Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 11:34

Après avoir été le cuisinier personnel du président nord-coréen Kim Jong-il entre 1988 et 2001, le Japonais Kenji Fujimoto (de son nom de plume) avait quitté la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) et commencé à écrire des ouvrages racontant la vie privée des dirigeants nord-coréens. Sans être un spécialiste des questions politiques, Kenji Fujimoto était devenu la coqueluche des cercles néo-conservateurs et des milieux japonais et sud-coréens hostiles à la RPDC, car il pouvait apporter les détails vécus permettant de conforter leurs thèses et d'alimenter des campagnes médiatiques. Fin juillet 2012, Kenji Fujimoto est revenu à Pyongyang, sur l'invitation du Premier secrétaire Kim Jong-un. Mais les déclarations à son retour ne suscitent plus le même intérêt des officines néo-conservatrices. En effet, il a fait état des progrès économiques qu'il a constatés dans la capitale à Pyongyang, ainsi que d'un nouveau style de gouvernement : de telles déclarations ne cadrent pas avec la doxa officielle de l'establishment néo-conservateur, qui s'efforce de distiller dans l'opinion publique - contre toute évidence - la thèse de "l'effondrement" prochain de la Corée du Nord.

 

kenji_fujimoto.jpg

 

Si Kenji Fujimoto porte un bandana et des lunettes noires, c'est pour ne pas être reconnu, après avoir craint pendant des années les foudres de la RPDC après sa fuite en 2001, ayant laissé derrière lui sa femme et une fille. Aujourd'hui, c'est pour éviter les menaces de l'extrême-droite japonaise. Car depuis son retour à Pyongyang à l'issue d'une visite de deux semaines en juillet-août 2012, pour la première fois depuis onze ans, sur l'invitation du nouveau dirigeant Kim Jong-un, ses déclarations vantant les changements à Pyongyang ne sont pas du goût de tous.

 

Etreint chaleureusement à Pyongyang par le Premier secrétaire Kim Jong-un, Kenji Fujimoto s'est vu dire du dirigeant nord-coréen : "Nous ne nous sommes pas vus depuis longtemps (...) Votre trahison est maintenant oubliée". Il a aussi revu sa femme et sa fille, qui vivent dans un grand appartement de la capitale - ce qui est un signe d'attention des autorités nord-coréennes, que le cuisinier japonais a tenu à remercier. Après le témoignage d'une Nord-Coréenne revenue au Nord après avoir fait défection au Sud, c'est la deuxième fois en quelques mois que s'effondre le mythe d'une répression systématique, définitive, contre les familles des personnes ayant fui la RPD de Corée. En outre, le Premier secrétaire Kim Jong-un a choisi de pardonner.

 

A son retour au Japon, Kenji Fujimoto a dépeint Kim Jong-un comme un dirigeant enjoué et à l'écoute, ce qui confirme la majorité des analyses des observateurs étrangers de la RPD de Corée. Selon le chef japonais, "le camarade général écoutait tout ce que je disais et a opiné même quand je l'ai pressé d'ouvrir la République sur le monde". Kenji Fujimoto a annoncé qu'il se rendrait à nouveau plusieurs fois par an en Corée du Nord.

 

Le cuisinier a surtout apporté un témoignage éclairant sur les améliorations, depuis 2001, de la vie quotidienne dans une capitale dont il a apprécié l'atmosphère beaucoup plus détendue : des magasins bien achalandés en produits alimentaires, des restaurants remplis de clients et une utilisation importante du téléphone portable. Il faut y voir un signe supplémentaire que la croissance en RPDC est réelle, à un rythme annuel estimé à plus de 5 % en 2011, très au-dessus des estimations systématiquement révisées à la baisse de la Banque centrale de Corée du Sud (qui ont cru déceler une croissance du PIB nord-coréen inférieure à 1 % en 2011, après plusieurs années de recul continu) - ce qui n'a rien de surprenant si l'on considère que la Banque centrale sud-coréenne est une autorité publique, dont les actions confortent la politique des conservateurs aujourd'hui au pouvoir à Séoul.

 

Sources : AAFC, The New York Times (dont photo, représentant les photos prises entre Kenji Fujimoto et le dirigeant Kim Jong-un et sa famille à Pyongyang en août-juillet 2012).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)