Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 13:38

IMAGE_b__debre_jpg.JPGLe professeur Bernard Debré, par ailleurs ancien ministre de la Coopération et député (UMP) de Paris, s'est récemment rendu comme médecin en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) - entrée en contact avec le professeur Bernard Debré - reproduit ci-après le compte rendu de son récent déplacement à Pyongyang, publié sur le site du député. Le point de vue d'un spécialiste français réputé sur le système de santé nord-coréen éclaire utilement les observations d'Amnesty International et de Mme Margaret Chan : en déplacement à Pyongyang, la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait souligné les réalisations et les défis de la santé publique en Corée du Nord. Si les observations du professeur Debré sur la situation de la Corée du Nord - qui aborde aussi les suites de la visite en RPD de Corée de Jack Lang, envoyé spécial du Président de la République Nicolas Sarkozy - n'engagent évidemment que lui, l'AAFC rejoint pleinement sa conclusion sur la nécessité de renforcer la coopération sanitaire entre la République populaire démocratique de Corée et la France. Elle partage également ses analyses sur la nécessité d'ouvrir un bureau français d'action culturelle et de coopération à Pyongyang  et sur le fait que les populations coréennes sont victimes de l'embargo contre la RPDC. L'AAFC se félicite enfin de l'envoi de matériel médical auquel a procédé M. Bernard Debré, dont elle salue la générosité, en Corée du Nord et ailleurs dans le monde, s'engageant elle aussi à développer tout projet concourant à l'objectif partagé de renforcer les liens de coopération entre Français et Coréens.

 

La Corée du Nord, vers l'ouverture d'un pays interdit ? (article publié le 18 novembre 2010)

 

Depuis quelques années des médecins nord-coréens sont venus en France pour se former à Lyon, à Paris ou ailleurs. Ils sont donc très demandeurs de l’enseignement continu et de la présence de professeurs français chez eux, présence qui pour l’instant n’a jamais eu lieu.

D’autre part, j’ai soigné des Nord-Coréens dans mon service à Paris, à l'hôpital Cochin. Certes il s'agissait de personnalités importantes. C'est la raison pour laquelle me suis dit qu’il était indispensable que j’aille en Corée du Nord pour opérer des hommes et des femmes qui n’avaient pas les « moyens financiers » d'accéder à une médecine de très haut niveau et qui, bien sûr, n'avaient pas non plus le droit de venir en France.

Les Coréens du nord m’ont demandé de venir voir, sur le plan médical, quelques personnalités. C'est alors que je leur ai réclamé de pouvoir également opérer des personnes « pauvres », et non les seuls « apparatchiks ».

J’y suis donc allé, à la fin du mois d'octobre. J’ai apporté un certain nombre de matériels très sophistiqués à l'hôpital de Pyongyang, matériels que je leur ai offerts. J’ai également visité des hôpitaux.

Cette mission médicale en Corée du Nord rentre dans le cadre des nombreuses missions que j’ai réalisées dans un certain nombre de pays difficiles. Je suis allé opérer en Afghanistan, au Cachemire pakistanais, à Mussaferabad où j’avais un hôpital qui malheureusement a été détruit par un tremblement de terre. Je vais ainsi dans un certain nombre de pays pour apporter un petit espoir de paix en opérant et en offrant du matériel.

Curieusement, dans cet hôpital nord-coréen, certains services sont assez modernes, en particulier celui de la radiologie. D’autres, au contraire sont très pauvres, tel celui d'urologie qui manque de beaucoup de matériel moderne. C’est pour cette raison que j’en ai apporté et que je continuerai à en envoyer. Heureusement, les médecins sont assez ouverts et il n’y a pas trop de morosité de leur part. Ils sont très avides de contact avec l’Occident. Si vous aviez vu la joie qu’ils ou elles montraient, c’était pour moi un bonheur de leur faire plaisir ainsi d’ailleurs qu’aux malades modestes que j’ai opérés. Je le referai si les Nord-Coréens me le demandent. Cette mission n’avait évidemment pas de but autre que médical. Cela dit, évidemment, j’ai rencontré des « personnalités ».

