Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 11:50

La bande dessinée coréenne (le manhwa) possède des caractéristiques qui lui sont propres, tant dans son style que dans les thèmes qu'elle aborde. L'histoire nationale occupe une place éminente : dans ce contexte, les BD Le Massacre du Pont de No Gun Ri et L'Etincelle feront l'objet d'une rencontre, témoignage et débat à l'espace culturel coréen Han Seine, 32 rue Monsieur le Prince (75 006 Paris), le mercredi 25 février 2009 à 19h. Nous vous invitons toutes et tous à y participer pour mieux connaître ces récits, respectivement, de la guerre de Corée et de l'industrialisation de la Corée du Sud dans les années 1960.  

Juillet 1950. La guerre de Corée vient de commencer : dans un hameau sud-coréen, des GI's ont abattu des centaines de civils désarmés, sur le simple soupçon qu'ils aient pu abriter des agents communistes. La demande de réparation de citoyens sud-coréens, un demi siècle plus tard, fait toujours débat, comme l'a montré un témoignage de trois journalistes à Associated Press, Choe Sang-hun, Charles J. Hanley, et Martha Mendoza, récompensés par le prix Pulitzer (voir la traduction de leur article en français sur le site de l'association d'amitié coréano-belge "Korea-is-one" à l'adresse suivante).
Le Massacre du pont de No Gun Ri (2007, Scénario : Chung Eun-yong,  Dessin : Park Kun-woong) est le récit de cet épisode encore largement méconnu de la guerre de Corée.

Autre décor : les années 1960, sous la férule du général Park Chung-hee, la Corée du Sud s'engage dans un processus d'industrialisation à marche forcée. Le prolétariat sud-coréen connaît les plus longs horaires de travail au monde, pour des salaires très faibles et sans protection sociale, alors que les seuls syndicats autorisés sont liés au patronat. Dans ce contexte,
Jeon Tae-il, jeune ouvrier dans une usine textile, décide de s’immoler par le feu, en brûlant symboliquement avec lui un livre de droit du travail. Son combat illustre le courage des combattants pour la démocratie et les droits sociaux en Corée, qui se sont sacrifiés jusqu'à aujourd'hui pour bâtir une société de liberté et de justice. L'Etincelle par Choi Ho-cheol, dont les deux premiers tomes sont parus en France en 2008 et en 2009, est le récit en quatre volumes de l'histoire de Jeon Tae-il.

L'espace culturel Han Seine vous invite ainsi à une rencontre, témoignage et débat sur le thème de la BD d'auteur, autour du Massacre du Pont de No Gun Ri et de L'Etincelle, le mercredi 25 février, à partir de 19h, 32 rue Monsieur le Prince (Paris 6ème), en présence de la traductrice et dessinatrice Keum Suk Gendry-Kim, de l'adaptateur Loïc Gendry et de l'éditrice Bérengère Orieux des éditions Vertige Graphic. Réservation indispensable : participation aux frais : 5€, Dégustation payante de la gastronomie coréenne

 

Information et réservation : Tél. 01 40 46 80 40, han-seine@wanadoo.fr, Espace Han-Seine, 32 Rue Monsieur le Prince 75006 Paris Horaires d’ouverture : du mardi au samedi 11h-19h30, http://han-seine.monsite.orange.fr/


Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)