Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 00:04

Signé en 2008 par l'administration démocrate sud-coréenne du président Roh Moo-hyun, modifié en décembre 2010 par l'administration conservatrice de l'actuel président Lee Myung-bak, l'accord de libre-échange entre les Etats-Unis et la Corée du Sud (acronyme anglais : KORUS FTA, pour Korea-United States Free Trade Agreement) est au coeur d'une intense bataille politique dans le Sud de la péninsule coréenne. Alors que les syndicats critiquent les menaces que l'accord de libre-échange fait, selon eux, peser sur l'agriculture et l'industrie sud-coréennes face à la concurrence américaine, l'opposition démocrate bloque la ratification de l'accord de libre-échange, demandant que celle-ci n'intervienne qu'après les élections législatives prévues en avril 2012, ou fasse l'objet d'un référendum. L'AAFC est solidaire du combat politique de l'opposition sud-coréenne, refusant tout passage en force d'un accord très controversé.

 

KORUS_FTA_opposition_a-_accord_libre_echange.jpgEn s'engageant personnellement pour la ratification de l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis, le président sud-coréen Lee Myung-bak  avait  délibérément pris  le risque d'une confrontation majeure avec l'opposition. Lors de sa visite aux Etats-Unis, en octobre 2011, le n° 1 sud-coréen était en effet intervenu devant les parlementaires américains. La ratification de l'accord par le Congrès américain, le mois dernier, a braqué les projecteurs sur la position de l'Assemblée nationale sud-coréenne.

 

Alors que la majorité au pouvoir à Séoul souhaite la ratification de l'accord le plus vite possible pour une entrée en vigueur dès 2012, l'opposition démocrate appelle à une renégociation, afin de préserver les intérêts des agriculteurs et des industriels sud-coréens, jugeant que le texte actuel fait la part trop belle aux Etats-Unis. De fait, l'accord de libre-échange, en favorisant essentiellement les conglomérats (chaebols) sud-coréens tournés vers l'exportation, s'inscrit dans la continuité des orientations du président Lee Myung-bak : reserrer dans tous les domaines l'alliance entre Washington et Séoul, encourager l'essor des chaebols en approfondissant la déréglementation économique et financière.

 

L'opposition bloque actuellement la ratification de l'accord au Gukhoe, le Parlement sud-coréen. Sohn Hak-kyu, président du Parti démocrate, préconise que ce soit l'opinion publique qui tranche, soit en renvoyant la ratification au lendemain des élections législatives d'avril 2012, soit en organisant un référendum. L'idée d'un référendum avait été lancée par Rhyu Si-min, président du Parti pour la participation du peuple (centre-gauche), tandis que le Parti démocratique du travail s'oppose également à l'accord de libre-échange.

 

Alors que le président Lee Myung-bak a été surnommé "le bulldozer" pour son mode de prise de décision, des voix s'élèvent au sein du Grand parti national (GPN, conservateur) pour une inscription rapide à l'ordre du jour du projet de loi de ratification de libre échange avec les Etats-Unis. Cette accélération du calendrier intervient sur fond d'échecs successifs aux élections du parti au pouvoir.

 

Sources : AAFC, Hankyoreh (dont photo), Yonhap.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)