à projets - c'est-à-dire d'actions structurantes visant à renforcer la capacité du pays à relever le défi de l'autosuffisance alimentaire. En effet, les terres arables ne couvrent qu'un sixième d'un territoire encore frappé, durant l'été 2012, par les pires typhons de la décennie en Corée. Dans les boulangeries de LNKC, la transformation des produits achetés grâce aux dons d'associations comme Imoogi permet d'apporter un complément alimentaire précieux et de faire reculer la malnutrition parmi les populations les plus vulnérables, et tout d'abord les enfants.

LNKC_1.JPG


Disposant d'un système de paiement en ligne (Paypal), le site d'Imoogi rappelle que chaque euro compte : "une contribution de 20€ peut acheter 52 kg de farine ! Un don de 50€ peut nourrir 25 enfants pour un mois entier !" Et pour ceux qui ne seraient pas en mesure de faire un don, un simple clic sur le moteur de recherche everyclick apporte 0,73 livre britannique pour les enfants nord-coréens.

Le comité régional Bourgogne de l'AAFC a recueilli et remis de premiers dons dans le cadre du projet LNKC. L'AAFC appelle toutes et tous à aider les enfants nord-coréens, en adressant vos dons à l'association Imoogi

LNKC_2.JPG

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Solidarité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)