Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 16:13
Après l'adoption de la résolution 1874 par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le ministère des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a publié le 13 juin 2009 le communiqué suivant où est réaffirmée la volonté de renforcer la force de dissuasion du pays.

"Le 12 juin, à l'instigation des Etats-Unis, le Conseil de sécurité des Nations Unies a finalement adopté une 'résolution sur les sanctions' à l'encontre de la République populaire démocratique de Corée suite à son second essai nucléaire.

"Il s'agit d'un autre résultat méprisable de l'offensive menée par les Etats-Unis visant à exercer une pression internationale pour détruire l'idéologie de la République populaire démocratique de Corée et le système choisi par son peuple en désarmant la République populaire démocratique de Corée et en étranglant son économie. 

"Les Etats-Unis et le Japon, non contents de cette 'résolution', complotent grossièrement pour ajouter leurs propres 'sanctions' à celles qui existent contre la République populaire démocratique de Corée en montant des histoires fictives de 'fausse monnaie' et de 'trafic de drogue'.

"Les Etats-Unis ont incité le Conseil de sécurité des Nations Unies à s'engager davantage dans leurs tentatives d'étouffement de la République populaire démocratique de Corée, lesquelles ont abouti à créer une grave tension sans précédent dans la péninsule coréenne. Cette situation de confrontation a été déclenchée par les actions brutales et illégales des Etats-Unis et du Conseil de sécurité des Nations Unies à leurs ordres niant le droit légitimed'un Etat souverain à lancer des satellites.

"La 'déclaration présidentielle' du Conseil de sécurité des Nations Unies du 14 avril, orchestrée par les Etats-Unis, ne repose sur rien au regard du droit international. Ce qui imprègne cette déclaration n'est rien d'autre que l'animosité et le rejet d'un pays qui a un système différent du leur, et l'opinion arrogante et arbitraire qu'un petit pays doit obéir à un grand. La République populaire démocratique de Corée est un petit pays, mais c'est une puissance politique, idéologique et militaire.

"Si cet acte hautement autoritaire des Etats-Unis est toléré, la République populaire démocratique de Corée ne sera plus en droit de lancer des satellites - ce qu e tous les autres font - et sera à jamais privée de son droit à utiliser l'espace extra-atmosphérique.

"Le deuxième essai nucléaire de la République populaire démocratique de Corée est une mesure de légitime défense, en ce qu'il a été mené pour faire face à de tels actes hostiles de la part des Etats-Unis, et ne contrevient à aucune loi internationale.

"Par essence, cet affrontement est une question liée à la souveraineté et à la dignité de la République populaire démocratique de Corée, plutôt qu'une question liée à la paix et à la sécurité - c'est l'affrontement entre la République populaire démocratique de Corée et les Etats-Unis.

"Il ne peut pas y avoir de véritable paix en l'absence d'indépendance et d'égalité. Tout autre pays se trouvant dans la situation de la République populaire démocratique de Corée réaliserait clairement que la
République populaire démocratique de Corée n'a jamais choisi de se doter de l'arme nucléaire mais y a été contrainte face à la politique hostile des Etats-Unis et à leurs menaces nucléaires.

"Pour la République populaire démocratique de Corée, il est devenu absolument impossible de seulement penser à abandonner ses armes nucléaires. Il est indifférent à la République populaire démocratique de Corée que son statut de puissance nucléaire soit reconnu ou non.

"En vertu de ses pouvoirs, le ministère des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée condamne fermement et rejette la 'résolution 1874' du Conseil de sécurité des Nations Unies et déclare qu'il prendra les mesures suivantes dans le cadre de cette première phase de confrontation totale avec les Etats-Unis afin de défendre la dignité de la nation et la souveraineté du pays.

"Premièrement : tout le plutonium nouvellement extrait sera utilisé à des fins militaires. Plus d'un tiers des barres de combustible usagé ont été retraitées à ce jour.

"Deuxièmement : le processus d'enrichissement de l'uranium va commencer. Suite
à la décision de construire son propre réacteur à eau légère, la technique d'enrichissement de l'uranium a connu des progrès suffisants pour pouvoir fournir le combustible nucléaire nécessaire à l'expérimentation de ce procédé.

"Troisièmement : une tentative de blocus de quelque nature que ce soit par les Etats-Unis et ceux qui les suivent sera considérée comme un acte de guerre et provoquera une réponse militaire décisive. Quelle que soit la dureté des tentatives d'isolement et de blocus formentées par les forces hostiles menées par les Etats-Unis, la République populaire démocratique de Corée, puissance nucléaire fière, ne reculera pas. Selon le mode de réaction basé sur l'idée de Songun
[priorité aux affaires militaires, NdT], la République populaire démocratique de Corée s'opposera de manière décisive aux 'sanctions' par des mesures de rétorsion et à la 'confrontation' par une confrontation totale."


 

Traduction : AAFC, d'après la version anglaise donnée par l'agence Reuters

Version originale coréenne sur le site du journal Choson Sinbo

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)