Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 11:00

Dimanche 19 avril 2009, le ministère sud-coréen de la Réunification a annoncé qu'il acceptait la proposition de la Corée du Nord, formulée la veille, d'une rencontre à propos de la zone industrielle conjointe de Kaesong. Cette rencontre Nord-Sud, qui aurait lieu mardi 21, sera la première à ce niveau depuis plus d'un an.

Faut-il y voir le signe d'un infléchissement de la politique intercoréenne du gouvernement Lee Myung-bak ? En tout cas, c'est la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) qui a été à l'initiative d'une reprise du dialogue intercoréen, en proposant le samedi 18 avril 2009 une réunion conjointe à propos de la zone industrielle de Kaesong (photo Alain Noguès, usine de confection textile ShinWon, 12 septembre 2008), au nord de la zone démilitarisée, où des entreprises sud-coréennes emploient des ouvriers nord-coréens, et devenue un des projets phares de la coopération intercoréenne. Dès le lendemain, le porte-parole du ministère sud-coréen de la Réunification, Lee Jong-joo, a annoncé la réponse positive de Séoul : une délégation sud-coréenne se rendra à Kaesong mardi 21 avril. C'est la première rencontre Nord-Sud à ce niveau depuis plus d'un an. L
'ordre du jour des discussions n'était toutefois pas encore connu.

Issue d'un accord d'août 2000 entre Hyundai Asan et les autorités nord-coréennes, la zone industrielle conjointe de Kaesong s'est mise en place à partir de juin 2003. Selon les données du ministère sud-coréen de la réunification, en juin 2008, 72 entreprises sud-coréennes - principalement des petites et des moyennes entreprises - employaient déjà 30.000 travailleurs nord-coréens et 1.000 travailleurs sud-coréens. Entre décembre 2004 et mai 2008, la valeur totale de la production du complexe industriel, étendu en décembre 2007, s'élevait à 370 millions de dollars (dont 80 millions de dollars exportés).

Alors que les autorités sud-coréennes devaient initialement annoncer ce dimanche que
Séoul rejoignait l'initiative de sécurité contre la prolifération (PSI) suite au lancement du satellite nord-coréen Kwangmyongsong-2, contribuant ainsi à une nouvelle étape dans la dégradation des relations intercoréennes, cette décision a été différée. L'AAFC espère que Séoul se gardera de toute nouvelle provocation dans l'escalade Nord-Sud, en évitant de rejoindre la PSI. (Sources : AFP, ministère sud-coréen de la Réunification)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)