Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 09:46

La Fédération internationale des travailleurs de la métallurgie a initié une campagne de pétitions par mél auprès du Président de la République de Corée (du Sud), afin d'assurer le plein respect des droits des travailleurs conformément aux engagements internationaux de la Corée du Sud. L'Association d'amitié franco-coréenne relaie cette pétition en ligne à adresser (en anglais) à :

President of the Republic of South Korea |Président de la République de Corée du Sud]
president@president.go.kr 

 

Ce texte, dont le modèle en anglais est reproduit et traduit ci-après, peut être adapté, dans la limite de 8.000 caractères. En effet, pour que les organisateurs puissent suivre le nombre de pétitionnaires, il est recommandé d'utiliser le formulaire de la Fédération internationale des travailleurs de la métallurgie figurant à l'adresse suivante http://www.imfmetal.org/index.cfm?n=759&l=5, en précisant le nom et le prénom de l'expéditeur, son adresse mél et (facultatif) le nom du pays ou de l'organisation.

 

Dear President Lee Myung-bak,

 

 I join with the International Metalworkers' Federation in calling for the Korean government to honour its international commitments and respect workers’ rights.

 

 Repeatedly workers and trade unions in Korea are subject to violations of human and trade union rights. The number of arrests and severity of prison sentences as well as physical violence is increasing.

 

 When Korea joined the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) in 1996 it was on the proviso that your government would take the necessary measures to bring Korea’s labour law in line with international standards.

 

 Korea has failed to adhere to or ratify ILO conventions no. 87 (right to freedom of association) and no. 98 (right to collective bargaining) and your government has repeatedly refused offers of technical assistance from the International Labour Organisation to bring your legislation into line with international standards.

 

 The Korean Government routinely uses criminal sanctions under Article 314 of the criminal code to arrest and imprison trade unionists for exercising their legitimate right to conduct trade union activities.

 

 The Korean law denies workers in precarious or irregular employment the right to join a trade union and bargain collectively. Employers systematically engage workers on precarious employment contracts specifically to prevent them from forming and joining trade unions.

 

 Public sector workers are subjected to anti-union discrimination and disciplinary measures and their collective agreements are unilaterally cancelled by the Government. Whole categories of Government workers are prevented from organizing through an overly broad definition of “essential services”.

 

 I call on the Korean government to honour your international commitments and respect workers’ rights.

 

Yours,

Traduction par l'AAFC :

 

Monsieur le Président Lee Myung-bak,

 

Je rejoins l'appel de la Fédération internationale des travailleurs de la métallurgie au gouvernement coréen pour qu'il honore ses engagements internationaux et respecte les droits des travailleurs.

 

De manière répétée les travailleurs et les syndicats en Corée ont fait l'objet de violations des droits des personnes et des droits syndicaux. Le nombre d'arrestations et la sévérité des peines de prison, de même que la violence physique, sont en augmentation.

 

Quand la Corée avait rejoint l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) en 1996, c'était sous la condition que votre gouvernement prenne les mesures nécessaires pour amener le droit du travail coréen aux standards internationaux.

 

La Corée n'est parvenue ni à adhérer à, ni à ratifier les conventions OIT n° 87 (droit à la liberté d'association) et n° 98 (droit à l'action collective) et votre gouvernement a refusé de manière continue les offres d'assistance technique de l'OIT pour mettre la législation en conformité avec les standards internationaux. 

 

Le gouvernement coréen a l'habitude d'utiliser les sanctions pénales relevant de l'article 314 du Code pénal pour arrêter et emprisonner des syndicalistes dans l'exercice de leur droit légitime à conduire des activités syndicales.

 

La loi coréenne refuse aux travailleurs en situation illégale ou précaire le droit d'adhérer à un syndicat et d'agir collectivement. Les employeurs recrutent systématiquement les travailleurs sur des contrats précaires pour les empêcher de rejoindre ou de former des syndicats.

 

Les travailleurs du secteur public sont soumis à une discrimination anti-syndicale et des mesures disciplinaires et leurs conventions collectives sont annulées unilatéralement par le gouvernement. Toutes les catégories d'agents publics sont interdits de s'organiser par une définition très extensive des "services essentiels".

 

J'appelle le gouvernement coréen à honorer ses engagements internationaux et à respecter les droits des travailIeurs.

 

Bien à vous,

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)