J’ai été reçu par les autorités du pays, du moins certaines (Ministres de la santé, des affaires étrangères, le Président du Présidium suprême, qui est le Président officiel du pays, sinon le dirigeant, et d’autres encore dont je ne peux pas donner les noms). Il était évident que j’allais être invité, d’autant que j’avais soigné à Paris des personnalités nord-coréennes importantes. Ce pays entre dans une phase semble-t-il de semi-transition,  il est très avide de s'ouvrir mais il y a encore loin de l’espoir à la réalité. La Corée du Nord est un pays extrêmement pauvre où il y a peu d’électricité, peu ou pas de chauffage, évidemment peu ou pas d’étrangers mais j’ai eu la surprise de voir que le nombre de voitures à Pyong Yang avait augmenté de façon assez significative, qu’elles étaient d’ailleurs presque toutes allemandes et j’ai vu également la présence d’agronomes ou de techniciens allemands dans la périphérie de Pyong Yang. J’ai pu visiter une ferme ultra moderne, écologique qui était assez spectaculaire, cultivant les choux, les salades, les tomates, les fraises et également les poissons. On a l’impression que la Corée va bouger d’autant plus qu’elle va y être obligée, son grand voisin la Chine étant de plus en plus distant vis à vis d’elle.

 

Le président Nicolas Sarkozy avait mandaté Jack Lang pour, semble-t-il, ouvrir une mission politique. Je ne suis pas sur que cette mission ait été couronnée de succès, d’après ce que l’on a pu me dire. Jack Lang avait une lettre du Président Nicolas Sarkozy qu’il devait remettre à M. Kim Jung Il qu’il n’a pas pu voir, il a donc gardé la lettre ce qui a vexé les autorités. Cela dit, une fois encore il faudra évaluer l’intérêt qu’il y a à ouvrir cette mission politique. Personnellement je pense qu’il serait nécessaire de l’ouvrir en accord avec les autres pays européens (qui sont, eux, tous représentés en Corée du Nord). Je ne suis pas sûr qu’exclure par un embargo tant de millions de Nord-Coréens qui sont dans la misère soit une très bonne chose. Je pense que le dialogue sincère et quelquefois ferme vaut mieux qu’un embargo.

 

En tout état de cause, il est difficile pour un médecin de voir une population si démunie et j’ai été assez fier et content de pouvoir apporter un peu de soulagement  à ceux qui en avaient besoin. Je ne pense pas qu’il faille voir dans cette mission nord coréenne que j’ai menée avec le Professeur Michaël Peyromaure, mon collaborateur, un aspect de politique étrangère mais plutôt un aspect médical. Cela dit, si ma présence peut être d’un quelconque apport pour la paix, j'en serai très heureux.

C’est en partie par un effort de coopération sanitaire que les pays s’ouvriront par les médecins, par les administratifs des hôpitaux, par les infirmiers qui nous côtoient. Je leur apporte, et mes équipes également, un espoir. Ils l’apprécient d’autant que, comme je vous l’ai dit, certains d’entre eux ont été formés en France.


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris

 

Source (y compris photo) : site du professeur Bernard Debré, député de Paris

 

Autres articles de l'AAFC sur la santé en Corée du Nord :

- "Amnesty International s'alarme de l'état du système sanitaire nord-coréen", 18 juillet 2010 ;

- "Margaret Chan (DG de l'OMS) souligne les réalisations et les défis de la santé publique en Corée du Nord", 1er mai 2010 ;

- "La médecine traditionnelle nord-coréenne s'exporte", 10 février 2009 ;

- "La journée internationale contre le SIDA célébrée en RPD de Corée", 3 décembre 2008 ;

- "Voyage en RPDC de septembre 2008 : une société en mouvement", 7 octobre 2008.

 

Article sur la visite du professeur Bernard Debré en Corée du Nord, sur le blog en coréen de l'AAFC :

 김영남위원장이 베르나르 더브레 프랑스 전 협조상일행을 만났다 , 7 novembre 2010.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations France-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)