Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 22:03

Face à l'évolution autoritaire de la République de Corée (du Sud), un étudiant en économie - Joo Hyun-woo - a placardé une affiche faite à la main sur les murs de son université, suivant la méthode des étudiants qui s'opposaient au régime militaire dans les années 1980. Sur l'affiche, un message : "Comment allez-vous ces jours-ci ?" - dans un appel à la société sud-coréenne pour sortir de son apathie et réagir contre les évolutions en cours qui menacent de modifier radicalement la nature du régime politique sud-coréen. Dans ce contexte, la mort d'un homme qui s'est immolé par le feu pour protester contre la dérive autoritaire de la Présidente Park Geun-hye est symptomatique du profond malaise politique qui secoue les citoyens conscients de ce pays. Sur son journal intime, il avait posé cette ultime question : "Comment allez-vous ces jours-ci ?", que l'on retrouve également dans les manifestations organisées par les Coréens, comme en France le 20 décembre dernier. Formons le serment que son sacrifice ne sera pas vain et que les gouvernements occidentaux cesseront d'être complices, par leur silence, des atteintes aux libertés de plus en plus nombreuses qui sont commises dans le Sud de la péninsule coréenne.

7h55, hôpital Hangang du Sacré Coeur à Séoul. Un homme de 40 ans, qu'on appellera Lee, meurt des suites de ses blessures. La veille, il s'était immolé par le feu sur la route élevée située près de la gare de Séoul.

lee_immolation_Seoul_Coree.png
Quoi que puissent tenter de faire croire la police et les médias conservateurs sud-coréens aux ordres du gouvernement de Séoul, le geste de Lee était fondamentalement politique. Il portait deux pancartes, l'une demandant la démission de la Présidente Park Geun-hye, et l'autre la désignation d'un procureur indépendant dans le scandale lié à la lourde ingérence des services de renseignement (NIS) dans l'élection présidentielle.

Là où il s'est immolé, Lee avait laissé un journal intime, au dos duquel était écrit "Comment allez-vous ces temps-ci ?"  Ses derniers mots ont été les suivants : "Bien que le gouvernement de Mme Park soit intervenu clairement dans l'élection présidentielle, la vérité est cachée en ne laissant apparaître que des fautes personnelles [de certains agents du NIS]. Il s'agit sans ambiguïté d'une atteinte à la démocratie. Je porterai toutes les peurs de l'opinion publique. Chacun, s'il vous plaît, levez-vous pour la démocratie".

Comment-allez-vous_Coree_suicide.png
La famille de Lee a décidé de se joindre à un collectif de 286 groupes civiques pour lui rendre publiquement un dernier hommage, le 4 janvier à 9h30, à la place de la gare de Séoul.

Comme ses glorieux aînés qui ont lutté pour la démocratie, Lee a donné sa vie pour conserver les valeurs de liberté et de justice au nom desquelles des milliers de militants ont sacrifié leur vie. Tous ensemble, en Corée et à l'étranger, agissons pour sauver la démocratie sud-coréenne en sensibilisant nos proches et l'opinion publique de nos pays.

Sources : AAFC, Hankyoreh (dont photos), Le Monde.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)